Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer, auteur cité dans le Littré

LANOUE (1531-1591)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LANOUE a été choisie.

Né en 1531. Homme de guerre, il fait ses premières armes en Italie. Il rejoint la Réforme en 1558 et commande les huguenots du Poitou, il s'empare d'Orléans et de Saumur en 1567. Fait prisonnier à Jarnac, il est échangé contre un prisonnier catholique. Blessé au siège de Fontenay-le-Comte en 1570, on lui confectionne un bras de fer pour lui permettre de se tenir à cheval d'où son surnom. Après la Saint-Barthélémy, il est envoyé par Charles IX à la Rochelle pour tenter de rétablir le dialogue entre le roi et les Huguenots. Il organise la défense de La Rochelle et signe la paix en juin 1573. Parti combattre les Espagnols dans les Flandres, il est fait prisonnier et est enfermé dans la forteresse de Limbourg de 1580 à 1585 dans des conditions atroces, il rédige ses Discours politiques et militaires. Envoyé par Henri IV en Bretagne pour assister le prince de Dombes en 1591, il est mortellement au siège de Lamballe et meurt à Moncontour le 4 août 1591.

1425 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours politiques et militaires 1587 1366 citations

Quelques citations de Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1425 citations dans le Littré.

  1. Dressans cavalliers pour y accommoder grand' quantité d'artillerie.
  2. Si on regarde l'infinité de belles maisons qu'elle possede, si bien apropriées et pourveuës de tout ce qui fait besoing.
  3. À mi-saison.
    438 (mi [1])
  4. Il ne faut point se desmembrer de la societé civile, et faire un estable et vie à part pour mieux vaquer [à la contemplation].
  5. Les histoires anciennes ne recitent point qu'il y ait jamais eu siecle, où il [le vice du reniement de Dieu, les jurements] fust si commun à beaucoup près.
  6. Si jamais il fut necessaire de refaçoner les gens de pied, c'est à present.
  7. Quand ils entendent que les chrestiens arment en gros, aussi font-ils de leur costé.
  8. Perdition certes qui estoit à deplorer de tant d'ames qui estoyent cheutes en si horribles precipices.
    375 (choir)
  9. Ces sept intervalles leur serviroient de places avantageuses et de retraittes asseurées pour se reordonner.
  10. Ils viennent à la fin à les porter au col [les serpents], combien que ce soit chose à quoy nature mesme fait quelque repugnance.
  11. Le meilleur moyen pour passer seurement sans dommage, c'est de porter avec soi le quadran, qui est la prudence, et la carte, qui sont les beaux preceptes qui decouvrent le vray et le faux.
    503 (cadran)
  12. Aucuns d'entre eux [philosophes] affirment qu'il faut que la vraye matiere ait en soy puissance vegetative [puissance d'accroissement].
  13. Ce sont actions particulieres, qui ne doyvent estre tirées en consequences [qu'on ne doit pas suivre].
  14. Saint Paul avec ses hautes et profondes speculations.
  15. Ils font d'une telle profession [la guerre] (qui doit estre comme extraordinaire) une vocation perpetuelle, laquelle ils exaltent par dessus toutes autres.
  16. C'estoit bien peu de chose des villes des Acheïens.
    49 (de)
  17. De là s'ensuyvroit que la moitié des procez et des mangeries s'en iroit à vau l'eau.
  18. Par ci devant on a fait publier des livres traduits d'italien en françois, qui traitent des injures, satisfactions et duels.
  19. Si l'armée des ennemis void peur, desmembrement, ou autre alteration entre nous.
  20. Chacun est obligé de bien faire aux plus inconnus.