« argenter », définition dans le dictionnaire Littré

argenter

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

argenter

(ar-jan-té) v. a.
  • 1Couvrir de feuilles d'argent ou d'une couche d'argent. Argenter un vase. Je suis un sou de bon aloi, Mais en secret argentez-moi, Et me voilà fausse monnaie, [Béranger, Refus.]
  • 2Donner l'aspect, l'éclat de l'argent. .... sur son char, Diane, ouvrant les cieux, Argente mollement les flots silencieux, [Lebrun, dans GIRAULTDUVIVIER] Ce grand front chauve et cette barbe épaisse Que tous les jours argente la vieillesse, [Malfilâtre, Narcisse, III]

HISTORIQUE

XIIIe s. Pennes de colomb seur-argentées vous aparront, ce est la biautez des anges, [Psautier, f° 78] Et que nus orfevres ne face ouvrage de keuvre [cuivre] ki soit dorés ne argentés, se ce n'est ouvrage d'eglise, [Tailliar, Recueil, p. 241]

XVIe s. Le roy auré estoit sus le carreau blanc ; le roy argenté sus le carreau jaulne, [Rabelais, Pant. V, 24] Une barbelette argentée, [Du Bellay, J. VII, 39, verso.] [Le corbeau] Estoit jadis si blanc et argenté Qu'egal estoit aux colombelles coyes, [Marot, t. IV, p. 84] Ilz avoient les pouppes de leurs galeres toutes dorées, les rames argentées, [Amyot, Pomp. 36] Ces dents, ainçois deux rempars argentez, [Ronsard, 74] Et lors que vos cheveux deviendront argentez, [Ronsard, 301]

ÉTYMOLOGIE

Argent ; provenç. argentar.