Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS, auteur cité dans le Littré

GENLIS (1746-1830)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GENLIS a été choisie.

1370 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs à l’éducation des Princes, des jeunes personnes et des hommes 1782 215 citations
Les mères rivales; ou, La calomnie 1797 79 citations
Les Veillées du château, ou Cours de morale à l'usage des enfants 1782 212 citations
Les vœux téméraires ou l'enthousiasme 1791 61 citations
Madame de Maintenon, pour servir de suite à l'histoire de Mlle de La Vallière 1806 117 citations
Mademoiselle de La Fayette, ou le Siècle de Louis XIII 1813 72 citations
Maison rustique, pour servir à l'éducation de la jeunesse, ou, Retour en France d'une famille émigrée : ouvrage où l'on trouve toutes les instructions nécessaires pour bâtir une maison de campagne 1810 208 citations
Théâtre d'éducation 309 citations

Quelques citations de Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1370 citations dans le Littré.

  1. La vive rougeur de Mme de Maintenon rendait, dans cet instant, sa figure éblouissante.
    Mme de Maintenon, t. II, p. 20, dans POUGENS (éblouissant, ante)
  2. Le meilleur suif est toujours le plus nouveau, le plus ferme et le plus sec, le mieux sonnant et le plus pur.
    Maison rust. t. I, p. 270, dans POUGENS (suif)
  3. Par quel hasard, chevalier, portez-vous donc ce fatras de lettres ?
    Th. d'éduc. le Méchant par air, III, 4 (fatras)
  4. Mme Scarron remporta de cet entretien une vive reconnaissance et une grande tranquillité d'esprit.
    Mme de Maintenon, t. I, p. 32, dans POUGENS (remporter)
  5. Un son terrible parvint à son oreille, c'est celui de la sonnette funèbre qui précède et qui annonce les derniers sacrements que l'on porte aux mourants.
    Mlle de Clermont, p. 152, dans POUGENS (sonnette)
  6. Ensevelissons ma vie ainsi que ma douleur dans une éternelle et profonde solitude.
    Mlle de Lafayette, p. 102, dans POUGENS (ensevelir)
  7. En dansant, un petit rang de perles s'est détaché de son habit ; je m'en suis emparé, sans que personne s'en soit aperçu.
    Mères riv. t. III, p. 150, dans POUGENS (rang)
  8. On marchait dans la chambre ; ce qui formait de grandes ombres fugitives qui passaient avec rapidité devant les fenêtres.
    Mlle de Clermont. p. 106, dans POUGENS (ombre [1])
  9. Dans le reste du jour, distraite et préoccupée, elle ne prit guère de part à la conversation.
    Mme de Maintenon, t. II, p. 30, dans POUGENS (préoccupé, ée)
  10. Le lieu, environné de montagnes, de précipices profonds, de rochers couverts de mousses et de verdure, suffisait à lui seul pour dégoûter à jamais de ces froids jardins à l'anglaise où l'on a voulu follement imiter de semblables effets.
    Veillées du chât. t. I, p. 240, dans POUGENS (jardin)
  11. Les bois doivent être vieux coupés et bien secs, quand on les emploie, afin qu'ils ne se déjettent point.
    Maison rust. t. I, p. 49, dans POUGENS (vieil ou vieux, vieille)
  12. Les marchands doivent garantir leurs chevaux de pousse, morve, courbature et d'être boiteux d'un vieux mal.
    Maison rust. t. I, p. 178, dans POUGENS (pousse [1])
  13. S'il est des préservatifs contre l'amour, l'amitié seule peut les donner.
    Ad. et Théod. t. II, p. 262, dans POUGENS (préservatif, ive)
  14. Conservez cette mixtion, et en mettez souvent sur vos cors qui guériront en peu de temps.
    Maison rust. t. II, ch. 21, dans POUGENS (mixtion)
  15. L'inconnue n'était pas de la première jeunesse, mais elle était d'une beauté parfaite.
    Ad. et Théod. t. II, p. 316 (jeunesse)
  16. Un petit homme dont la mine était aussi dédaigneuse que rembrunie.
    Veillées du château t. III, p. 436, dans POUGENS (rembruni, ie)
  17. Défigurant son beau visage par des ris aussi forcés que bruyants.
    Ad. et Th. t. I, p. 89, dans POUGENS (ris [1])
  18. Les rideaux de son lit étaient tirés, de manière que je pouvais entrer sans être aperçue.
    Vœux témér. t. II, p. 120 (tiré, ée)
  19. La bonne façon de traire est de conduire la main depuis le haut du pis jusqu'en bas sans interruption.
    Maison rust. t. I, p. 229, dans POUGENS (traire)
  20. Elle pleurnichait sous prétexte de sa vieille tante…
    Théât. d'éd. la Lingère, II, 4 (pleurnicher)