Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS, auteur cité dans le Littré

GENLIS (1746-1830)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GENLIS a été choisie.

1370 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs à l’éducation des Princes, des jeunes personnes et des hommes 1782 215 citations
Les mères rivales; ou, La calomnie 1797 79 citations
Les Veillées du château, ou Cours de morale à l'usage des enfants 1782 212 citations
Les vœux téméraires ou l'enthousiasme 1791 61 citations
Madame de Maintenon, pour servir de suite à l'histoire de Mlle de La Vallière 1806 117 citations
Mademoiselle de La Fayette, ou le Siècle de Louis XIII 1813 72 citations
Maison rustique, pour servir à l'éducation de la jeunesse, ou, Retour en France d'une famille émigrée : ouvrage où l'on trouve toutes les instructions nécessaires pour bâtir une maison de campagne 1810 208 citations
Théâtre d'éducation 309 citations

Quelques citations de Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1370 citations dans le Littré.

  1. Depuis une heure, uniquement occupé de Julie, j'avais oublié l'univers.
    Veillées du château t. I, p. 316 (univers)
  2. Vous avez formé beaucoup d'intrigues, et jamais un attachement véritable.
    Ad. et Théod. t. III, lett. 42, dans POUGENS (former)
  3. La surprise, la joie, trop de mouvements agitent mon âme, elle ne peut y suffire.
    Théât. d'éd. Zélie, v, 10 (suffire)
  4. Les rancunes de l'amitié sont plus durables que toutes les autres ; elles survivent à la colère.
    Vœux témér. t. III, p. 133, dans POUGENS (rancune)
  5. Passez cette sauce dans un tamis, faites-la réduire sur le feu…
    Maison rustique, t. I, p. 108, dans POUGENS (passer)
  6. Les fredaines qu'on fait ensemble rendent camarades.
    Théâtre d'éduc. la Curieuse, III, 5 (fredaine)
  7. Vous lui donnerez pour notre église un voile de calice que je vous envoie, et que j'ai brodé moi-même.
    Mères riv. t. III, p. 75, dans POUGENS (voile [1])
  8. Il existe en Bourgogne plusieurs vignes dont la plantation date de plus de quatre cents ans.
    Maison rust. t. III, p. 285, dans POUGENS (vigne)
  9. Ses petits vers de société lui procurent ici de grands succès.
    Mères riv. t. I, p. 9, dans POUGENS (vers [1])
  10. Le baron observait malignement ; son ami rêvait.
    Vœux téméraires, t. III, p. 122, dans POUGENS (observer)
  11. On connaît que l'eau commence à être viciée, c'est-à-dire privée de l'air propre à la respiration, lorsque le poisson monte à la surface et sort le museau de l'eau.
    Maison rust. t. III, p. 407, dans POUGENS (museau)
  12. Il est ridicule… - infiniment, cela est vrai, parce qu'il a toujours avec les femmes un ton léger ou méprisant.
    Ad. et Th. t. III, p. 25, dans POUGENS (ton [2])
  13. Les croyant de retour, elle avait été chez eux sans les trouver, et ils venaient lui rendre sa visite.
    Veillées du château t. I, p. 424, dans POUGENS (rendre)
  14. Quand il a voulu me tourner pour savoir le nom de celui que vous préfériez.
    Théât. d'éduc. Amant anon. IV, 2 (tourner)
  15. Ce tableau m'a rappelé celui de Greuze qui représente une petite fille pleurant la mort de son serin.
    Ad. et Th. t. III, p. 411, dans POUGENS (serin, ine)
  16. Mme de Montespan renvoya au roi toutes les pierreries qu'elle tenait de lui ; le roi ne voulut pas les recevoir.
    Mme de Maintenon, t. II, p. 250, dans POUGENS (pierreries)
  17. Elle pouvait écarter la réflexion, et non se soustraire à la souffrance.
    Mlle de Clermont, p. 171, dans POUGENS (écarter)
  18. Son caractère est impérieux ; elle n'aime véritablement que ceux qu'elle gouverne.
    Mlle de la Fayette, p. 143, dans POUGENS (impérieux, euse)
  19. Quoiqu'elle eût une discrétion parfaite, elle ne fut jamais mystérieuse.
    Mme de Maintenon, t. II, p. 34, dans POUGENS (mystérieux, euse)
  20. J'ai expressément exigé d'Adèle, qu'elle ne laissât point faire de mémoires à sa femme de chambre.
    Ad. et Théod. t. II, p. 264, dans POUGENS (mémoire [2])