« cène », définition dans le dictionnaire Littré

cène

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

cène

(sê-n') s. f.
  • 1Le souper que Jésus-Christ fit avec les apôtres la veille de sa passion. Le jour de la cène Jésus-Christ lava les pieds à ses apôtres.

    Tableau qui représente la Cène de Jésus-Christ. La Cène de Léonard de Vinci.

  • 2La cérémonie où des princes, le pape, des prélats, des supérieurs de communautés servent les pauvres après leur avoir lavé les pieds, en mémoire de la cène de Jésus-Christ. Les Lorrains ne se trouvaient jamais à l'adoration de la croix ni à la cène, à cause de la dispute de la préséance avec les ducs, Saint-Simon, 27, 59.
  • 3La communion, et spécialement la communion sous les deux espèces, comme la font les protestants. Ce n'est pas faire la cène que d'en recevoir les signes, Bossuet, Déf. comm. Ils firent la cène avec Luther en signe de paix, Bossuet, Var. 4.

HISTORIQUE

XIIe s. He Dex, ce dist li rois, qui goustas à la çaine, Saxons, XX.

XIIIe s. Quant passée ert la quarantaine Et vendra le jor de la çaine, Rutebeuf, II, 138. Le mont Syon où Dieux conversa charneulment et fist la cene, Psautier, f° 95. Vos devez croire que nostres sires vint en terre por sauver lou pueple, et que il sist à la cienne, Merlin, f° 53, verso.

XIVe s. Chiés un hermite vinrent le soir ou [au] bois d'Ardene ; Li sains hons fist bon feu, mais poure fut la cene [le repas], Girart de Ross. 1999.

ÉTYMOLOGIE

Bourguig. faire la çaine, souper ; provenc. espagn. et ital. cena ; portug. cea ; du latin coena et aussi cena qu'on trouve dans un très ancien manuscrit de Plaute.