Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE, auteur cité dans le Littré

HAUTEROCHE (1617-1707)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme HAUTEROCHE a été choisie.

357 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Crispin médecin 1674 68 citations
Crispin musicien 1674 16 citations
Le Cocher supposé 1684 37 citations
Le deuil 1672 31 citations
Les apparences trompeuses 1672 38 citations
Les Bourgeoises de qualité 1690 56 citations
Les Nobles de province 1678 39 citations
L'Esprit follet ou La Dame invisible 1684 35 citations

Quelques citations de Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 357 citations dans le Littré.

  1. … Que veux-tu ? c'est peut-être bêtise De croire ce qu'on voit ; mais j'ai cette sottise.
    Nobles de province, IV, 4 (bêtise)
  2. S'attaquer aux esprits, c'est jouer de son reste.
    Esp. foll. III, 2 (reste)
  3. Chacun sur la satire à son gré se contente ; Et les plus circonspects avec tous leurs grands soins Sont ceux le plus souvent qu'on respecte le moins.
    Nobles de province, III, 3 (circonspect, ecte)
  4. Comme Julie va pour heurter, elle rencontre Hilaire qui aveint son passe-partout.
    le Cocher, 15 (aveindre)
  5. Elle a levé son loup, comme par nonchalance, Et s'est pendant ce temps condamnée au silence.
    Espr. follet, V, 2 (loup)
  6. Je voulais ne rien dire et ne pas t'accuser, Et pour ton intérêt l'empêcher de jaser.
    Nobles de prov. II, 3 (jaser)
  7. Votre valet cent fois m'a donné de ces bourdes ; C'est nous prendre en un mot pour franches happelourdes.
    le Souper, se. 19 (happelourde)
  8. Hé ! laissez-moi faire ; nous ne sommes pas si sots que nous sommes mal habillés ; il me croit plus niais que je ne suis.
    Crispin médecin, I, 9 (habillé, ée)
  9. Je veux boire avec lui, m'en dût-il coûter pot, Et trinquer tête à tête en tire-larigot.
    l'Amant qui ne flatte pas, III, 1 (larigot)
  10. Nérine : … Avec un valet me mettre en compromis ! Ce nouveau procédé me paraît fort étrange. - Sturgon : Point : les vers qu'il dira sont à votre louange !
    Appar. tromp. I, 11 (vers [1])
  11. Il faut avouer que, quand la vieillesse se met l'amour en tête, elle fait plus d'extravagances que la jeunesse.
    Crisp. méd. III, 4 (tête)
  12. On dirait d'un seigneur, tant il le porte haut.
    Bourg. de qual. III, 4 (porter [1])
  13. Marin : vous voyez clairement qu'elle seule est le maître et la maîtresse - Mirobolan : vous ne savez ce que vous dites. - Marin : non, mais je sais que vous venez d'être furieusement repoussé à la demi-lune.
    Crispin médecin, I, 4 (demi-lune)
  14. Vous saurez que ma maîtresse a perdu un petit chien qu'elle aime éperdument, qu'elle s'en désespère et qu'elle en met la faute sur moi.
    Crispin médecin, II, 7 (désespérer)
  15. Mais encore, de quelles pilules ? Les premières venues de chez l'apothicaire.
    Crisp. médec. II, 5 (venu, ue)
  16. Par ses yeux radoucis je vois qu'on vous pardonne.
    App. tromp. III, sc. dern. (radouci, ie)
  17. Je veux savoir absolument quel est ce drôle avec qui elle a des intelligences.
    le Cocher, sc. 3 (drôle)
  18. Ce noir déguisement cache au moins quelque chose.
    Deuil, SC. 1 (déguisement)
  19. Votre père, votre oncle, enfin tout le lignage Regorge de santé ; rien ne meurt, dont j'enrage.
    le Deuil, 1 (regorger)
  20. L'Auvergne est justement ce qu'il faut à ma sœur.
    Bourg. de qualité, III, 1 (justement)