« menu », définition dans le dictionnaire Littré

menu

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

menu, ue

(me-nu, nue) adj.
  • 1Qui a peu de volume, de grosseur, de circonférence. Une taille menue, [Perrault, Cendril.] Ma jambe n'est plus du tout reconnaissable ; elle est menue, molle ; plus de sérosités, [Sévigné, 22 juill. 1685] La princesse a trouvé Monsieur un peu gros ; mais pour Monseigneur, elle le trouve fort menu, et le roi, de la plus belle taille du monde, [Maintenon, Lett. Duch. de Savoie, 1696, t. II, p. 216, dans POUGENS.] Une herbe menue et tendre qui a échappé à la faux du moissonneur, [La Bruyère, X.] Il avait la tête grosse et les jambes menues, [Hamilton, Gramm.] Il [le merle d'Amérique] ne se nourrit presque que de menues graines, qu'il trouve sur la terre, en quoi il ressemble aux alouettes, [Buffon, Ois. t. VI, p. 60] On ne se sert, pour le chauffage ordinaire, dans le plus grand nombre des maisons, que de menu charbon, c'est-à-dire des débris du charbon qui se tire en blocs et en masses, [Buffon, Min. t. II, p. 371]
  • 2Menu plomb, celui dont on se sert pour tirer aux petits oiseaux.

    Menu rôt, les cailles, perdreaux, bécassines, ortolans, etc.

    Menu gibier, par opposition à gros gibier, se dit des lièvres, perdrix, bécasses, etc. mais par opposition à gibier ordinaire, il se dit des cailles, grives, mauviettes, et autres petits oiseaux.

    Menu bétail, brebis, moutons, etc. par opposition à gros bétail, bœufs, vaches, etc. Jehiel et Jazabad, chefs des lévites, donnèrent aux autres lévites, pour célébrer la Pâque, cinq mille menues bêtes et cinq cents bœufs, [Sacy, Bible, Paralip. II, XXXV, 9]

    Terme de chasse. Menus droits, se dit particulièrement de certaines parties du cerf, comme les oreilles, le mufle, les daintiers, les nœuds et la langue ; dénomination tirée d'un ancien droit royal levé sur les cerfs tués à la chasse.

    Par extension, menus droits, les issues ou extrémités d'un animal, dont on fait de certains ragoûts.

    Menus grains, les pois, les lentilles, la vesce, le millet, etc.

    Menues dîmes, les dîmes qui se prenaient sur les menus grains.

    Menues pailles, les balles de céréales qui s'en détachent par le battage.

    Menus marchés, terme d'eaux et forêts et du commerce des bois, signifiant la vente des chablis, et des arbres qui ne sont pas en coupes réglées ; on y comprend les glandées, les pacages et les paissons.

    Terme de marine. Menues voiles, les perroquets ou autres plus petites et de toile plus fine. Menue mâture, les mâts de perroquet et de cacatois y compris leurs vergues, et les accessoires en bois de ces mâts et de ces vergues.

    Menues nécessités des tribunaux, se disait de la buvette, du chauffage, etc.

  • 3Menues houilles, fragments de houille trop petits pour être vendus pour le chauffage. Des quantités énormes de menues houilles étaient abandonnées dans les mines ou amassées auprès des orifices de ces mines et vendues à vil prix ; un ingénieur français, M. Marsais, a trouvé le moyen d'agglomérer tous ces menus, d'en former des pains ou briquettes et d'assurer ainsi par cette transformation un écoulement facile à la houille jusque-là délaissée, [Presse scientifique 1861, t. III, p. 816]

    S. m. Les menus des houillères, petits fragments qu'on utilise en les agglomérant avec du brai.

  • 4 Fig. Qui est de moindre conséquence, par opposition à principal. Les menues réparations sont à la charge du locataire. Les menus coûts. Monsieur le mort, j'aurai de vous Tant en argent, et tant en cire, Et tant en autre menus coûts, [La Fontaine, Fabl. VII, 11] Obtenue par beaucoup de menus moyens qui ne sont pas des plus réguliers, [Pascal, Prov. III] Plusieurs herbiers à faire à la fois m'auraient été plus lucratifs, et m'auraient mieux dédommagé des menus frais qu'exigent quelquefois des courses éloignées et l'entrée des jardins curieux, [Rousseau, Lett. à Malesherbes.]
  • 5Menus plaisirs, plaisirs d'agrément et de fantaisie.

    Fig. Tu auras [Caton] pour menus plaisirs toutes les vertus du genre humain à critiquer, [Fénelon, t. XIX, p. 288] Les sots sont ici-bas pour nos menus plaisirs, [Gresset, Méch. II, 1]

    Menus plaisirs, nom qu'on donnait à certaines dépenses du roi, réglées par une administration particulière, et ayant pour objet les cérémonies, les fêtes, les spectacles de la cour. Intendant, trésorier des menus plaisirs, ou, simplement intendant, trésorier des menus. Permettez-moi de vous faire souvenir des Scythes [Tragédie de Voltaire] pour le dernier mois de votre règne des menus, [Voltaire, Lett. Richelieu, 3 déc. 1769] Le voilà livré à la décoration théâtrale, aux catafalques, aux feux d'artifice, et à toutes les puérilités des menus, [Diderot, Sal. de 1765, œuv. t. XIII, p. 350, dans POUGENS]

    Menus Plaisirs, ou Hôtel des Menus Plaisirs, le lieu où étaient les bureaux, les magasins et les ateliers de cette administration. Cette décoration a été peinte aux Menus Plaisirs, à l'Hôtel des Menus Plaisirs (on met des majuscules).

  • 6 Terme de la liturgie catholique. Menus suffrages, les oraisons qui se disent après l'office, pour la commémoration des saints ; et, par extension, certaines prières courtes qui se disent par dévotion ; il est vieux dans les deux sens.

    Par extension. Menus suffrages, petits profits attachés à une charge, etc. Il a vieilli en ce sens.

  • 7Menue monnaie, la monnaie de cuivre et de billon, et même la petite monnaie d'argent.
  • 8Menu peuple, les petites gens, les classes les plus pauvres parmi le peuple. Ils déchargèrent le menu peuple de tout impôt, ajoutant que les pauvres payaient un assez grand tribut à la république, en nourrissant leurs enfants, [Bossuet, Hist. III, 6] Je me sens obligé d'honneur et de conscience de représenter à Sa Majesté qu'il m'a paru que de tout temps on n'avait pas eu assez d'égard en France pour le menu peuple, et qu'on en avait fait trop peu de cas, [Vauban, Dîme, p. 18] Oh ! sans doute, répondis-je, le menu peuple de Vénus [la planète] n'est composé que de Céladons et de Sylvandres, et leurs conversations les plus communes valent les plus belles de Clélie [roman de Mlle de Scudéry] ; le climat est très favorable aux amours, [Fontenelle, Mond. 4e soir.]
  • 9Dans un sens analogue. Menu officier, les officiers inférieurs. L'air familier avec le soldat et le menu officier faisait aimer M. de Vendôme de la plupart de son armée, [Saint-Simon, 133, 225]
  • 10 S. m. Le menu, les petites circonstances, le détail. Et sans historier le tout par le menu, Il me dit : vous soyez, monsieur, le bien venu, [Régnier, Sat. X] Tu m'en veux informer en vain par le menu, [Corneille, la Veuve, IV, 6] Je vous disais de cet ardent désir Tout le menu.... [La Fontaine, Magn.] Il [Furia] a tenu, feuilleté, examiné, décrit et noté par le menu chaque page de ce petit volume, sans se douter seulement de ce qu'il contenait, [Courier, Lettres à M. Renouard.]
  • 11Le menu d'un repas, le détail de ce qui le compose. Il y a vingt ans que je n'ai lu que la liste de mes vins et le menu de mon soupé, [Marmontel, Cont. mor. Philos. soi-dis.]
  • 12Menu linge. On a mis à la lessive tant de paquets de menu.
  • 13 Terme de rôtisseur. Il se dit des foies et des ailes des poulets et des chapons qu'on vend pour fricassée. Une fricassée de menu. Inusité présentement ; on dit un abatis.
  • 14Petit diamant taillé en rose ou en brillant.
  • 15Menu, nom vulgaire et spécifique du cycloptère menu (poissons malacoptérygiens).
  • 16 Adv. En petits morceaux. Hachez cela menu.

    On l'a haché menu comme chair à pâté, on l'a cruellement massacré, on l'a percé de mille coups.

    Par menace. Vous serez haché menu comme chair à pâté. Bonnes gens qui fauchez, si vous ne dites au roi que le pré que vous fauchez appartient à M. le marquis de Carabas, vous serez tous hachés menu comme chair à pâté, [Perrault, Chat botté.]

    Piquer menu, mettre dans une viande à cuire beaucoup de lardons menus. Mlle du Plessis.... nous disait hier.... qu'aux noces de sa belle-mère on avait mangé pour un jour douze cents pièces de rôti.... nous trouvâmes qu'il fallait qu'ils fussent du moins trois cents piqueurs pour piquer menu, [Sévigné, 15 juill. 1671]

    Écrire menu, écrire en lettres fort petites. Il leur promit de leur faire un beau livre de philosophie, écrit fort menu pour leur usage, et que dans ce livre ils verraient le bout des choses, [Voltaire, Microm. ch. 7]

    Dru et menu, fort et beaucoup. Le marquis de Villena lève son petit bâton et le laisse tomber de toute sa force dru et menu sur les oreilles et sur les épaules du cardinal [Albéroni], [Saint-Simon, 476, 126]

    Marcher, trotter dru et menu, marcher vite à petits pas.

SYNONYME

MENU, MINCE. Ce qui est menu n'a de grosseur en aucun sens. Ce qui manque à ce qui est mince, est l'épaisseur. Une jambe menue, une écriture menue ; une planche mince, une étoffe mince. On dit un grand mince ; mais une personne menue est nécessairement petite.

HISTORIQUE

XIe s. Le blanc haubert dont la maille est menue, [Ch. de Rol. CII] Cheent i [il y tombe] foudres et menut et sovent, [ib. CIX] De mes pechez, des granz et des menus, [ib. CLXXII]

XIIe s. Et de son fort haubert qui fu maillez menu, [Ronc. 196] Et li douz chans des menus oisillons, [Couci, XII] Li nez moult très bien fait, les denz menuz et blanz, [Sax. V] Si les destranche et abat el sablon, Com charpenter fet meü bochillon, [Bat. d'Aleschans, V. 5869]

XIIIe s. Je dout [crains] qu'à ce viegne [vienne], Que France s'en plaigne, Et chascuns, gros et menu, Et li jeune et li chenu, [Hues de la Ferté, Romanc. 190] Mainte menue gent s'en emblerent par les nés [navires] de marcheans, [Villehardouin, LIV] J'ay mes petits enfans à qui je sui tenus Plus qu'aux povres estranges ne qu'aux freres menus [les frères mineurs, les moines mendiants], [Du Cange, menudetae.]

XVe s. De vins et de vivres dans le chastel avoient ils assez et largement [les assiégés], mais des autres menues choses, le siege durant, eurent ils grand necessité, [Froissart, II, II, 12] Exercer le menu mestier de la ville de Saint-Denis, consistant à vendre et achepter œufs, fromages, volailles et autres menues denrées appartenant audit menu mestier, [Bibl. des ch. 4e série, t. III, p 482] Ce qui avoit esté fait oultrageusement et à leur grand tort, que ce avoit fait le menu peuple, [Boucic. III, 8] Puis se trouverent trois estas, Qui firent grant division Du peuple, et grant commocion Des menus encontre noblesse, [Deschamps, Poésies mss. f° 572] Le roy le regarde en soubriant assez esmerveillé, en pensant que si jeune homme et de assez menue façon allast contre ce chevalier poulain [polonais], [Jehan de Saintré, ch. 48] Elle venoit souvent et menu coudre et filer auprès de ce clerc, [Louis XI, Nouv. XXIII] Pour enrichir et embellir le dessus dit cordon, il luy auroit fait mettre quatre ou cinq perles et menues pensées [sorte d'ornement qui se mettait aux mouchoirs des dames], [Aresta amorum, p. 107, dans LACURNE]

XVIe s. La ferme des menues-boires, comme cidre, poiré, biere et cervoises, Lett. patent. nov. 1559. Puisque vous avez et tenez du menu [de la petite monnaie], je vous prie de me bailler le change d'un escu, [Bouchet, Serées, liv. III, p. 54, dans LACURNE] Et s'il te plaist, menu les briseras, Aussi aisé comme un vaisseau de terre, [Marot, IV, 228] Et n'est jà besoing maintenant de conter par les menus, lequel de nous a plus mis en la communauté, [La Boétie, 159] Le menu bestail, [La Boétie, 191] Si vous voyez à la fontaine Quelque jeune Samaritaine, Y courriez bien si menu, Ribaud ? [Saint-Gelais, 100] Il estoit fort gresle et fort menu par le fonds du corps, [Amyot, Philop. 3] Menuz deviz durant le disner, à la louange des decretales, [Rabelais, Pant. IV, 51] Socrates, luy faisant advouer par le menu l'excellence de leur forme de gouvernement, [Montaigne, I, 153]

ÉTYMOLOGIE

Provenç. menut ; cat. menud ; esp. menudo ; port. miudo ; ital. minuto ; du lat. minutus, de minuere, amoindrir, du même radical que minus, moins. On remarquera dans l'historique la forme meü, et, dans le portugais, miudo.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MENU. Ajoutez :
17Anciennement dans la boucherie, le menu, la viande de veau et de mouton. On comptait alors [1750-1780] que le boucher de Paris débitait 300 livres de viande de veau et de mouton, dénommés menu, pour un bœuf de 600 livres, [A. Husson, les Consommations de Paris, p. 142]

REMARQUE

Pour menus suffrages, voyez, afin de compléter, l'article SUFFRAGE au n° 3 et au Supplément.