Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE, auteur cité dans le Littré

HAUTEROCHE (1617-1707)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme HAUTEROCHE a été choisie.

357 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Crispin médecin 1674 68 citations
Crispin musicien 1674 16 citations
Le Cocher supposé 1684 37 citations
Le deuil 1672 31 citations
Les apparences trompeuses 1672 38 citations
Les Bourgeoises de qualité 1690 56 citations
Les Nobles de province 1678 39 citations
L'Esprit follet ou La Dame invisible 1684 35 citations

Quelques citations de Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 357 citations dans le Littré.

  1. Un démenti mérite un soufflet ; nous savons tes ruses.
    Cocher, sc. 19 (démenti [2])
  2. Le petit degré qui rend à votre garde-robe.
    Cocher supp. SC. 3 (rendre)
  3. Mais encore, de quelles pilules ? Les premières venues de chez l'apothicaire.
    Crisp. médec. II, 5 (venu, ue)
  4. Gardez ces maudissons pour madame Lucrèce.
    les Appas tromp. I, 6 (maudisson)
  5. Il est le coq du bourg, connu pour un Crésus, Et possède du moins cinquante mille écus.
    Deuil, sc. 4 (coq [1])
  6. … Que veux-tu ? c'est peut-être bêtise De croire ce qu'on voit ; mais j'ai cette sottise.
    Nobles de province, IV, 4 (bêtise)
  7. Va m'attendre là-haut avec de la lumière.
    Espr. follet, III, 3 (lumière)
  8. La tricherie enfin va toujours à son maître.
    Soup. mal apprêté, sc. 1 (tricherie)
  9. Je confonds, Dieu me damne, et la mère et la fille.
    Bourgeois de qualité. (dieu)
  10. Mais dans peu… Ce dans peu pour eux n'est qu'une fable.
    le Soup. mal apprêté, sc. 1 (peu)
  11. Tous ces grands dégaineurs sont gens que l'on évite ; Et le solide honneur dont on doit faire cas Ne consiste jamais à faire du fracas.
    Nobles de prov. I, 1 (dégaineur)
  12. Ou toutes les règles de la métoposcopie et de la physionomie sont fausses, ou il devait être pendu.
    Crispin méd. II, 4 (physionomie)
  13. À quoi bon s'aller embrelicoquer l'esprit de ces bâtards de noms ?
    Crispin médecin, III, 2 (emberlucoquer (s'))
  14. L'un avalait d'abord trois ou quatre lampées.
    Nobles de province, I, 9 (lampée)
  15. Gens aimant leurs foyers et qu'on nomme cagnards.
    Nobles de province, V, 1 (cagnard, arde)
  16. Laissons l'âge à part ; aussi bien, comme on dit, il n'est que pour les chevaux.
    Crispin médecin, I, 1 (cheval)
  17. Je vais me rafraîchir un peu la gargamelle.
    Amant qui trompe, dans LE ROUX, Dict. comique (gargamelle)
  18. Voilà comme en amour un novice se prend.
    Espr. follet, I, 1 (prendre)
  19. Veux-tu soutenir que cela n'est pas véritable ?
    le Coch. sc. 3 (soutenir)
  20. Adieu, monsieur, mettez-vous en tête que vous n'aurez jamais ma fille.
    Crisp. médec. I, 3 (mettre)