Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE, auteur cité dans le Littré

HAUTEROCHE (1617-1707)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme HAUTEROCHE a été choisie.

357 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Crispin médecin 1674 68 citations
Crispin musicien 1674 16 citations
Le Cocher supposé 1684 37 citations
Le deuil 1672 31 citations
Les apparences trompeuses 1672 38 citations
Les Bourgeoises de qualité 1690 56 citations
Les Nobles de province 1678 39 citations
L'Esprit follet ou La Dame invisible 1684 35 citations

Quelques citations de Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 357 citations dans le Littré.

  1. Donc, quoiqu'on ait tantôt fourragé nos valises.
    Espr. follet, III, 4 (fourrager)
  2. Vous m'accusez à tort, je ne suis point railleuse.
    les Appar. tromp. I, 12 (railleur, euse)
  3. Crispin : Allons donc, sans façon, çà le baiser de paix… - Florine : Au retour. - Crispin : Souviens-t'en ; ah ! bouchon, tes attraits Sans cesse avec plaisir m'attirent…
    Nobles de province, IV, 5 (bouchon [2])
  4. Je devais l'épouser ; mais je ne veux plus d'elle. - Plus de moi ! - Quoi ! Crispin ! - Elle fait la donzelle, Monsieur, et, s'il vous plaît, je ne suis point un sot.
    Nobles de prov. II, 3 (donzelle)
  5. Va m'attendre là-haut avec de la lumière.
    Espr. follet, III, 3 (lumière)
  6. Que d'un bois fait en fourche on décore mon front.
    App. trompeuses, I, 12 (fourche)
  7. Ou toutes les règles de la métoposcopie et de la physionomie sont fausses, ou il devait être pendu.
    Crispin méd. II, 4 (physionomie)
  8. Mais, monsieur, solfiez pour plus d'intelligence ; Je vous comprendrai mieux. - Qui ? moi ! moi solfier ! C'est me traiter par là de petit écolier.
    Crisp. music. II, 10 (solfier)
  9. Chacun sur la satire à son gré se contente ; Et les plus circonspects avec tous leurs grands soins Sont ceux le plus souvent qu'on respecte le moins.
    Nobles de province, III, 3 (circonspect, ecte)
  10. … Que veux-tu ? c'est peut-être bêtise De croire ce qu'on voit ; mais j'ai cette sottise.
    Nobles de province, IV, 4 (bêtise)
  11. Que dites-vous du billet que j'ai écrit à M. Eutrope, pour lui donner martel en tête, et traverser votre amant dans ses nouvelles amours ?
    le Coch. 7 (martel)
  12. En ces occasions l'on frappe, l'on assomme, Et pour moins, bien souvent, il arrive mort d'homme.
    le Soup. mal apprêté, sc. 6 (mort [3])
  13. Parbleu, pour un moment laissez-nous en repos, Afin que nous puissions nous dire quatre mots.
    les Appar. tromp. I, 9 (quatre)
  14. Dans ces sortes de réconciliations, le particulier de l'homme et de la femme est un grand secours pour terminer bien des contestations.
    Cocher supposé, SC. 18 (particulier, ère)
  15. Or çà, voyons si ce que je projette Peut être apparemment une honnête défaite.
    ib. sc. 4 (défaite)
  16. À hausser sa fontange en coquette éventée.
    Bourg. de qualité, I, 5 (fontange)
  17. Ma foi, si vous ne tirez pays, j'irai chercher le commissaire.
    Crispin méd. III, 13 (tirer)
  18. Quelle sœur ! cette sœur ne tient guère de vous.
    Bourg. de qual. III, 7 (tenir)
  19. Vous n'avez plus, monsieur, que le couvent en tête ; Vous voulez tout cloîtrer ; et qui vous en croirait, Avant qu'il fût dix ans, le monde finirait.
    Crisp. music. II, 1 (cloîtrer)
  20. Ils font les damerets, sont de tous les plaisirs.
    Appar. tromp. I, 2 (dameret [1])