« comprendre », définition dans le dictionnaire Littré

comprendre

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

comprendre

(kon-pran-dr'), je comprends, nous comprenons ; je comprenais ; je compris ; je comprendrai ; comprends ; que je comprenne ; que je comprisse ; comprenant ; compris v. a.
  • 1Prendre en soi, contenir. Il a compris dans son parc plusieurs pièces de vignes. Quand on dit : jusqu'à tel jour inclusivement, le jour est compris dans le terme. Une maxime qui comprend toutes les autres, [Pascal, Prov. 14] La Rancune eut assez de crédit pour nous faire comprendre dans son passe-port, en qualité de comédiens, [Scarron, Rom. com. I, 18] C'est comprendre dans sa pensée tout ce qu'il y a de grand parmi les hommes, [Bossuet, Hist. préf.] Ce temps [de la mort] embrasse tous les temps : Qu'on le partage en jours, en heures, en moments, Il n'en est point qu'il ne comprenne Dans le fatal tribut ; tous sont de son domaine, [La Fontaine, Fabl. VIII, 1] La basse Égypte, qui comprenait ce que les Grecs appellent Delta, [Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 11, dans POUGENS] Tout cela pourquoi ? parce que le christianisme veut tout cela, comprend tout cela, [Bourdaloue, 2e dimanche après Pâques, Dominic.]
  • 2Mettre ensemble dans la même catégorie. Vous traitez ces personnes d'hérétiques pour me comprendre dans cette accusation. On a fait comprendre dans l'inventaire plusieurs meubles qui n'appartenaient pas au défunt. Il a été compris dans la capitulation.
  • 3 Fig. Saisir par l'esprit. Je comprends fort bien ce que vous me dites. La plupart des hommes estiment ce qu'ils ne comprennent pas. Mon exemple vous doit apprendre qu'il y a des choses très excellentes et très admirables qui échappent à notre vue et qui n'en sont ni moins vraies ni moins désirables, quoiqu'on ne les puisse ni comprendre ni imaginer, [Bossuet, Anne de Gonz.] Je comprends fort aisément qu'il est naturel à de tels esprits de tomber dans l'indifférence [religieuse], et de faire servir Dieu à la religion et à la politique, c'est-à-dire à l'ordre et à la décoration de ce monde, la seule chose, selon eux, qui mérite que l'on y pense, [La Bruyère, XVI] Si c'est là sa largeur [du globe solaire] en tous sens, quelle peut être toute sa superficie ! quelle est sa solidité ! comprenez-vous bien cette étendue, et qu'un million de terres comme la nôtre ne seraient toutes ensemble pas plus grosses que le soleil ? [La Bruyère, ib.] Si je vous comprenais, mon Dieu, vous ne seriez plus ce que vous êtes, ou je ne serais plus ce que je suis, [Bourdaloue, Myst. Trinité] Vous en comprenez la raison, mes chers auditeurs ; et, si vous ne la comprenez pas bien encore, je ne puis trop vous le redire, afin que vous puissiez une fois la concevoir, [Bourdaloue, 2e dim. après Pâques, Dominic.] Ce que l'esprit comprend, il le comprend par assimilation, ou par comparaison, ou par analogie, [Diderot, Opin. des anc. philos. Stoïcisme.] Tenez-moi lieu d'un Dieu que je ne comprends pas, [Voltaire, Fanat. IV, 3] Si nous ne comprenons pas certaines choses un peu délicates, c'est apparemment qu'il n'était pas nécessaire que nous les comprissions, [Voltaire, Lett. d'Argenson, 6 nov. 1770]

    Absolument. Plus heureux que tu ne peux comprendre, [Racine, Bérén. II, 2]

    Plus particulièrement. Avoir l'intelligence d'une langue, des mots. Comprenez-vous l'anglais ? Voilà un mot que je ne comprends pas. Passage difficile à comprendre.

    Faire comprendre, montrer, prouver, faire que l'on comprenne. Je n'ai point dit ceci pour diminuer rien de la distance infinie qu'il y a entre les vices et les vertus : à Dieu ne plaise ! j'ai seulement voulu faire comprendre que tous les vices politiques ne sont pas des vices moraux, et que tous les vices moraux ne sont pas des vices politiques, [Montesquieu, Esp. XIX, 10]

  • 4Se rendre raison d'une chose, se l'expliquer. Je ne comprends pas sa conduite. Comprenez-vous un tel langage ? Vous comprenez que cela doit m'inquiéter. Témoin de mes erreurs, vous n'avez pu comprendre Comment j'abandonnai l'amante la plus tendre, [Gresset, Sidnei, II, 6]

    Comprendre à. Je ne comprends rien à sa conduite. À cela que comprenez-vous ? je n'y comprends pas grand'chose.

    Absolument. Tu comprends ? J'ai compris. Oh ! je commence à comprendre : le comte s'en va, le notaire reste, et vous vous mariez, [Marivaux, Seconde surprise de l'amour, III, sc. dern.]

  • 5Comprendre quelqu'un, comprendre ce qu'il dit, ce qu'il veut, ce qu'il ordonne. Vous ne m'avez pas compris. Cet étranger ne se fait guère comprendre. Parlez plus clairement, nous ne vous comprenons pas. Quoi ! l'art qui nourrit les hommes est méprisé en Europe ! je ne vous comprends pas, [Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virg.]

    Comprendre quelqu'un, pénétrer dans les idées, dans les vues de quelqu'un. Je ne le comprends plus. On ne le comprend pas avec ses prétentions exorbitantes.

  • 6Se comprendre, avoir la connaissance l'un de l'autre. Les hommes ne se comprennent pas les uns les autres. Des cœurs faits pour se comprendre. Bien que les goûts d'Oswald fussent, à quelques égards, différents de ceux de Corinne, ils se comprenaient mutuellement d'une façon merveilleuse, [Staël, Corinne, IV, 1]

    Être compris. Cela se comprend.

    Avoir la connaissance de soi-même. Cet homme ne se comprend pas lui-même.

HISTORIQUE

XIIe s. Parsevet [que poursuive] li enemis la meie aneme [âme], e comprenget et defult en terre la meie vie, [Liberpsalm. p. 6] Es ovres de ses mains compris est li peccherre, [ib. p. 9] Je parsiwerai mes enemis, e cumprendrai les [je les saisirai], e ne returnerai desque il defisent, [ib. p. 21]

XIIIe s. Biaus mestiers est, quant il content lor fet, que il comprengnent lor fet au mains [moins] de paroles qu'il porront, [Beaumanoir, V, 11]

XIVe s. Se nous avions un non qui compresist toutes teles choses, [Oresme, Eth. 144] Tele amisté est permanente et durable, car elle comprent en soi toutes les choses qui appartienent et conviennent à amis, [Oresme, ib. 235] Ceste science comprend et contient les fins de toutes les aultres ars et doctrines, [Oresme, ib. 111]

XVe s. Et se logea le dit duc devant Tournay, et comprenoit son ost grande quantité de terre, [Froissart, I, I, 127] Et fut la cité [de Tournay] partie pour loger les seigneurs le roi à St Martin, et comprenoient ses gens un quart de la ville, [Froissart, II, II, 203] Fortune ainsy des compaignons s'esbat, Qui au delit de la char les comprent, Puis les destruit con [comme] la souris le chat, [Deschamps, Poésies mss, f° 208, dans LACURNE]

XVIe s. Celuy qui a bien compris que la mort n'est pas mal, [Montaigne, I, 77] Qui se peult plaindre d'estre comprins où touts sont comprins ? [Montaigne, I, 87] Il banda son ame à comprendre l'essence de la folie, [Montaigne, I, 91] Et cas advenant qu'aucun compris en ceste presente association reçoive outrage ou violence, [Condé, Mém. p. 647]

ÉTYMOLOGIE

Picard, copendre ; bourguig. comprare ; provenç. comprendre, compenre, comprener ; catal. compendrer ; espagn. comprender ; portug. comprehender ; ital. comprendere ; du latin comprendere, syncopé lui-même de comprehendere, de cum, avec, et prehendere, prendre (voy. PRENDRE). Le provençal, le français et l'italien sont les seuls qui aient été fidèles à la conjugaison latine.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COMPRENDRE. Ajoutez :
7Comprendre quelqu'un, entrer dans ses pensées et dans ses sentiments. Au nom de Dieu, monsieur, aidez-moi de vos lumières, vous l'avez connu [M. de Lamoignon qui venait de mourir] et vous l'avez compris, [Bussy-Rabutin, Lettre au P. Rapin, 12 déc. 1677, citée par M. Regnier, SÉV., t. V, p. 405]
8Se comprendre, avoir l'intelligence de soi-même. Vaincue, elle [notre âme] ne peut se rendre, Et ne saurait ni se comprendre, Ni consentir à s'ignorer, [Lamotte, Odes, l'Homme.]
9Se comprendre, comprendre exactement ce que l'on veut dire et ce que l'on dit.

HISTORIQUE

XIIe s. Ajoutez : [comprendre au sens de saisir par la pensée, intelligere] La pense [pensée] ki.... soi travailhet, anz ke [avant que] ele alcune chose en [de Dieu] puist compenre, [Job, p. 473]