Léon de LABORDE, auteur cité dans le Littré

DE LABORDE (1807-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE LABORDE a été choisie.

Archéologue et voyageur, historien d'art, dessinateur. - Conservateur au Musée du Louvre puis directeur général des Archives de l'Empire. - Député de Seine-et-Oise puis sénateur. - Fils de l'archéologue et homme politique Alexandre de Laborde.
Le dictionnaire Littré lui attribue parfois des citations que L. de Laborde ne fait que citer, comme ce décret de 1363 à l'historique du mot Rouelle publié en page 487 des Émaux.

787 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Notice des émaux, bijoux et objets divers exposés dans les galeries du musée du Louvre 1857 564 citations

Quelques citations de Léon de LABORDE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 787 citations dans le Littré.

  1. À Perin de Choisy, orfevre, pour l'argent et la façon de plusieurs fers d'argent à cuire [brûler, marquer] chevaux.
    Émaux, p. 311 (fer [1])
  2. Ung pot de chambre, ressemblant à cacydoine, estimé une livre.
    Émaux, p. 459 (pot)
  3. Un petit pot à eau d'argent doré.
    Émaux, p. 460 (pot)
  4. Au milieu de la salle avoit ung buffet qui fut donné au roy, où y avoit linge non pareil de degré en degré, et y estoyent les richesses d'or et d'argent, qui appartiennent au buffet du roy.
    ib. (buffet)
  5. Le pont de fust de l'isle Nostre Dame.
    Émaux, p. 326 (fût)
  6. Ung petit cabinet faict en façon d'aumoires.
    Émaux, p. 180 (cabinet)
  7. Le gouvernement des princes françois [titre d'un livre], couvert de cuir blanc à queue.
    Émaux, p. 232 (couvrir)
  8. Pour une toilette jaulne pour envelopper une robbe à une nayne de ladicte dame [la reine].
  9. Le camahieu qui aultrement est appelé oniche.
  10. Une burette à biberon de chappelle, pesant deux marcs, cinq onces, d'argent.
    Émaux, p. 178 (burette)
  11. À Thibaut de la Nasse, marguillier de Saint Innocent, pour dix tumbes dont l'on a faict marches en la grand viz [escalier] neuve dudit Louvre, achetée de li chaque tumbe, prise au cimetiere dudit Saint-Innocent.
    Émaux, p. 534 (tombe)
  12. Laquelle tenoit entre ses deux mains ung coer, qui se ouvry à l'eure que le roy entra en ladite porte, et dedans ledit coer y avoit une fleur de lis signiffiant la loyaulté de la Cité.
    ib. p. 217 (cœur)
  13. Et fineront, pour la sale, de deux ou trois couloueres pour gecter le gros relief comme souppes, pain trenché ou brisié, tranchouers, chars et telles choses, et deux seaulx pour gecter et recueillir brouets, sausses et choses coulans.
    Émaux, p. 230 (couloir)
  14. Heures couvertes de brouderie et fretées de perles à un signeau d'un rubi et de deux grosses perles.
    Émaux, p. 499 (signet)
  15. Une coupe d'or, poinçonnée, en façon de vingneture, et dedans ung petit esmail de marguerite.
    Émaux, p. 542 (vigneture)
  16. Ces vêtements se distribuaient à certaines époques de l'année, les livraisons s'en faisaient régulièrement, depuis les princes du sang jusqu'aux plus infimes serviteurs ; on les appelait des robes [vêtement complet] de livrée, des draps de livrée, pièces d'étoffes destinées à servir d'habillement, des chapperons de livrée.
    Émaux, p. 367 (livrée [1])
  17. Une boeste d'argent, à mettre pain à chanter, esmailliée dedans et dehors, pesant un marc, deux onces.
    Émaux, p. 168 (boîte)
  18. Pour avoir refait de neuf un bacin d'argent doré, haché sur le bord de l'Ave Maria.
    Émaux, p. 337 (hacher)
  19. Deux flacons d'or à tissus de soye esmailliez d'un escusson et d'un timbre des armes de M. le Dalphin.
    ib. p. 517 (timbre [1])
  20. Un poudrier de porcelayne, garny d'argent, avec un cordon de soye grise et d'argent, avec son estuy, prisé x escus.
    Émaux, p. 464 (poudrier)