Alphonse de LAMARTINE, auteur cité dans le Littré

LAMARTINE (1790-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LAMARTINE a été choisie.

1281 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Harmonies poétiques et religieuses 1830 416 citations
Harold 36 citations
Jocelyn 1836 140 citations
Méditations poétiques 1820 498 citations
Mort de Socrate 24 citations
Nouvelles méditations 1823 20 citations

Quelques citations de Alphonse de LAMARTINE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1281 citations dans le Littré.

  1. [La vie] Songe qui s'évapore, étincelle qui fuit.
    ib. III, 9 (évaporer)
  2. Pâle lampe du sanctuaire, Pourquoi, dans l'ombre du saint lieu, Inaperçue et solitaire, Te consumes-tu devant Dieu ?
    Harm. I, 4 (consumer)
  3. Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes.
    Médit. le Lac. (mugir)
  4. Je voudrais maintenant vider jusqu'à la lie Ce calice mêlé de nectar et de fiel ; Au fond de cette coupe où je buvais la vie, Peut-être restait-il une goutte de miel.
    Méd. I, 29 (miel)
  5. Ces accents, ces soupirs animés par la foi, Vont… Roulant de monde en monde, Retentir jusqu'à toi [Dieu].
    ib. I, 2 (rouler)
  6. Les uns [peuples] indomptés et farouches, Les autres rongeant dans leurs bouches Les mors des tyrans et des dieux.
    Harm. IV, 13 (mors)
  7. L'air soufflait des soupirs, il apportait des nues Des tiédeurs, des odeurs, des langueurs inconnues.
    Joc. IV, 125 (tiédeur)
  8. Maintenant tout dormait sur sa bouche glacée ; Le souffle se taisait dans son sein endormi ; Et sur l'œil sans regard la paupière affaissée Retombait à demi.
    Médit. II, 22 (paupière)
  9. On n'écrit pas la législation de la conscience publique ; on la lit dans l'opinion et dans les mœurs ; le déshonneur en est la pénalité.
    Rapp. à la ch. des dép. Propr. litt. (pénalité)
  10. Le passereau suit le vanneur, Et l'enfant s'attache à sa mère.
    Harm. I, 7 (vanneur)
  11. Je ne veux pas d'un monde où tout change, où tout passe.
    Médit. I, 18 (vouloir [1])
  12. Je crus voir devant moi Un de ces champions des vérités nouvelles Que les anges de Dieu servaient, couvaient des ailes, …nourris déjà du pain caché du fort.
    Joc. v, 180 (pain)
  13. Là, sous les orangers, sous la vigne fleurie, Dont le pampre flexible au myrte se marie, Et tresse sur ta tête une voûte de fleurs.
    Méd. I, 12 (voûte)
  14. Mais vous qui promettez les temps à sa mémoire [du mourant], Mortels, possédez-vous deux jours ?
    Médit. II, 5 (jour)
  15. Mais tu venais asseoir sur leur trône abattu [des faux dieux] Le Dieu de vérité, de grâce et de vertu.
    Harm. III, 5 (asseoir)
  16. Rayon divin, es-tu l'aurore Du jour qui ne doit pas finir ?
    Méd. I, 4 (aurore)
  17. Soudain le pasteur [Jacob] se dégage Des bras du combattant des cieux, L'abat, le presse, le surmonte, Et sur son sein gonflé de honte Pose un genou victorieux.
    Médit. II, 6 (surmonter)
  18. [La lampe du sanctuaire] Emblème consolant de la bonté qui veille Pour recueillir ici les soupirs des mortels.
    Médit. I, 22 (recueillir)
  19. Quelle de mes tristes pensées Avec tes flots n'a pas coulé ?
    Harm. II, 5 (quel, quelle)
  20. … Le rayon du soir qui pompe les orages Sur le vallon plus sombre abaissait les nuages.
    Joc. III, 92 (pomper)