Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE, auteur cité dans le Littré

HAUTEROCHE (1617-1707)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme HAUTEROCHE a été choisie.

357 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Crispin médecin 1674 68 citations
Crispin musicien 1674 16 citations
Le Cocher supposé 1684 37 citations
Le deuil 1672 31 citations
Les apparences trompeuses 1672 38 citations
Les Bourgeoises de qualité 1690 56 citations
Les Nobles de province 1678 39 citations
L'Esprit follet ou La Dame invisible 1684 35 citations

Quelques citations de Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 357 citations dans le Littré.

  1. Un tiers est toujours incommode en de pareilles rencontres.
    le Coch. 18 (tiers, erce)
  2. C'est comme un sanglier qui se tient dans la souille.
    Bourg. de qual. II, 4 (souille [1])
  3. C'est un mal [l'amour] qui jamais n'en tendit raillerie, Qui cuit et qui chatouille, et qui sut de tout temps Donner à corps perdu sur les honnêtes gens.
    Crisp. music. V, 3 (cuire)
  4. Tous ces grands dégaineurs sont gens que l'on évite ; Et le solide honneur dont on doit faire cas Ne consiste jamais à faire du fracas.
    Nobles de prov. I, 1 (dégaineur)
  5. Riez si vous voulez jusqu'à perte d'haleine, Vous pouvez en crever, sans que j'en sois en peine.
    les Appar. tromp. III, 8 (haleine)
  6. Je vous nomme monsieur, appelez-moi madame, Ma femme est si bourgeois.
    Bourg. de qualité, II, 6 (femme)
  7. Il occupe de plus un banc dans la paroisse Dont jadis mes aïeux ont été possesseurs.
    Nobles de province, I, 8 (banc)
  8. Je veux savoir absolument quel est ce drôle avec qui elle a des intelligences.
    le Cocher, sc. 3 (drôle)
  9. Vous êtes mari ? - Depuis plus de six mois. - Et n'êtes point marri ?
    le Deuil, 4 (marri, ie)
  10. Si c'est votre plaisir d'aller gîter là-bas.
    Espr. foll. III, 11 (gîter)
  11. … Vous m'apprenez que dans cette visite Vous jouiez finement le rôle d'hypocrite.
    Appar. tromp. I, 2 (finement)
  12. Mais ne saurai-je point pourquoi, tout ce tracas ? Pourquoi tant de détours.
    Soup. mal apprêté, sc. 1 (tracas)
  13. Il faut incessamment que ta langue s'égaye.
    le Deuil, sc. 4 (incessamment)
  14. Quoi ! tu continueras à me faire enrager ? Aujourd'hui d'avec moi songe à déménager.
    Crisp. mus. I, 11 (déménager)
  15. Il est vrai, s'agissant d'un secret qui nous touche, On croit que le front parle, au défaut de la bouche.
    Nobles de province, III, 1 (front)
  16. Mais, monsieur, solfiez pour plus d'intelligence ; Je vous comprendrai mieux. - Qui ? moi ! moi solfier ! C'est me traiter par là de petit écolier.
    Crisp. music. II, 10 (solfier)
  17. Crispin, après avoir rebuté les saluades de Marin.
    Crispin médecin, I, 7 (saluade)
  18. Je veux boire avec lui, m'en dût-il coûter pot, Et trinquer tête à tête en tire-larigot.
    l'Amant qui ne flatte pas, III, 1 (larigot)
  19. Des chiffres à l'entour et de grands écussons, Qui par divers quartiers nous marquent les maisons Des illustres aïeux dont est sorti Lisandre.
    Bourg. de qual. I, 2 (quartier)
  20. Il me souvient que votre oncle a déjà commencé par un soufflet, à faire le Jupiter sur mon visage.
    le Cocher, sc. 6 (faire [1])