Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS, auteur cité dans le Littré

GENLIS (1746-1830)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GENLIS a été choisie.

1370 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs à l’éducation des Princes, des jeunes personnes et des hommes 1782 215 citations
Les mères rivales; ou, La calomnie 1797 79 citations
Les Veillées du château, ou Cours de morale à l'usage des enfants 1782 212 citations
Les vœux téméraires ou l'enthousiasme 1791 61 citations
Madame de Maintenon, pour servir de suite à l'histoire de Mlle de La Vallière 1806 117 citations
Mademoiselle de La Fayette, ou le Siècle de Louis XIII 1813 72 citations
Maison rustique, pour servir à l'éducation de la jeunesse, ou, Retour en France d'une famille émigrée : ouvrage où l'on trouve toutes les instructions nécessaires pour bâtir une maison de campagne 1810 208 citations
Théâtre d'éducation 309 citations

Quelques citations de Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1370 citations dans le Littré.

  1. Ne savez-vous pas que je me mettrais au feu pour vous faire plaisir ?
    Théât. d'éduc. la Lingère, I, 2 (feu [1])
  2. Si l'on porte encore des culs, dans ce cas je vous prierai de m'en envoyer deux.
    Adèle et Théodore, t. II, lett. 28 (cul ou cu)
  3. Je hais bien ces vilains hommes-là qui veulent enjôler les filles.
    Théâtre d'éduc. la Lingère, I, 2 (enjôler)
  4. On m'a fait entendre, par exemple, qu'elle est fausse, et il n'existe peut-être pas au monde une femme plus franche et plus naturelle.
    Théât. d'éduc. le Méchant par air, II, 1 (naturel, elle)
  5. Il y eut ce soir un monde prodigieux au cercle de la reine.
    Mlle de la Fayette, p. 265, dans POUGENS (monde [1])
  6. Ses bras se roidissent, la pâleur de la mort couvre son front.
    Ad. et Th. t. II, p. 50, dans POUGENS (roidir ou raidir)
  7. Le peintre que j'employais est un homme que j'ai mis à la mode.
    Théât. d'éduc. Zélie, I, 2 (mode [2])
  8. Elle a de la grâce et de la douceur dans ses manières, un ton fort noble.
    Th. d'éduc. Ennemis génér. I, 5 (ton [2])
  9. J'ai mes pauvres que j'affectionne ; cet argent qu'on m'oblige à donner leur appartient ; la dame quêteuse le leur ravit.
    Ad. et Théod. t. III, p. 293, dans POUGENS (quêteur, euse)
  10. Ce que je ne comprends pas, c'est que l'envie de rire ne vous ait pas pris en voyant nos mines effarées.
    Th. d'éduc. l'Amant anonyme, III, 3 (effaré, ée)
  11. Alors Sainville, pour toute réponse, tira sa montre et la fit sonner.
    Vœux témér. t. III, p. 53, dans POUGENS (sonner)
  12. Pour acquérir cette connaissance, il faudra que vous entriez dans beaucoup de petits détails très minutieux.
    Ad. et Théod. t. II, lett. 37, p. 303, dans POUGENS. (entrer)
  13. La terre des taupinières a son mérite, lorsque l'animal travaille dans un sol depuis longtemps en prairie.
    Maison rust. t. III, p. 269, dans POUGENS (taupinée ou taupinière)
  14. Il a vingt-huit ans, il est son maître, il vous aime avec passion ; qui peut l'empêcher de vous épouser ?
    Théât. d'éduc. I, 7 (maître)
  15. Je trouvai mon ami Florbel attristé et moins aimable ; le commerce d'une femme sans usage du monde, sans instruction et dépourvue d'esprit, l'avait rouillé.
    Parvenus, t. III, p. 237, dans POUGENS (rouiller [1])
  16. Le travail des ministres chez Mme de Maintenon parut avec raison la chose du monde la plus surprenante.
    Mme de Maintenon, t. II, p. 112, dans POUGENS (travail)
  17. À l'égard de son éducation si vantée, je n'en vois pas le merveilleux.
    Adèle et Théod. t. III, p. 161, dans POUGENS (merveilleux, euse)
  18. Elle ne juge plus d'après l'extérieur les phrases et les démonstrations ; elle est guérie de l'engouement.
    Adèle et Théod. t. III, lett. 58, p. 408, dans POUGENS (engouement)
  19. Il est véritablement d'une fort jolie tournure.
    Ad. et Th. t. II, p. 161 (tournure)
  20. Vous la tenez sur le gril.
    Théât. d'éduc. la Rosière, II, 1 (gril)