Brunetto LATINI, auteur cité dans le Littré

LATINI (1210-1294)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LATINI a été choisie.

506 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Li livres dou trésor 1265 451 citations

Quelques citations de Brunetto LATINI

Voici un tirage aléatoire parmi ses 506 citations dans le Littré.

  1. Il est propre nature des aigues [eaux], que eles montent tout comme eles avalent.
    Trésor, p. 115 (monter)
  2. Ypotame est un peissons qui est apelez cheval fluviel, porce que il naist el flun de Nile.
    Trés. p. 189 (hippopotame)
  3. Vertus est la moiennetés entre deux malices, dou sorplus et de la defaute.
    Trésor, p. 338 (surplus)
  4. En ire a mi [milieu] et extremitez ; et li hom qui tient le mi est apelez mansuetes.
    Trésor, p. 289 (mansuet, ette)
  5. La terre est maigre.
    Trésor, p. 175 (maigre [1])
  6. La participation de cels qui comunent ensemble en bien et en mal, et en marcheandise, et en user les uns avec les autres, seult [a coutume] estre commencemens d'amistié.
    Trésor, p. 313 (participation)
  7. Se la raison que li parleres rent est fause.
    Trésor, p. 561 (rendre)
  8. Li larges se tient emmi ces deux estremitez [la prodigalité et l'avarice].
    Trésor. p. 272 (large)
  9. Fortune comprent ce qui avient à home de bien et de mal.
    Trésor, p. 530 (fortune)
  10. Cil qui i faut [qui est éhonté] est apelez sans vergoigne et sanz front.
    ib. p. 273 (front)
  11. Toutes choses qui sont en nos [nous] par nature, sont premierement en pooir, et puis en fait.
    ib. p. 266 (fait [2])
  12. Et [en septembre] decline li tens vers la froidor, tout autressi comme en mars vers la chalor.
    Trésor, p. 134 (froideur)
  13. Si come la clartez, qui est bone par nature, mais ele est mauvaise as oils malades.
    Trés. p. 18 (œil)
  14. Qui bien voudra rimer, il li convient conter totes les syllabes de ses diz, en tel maniere que li vers soient acordables en nombre, et que li uns n'ait plus que li autres ; après ce convient il amesurer les deux derraines sillabes dou vers en tel maniere que totes les letres de la derraine sillabe soient semblables, et au mains [moins] la vocal syllabe qui va devant la derraine ; après ce li convient il contre-poser l'accent et la voix, si que les rimes s'accordent à ses accens ; car jà soit ce que tu accordes les letres et les sillabes, certes la rime n'iert [ne sera] droite se li accens se descorde.
    Trésor, p. 481 (rimer [1])
  15. La mors igalist le seignor au serf, et les coronés aus fosseors.
    Trésor, p. 392 (fossoyeur)
  16. [Le perroquet apprend à parler] dedanz le secont an de son aage, car dès lors en avant est durs et oblious.
    Trésor, p. 219 (oublieux, euse)
  17. Lorsque il [saint Jean l'évangéliste] reposa sor le piz [le sein] Jhesu Crist, en but il aussi com d'une fontaine ; ce fu la haute sotilleté de l'evangile.
    Trésor, p. 70 (subtilité)
  18. Rectorique est une science qui nous enseigne bien pleinement et parfetement dire es choses communes et es privées.
    Trésor, p. 470 (rhétorique)
  19. S'il [les chiens] sont engendré de petiz parons.
    Trésor, p. 235 (parons)
  20. Jeromes dit : soverainne noblesce est la clarté de vertu.
    Trésor, p. 344 (noblesse)