Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer, auteur cité dans le Littré

LANOUE (1531-1591)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LANOUE a été choisie.

Né en 1531. Homme de guerre, il fait ses premières armes en Italie. Il rejoint la Réforme en 1558 et commande les huguenots du Poitou, il s'empare d'Orléans et de Saumur en 1567. Fait prisonnier à Jarnac, il est échangé contre un prisonnier catholique. Blessé au siège de Fontenay-le-Comte en 1570, on lui confectionne un bras de fer pour lui permettre de se tenir à cheval d'où son surnom. Après la Saint-Barthélémy, il est envoyé par Charles IX à la Rochelle pour tenter de rétablir le dialogue entre le roi et les Huguenots. Il organise la défense de La Rochelle et signe la paix en juin 1573. Parti combattre les Espagnols dans les Flandres, il est fait prisonnier et est enfermé dans la forteresse de Limbourg de 1580 à 1585 dans des conditions atroces, il rédige ses Discours politiques et militaires. Envoyé par Henri IV en Bretagne pour assister le prince de Dombes en 1591, il est mortellement au siège de Lamballe et meurt à Moncontour le 4 août 1591.

1425 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Discours politiques et militaires 1587 1366 citations

Quelques citations de Francois LANOUE, dit Lanoue Bras de Fer

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1425 citations dans le Littré.

  1. M. le Prince deslogea le lendemain.
  2. S'ils faisoient quelque appointement avec serment solennel, il duroit jusques à ce que l'une des parties se trouvast la plus forte, pour le corrompre et violer, et vaincre par malice.
  3. Conoissans bien que ce qu'ils rejettent n'est pas rejettable.
  4. Et s'ils vouloyent avoir un casquet et un rondache à preuve…
  5. Ce grand mal si enraciné est difficile à arracher.
  6. Il leur faudroit si peu de bon succès pour mettre en terreur toute la chrestienté, que desjà j'apprehende un tel inconvenient.
  7. Reduits au dernier desespoir.
  8. Dieu ne se contente pas de demi-obeissance, ains la veut toute entiere.
  9. Qu'il [le peuple] n'est pas seulement tondu, mais qu'il est escorché par mille surcharges et nouveautez auparavant inconues.
  10. Le blasphemateur du nom du Seigneur mourra de mort, toute la congregation du peuple le lapidera.
  11. Se resjouir d'estre desassiegé de la pauvreté.
  12. Debilitations de membres, gouttes, veroles.
  13. À plusieurs qui auparavant ne s'entreconnoissoyent quasi pas… il [le vin] leur a donné un commencement de commixtion et d'incorporation des uns avec les autres.
  14. Aucuns d'entre eux [philosophes] affirment qu'il faut que la vraye matiere ait en soy puissance vegetative [puissance d'accroissement].
  15. Ce moyen, soit qu'il vinst maintenant par les papes, ou par l'authorité des princes, et qu'on l'appellast croisade ou contribution, seroit pourtant necessaire pour aider aux potentats à satisfaire aux despenses.
  16. Lorsque quelqu'un prend fantaisie de s'aller battre, il faut que celui qui le seconde ou qui le tierce (comme on parle), se batte aussi à outrance contre les seconds et les tiers de la part contraire.
  17. Comme ceste avant garde faisoit bonne mine, ceulx de la religion ne l'osoyent aller mordre.
    593 (mordre)
  18. Quand on les asseuroit de les laisser en patience manger les choux de leur jardin et serrer leurs gerbes.
  19. Deux batailles et deux assiegemens donnent l'entiere victoire.
  20. À fin qu'ils n'acquierent ignorance au lieu de sçavoir, et depravation, au lieu de temperance.