« manducation », définition dans le dictionnaire Littré

manducation

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

manducation

(man-du-ka-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1 Terme de physiologie. Action de manger.
  • 2 Terme de religion. L'action de manger l'agneau pascal, chez les Juifs. Une souillure.... qui, par l'ordonnance de la loi, leur interdisait la manducation de l'agneau pascal, [Massillon, Carême, Sur la comm.]

    Chez les chrétiens, participation actuelle à l'eucharistie, qui est une viande céleste. La manducation de notre victime doit être aussi réelle à la sainte table, que son immolation a été réelle à la croix, [Bossuet, Euchar. I, 8] La première [action, dans le sacrifice de la messe] est la consécration, par laquelle le pain et le vin sont changés en corps et en sang ; et la seconde est la manducation par laquelle on y participe, [Bossuet, Expos. de la doctr. cath. 14] Par la manducation, nous croyons recevoir ce corps et ce sang [de Jésus-Christ] aussi réellement et aussi substantiellement qu'ils ont été donnés pour nous à la croix, [Bossuet, Proj. de réun. des protest. Explic. de points de controv.]

HISTORIQUE

XVIe s. Il a voulu exprimer une chose plus haute en ceste predication notable, où il nous recommande la manducation de son corps, [Calvin, Instit. 1097] Comme des comedies de sa sale on l'avait conduit [Henri de Navarre] aux exhortations de sa chambre, aussi de ces prieres on le fit descendre aux manducations dans la cave, ou pour le moins es lieux secrets de la monnoye qui est sur la pente du talus du chasteau de Pau ; ainsi appeloientils leurs ceremonies, laquelle à présent ils nomment cene, [Florimond de Remond, Hist. de l'hér. VII, 3, cité dans BAYLE, note F de l'art. Navarre (Marguerite de Valois, reine de).]

ÉTYMOLOGIE

Lat. manducationem, de manducare, manger (voy. MANGER).