« gaule », définition dans le dictionnaire Littré

gaule

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

gaule

(gô-l') s. f.
  • 1Grande perche. C'est avec une gaule qu'on abat les noix. Si j'avais tué une dinde sauvage, un ramier, un faisan des bois, nous le suspendions devant le chêne embrasé, au bout d'une gaule plantée en terre, et nous abandon nions au vent le soin de tourner la proie du chasseur, [Chateaubriand, Atala, le Récit, les Chasseurs]
  • 2Bâton. Tu peux choisir, ou de manger trente aulx, Ou de souffrir trente bons coups de gaules, Bien appliqués sur tes larges épaules.... [La Fontaine, Paysan.] Il ne me fallait pas payer en coups de gaule, [Molière, l'Ét. II, 9] Champagne un beau matin reçut cent coups de gaule, Que depuis plus d'un an lui promettait Lafleur : Dieu soit loué ! dit-il, en se frottant l'épaule, Me voilà guéri de la peur, [Pons, (de Verdun), Contes et poés. div. p. 93]
  • 3 Terme de manége. Petite branche de houx, ou baguette très flexible servant à instruire ou à châtier les chevaux. La gaule est la houssine que le cavalier tient de la main droite, tant pour représenter l'épée que pour conduire le cheval, [Richelet] Et tenant une gaule, Ainsi qu'à leurs chevaux nous en flattent l'épaule, [Régnier, Sat. IV]

    Main de la gaule, la main droite du cavalier, celle qui tient la houssine.

    Aider de la gaule, en frapper légèrement sur l'épaule du cheval.

  • 4 Terme de pêche. Manche de la ligne.
  • 5 Terme de marine. Levier qui meut le piston d'une pompe.

    Gaule d'enseigne, bâton de pavillon de poupe.

HISTORIQUE

XIVe s. Item pour quatre cens de waules, [Du Cange, waula.] L'exposant happe ou embrace une vaule ou fourche, [Du Cange, vallo.]

XVe s. Ma damoyselle par maniere Se façonne comme une gaule, Et porte ung long touret derriere Pour musser une faulce espaule, [Coquillart, Droits nouv.]

XVIe s. Souple et droite comme une gaule, [Marot, I, 202] Les mestaiers, qui là auprès challoient les noiz, accoururent avecques leurs grandes gaules, [Rabelais, Garg. I, 25]

ÉTYMOLOGIE

Normand et picard, vaule ; Hainaut, waule ; probablement du latin vallus, pieu. Diez, remarquant que le mot paraît appartenir au nord de la France, préfère le goth. valus, en frison walu, bâton. On peut aussi songer au celtique : breton, gwalen, verge ; kymri, gwialen ; cornw. guaylen.