Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer, auteur cité dans le Littré

LANOUE (1531-1591)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LANOUE a été choisie.

Né en 1531. Homme de guerre, il fait ses premières armes en Italie. Il rejoint la Réforme en 1558 et commande les huguenots du Poitou, il s'empare d'Orléans et de Saumur en 1567. Fait prisonnier à Jarnac, il est échangé contre un prisonnier catholique. Blessé au siège de Fontenay-le-Comte en 1570, on lui confectionne un bras de fer pour lui permettre de se tenir à cheval d'où son surnom. Après la Saint-Barthélémy, il est envoyé par Charles IX à la Rochelle pour tenter de rétablir le dialogue entre le roi et les Huguenots. Il organise la défense de La Rochelle et signe la paix en juin 1573. Parti combattre les Espagnols dans les Flandres, il est fait prisonnier et est enfermé dans la forteresse de Limbourg de 1580 à 1585 dans des conditions atroces, il rédige ses Discours politiques et militaires. Envoyé par Henri IV en Bretagne pour assister le prince de Dombes en 1591, il est mortellement au siège de Lamballe et meurt à Moncontour le 4 août 1591.

1425 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours politiques et militaires 1587 1366 citations

Quelques citations de Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1425 citations dans le Littré.

  1. Au lieu de servir à esteindre le feu, [les témoins d'un duel] aident à l'enflammer davantage, et souvent à la ruine d'euxmesmes, penitence tres meritoire à un tel estourdissement.
  2. Ceux qui poursuyvent legitimement des choses legitimes, ont un plaisir non plein de grands eslancemens, ains assaisonné de douceur.
  3. Ce qui me fait d'autant plus esbahir qu'ayans de tels resveille-matins nous soyons si endormis.
  4. Le peuple des villes, outre les choses devotieuses, ne laisse aussi d'appliquer son esprit aux arts.
  5. Plus pour dix braves sergens que j'estime qui devroyent estre aussi entretenus, mille livres, et pour un sergent major, trois cens.
  6. Les desseins que firent sur icelles [villes] ceux qui prirent la charge de s'en saisir reuscirent vains.
  7. Nos chefs vouloyent faire marcher après deux cens chevaux pour se rendre maistres de ceste campagnette [petite plaine], par laquelle il falloit passer avant qu'arriver aux maisons.
  8. Mais laissons-là ceux qui sont stupides et corrompus ; et escoutons la voix du peuple, qui ne resonne que restauration.
  9. Il leur semble que leurs enfans n'y seront jamais assez tost [à la cour], lesquels aussi, de leur costé, ne se font gueres presser pour desmordre le college.
  10. De grosses rentes.
  11. L'artillerie de campagne seroit de vingt canons.
  12. Que les ennemis, estans plus forts, nous feroient recevoir une escorne.
  13. Et combien que je couple ici la richesse avec la vertu, si est-ce que je ne la mets que comme servante.
  14. L'armée de terre se mettroit aux champs.
  15. Une heure après le camp partit.
    567 (camp)
  16. On m'asseura que la Bretaigne, qui est des plus grandes, feroit [fournirait] aisement trois cens bons chevaux.
  17. On y trouvera des lanciers, des pistoliers, harquebusiers à cheval, simples, et autres armez de cuirasses. On y void encore des arbalestiers à pied, et des hacquebutiers à rouet.
  18. La premiere particularité gist en la situation, où l'on void une chose qui desaccommode merveilleusement la ville, et l'autre qui l'accommode.
  19. Il faisoit aussi estat de les desloger d'où ils estoyent.
  20. Le recit particulier des effects qui s'en sont ensuyvis de temps en temps seroit chose trop longue à deduire.