Léon de LABORDE, auteur cité dans le Littré

DE LABORDE (1807-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE LABORDE a été choisie.

Archéologue et voyageur, historien d'art, dessinateur. - Conservateur au Musée du Louvre puis directeur général des Archives de l'Empire. - Député de Seine-et-Oise puis sénateur. - Fils de l'archéologue et homme politique Alexandre de Laborde.
Le dictionnaire Littré lui attribue parfois des citations que L. de Laborde ne fait que citer, comme ce décret de 1363 à l'historique du mot Rouelle publié en page 487 des Émaux.

787 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Notice des émaux, bijoux et objets divers exposés dans les galeries du musée du Louvre 1857 564 citations

Quelques citations de Léon de LABORDE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 787 citations dans le Littré.

  1. Il y avait à Paris [dans le moyen âge] trois corps de métiers qui, sous le nom de patenôtriers, fabriquaient les chapelets.
    Émaux, p. 432 (patenôtrier)
  2. Tassin Croix, Hannequin Godefroy et Jehan Duffle, entailleurs d'ymages.
    Émaux, p. 263 (entailleur)
  3. Crisopace est une pierre d'Antioche. - Il est une aultre espece de crisopace en Ynde, qui est verde comme ung porret.
    Émaux, p. 213 (chrysoprase)
  4. Dans le moyen âge, vaisselle répond à l'idée qu'on se faisait encore, il y a soixante ans, du mot argenterie, c'est-à-dire une partie assez considérable de la fortune, qui flattait la vanité en temps prospère, et, en toutes circonstances, grandes et petites, parait aux difficultés pécuniaires.
    Émaux, p. 531 (vaisselle)
  5. Une tranchoire à pied plain et doré, poise 1 marc et VII onces.
    Émaux, p. 522 (tranchoir)
  6. En certaines fêtes doubles majeures on met devant le sanctuaire une herse appelée râtelier et onzaine parce qu'on y met onze cierges.
    Émaux, p. 340 (onzaine)
  7. Une paire de bacins à laver, - et ont lesdits bacins souage par dessus au dehors pour les tenir.
    Ém. p. 501 (souage)
  8. Un grant tableau d'une pierre à toucher or.
    Émaux, p. 445 (pierre)
  9. À André Mangot, orfevre de Tours, XXXVI livres pour employer à la dorure de partie d'une image d'argent que le roy a fait faire de sa representation pour donner à monseigneur de St Martin de Tours.
    Émaux, p. 485 (représentation)
  10. Pluseurs bonnes gens qui estoient venuz au dit hostel pour eulx esbatre et mangier pain ferez [gaufres], ratons, crespes et autres choses.
    Émaux, p. 420 (ferrer)
  11. La souplesse de la baguette ou verge, la facilité de la nouer en forme d'anneau a développé une autre acception, c'est le cercle de la bague distinct du chaton, c'est aussi l'anneau qui réunit les bagues.
    Émaux, p. 536 (verge)
  12. Tapis de muraille ; lorsqu'on cessa de joncher les salles, lorsque les tapis velus, presque tous de Turquie, eurent remplacé les herbes et les feuilles, on appela tapis de murailles les tapisseries à personnages qui les couvraient et qu'il fallait distinguer des autres tapis étendus sur le sol.
    ib. (tapis)
  13. Une petite croix d'or, à pierres de voirre.
    ib. (pierre)
  14. Un rangier d'or, esmaillié de blanc, les cornes d'or.
    Émaux, p. 477 (ranger ou rangier [2])
  15. Un baston à seigner [bénir], qui a la teste d'une aigle de cassidoine, assise sur un pommel d'or esmaillé, et a ou bout une virole d'or à la pointe d'argent.
    ib. (bâton)
  16. Deux escrins de cuir boulli que il fit à la royne, l'un pour une nef d'argent, et l'autre pour un charriot d'argent qui porte une nef.
    ib. p. 239 (cuir [1])
  17. Un cor noir, dont les courroyes sont de cuir fauve accouplées à un touret, d'argent doré.
    Émaux, p. 520 (touret)
  18. Ledit maistre Girart pour la façon de IIIJ damoiselles de fust, nettement ouvrées et paintes, à bon or bruni, à tenir les miroirs des dictes dames, à cause de leur dict atour.
    Émaux, p. 244 (damoiselle)
  19. Bijou qui, comme nos médaillons, se portait au cou.
    Émaux, p. 436 (pent-à-col)
  20. Une boeste d'argent à mettre pain à chanter.
    ib. p. 168 (chanter [2])