Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer, auteur cité dans le Littré

LANOUE (1531-1591)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LANOUE a été choisie.

Né en 1531. Homme de guerre, il fait ses premières armes en Italie. Il rejoint la Réforme en 1558 et commande les huguenots du Poitou, il s'empare d'Orléans et de Saumur en 1567. Fait prisonnier à Jarnac, il est échangé contre un prisonnier catholique. Blessé au siège de Fontenay-le-Comte en 1570, on lui confectionne un bras de fer pour lui permettre de se tenir à cheval d'où son surnom. Après la Saint-Barthélémy, il est envoyé par Charles IX à la Rochelle pour tenter de rétablir le dialogue entre le roi et les Huguenots. Il organise la défense de La Rochelle et signe la paix en juin 1573. Parti combattre les Espagnols dans les Flandres, il est fait prisonnier et est enfermé dans la forteresse de Limbourg de 1580 à 1585 dans des conditions atroces, il rédige ses Discours politiques et militaires. Envoyé par Henri IV en Bretagne pour assister le prince de Dombes en 1591, il est mortellement au siège de Lamballe et meurt à Moncontour le 4 août 1591.

1425 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours politiques et militaires 1587 1366 citations

Quelques citations de Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1425 citations dans le Littré.

  1. Et sont petites recompenses qui s'octroyent par le roy catholique, ou ses lieutenans generaux.
  2. S'entr'aprendre.
  3. Encores que l'homme pense et delibere, c'est à Dieu de donner accomplissement à l'œuvre qu'il entreprend.
  4. Il n'a point cerché ambitieusement les commandemens et honneurs.
  5. Les forces de M. le Prince l'eussent mis en peine [un adversaire], si, du commencement toutes rejointes [en bloc], elles le fussent allées attaquer.
  6. Il se presenta une belle occasion qui fut bien preveue par M. l'admirai, et assez chaudement executée.
  7. Il ne faut point se desmembrer de la societé civile, et faire un estable et vie à part pour mieux vaquer [à la contemplation].
  8. On n'oseroit quasi comparoistre en bonne compagnie, qu'on ne soit doré comme un calice.
    161 (dorer)
  9. Quant à la force nerveuse et asseurée de quoy ceux de la religion faisoient estat, elle consistoit en 300 gentils-hommes.
  10. En autre temps que cestui-là [la paix], on ne peut replanter les bonnes mœurs et le bon ordre.
  11. Et souvent avient qu'une querelle en engendre quatre.
  12. Et aucuns qui vouloient aller aux escarmouches, se rompoyent ou desnouoyent les bras ou les jambes.
  13. La troupe du roi de Navarre estoit vestue de casaques de velours cramoisi, et banderolles rouges.
  14. Les pechez sus-mentionnez sont les vrayes causes, qui la préparent [la France] à prendre un grand saut [faire une grande chute].
    17 (saut)
  15. Ceux qui osent proposer des desseins ruineux à [pour] l'Estat.
  16. Le bruit est pour le fat, la plainte est pour le sot, L'honnête homme trompé s'éloigne et ne dit mot.
    Coquette corr. I, 3 (honnête)
  17. Quant aux autres qui estoyent d'Eglise, ou de robbe longue.
    708 (robe)
  18. Si quelque beau pere affectionné au couvent, vient à lire ceci…
  19. Par où l'on peut voir combien la doctrine evangelique est vigoureuse et puissante, pour imprimer aux esprits des hommes la loy d'obeissance et reverence envers les superioritez.
  20. Un faux rapport ou une fausse opinion fera appeler au combat, tant on est chatouilleux et pointilleux en la conversation ordinaire.