Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer, auteur cité dans le Littré

LANOUE (1531-1591)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LANOUE a été choisie.

Né en 1531. Homme de guerre, il fait ses premières armes en Italie. Il rejoint la Réforme en 1558 et commande les huguenots du Poitou, il s'empare d'Orléans et de Saumur en 1567. Fait prisonnier à Jarnac, il est échangé contre un prisonnier catholique. Blessé au siège de Fontenay-le-Comte en 1570, on lui confectionne un bras de fer pour lui permettre de se tenir à cheval d'où son surnom. Après la Saint-Barthélémy, il est envoyé par Charles IX à la Rochelle pour tenter de rétablir le dialogue entre le roi et les Huguenots. Il organise la défense de La Rochelle et signe la paix en juin 1573. Parti combattre les Espagnols dans les Flandres, il est fait prisonnier et est enfermé dans la forteresse de Limbourg de 1580 à 1585 dans des conditions atroces, il rédige ses Discours politiques et militaires. Envoyé par Henri IV en Bretagne pour assister le prince de Dombes en 1591, il est mortellement au siège de Lamballe et meurt à Moncontour le 4 août 1591.

1425 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours politiques et militaires 1587 1366 citations

Quelques citations de Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1425 citations dans le Littré.

  1. Ces entrechoquements et cheutes où l'on ne se fait point de mal, et puis qu'on ressaute incontinent à cheval, comme si on estoit devenu leopard.
  2. Le peuple des Païs Bas est d'une nature franche ; par douceur et humanité non feinte on remue les affections de son cœur ; mais par coups et injures on l'estrange et on l'anime.
  3. D'où s'ensuit une estimation desmesurée de soymesmes et un contemnement d'autrui.
  4. La seconde chose que l'experience a fait approuver à beaucoup de gens, c'est de destacher les bastions des courtines, mesmes les porter outre le fossé… ils ne laissent d'estre très bien defendus de [par] l'harquebuserie des courtines.
  5. Par maniere de dire.
  6. Si vous voulez disputer avec eux, et par bons et valables argumens de theologie les rendre confus [les confondre].
  7. Et quand il a baillé son ordonnance à quelqu'un, après qu'il aille où il voudra, tousjours sera il payé ; car telles dettes sont merveilleusement privilegiées.
  8. Après, hantans avec les hommes moins connus, nous rencontrions de la douceur et un desgoustement des fureurs passées.
  9. Redresser la pratique d'une chose [la remettre en vigueur].
  10. M. L'admiral, qui n'estoit pas novice ès affaires d'estat, prevoyant que le jeu s'alloit eschauffer.
  11. À Rome tout estoit quasi à sa devotion [de Pompée].
  12. En faveur du lancier, on peut aussi mettre en avant qu'il est mieux monté, et a la tenue plus ferme que l'autre.
  13. Voilà comment le mauvais exemple et l'incorrection ont donné perseverance à ce detestable vice.
  14. À l'espreuve on connoit qu'une petite troupe d'ennemiz determinez met tout cela à vau de route.
  15. Tant de milliers de soldats.
  16. Julie : être jeune !… Être belle !… oui, c'est un double crime Dont…Clitandre : Non ; il ne faut pas trop presser ma maxime.
    Coquette corr. III, 3 (presser)
  17. À fin que quelque jour ils acquissent ceste louange, d'avoir remis en prix ce qui estoit desprisé.
  18. On dit qu'il est impossible que deux religions puissent consister en un mesme Estat.
  19. L'homme superflu et excessif en s'aimant trop, se va apauvrissant.
  20. S'appelans les bras de la patrie, les gardiens des armes et la terreur des ennemis.