Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS, auteur cité dans le Littré

GENLIS (1746-1830)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GENLIS a été choisie.

1370 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs à l’éducation des Princes, des jeunes personnes et des hommes 1782 215 citations
Les mères rivales; ou, La calomnie 1797 79 citations
Les Veillées du château, ou Cours de morale à l'usage des enfants 1782 212 citations
Les vœux téméraires ou l'enthousiasme 1791 61 citations
Madame de Maintenon, pour servir de suite à l'histoire de Mlle de La Vallière 1806 117 citations
Mademoiselle de La Fayette, ou le Siècle de Louis XIII 1813 72 citations
Maison rustique, pour servir à l'éducation de la jeunesse, ou, Retour en France d'une famille émigrée : ouvrage où l'on trouve toutes les instructions nécessaires pour bâtir une maison de campagne 1810 208 citations
Théâtre d'éducation 309 citations

Quelques citations de Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1370 citations dans le Littré.

  1. Aussitôt qu'il aperçut son petit-fils, il lui tendit les bras avec l'expression la plus touchante.
    Ad. et Théod. t. III, lett. 67, p. 496, dans POUGENS. (expression)
  2. Les gens moqueurs ne savent rien approfondir ; ils sont toujours superficiels.
    Maison rust. t. II, p. 180, dans POUGENS (moqueur, euse)
  3. J'ai cédé au premier mouvement d'impatience.
    Théât. d'éduc. les Dangers du monde, I, 3 (mouvement)
  4. Le peintre que j'employais est un homme que j'ai mis à la mode.
    Théât. d'éduc. Zélie, I, 2 (mode [2])
  5. Elle [Mme de Maintenon] filait ou travaillait à la tapisserie en dictant ses lettres, et même seule avec le roi.
    Mme de Maintenon, t. II, p. 166, dans POUGENS (filer)
  6. Contrarier ouvertement les grands sentiments est un moyen sûr de les rendre opiniâtres et de les exalter.
    Mlle de Lafayette, p. 153, dans POUGENS (exalter)
  7. Regardez donc, dans le repos de la contredanse, comme elle s'agite, avec quel air familier elle parle à tous ces jeunes gens.
    Ad. et Th. t. I. p. 500, dans POUGENS (repos)
  8. Si un sot vous cite de lui une ineptie qu'il vous vante pour un bon mot…
    Veill. du château, t. III, p. 151 (ineptie)
  9. Ah ! c'est donc ça qu'elle parle un peu patois.
    Théât. d'éduc. la March. de modes, sc. 2 (patois)
  10. Elle le veilla tout le temps de sa maladie, elle reçut son dernier soupir.
    Mme de Maintenon, t. II, p. 177, dans POUGENS (veiller)
  11. Sa sœur, sans quitter son travail, lui suggérait à demi-voix tout ce qu'il devait répondre.
    Veillées du château t. II, p. 170, dans POUGENS (suggérer)
  12. Comme elle tortillait son tablier avec une petite moue gentille !
    Théât. d'éduc. Vrai sage, II, 4 (tortiller)
  13. Jeune, aimable, recherché, vous êtes perdu pour le monde, qui vous regrette et que vous oubliez.
    Théât. d'éduc. la Mère rivale, I, 1 (recherché, ée)
  14. Je retrouvai toute ma paroisse en Allemagne, mais dispersée par le malheur et dans l'état le plus misérable.
    Maison rustique, t. II, p. 7, dans POUGENS (paroisse)
  15. Cette femme si capricieuse, si effrontée pourra bien me reprendre un jour son enfant.
    Mères riv t. II, p. 12, dans POUGENS (reprendre)
  16. On trouve à Gênes de somptueux palais.
    Ad. et Théod. t. II, p. 446, dans POUGENS (somptueux, euse)
  17. La pauvre fille était devenue maigre comme du bois.
    Théât. d'éduc. la March. de modes, sc. 5 (maigre [1])
  18. Rien n'est plus dangereux que de chanter lorsqu'on est enroué ; c'est risquer de perdre sa voix.
    Théâtre d'éduc. Enf. gâté, II, 2 (enroué, ée)
  19. On donne un second ratissage aux allées.
    Maison rust. t. II, p. 483 (ratissage)
  20. Madame Célie avait l'air si affairé… et puis madame est enfermée avec elle au verrou.
    Théâtre d'éduc. la Bonne mère, I, 2 (verrou)