Alphonse de LAMARTINE, auteur cité dans le Littré

LAMARTINE (1790-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LAMARTINE a été choisie.

1281 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Harmonies poétiques et religieuses 1830 416 citations
Harold 36 citations
Jocelyn 1836 140 citations
Méditations poétiques 1820 498 citations
Mort de Socrate 24 citations
Nouvelles méditations 1823 20 citations

Quelques citations de Alphonse de LAMARTINE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1281 citations dans le Littré.

  1. L'harmonieux éther, dans ses vagues d'azur, Enveloppe les monts d'un fluide plus pur.
    Harm. II, 4 (fluide)
  2. Mais tandis, ô mon Dieu, qu'aux yeux de ton aurore Un nouvel univers chaque jour semble éclore.
    Harm. I, 3 (tandis)
  3. Sous cette grotte humide et sombre Nous ne chercherons plus le frais.
  4. L'âme des sons discords que rendent chaques sens.
    Socrate, 855 (chaque)
  5. L'air ambiant et pur semblait s'être adouci, Quelques oiseaux posaient sur le givre durci.
    Joc. IV, 147 (ambiant, ante)
  6. La lune se balance aux bords de l'horizon ; Ses rayons affaiblis dorment sur le gazon.
    ib. I, 15 (gazon)
  7. Et, dans ses désespoirs dont Dieu seul est témoin, S'appuyer sur l'obstacle et s'élancer plus loin.
    Harm. II, 7 (désespoir)
  8. J'ai passé l'âge heureux où la fleur de la vie, L'amour, s'épanouit et parfume le cœur.
    Harm. Pièces div. à une jeune arabe (parfumer)
  9. Ami, je n'irai plus ravir si loin de moi, Dans les secrets de Dieu, ces comment, ces pourquoi, Ni du risible effort de mon faible génie, Aider péniblement la sagesse infinie.
    Méd. I, 20 (génie)
  10. Toute herbe aux champs est glanée ; Ainsi finit une année, Ainsi finissent nos jours.
    Harm. II, 4 (herbe)
  11. Que mon bras arrondi t'entoure et te soutienne Sur ces tapis de fleurs.
    Méd. II, 24 (tapis)
  12. Qu'importe ce vain flux d'opinions mortelles Se brisant l'une l'autre en vagues éternelles ?
    Harm. I, 5 (éternel, elle)
  13. Voilà l'enfant des chaumières Qui glane sur les bruyères Le bois tombé des forêts.
    Harm. II, 1 (glaner)
  14. Sur cette terre déserte Qu'attends-tu ? je n'y suis pas !
    Harm. II, 1 (attendre)
  15. Il est là [sous la pierre sépulcrale] !… sous trois pas un enfant le mesure.
    Nouv. médit. Bonaparte. (mesurer)
  16. Ce monde qui te cache est transparent pour moi ; C'est toi que je découvre au fond de la nature ; C'est toi que je bénis dans toute créature.
  17. Jamais cette troupe frivole, Qui passe en riant devant moi, N'aura besoin qu'une parole Lui dise : je pleure avec toi.
    Harm. I, 9 (frivole)
  18. Rien d'humain ne battait sous son épaisse armure.
    Méd. II, 7, Bonaparte. (humain, aine)
  19. Les astres… Dans les champs de l'éther l'un par l'autre heurtés.
    Médit. I, 5 (éther)
  20. Ainsi qu'un astre éteint sur un horizon vide, La foi, de nos aïeux la lumière et le guide, De ce monde attiédi retire ses rayons.
    Harm. I, 6 (attiédi, ie)