Pierre-Simon de LAPLACE, auteur cité dans le Littré

LAPLACE (1749-1827)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LAPLACE a été choisie.

Mathématicien et physicien français.

288 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Exposition du système du monde 1836 260 citations

Quelques citations de Pierre-Simon de LAPLACE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 288 citations dans le Littré.

  1. Si, pendant une belle nuit et dans un lieu dont l'horizon soit à découvert, on suit avec attention le spectacle du ciel, on le voit changer à chaque instant.
    Expos. I, 1 (spectacle)
  2. L'ascension la plus utile aux sciences a été celle de Gay-Lussac, qui s'est élevé à sept mille seize mètres au-dessus du niveau des mers, hauteur la plus grande à laquelle on soit encore parvenu.
    Exp. I, 16 (ascension)
  3. Sa solution [de Newton] du problème de la précession des équinoxes, quoique fort ingénieuse, et malgré l'accord apparent de son résultat avec les observations, est défectueuse à plusieurs égards.
    Exp. V, 5 (solution)
  4. Des montagnes d'une grande hauteur s'élèvent à la surface de la lune ; leurs ombres projetées sur les plaines y forment des taches qui varient avec la position du soleil.
    Syst. du monde, I, 4 (tache)
  5. La mort de Tycho mit Kepler en possession de la collection précieuse de ses observations ; et il en fit l'emploi le plus utile, en fondant sur elles trois des plus importantes découvertes que l'on ait faites dans la philosophie naturelle.
    Exp V, 4 (philosophie)
  6. La durée de ses oscillations [la planète Mercure] entières ou de ses retours à la même position relativement au soleil, varie depuis cent six jusqu'à cent trente jours.
    Expos. I, 5 (oscillation)
  7. Ces passages de Mercure sont de véritables éclipses annulaires du soleil qui nous prouvent que cette planète en emprunte sa lumière.
    Exp. I, 5 (annulaire)
  8. La surface du soleil est recouverte d'un océan de matière lumineuse dont les vives effervescences forment des taches variables, souvent très nombreuses, et quelquefois plus larges que la terre.
    Exp. V, 6 (lumineux, euse)
  9. Le vrai système du monde, qui perçait de toutes parts dans les phénomènes.
    Expos. V, Préface (percer)
  10. Au bord de la partie éclairée du disque lunaire, les montagnes se présentent sous la forme d'une dentelure qui s'étend au delà de la ligne de lumière.
    Exp. I, 4 (dentelure)
  11. On peut accroître la probabilité d'une théorie, soit en diminuant le nombre des hypothèses sur lesquelles on l'appuie, soit en augmentant le nombre des phénomènes qu'elle explique.
    Exp. IV, 15 (théorie [1])
  12. Les satellites de Jupiter forment autour de lui un système semblable à celui des planètes autour du soleil.
    Expos. IV, 6 (système)
  13. De toutes les sciences naturelles l'astronomie est celle qui présente le plus long enchaînement de découvertes.
    Exp. Préface (astronomie)
  14. La courbure du globe terrestre est sensible à la surface des mers : le navigateur, en approchant des côtes, aperçoit d'abord leurs points les plus élevés.
    Expos. I, 1 (sensible)
  15. Il est intéressant de suivre ainsi dans les phénomènes de la nature les vérités intellectuelles de l'analyse.
    Exp. III, 5 (intellectuel, elle)
  16. La loi de la pesanteur rattache le flux et le reflux de la mer aux lois du mouvement elliptique des planètes.
    Expos. IV, 17 (elliptique)
  17. On verra l'astronomie rester un grand nombre de siècles dans l'enfance ; en sortir et s'accroître dans l'école d'Alexandrie ; stationnaire ensuite jusqu'au temps des Arabes, se perfectionner par leurs travaux ; enfin, abandonner l'Afrique et l'Asie où elle avait pris naissance, se fixer en Europe et s'élever en moins de trois siècles à la hauteur où elle est maintenant parvenue.
    Exp. 5, Préface (stationnaire)
  18. Les vitesses moyennes des planètes sont réciproques aux racines carrées de leurs moyennes distances au soleil.
    ib. II, 4 (vitesse)
  19. Quelques périodes fondées sur de très longs intervalles de temps et d'heureuses conjectures sur la constitution de l'univers mêlées à beaucoup d'erreurs, formaient toute leur astronomie théorique [des anciens, avant l'école d'Alexandrie].
    Expos. v, 2 (théorique [1])
  20. Le soleil étant au foyer des orbes planétaires, il est naturel de la supposer pareillement au foyer des orbes des comètes.
    Exp. II, 5 (foyer)