Alphonse de LAMARTINE, auteur cité dans le Littré

LAMARTINE (1790-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LAMARTINE a été choisie.

1280 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Harmonies poétiques et religieuses 1830 415 citations
Harold 36 citations
Jocelyn 1836 140 citations
Méditations poétiques 1820 498 citations
Mort de Socrate 24 citations
Nouvelles méditations 1823 20 citations

Quelques citations de Alphonse de LAMARTINE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1280 citations dans le Littré.

  1. Le chêne, dans son nœud la retenant [la hache] de force, Et recouvrant le fer de son bourlet d'écorce, Grandissait…
    Joc. IX, 354 (bourrelet ou bourlet)
  2. Mon cœur, lassé de tout, même de l'espérance, N'ira plus de ses vœux importuner le sort.
    Méd. I, 6 (espérance)
  3. On dirait que son œil [de l'homme mourant] qu'éclaire l'espérance Voit l'immortalité luire sur l'autre bord ; Au delà du tombeau sa vertu le devance, Et, certain du réveil, le jour baisse, il s'endort.
    Harm. II, 10 (immortalité)
  4. Ô mort… Tu n'anéantis pas, tu délivres : ta main, Céleste messager, porte un flambeau divin.
    Méditations, I, 5 (messager, ère)
  5. D'où me vient, ô mon Dieu, cette paix qui m'inonde ?
    Harm. I, 5 (paix)
  6. Quelle de mes tristes pensées Avec tes flots n'a pas coulé ?
    Harm. II, 5 (quel, quelle)
  7. La nuit, guidant son cortége d'étoiles, Sur le monde endormi jette ses sombres voiles.
    Méd. I, 16 (cortége)
  8. Quand tout change pour toi, la nature est la même, Et le même soleil se lève sur tes jours.
    Méd. I, 6 (soleil)
  9. Mais sous l'aquilon qui les roule [les nuages] En mille plis capricieux…
    Harm. I, 10 (rouler)
  10. …Sous l'abri sacré du chêne aimé des Francs, Clovis avait planté ses pavillons errants.
    Méd. II, 17 (planter)
  11. Un jour égal et pur y repose les yeux [à la Roche-Guyon].
    Méd. I, 26 (reposer)
  12. On s'arrête, on s'assied, on voit passer la foule Qui sur l'étroit degré se coudoie et se foule.
    Harm. III, 6 (coudoyer)
  13. …L'encens qui monte et s'évapore Jusqu'au trône du Dieu que la nature adore.
    Méd. I, 16 (monter)
  14. [Un esprit divin]… Qui, plus il a compté de soleils et de jours, Plus il se sent d'élan pour s'élancer toujours.
    Rép. aux adieux de W. Scott. (qui)
  15. Gloire, honneur, liberté, ces mots que l'homme adore, Retentissaient pour toi [Napoléon], comme l'airain sonore Dont un stupide écho répète au loin le son.
    ib. II, 7 (gloire)
  16. Ton pouvoir [ô Christ] n'est plus le caprice Des démagogues et des rois.
    Harm. III, 5 (démagogue)
  17. …Un coup de fusil que l'écho répercute Tonne et roule au-dessus du bruit sourd de la chute [du Rhin].
    Joc. III, 93 (répercuter)
  18. Roulez dans vos sentiers de flamme, Astres, rois de l'immensité ! Insultez, écrasez mon âme Par votre presque éternité.
    Harm. IV, 9 (presque)
  19. … Sur sa pâle main [de Laurence] ma lèvre qui se colle La retint à la vie avec une parole.
    Joc. IV, 160 (coller)
  20. Comme une urne fêlée et dont les flancs arides Laissent fuir l'eau du ciel que l'homme y cherche en vain.
    Harm. IV, 11 (fêlé, ée)