« carabine », définition dans le dictionnaire Littré

carabine

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

carabine

(ka-ra-bi-n') s. f.
  • Fusil à canon rayé en dedans. Comme il retournait à son camp, il reçut un coup de carabine qui lui perça la botte et lui fracassa l'os du talon, [Voltaire, Charles XII, 4]

    Mousqueton ou fusil court de cavalerie.

    XVIe s. La cavalerie du prince avoit quité les lances, et avoient presque tous des carrabines, desquelles, avant de tirer le pistolet, ils avoient abatu la pluspart des piquiers de la longueur de leur bois, [D'Aubigné, Hist. III, 442]

ÉTYMOLOGIE

Espagn. portug. et ital. carabina (voy. CARABIN 1).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CARABINE. Ajoutez :

Nom donné autrefois aux petites armes à feu à rouet employées jadis par la cavalerie.

Carabine rayée, carabine ayant à peu près les mêmes dimensions que la carabine de la cavalerie ; elle présentait, à la surface intérieure de l'âme du canon, des rayures parallèles à l'axe, dont l'objet était de faciliter l'introduction de la balle, que l'on forçait en la chassant avec une baguette à coups de maillet ; les rayures ont été ensuite tordues en hélice, de manière à forcer la balle à prendre, dans l'air, un mouvement de rotation.

Nom donné en dernier lieu à des armes plus longues que la carabine de cavalerie, rayées, de précision et destinées à l'armement de corps spéciaux ; elles sont à percussion. Ces armes ont été successivement les suivantes : 1° carabine à chambre : le canon présente, à la culasse, un rétrécissement ou chambre dans lequel se place la poudre ; la balle entre librement dans le canon, prend appui sur l'entrée de la chambre, et on la force en l'aplatissant à coups de baguette ; la balle est sphérique ; 2° carabine à tige : la chambre est remplacée par un espace annulaire ménagé entre le canon et une tige fixée à la culasse ; c'est sur l'extrémité de cette tige que la balle prend appui quand on la force ; la balle est cylindro-conique ; 3° carabine à balle évidée : il n'y a ni chambre, ni tige ; la balle, cylindro-ogivale, est conduite librement avec la baguette jusque sur la poudre ; elle n'est pas forcée pendant le chargement, mais elle présente un évidement intérieur d'une forme quelconque, qui s'élargit sous l'expansion des gaz de la poudre, et force la surface extérieure de la balle dans les rayures.

Grosse carabine, nom donné quelquefois au fusil de rempart rayé.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : M. Sayous rappelle les tentatives faites pour expliquer carabine et signale l'opinion de Hammer qui le rapproche de karavinas, nom d'un peuple mongol, Rev. crit. 21 mars 1874, p. 192.