Brunetto LATINI, auteur cité dans le Littré

LATINI (1210-1294)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LATINI a été choisie.

506 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Li livres dou trésor 1265 451 citations

Quelques citations de Brunetto LATINI

Voici un tirage aléatoire parmi ses 506 citations dans le Littré.

  1. Cil qui la loi firent pugnissent l'ome de cele ignorance de quoi il est achoisonez par sa negligence.
    Trés. p. 279 (occasionner)
  2. Li convient maintenant dire cele propre raison porquoi il cuide avoir droit en sa question ; car, se il ne le deist, sa deffense seroit frivole.
    ib. p. 480 (frivole)
  3. Ne desirre pas que tu soies juges sor les gens, se tu n'es itiex [tel] que ta vertuz puisse abaissier les iniquitez.
    Trésor, p. 585 (iniquité)
  4. Commence, car se tu prolongues [remets] les oevres de bien faire…
    ib. p. 389 (prolonger)
  5. Largesce est le mileu entre avarice et prodigalité.
    Trésor, p. 272 (prodigalité)
  6. Il [Nabuchodonosor] destruist Jherusalem, et emprisona tous les Juis, et maintes autres perversitez fist il.
    Trésor, p. 36 (perversité)
  7. Toute la terre est divisée en trois parties ; ce sont Asie, Aufrique et Europe.
    Trés. p. 152 (partie [1])
  8. Et por ce dient li plusor que tuit li home ont angles [anges], et ont prevost por aus [eux] garder.
    Trés. p. 20 (prévôt)
  9. Et cil [la mer Rouge] est un golf de la mer oceane.
    Trésor, p. 154 (golfe)
  10. Et [en septembre] decline li tens vers la froidor, tout autressi comme en mars vers la chalor.
    Trésor, p. 134 (froideur)
  11. Il sevent bien les oevres, qui ainsi les font, mauvaises estre, et si est en leur seignorie dou faire ou de non.
    Trésor, p. 279 (seigneurie)
  12. Ne te chaut de grand maison ; car en petite maison pues tu [tu peux] mener roial vie.
    Trésor, p. 442 (royal, ale)
  13. Li noefvismes [commandement de la loi] dit : ne convoitier mie la chose de ton proime.
    Trés. p. 78 (neuvième)
  14. La calors dou soleil.
    ib. p. 119 (soleil)
  15. Signes est une demonstrance qui done presumpcion que la chose fu ou sera.
    Trésor, p. 540 (présomption)
  16. Semblable chose n'est mie pareille, car pareille chose senefie la grandor et la mesure, mais semblable ne senefie autre chose que la qualité.
    Trésor, p. 535 (pareil, eille)
  17. Cil qui trop se loe a non vanteres.
    Trésor, p. 273 (vanteur)
  18. …Comme est l'escaille d'un uef, qui enclost et enserre ce qui est dedanz.
    Trés. p. 110 (œuf)
  19. Cil qui t'aime por son profit est semblables au corbel ou au voltour qui touzjors suient la charoigne.
    ib. p. 431 (vautour)
  20. Jeromes dit : soverainne noblesce est la clarté de vertu.
    Trésor, p. 344 (noblesse)