Guido Lanfranchi, dit LANFRANC de Milan, auteur cité dans le Littré

LANFRANC (1250?-1310?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LANFRANC a été choisie.

Chirurgien médieval

Son traité de chirurgie « Chirurgia Magna, Practica quae dicitur Ars completa totius Chirurgiae » a d'abord paru à Venise en 1290, en latin. Il fut complété en 1296. Le Littré cite une traduction en français datée de 1377, dans un manuscript probablement du XVIe siècle.

121 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La Syrurgie de maistre LANFRANC de Millan 1377 119 citations

Quelques citations de Guido Lanfranchi, dit LANFRANC de Milan

Voici un tirage aléatoire parmi ses 121 citations dans le Littré.

  1. Son sang subtil et son mouvement pulsatif [d'une artère].
  2. Et se il [le blessé] n'acelle pas [ne va pas à la selle] de sa nature, fay luy clistere ou subpositoire.
    f° 12, verso. (suppositoire)
  3. Le mire [médecin], devant parfait nettoiement du panicle [périoste], consolida la plaie dehors ; dont le panicle s'endaigna, et fu cause de spasme.
    f° 20 (indigner)
  4. Souvent avient [dans les plaies de poitrine] que le sang et la boe [le pus] cheent [tombent] dessoubz sur la reflexion du dyafregme.
    f° 33 (réflexion)
  5. En chascun bras sont quatre voines manifestes.
  6. La cure de ceste maladie est mescogneue à moult renommez mires [médecins].
  7. Je mis par-dessus un drappel delié moillié en mesme l'oille et vinaigre.
    f° 26, verso. (même)
  8. Le dyafregme est ung instrument qui sert au cuer ainsy comme les soufflès des fevres qui reçoivent l'air en ouvrant et en cloant.
    f° 32 (soufflet)
  9. Les repercussis.
  10. Non pas seulement les vertus animelles se alterent [dans les plaies du cerveau], mais les naturelles et viteles.
    f° 23 (vital, ale)
  11. Percussion de aucune chose non trenchant ou poignant.
    f° 11 (percussion)
  12. Tu cognoistras male complexion en la plaie, se tu vois la pel d'environ la plaie trop rouge et chaulde à taster.
    f° 12, verso. (tâter)
  13. Es oignemens la porporcion des poudres, de l'uile et de la cire.
    f° 119 (proportion)
  14. Le test [crâne] est compost de deux tables plaines et legeres.
    f° 21 (table)
  15. [Substances qui] ont une proprieté fumeuse qui nuist à la teste.
    f° 15, verso. (fumeux, euse)
  16. La rasquette du pié est composte de quatre os lyés ensemble avenamment.
    f° 37, verso. (raquette [1])
  17. Se nulle de ces causes ne te deffent, repercute chault apostume en la maniere que nous dirons.
    f° 50, verso. (répercuter)
  18. Se nulz de ces membres spermatiques [membres formés originairement dans la matrice] soit coppé, il ne puet estre restoré de vraye restauracion.
  19. La quelle action proprietaire [spéciale d'une herbe] est impossible à estre trouvée en aultre herbe.
    f° 110, verso (propriétaire)
  20. Mondefier, regenerer et cicatrizer.
    f° 119 (régénérer)