« élève », définition dans le dictionnaire Littré

élève

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

élève [1]

(é-lè-v') s. m.
  • 1Celui, celle qui reçoit ou qui a reçu les leçons, l'enseignement de quelqu'un dans les arts ou dans les sciences. Le maître et les élèves. Un élève du peintre David.

    Il se dit particulièrement, dans certains arts, de celui qui suit la manière d'un maître. Ce peintre a fait de bons élèves.

  • 2Celui, celle qui reçoit l'instruction dans un lycée, dans un collége, dans une pension, dans une école spéciale, comme l'École polytechnique, l'École normale, etc.

    Il se dit aussi de celui ou de celle qui reçoit de quelqu'un l'éducation intellectuelle et morale. Attendez avec patience le développement du cœur et de l'esprit de vos élèves, Genlis, Adèle et Théod. t. III, Lett. 15, p. 105, dans POUGENS.

    Fig. Cet odieux chrétien, l'élève de la France, Voltaire, Zaïre, IV, 7.

  • 3Titre que portaient dans l'ancienne Académie des sciences les hommes qui y étaient admis à un degré d'abord inférieur. Nous ne craignons point de comparer à un des plus grands sujets [Mariotte] qu'ait eus l'Académie, un simple élève tel qu'était M. Amontons ; le nom d'élève n'emporte parmi nous aucune différence de mérite, il signifie seulement moins d'ancienneté et une espèce de survivance, Fontenelle, Amontons. M. du Hamel, ayant passé dans la classe des anatomistes, nomma M. Littre pour son élève, titre qui se donnait alors et qu'on a eu la délicatesse d'abolir, quoique personne ne le dédaignât, Fontenelle, Littre.
  • 4Élève de Mars, voy. MARS.
  • 5Jeune animal dont l'éducation et le développement ne sont point terminés.
  • 6 Terme d'horticulture. Se dit des plantes, des arbres que l'on a semés ou plantés, ou dont on a eu des variétés nouvelles. Faire des élèves.

SYNONYME

ÉLÈVE, DISCIPLE, ÉCOLIER. L'écolier se prend absolument et signifie celui qui suit une école. Dans l'usage actuel on ne l'applique qu'à ceux qui reçoivent l'éducation secondaire, celle des lycées et colléges ou institutions analogues ; dans l'ancienne université on le disait de ceux qui en suivaient les cours. Élève a un sens plus général ; il s'applique aux écoles primaires, aux colléges, aux écoles spéciales, aux facultés : les élèves en médecine ; les élèves de ce peintre. Enfin, dans disciple, l'idée de recevoir l'enseignement de la bouche d'un maître a disparu ; le disciple apprend aussi bien en lisant qu'en écoutant ; il s'attache à des doctrines : Aristote fut disciple de Platon.

ÉTYMOLOGIE

Voy. ÉLEVER.