Brunetto LATINI, auteur cité dans le Littré

LATINI (1210-1294)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LATINI a été choisie.

506 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Li livres dou trésor 1265 451 citations

Quelques citations de Brunetto LATINI

Voici un tirage aléatoire parmi ses 506 citations dans le Littré.

  1. Repos n'est mie beatitude, porce que repos est quis por mieulx soffrir poine et travail, non pas por soi.
    Trésor, p. 328 (repos)
  2. En toute la Secille n'est que trois mille estages [var. estades], et estages sont en grezois ce que nos appelons milliers, et que li François apelent lieue, mais il ne sont mie pareil.
    Trésor, p. 164 (stade)
  3. Complexion sanguine.
    Trésor, p. 106 (sanguin, ine)
  4. Politique, ce est à dire le governement des citez, qui est la plus noble et haute science et li plus nobles offices qui soit en terre, selonc ce que politique comprent generaument toutes les ars qui besoignent à la communité des homes.
    Trésor, p. 575 (politique [2])
  5. Au quart jor [Dieu] commanda que li solaus et la lune et les estoiles et tuit luminaire fussent fait.
    Trés. p. 12 (quart, arte [1])
  6. Qui parole sophistiquement, il sera haïz de touz homes, et defaillans en toutes choses.
    Trésor, p. 357 (sophistiquement)
  7. Plus gracieus est uns petiz dons faiz isnelement [vite] que uns autres grans n'est qui est à paine donés.
    Trésor, p. 411 (gracieux, euse)
  8. Soustrere c'est tolir. …ausit com se aucuns ravisoit aucun par force, et le destorbast qu'il ne venist à jor, Liv. de just. 86. Et en tel maniere [les autours] les entrelaissent [leurs petits] à norrir, porce qu'il apraignent à ravir.
    Trésor, p. 197 (ravir)
  9. Li juste une foiz s'exhaucent par esperance de la perpetuel leesce, une autre fois se doutent par la paor dou feu de jehennne.
    Trésor, p. 462 (géhenne)
  10. Cele foi est vuide qui est sans oevre.
    Trésor, p. 461 (vide)
  11. Li autre, par lor orgoil, sozmetoient les plus foibles au joug de servage.
    Trésor, p. 575 (soumettre)
  12. [Tobie] dona ce que il avoit as prisonniers et as poures.
    Trés. p. 60 (pauvre)
  13. Reverence est cele vertus qui nos fait honor rendre as nobles persones et à celles qui ont aucune seignorie.
    Trésor, p. 432 (révérence)
  14. Felicitez n'est pas en jeuc, ne en choses qui sont de par jeuc, mais en celles qui sont de grant estude et travail.
    ib. p. 328 (félicité [1])
  15. Saint Bernars dist : vertus est us de la volenté selonc le jugement de raison.
    Trésor, p. 338 (vertu)
  16. Cil qui i faut [qui est éhonté] est apelez sans vergoigne et sanz front.
    ib. p. 273 (front)
  17. …[Tobie] avugla par le fien d'une arondele, qui li chaï ès els.
    ib. p. 60 (œil)
  18. Li corages, à cui tels choses [les passions] nuisent, à peine puet veoir point de verité.
    Trésor, p. 409 (point [1])
  19. Cil qui trop se loe a non vanteres.
    Trésor, p. 273 (vanteur)
  20. Sobrietez est à donter le delit [plaisir] dou goster et de la bouche par atemprance de raison.
    Trésor, p. 381 (sobriété)