Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE, auteur cité dans le Littré

HAUTEROCHE (1617-1707)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme HAUTEROCHE a été choisie.

357 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Crispin médecin 1674 68 citations
Crispin musicien 1674 16 citations
Le Cocher supposé 1684 37 citations
Le deuil 1672 31 citations
Les apparences trompeuses 1672 38 citations
Les Bourgeoises de qualité 1690 56 citations
Les Nobles de province 1678 39 citations
L'Esprit follet ou La Dame invisible 1684 35 citations

Quelques citations de Noël LEBRETON, sieur de HAUTEROCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 357 citations dans le Littré.

  1. Scapin : L'office est-elle loin. - La Ramée : Je m'en vais t'y mener.
    Espr. follet, II, 6 (office [2])
  2. Voyez le vieux penard ! il lui faut des filles de dix-huit ans.
    Crispin méd. I, 10 (penard)
  3. Par ses yeux radoucis je vois qu'on vous pardonne.
    App. tromp. III, sc. dern. (radouci, ie)
  4. Il est le coq du bourg, connu pour un Crésus, Et possède du moins cinquante mille écus.
    Deuil, sc. 4 (coq [1])
  5. Mais songez au dédit, il faut surtout le mettre.
    Bourg. de qual. IV, 5 (dédit [2])
  6. Vous verriez… Quel lutin est l'amour quand il est dans un cœur !
    Crispin music. I, 11 (lutin)
  7. Gens aimant leurs foyers et qu'on nomme cagnards.
    Nobles de province, V, 1 (cagnard, arde)
  8. Il faut donc remettre la partie à demain.
    Crisp. médec. II, 5 (remettre)
  9. Il faut me laisser vivre ; après, vaille que vaille, Si j'ai quelque pistole, on me la trouvera.
    le Deuil, 29 (valoir)
  10. Tous ces grands dégaineurs sont gens que l'on évite ; Et le solide honneur dont on doit faire cas Ne consiste jamais à faire du fracas.
    Nobles de prov. I, 1 (dégaineur)
  11. On pardonne aisément aux personnes qu'on aime.
    le Coch. 23 (pardonner)
  12. Morbleu, tu as menti ; il faut t'en faire tâter tout du long et tout du large.
    Crispin méd. III, 2 (long, ongue)
  13. Vous êtes mari ? - Depuis plus de six mois. - Et n'êtes point marri ?
    le Deuil, 4 (marri, ie)
  14. C'est pourtant grand' pitié, qu'on oblige une fille D'épouser un couvent par raison de famille.
    Appar. tromp. I, 2 (raison)
  15. Morbleu, veux-tu te battre à coups de poing ?
    Crispin méd. I, 6 (poing)
  16. …Il s'estomaquera, Fera le difficile, et puis s'apaisera.
    Deuil, sc. 4 (estomaquer (s'))
  17. On m'attendait ailleurs, je me suis dégagé pour avoir le plaisir de souper avec vous.
    Soup. mal appr. sc. 12 (dégager)
  18. … Tu voudrais me déplaire, à moi, Crispin, à moi, que tu nommais toujours Ton bec, ton petit bec ?
    Nobles de province, IV, 4 (bec)
  19. Il est vrai, s'agissant d'un secret qui nous touche, On croit que le front parle, au défaut de la bouche.
    Nobles de province, III, 1 (front)
  20. As-tu l'effronterie de m'assurer que tu n'as rien vu ? hem ! réponds, parle.
    le Coch. 3 (hem [1])