Léon de LABORDE, auteur cité dans le Littré

DE LABORDE (1807-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE LABORDE a été choisie.

Archéologue et voyageur, historien d'art, dessinateur. - Conservateur au Musée du Louvre puis directeur général des Archives de l'Empire. - Député de Seine-et-Oise puis sénateur. - Fils de l'archéologue et homme politique Alexandre de Laborde.
Le dictionnaire Littré lui attribue parfois des citations que L. de Laborde ne fait que citer, comme ce décret de 1363 à l'historique du mot Rouelle publié en page 487 des Émaux.

787 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Notice des émaux, bijoux et objets divers exposés dans les galeries du musée du Louvre 1857 564 citations

Quelques citations de Léon de LABORDE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 787 citations dans le Littré.

  1. Quatre boutons en façon de lis esmailliez de blanc, où en chacun d'eux a un balay et trois perles.
    ib. (bouton)
  2. L'ostel de Guillemin Sanguin, en la rue Bourbonnois, d'excellent edifice, où il a de sereures autant comme il a de jours en l'an.
    Émaux, p. 498 (serrure)
  3. Un grant tableau d'une pierre à toucher or.
    Émaux, p. 445 (pierre)
  4. Draps pers et autres accoustumés estre tendus et mortuaires.
    Émaux, p. 438 (pers, erse)
  5. À Michiel Trouvé, verrier, demourant à Sainct-Maclou, pour la part et portion de l'eglise et de messeigneurs, pour les verrines du cancel de l'eglise.
    Émaux, p. 540 (verrine [1])
  6. Il avoit deux coutiaulx de bouchier c'on dit rousse, en une gaigne ; et estoit de ces lairges coustiaulx de quoy qu'ils escourchent les bestes c'on appelle rousses.
  7. Un cadran d'or, à un estuy de brodeure, à fleurs de lys et deux boutons de perles.
    Émaux, p. 181 (cadran)
  8. Uns tableaux de bois à pignons, en sept pieces, fais de painture, de la vie de monseigneur saint Laurens, et ou tableau du milieu a un crucifiement, Nostre Dame et saint Jehan aux costez.
    ib. p. 506 (tableau)
  9. Une quarte dorée et esmaillée d'aymaux vers, à oiselès, avec l'aiguiere de meismes, pesant viij marcs, vi onces.
    Émaux, p. 475 (quarte)
  10. Or tremblant, feuilles d'or clinquant cousues sur des vêtements de mascarade, de manière à trembler au moindre mouvement.
    Émaux, p. 413 (or [2])
  11. Deux greilz, un trepied et une cremeille aux armes de monsieur le Dauphin.
    Émaux, p. 233 (crémaillère)
  12. Un reliquaire de cristal, à façon de boiste, où il y a eu du lait Nostre Dame, garny d'or.
    ib. p. 478 (reliquaire)
  13. Deux bouteilles d'argent esmaillées.
    ib. p. 171 (bouteille)
  14. Dans le moyen âge, l'office de saucier avait une certaine importance ; les attributions de cet officier domestique sont fixées par les ordonnances de l'hôtel ; il avait sous lui des clercs, varlets et galopins de saucerie.
    Émaux, p. 494 (saucier)
  15. Ung chapellet de cristal vert, faict en façon de glands, garny d'or.
  16. Pour tendre la tapisserie, netayer les sales, et coupper le lyarre qui tenoit à la grant salle.
    Émaux, p. 547 (lierre)
  17. Ornement de feuilles de vignes qui couvrait les bordures des miniatures, dites alors vignetées.
    Émaux, p. 542 (vigneture)
  18. Une brochette de porc espy, garnie d'un pou [peu] d'or.
  19. Ung grant godet, appellé aumosniere, de vielle façon, pesant IV marcs.
    Émaux, p. 332 (godet)
  20. Une bille d'or, servant à chappes, garnye de plusieurs perles, de rubis et de dyamans.
    Émaux, p. 165 (bille [1])