Brunetto LATINI, auteur cité dans le Littré

LATINI (1210-1294)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LATINI a été choisie.

506 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Li livres dou trésor 1265 451 citations

Quelques citations de Brunetto LATINI

Voici un tirage aléatoire parmi ses 506 citations dans le Littré.

  1. La raisonnable puissance de l'ame est en deux manieres…
    ib. p. 265 (raisonnable)
  2. Là où li feus a demoré longement, tozjors i seront les fumées.
    Trésor, p. 360 (fumée)
  3. …Li Sarrasin de Perse orent grant force contre les crestiens, et gasterent Jerusalem.
    Trés. p. 83 (gâter)
  4. Et se Merlins ou la sibile dient verité, on trouve en leurs livres que en cestui [Frédéric] doit definer li emperiaus dignités.
    Trésor, p. 91 (impérial, ale)
  5. Li leus [le lieu] de l'uille soit contre midi et soit bien garniz por le froit.
    Trésor, p. 177 (huile)
  6. L'uevr [œuvre] speculative et de haute pensée est toz jors en pais et en tranquilité.
    Trésor, p. 329 (spéculatif, ive)
  7. Gloire done au preudome une seconde vie, c'est-à-dire que après sa mort la renomée qui remaint [reste] de ses bones oevres fait sembler que il soit encore en vie.
    Trésor, p. 450 (vie [1])
  8. Peisson sont sanz nombre.
    Trés. p. 182 (poisson [1])
  9. Mal est à celui qui va seul ; car, se il chiet, il n'a qui le relieve.
    Trésor, p. 588 (relever)
  10. Sereine, se dient li autor, sont trois qui avoient semblance de feme dou chief jusques as cuisses ; mais de celui leu en aval avoient semblance de poisson… qui por lor très dous chant faisoient perir les nonsachanz qui par la mer aloient.
    Trésor, p. 189 (sirène)
  11. Hom lenz et pesanz, et froideillous et dormillous.
    Trésor, p. 107 (frileux, euse)
  12. Signes est une demonstrance qui done presumpcion que la chose fu ou sera.
    Trésor, p. 540 (présomption)
  13. Fable est uns contes que l'om dit des choses qui ne sont pas voires [vraies] ne voiresemblables, si comme la fable de la nef qui vola parmi l'air longuement.
    Trésor, p. 518 (fable)
  14. Li quins [le cinquième] aage commença à la transmigration de Babiloine, c'est à dire quant li Juif i furent mené en chaitiveison [captivité].
    Trésor, p. 51 (transmigration)
  15. Comme li martiaus est faiz por le fevre, quiore forge une espée, or un hiaume…
    Trésor, p. 104 (forger)
  16. Li vent qui s'entrecombatent si merveilleusement.
    Trésor, p. 120 (entre-combattre (s'))
  17. Et quant il [Frédéric] fu trespassez de cest siecle, l'empire vaca longuement sanz roi et sanz empereor.
    Trésor, p. 102 (vaquer)
  18. Ses cols [son cou, de l'autour] doit estre longs et soutis [mince] et serpentins.
    Trésor, p. 199 (serpentin, ine [1])
  19. [L'eau de pluie en citernes] a mains [moins] de moistor que les autres, et est un petit stitique, non mie tant que ele nuise au stomac.
    Trésor, p. 174 (styptique)
  20. Cil qui t'aime por son profit est semblables au corbel ou au voltour qui touzjors suient la charoigne.
    ib. p. 431 (vautour)