Pierre-Simon de LAPLACE, auteur cité dans le Littré

LAPLACE (1749-1827)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LAPLACE a été choisie.

Mathématicien et physicien français.

288 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Exposition du système du monde 1836 260 citations

Quelques citations de Pierre-Simon de LAPLACE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 288 citations dans le Littré.

  1. L'étendue des plus grandes digressions ou de ses plus grands écarts de chaque côté du soleil, varie depuis dix-huit jusqu'à trente-deux degrés.
    Expos. I, 5 (digression)
  2. Leurs observations [d'Aristille et de Timocharis] des principales étoiles du zodiaque firent découvrir à Hipparque la précession des équinoxes.
    Exp. v, 2 (précession)
  3. Les vapeurs répandues dans l'air influent considérablement sur l'extinction de la lumière ; la sérénité du ciel et la rareté de l'air rendent la lumière des astres plus vive sur les montagnes élevées.
    Expos. I, 16 (extinction)
  4. On voit autour de cette planète sept satellites se mouvoir d'occident en orient dans des orbes presque circulaires.
    Exp. I, 8 (orbe [1])
  5. Puisque la évolution diurne du ciel n'est qu'une illusion produite par la rotation de la terre, il est naturel de penser que la révolution annuelle du soleil emportant avec lui toutes les planètes, n'est pareillement qu'une illusion due au mouvement de translation de la terre autour du soleil.
    Expos. II, 1 (translation)
  6. La découverte de la planète Uranus, faite par Herschel, en 1781.
    ib. v, 4 (uranus)
  7. Les nébulosités qui les environnent [les comètes] et les longues queues qu'elles traînent après elles sont le résultat de la vaporisation des fluides à leur surface.
    Expos. I, 14 (nébulosité)
  8. Les satellites de Jupiter forment autour de lui un système semblable à celui des planètes autour du soleil.
    Expos. IV, 6 (système)
  9. Non-seulement les comètes ne troublent point sensiblement par leurs attractions les mouvements des planètes et des satellites ; mais si, dans l'immensité des siècles écoulés, quelques-unes d'elles ont rencontré ces corps, comme cela est très vraisemblable, il ne paraît pas que leur choc ait eu sur ces mouvements une grande influence.
    Mécanique cél. t. IV, p. 256 (choc)
  10. Les théorèmes de Huyghens sur la force centrifuge suffisaient pour reconnaître la loi de la tendance des planètes vers le soleil.
    Exp. II, 1 (théorème)
  11. La comparaison des degrés terrestres donne des différences qu'il est difficile d'attribuer aux seules erreurs des observations ; il paraît donc que la terre est sensiblement différente d'un ellipsoide.
    Expos. I, 14 (ellipsoïde)
  12. L'homogénéité de la terre étant exclue par les observations, il faut, pour déterminer sa figure, considérer la mer comme recouvrant un noyau dont les couches diminuent de densité, du centre à la surface.
    ib. IV, 8 (homogénéité)
  13. Ce que les apparences des mouvements planétaires offrent de plus remarquable, est leur changement de l'état direct à l'état rétrograde, changement qui ne peut être évidemment que le résultat de deux mouvements alternativement conspirants et contraires.
    Expos. I, 11 (conspirant, ante)
  14. La densité d'un corps dépend du nombre de ses points matériels renfermés sous un volume donné ; elle est donc proportionnelle au rapport de la masse au volume.
    Exp. III, 3 (densité)
  15. Il est nécessaire que le ressort du fluide atmosphérique diminue dans un plus grand rapport que le poids qui le comprime, et qu'il existe un état de rareté, dans lequel ce fluide soit sans ressort.
    Expos. IV, 10 (rareté)
  16. Ce fut dans l'antiquité une opinion générale, que le mouvement uniforme et circulaire, comme étant le plus parfait, devait être celui des astres.
    Expos. V, 3 (général, ale)
  17. On peut, à deux forces composantes, substituer leur résultante ; et, réciproquement, on peut, à une force quelconque, en substituer deux autres dont elle serait la résultante.
    Exp. III, 1 (résultant, ante)
  18. Par une singularité remarquable ce maximum [de densité de l'eau] ne répond point au degré de congélation, mais au-dessus, vers quatre degrés de thermomètre.
    Expos. I, 14 (congélation)
  19. Ce fut dans l'antiquité une opinion générale que le mouvement uniforme et circulaire, comme étant le plus parfait, devait être celui des astres.
    Expos. V, 2 (circulaire)
  20. Lorsque les deux marées lunaire et solaire coïncident, la marée composée est plus grande ; ce qui produit les grandes marées vers les syzygies.
    Expos. IV, 11 (syzygie)