Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS, auteur cité dans le Littré

GENLIS (1746-1830)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme GENLIS a été choisie.

1370 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Adèle et Théodore ou lettres sur l’éducation contenant tous les principes relatifs à l’éducation des Princes, des jeunes personnes et des hommes 1782 215 citations
Les mères rivales; ou, La calomnie 1797 79 citations
Les Veillées du château, ou Cours de morale à l'usage des enfants 1782 212 citations
Les vœux téméraires ou l'enthousiasme 1791 61 citations
Madame de Maintenon, pour servir de suite à l'histoire de Mlle de La Vallière 1806 117 citations
Mademoiselle de La Fayette, ou le Siècle de Louis XIII 1813 72 citations
Maison rustique, pour servir à l'éducation de la jeunesse, ou, Retour en France d'une famille émigrée : ouvrage où l'on trouve toutes les instructions nécessaires pour bâtir une maison de campagne 1810 208 citations
Théâtre d'éducation 309 citations

Quelques citations de Stéphanie Félicité Ducrest de St-Albin, comtesse de GENLIS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1370 citations dans le Littré.

  1. La du Rocher était plus phrasière que jamais.
    Mères riv. t. I, p. 91, dans POUGENS (phrasier)
  2. Une jeunesse comme vous, vendre comme ça toutes ses nippes et en cachette, ça sonne mal.
    Théât d'éduc. la Lingère, I, 2 (sonner)
  3. Ma situation m'oblige à fuir la société, et mon goût me porte à chercher la solitude.
    Veillées du château t. III, p. 468, dans POUGENS (situation)
  4. Malheureusement, ne rougit pas qui veut.
    Ad. et Th. t. II, p. 173, dans POUGENS (rougir)
  5. Me voilà quitte d'un cruel entretien.
    Théât. d'éduc. Zélie, II, 5 (quitte)
  6. L'ignorance et l'innocence sont deux choses très différentes et que l'on confond presque toujours.
    Ad. et Théod. t. II, p. 457, dans POUGENS (ignorance)
  7. On introduit bien avant dans la narine d'où coule le sang un tampon imbibé d'eau styptique.
    Maison rust. t. II, p. 233, dans POUGENS (tampon)
  8. Elle a perdu, pour de petites pilleries qui ne lui ont pas assuré du pain, sa réputation et une pension.
    Théât. d'éduc. la Marchande de modes, SC. 9 (pillerie)
  9. Sans objet de jalousie, sans raison aux yeux du monde, je devins fâcheuse, parce que je me trouvais à plaindre.
    Théât. d'éduc. l'Amant anony. I, 6 (fâcheux, euse)
  10. Oh ! qu'il me paraît vain et frivole ce monde que vous quittez !
    Mères riv. t. III, p. 354, dans POUGENS (vain, aine)
  11. Les hommes n'appellent un médecin que lorsqu'ils sont réellement malades ; les femmes les envoient chercher toutes les fois qu'elles n'ont rien à faire, ou qu'elles ont de l'humeur.
    Veillées du château t. XIII, p. 177, dans POUGENS (médecin)
  12. C'est ainsi qu'avec leur maudit hérisson ils me firent une tête monstrueuse.
    Théât. d'éduc. la Colombe, sc. 3 (hérisson)
  13. Vous me plaisez, et j'ai le plus grand désir de vous tourner la tête.
    Veill. du chât. t. III, p. 450, dans POUGENS (tourner)
  14. Là se trouvait dans toute sa perfection l'art… de faire valoir les autres sans prétendre les protéger.
    Mém. t. II, p. 204 (valoir)
  15. Elle ne doit tous ses défauts qu'au désir de paraître piquante, parce qu'elle est persuadée qu'une personne douce est toujours insipide.
    Ad. et Théod. t. II, p. 181, dans POUGENS (piquant, ante)
  16. La divine Arpalice avait quarante-huit ans, un pied de blanc, des sourcils peints.
    Veillées du château t. III, p. 377, dans POUGENS (pied)
  17. Je me jette à genoux ; ma chère Adèle vient se précipiter à mon cou.
    Ad. et Théod. t. III, p. 415, dans POUGENS (précipiter)
  18. Le ver à soie a deux réservoirs de matière soyeuse.
    Maison rust. t. I, p. 405, dans POUGENS (soyeux, euse)
  19. Il est à mourir de rire avec ses idées romanesques.
    Théât. d'éduc. Fausses délicat. II, 11 (rire)
  20. Vous avez conçu le plan d'un roman héroïque, cela est fâcheux, vos méditations sont perdues ; ceci ne formera qu'une nouvelle dans laquelle nos rôles ne seront pas fort brillants.
    Vœux téméraires, t. I, p. 117, dans POUGENS (nouvelle)