Alphonse de LAMARTINE, auteur cité dans le Littré

LAMARTINE (1790-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LAMARTINE a été choisie.

1280 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Harmonies poétiques et religieuses 1830 415 citations
Harold 36 citations
Jocelyn 1836 140 citations
Méditations poétiques 1820 498 citations
Mort de Socrate 24 citations
Nouvelles méditations 1823 20 citations

Quelques citations de Alphonse de LAMARTINE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1280 citations dans le Littré.

  1. Ah ! si mon frêle esquif battu par la tempête, Grâce à des vents plus doux, pouvait surgir au port !
    Médit. I, 3 (surgir)
  2. De la grotte en lisant je refais le chemin ; Du drame de ses jours [de Jocelyn] j'explore le théâtre.
    Joc. Épil. I (drame)
  3. Si quelque souffle harmonieux, Effleurant au hasard la harpe détendue, En tire seulement une note perdue.
    Harm. III, 4 (effleurer)
  4. En rides sur mon front mes jours se sont écrits.
    Harm. IV, 8 (ride)
  5. Ou plutôt que ne puis-je, au doux tomber du jour…
    Méd. I, 20 (tomber)
  6. Ouvrant mes deux volets pour respirer à l'aise Les brises de la nuit dont la fraîcheur m'apaise.
    Joc. VI, 235 (volet)
  7. C'est un souffle affaibli des bardes d'Israël, Un écho dans mon sein, qui change en harmonie Le retentissement de ce monde mortel.
    Harm. I, 1 (harmonie)
  8. Le soir est près de l'aurore ; L'astre à peine vient d'éclore Qu'il va terminer son tour ; Il jette par intervalle Une lueur de clarté pâle Qu'on appelle encore un jour.
    Harm. II, 1 (jour)
  9. Ce discours déborde de majesté, de douleurs, d'éplorations sublimes.
    dans le Dict. de POITEVIN. (éploration)
  10. Quand ta voix céleste prélude Aux silences des belles nuits, Barde ailé de ma solitude [le rossignol], Tu ne sais pas que je te suis !
    Harm. IV, 6 (préluder)
  11. Sa voix [de ma mère] a-t-elle encor ce doux timbre d'argent ?
    Joc. VI, 218 (timbre [1])
  12. Jamais la main des dieux N'aurait filé des jours plus doux, plus glorieux.
    Méd. II, 3 (filer)
  13. Sur ce site enchanté, mon âme qu'il attire S'abat comme le cygne, et s'apaise et soupire à cette image du repos.
    Harm. I, 10 (attirer)
  14. [ô lyre] Si tu veux que mon cœur résonne sous ta main, Tire un plus mâle accord de tes fibres d'airain.
    Méd. II, 15 (fibre)
  15. Ou l'airain gémissant, dont les sons éperdus Annoncent aux mortels qu'un malheureux n'est plus.
    Médit. I, 5 (airain)
  16. Ces pontifes-rois [les papes], distributeurs du monde, Marquaient du doigt les parts sur une mappemonde.
    Joc. IX, 303 (mappemonde)
  17. Nous parlâmes du cœur, comme deux vieux amis, Au foyer l'un de l'autre à la campagne admis.
    Harm. III, 6 (cœur)
  18. Ne souffre pas, mon Dieu, que notre humble héritage Passe do mains en mains troqué contre un vil prix, Comme le toit du vice ou le champ des proscrits !
    Harm. III, 2 (toit)
  19. Silencieux réduit [une bibliothèque], où des rayons de bois, Par l'âge vermoulus…
    Harm. II, 12 (vermoulu, ue)
  20. Qu'il est doux de voir sa pensée, En mètres divins cadencée, Monter soudain comme l'encens !
    Harm. I, 1 (mètre)