Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS, auteur cité dans le Littré

GENLIS (1746-1830)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GENLIS a été choisie.

1370 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs à l’éducation des Princes, des jeunes personnes et des hommes 1782 215 citations
Les mères rivales; ou, La calomnie 1797 79 citations
Les Veillées du château, ou Cours de morale à l'usage des enfants 1782 212 citations
Les vœux téméraires ou l'enthousiasme 1791 61 citations
Madame de Maintenon, pour servir de suite à l'histoire de Mlle de La Vallière 1806 117 citations
Mademoiselle de La Fayette, ou le Siècle de Louis XIII 1813 72 citations
Maison rustique, pour servir à l'éducation de la jeunesse, ou, Retour en France d'une famille émigrée : ouvrage où l'on trouve toutes les instructions nécessaires pour bâtir une maison de campagne 1810 208 citations
Théâtre d'éducation 309 citations

Quelques citations de Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1370 citations dans le Littré.

  1. Les scieurs et les faucheurs sont ordinairement à leur tâche.
    Maison rust. t. III, p. 28, dans POUGENS (tâche [1])
  2. C'est encore [les gouttes anodines d'Angleterre] un grand remède pour calmer les vomissements et arrêter les superpurgations.
    Maison rust. t. II, p. 209, dans POUGENS (superpurgation)
  3. Toutes les résolutions formées dans les premiers mouvements de la colère sont toujours imprudentes.
    Veillées du château t. I, p. 312, dans POUGENS (résolution)
  4. L'extrême étonnement que nous marquons d'une bonne action, est un aveu tacite que nous serions incapables de la faire.
    Ad. et Th. t. I, p. 105, dans POUGENS (tacite)
  5. Je la trouvai susceptible, exagérée, défiante ; voilà les suites amères de l'infortune.
    Théât. d'éduc Ennem. génér. II, 3 (exagéré, ée)
  6. Il faut que je vous quitte, mon ami ; la nuit est tout à fait tombée.
    Vœux témér. t. III, p. 179, dans POUGENS (tomber)
  7. Les pierres de roche et de meulière sont fort estimées pour la maçonnerie, surtout dans les fondements.
    Maison rust. t. I, p. 25, dans POUGENS (meulière)
  8. Saviez-vous que c'est moi que ce couplet veut ridiculiser ?
    Théâtr. d'éduc. le Méchant par air, IV, 6 (vouloir [1])
  9. Il est à mourir de rire avec ses idées romanesques.
    Théât. d'éduc. Fausses délicat. II, 11 (rire)
  10. Les éloges indirects sont les seuls qui puissent faire quelque impression.
    Ad. et Théod, t. II, lett. I, p. 1, dans POUGENS (éloge)
  11. Ils furent bientôt à six cents pas du groupe où la reine était arrêtée.
    Mlle de la Fayette, p. 275, dans POUGENS (groupe)
  12. La bouche la plus ingénue ne peut être que l'interprète de la pensée ; elle ne peut que la traduire ; et les regards peignent la pensée même.
    Mères riv. t. II, p. 180, dans POUGENS (regard)
  13. Une passion funeste pendant cinq ans empoisonna ma vie.
    Théât. d'éduc. la Mère rivale, II, 7 (empoisonner)
  14. Je lui trouve de l'esprit et de la gaieté, mais il est caustique et persifleur.
    Mères rivales, t. I, p. 9, dans POUGENS (persifleur)
  15. Vous connaissez ce sourire forcé et cette fausse douceur que la politesse imprime sur le visage.
    Ad. et Théod. t. I, lett. 23, p. 183, dans POUGENS (forcé, ée)
  16. Elle recueille les bénédictions du pauvre, la reconnaissance et les regrets de l'amitié, et l'admiration publique.
    Mères riv. t. III, p. 335, dans POUGENS (recueillir)
  17. Oignons piqués de clous de girofle.
    Maison rust. t. II, p. 112, dans POUGENS (piqué, ée [1])
  18. Vous parlez suivant votre âge, et j'agis selon le mien.
    Théât. d'éduc. la Cloison sc. 12 (suivant [1])
  19. Je n'eus point de trousseau, mais je fus très bien mise le jour de mon mariage.
    Mme de Maintenon, t. I, p. 109, dans POUGENS (trousseau [1])
  20. Quel dommage que tout mon temps soit si rempli !
    Veil. du chât. t. II, p. 186, dans POUGENS (rempli, ie [1])