Léon de LABORDE, auteur cité dans le Littré

DE LABORDE (1807-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DE LABORDE a été choisie.

Archéologue et voyageur, historien d'art, dessinateur. - Conservateur au Musée du Louvre puis directeur général des Archives de l'Empire. - Député de Seine-et-Oise puis sénateur. - Fils de l'archéologue et homme politique Alexandre de Laborde.
Le dictionnaire Littré lui attribue parfois des citations que L. de Laborde ne fait que citer, comme ce décret de 1363 à l'historique du mot Rouelle publié en page 487 des Émaux.

787 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Notice des émaux, bijoux et objets divers exposés dans les galeries du musée du Louvre 1857 564 citations

Quelques citations de Léon de LABORDE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 787 citations dans le Littré.

  1. Ung gorgerin de mailles d'or, garny de deux platines esmaillées.
    Émaux, p. 333 (gorgerin)
  2. Un vinaigrier d'argent vermeil, doré, poisant un marc, quatre onces et demie.
    Émaux, p. 543 (vinaigrier)
  3. Dans le moyen âge, l'office de saucier avait une certaine importance ; les attributions de cet officier domestique sont fixées par les ordonnances de l'hôtel ; il avait sous lui des clercs, varlets et galopins de saucerie.
    Émaux, p. 494 (saucier)
  4. Deux petites cornes de cerf volant garnies au bout d'argent doré.
    Émaux, p. 198 (cerf-volant)
  5. Pour ung cachet d'or, auquel il y a deux figures de relief esmaillées.
    Émaux, p. 181 (cachet)
  6. S'ot un chappelet de rosettes, De muguet et de violettes, Par cointise mis en son chief.
    Émaux, p. 206 (chapelet)
  7. Un tablier de fust garny de jeux de tables et d'eschez.
    Émaux, p. 509 (tablier [1])
  8. Un grant pot de cristal, à deux ances de mesmes, garny d'argent doré.
    Émaux, p. 234 (cristal)
  9. Unes tables d'argent à escripre, en cire, esmailliées par dehors.
    Émaux, p. 505 (table)
  10. Ung tablier de marbre blanc et noir, bordé par dedens, ouvré tout autour à ymaiges de petiz enfans nuz, et est percié, entre le tablier et l'eschiquier, à mectre une petite layette de bois où sont les tables et eschecz de yvoire blanc et noir.
    ib. p. 510 (tablier [1])
  11. Aux souliers à pointes, dits à poulaine, succédèrent très rapidement, ainsi que la mode procède dans ses excès, les souliers camus.
    Émaux, p. 502 (soulier)
  12. Unes heures couvertes de cuir vermeil empraint et doré sur tranche.
    Émaux, p. 520 (tranche)
  13. Estoit si malade que il aloit toz jors à potences sous ses esseles, ne autrement il ne pooit aler, et sembloit que il eust le dos rompu.
    Émaux, p. 460 (potence)
  14. Bougeoir en forme de petite pelle qu'on appelait aussi cuiller, parce qu'il servait à brûler des parfums.
    Émaux, p. 428 (palette [1])
  15. Mme d'Estampes prend de pension, pour ses espingles, cinq cens livres.
    ib. p. 303 (épingle)
  16. Dans le moyen âge, appartement retiré, réservé, cabinet privé où on faisait sa toilette et où on déposait les chaises de retrait.
    Émaux, p. 485 (retrait [3])
  17. Deux petits barils, à entonnoir de cristal, à mettre basme.
    Émaux, p. 234 (cristal)
  18. Une choppine de voirre rouge, garnie d'argent blanc, et poise un marc v onces.
    Émaux, p. 544 (verre)
  19. Une petite saliere dont le corps est d'une maniere de cristal sur le vert.
  20. Trois paeres de ciseaux.
    Émaux, p. 215 (ciseau)