Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE, auteur cité dans le Littré

HAUTEROCHE (1617-1707)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme HAUTEROCHE a été choisie.

357 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Crispin médecin 1674 68 citations
Crispin musicien 1674 16 citations
Le Cocher supposé 1684 37 citations
Le deuil 1672 31 citations
Les apparences trompeuses 1672 38 citations
Les Bourgeoises de qualité 1690 56 citations
Les Nobles de province 1678 39 citations
L'Esprit follet ou La Dame invisible 1684 35 citations

Quelques citations de Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 357 citations dans le Littré.

  1. Suffit, je t'entends bien.
    App. tromp. I, 2 (suffire)
  2. Mais, motus, je saurai cacher la vérité.
    les Appar. tromp. II, 8 (motus)
  3. Je m'en trouve fort bien, et n'en veux pas démordre.
    Appar. tromp. II, 4 (démordre)
  4. Si l'on va là [à Rome] pécore, on revient habile homme.
    Nobles de province, IV, 7 (pécore)
  5. Le diable cependant doit être roturier.
    Deuil, sc. 4 (roturier, ière)
  6. Tous ces grands dégaineurs sont gens que l'on évite ; Et le solide honneur dont on doit faire cas Ne consiste jamais à faire du fracas.
    Nobles de prov. I, 1 (dégaineur)
  7. Votre science es, bien incertaine, et vous y êtes les premiers trompés.
    Crisp. méd. II, 1 (premier, ière)
  8. L'un avalait d'abord trois ou quatre lampées.
    Nobles de province, I, 9 (lampée)
  9. S'attaquer aux esprits, c'est jouer de son reste.
    Esp. foll. III, 2 (reste)
  10. Ne nous reprochons rien ; et le qu'en-dira-t-on, S'il est impertinent, traitons-le de chanson.
    Nobles de province, III, 3 (qu'en-dira-t-on)
  11. Je crains bien que ce ne soit ton maître. - Qu'importe ? il s'en faut tirer.
    Crisp. médec. II, 7 (tirer)
  12. Tu fais toujours le beau diseur et le grand esprit ; apprends que j'en sais plus que toi.
    Crispin médecin, I, 6 (diseur, euse)
  13. Par ma foi ces frappeurs frappaient si rondement, Que vous en auriez ri vous-même assurément.
    Nobles de prov. II, 2 (frappeur, euse)
  14. Qui peut dans sa fureur m'écharper ou m'occire.
    l'Amant qui ne flatte pas, I, 1 (écharper [1])
  15. Je ne saurais trouver dans tous vos affûtiaux.
    Crispin M. II, 11 (affûtiau)
  16. Je ne puis sur aucun [des deux prétendants] porter mon jugement ; Plus ma raison le cherche et plus elle s'offusque.
    l'Amant qui ne flatte point, IV, 4 (offusquer)
  17. Je crois, encore un coup, qu'il vous l'a promise [ma fille, en mariage] ; mais il peut vous la dépromettre ; car, apparemment, il n'en sera rien.
    Crispin médecin, I, 3 (dépromettre)
  18. Oui, madame Toinon est toujours mordicante.
    Crispin mus. dans LE ROUX, Dict. comique. (mordicant, ante)
  19. Mais où l'esprit n'est pas tout à fait nécessaire, Monsieur, sans vanité, je suis assez bon frère.
    le Deuil, sc. 4 (frère)
  20. …De la rue, Où jusques à minuit j'ai fait le pied de grue.
    Espr. foll. v, 9 (grue [1])