Guido Lanfranchi, dit LANFRANC de Milan, auteur cité dans le Littré

LANFRANC (1250?-1310?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LANFRANC a été choisie.

Chirurgien médieval

Son traité de chirurgie « Chirurgia Magna, Practica quae dicitur Ars completa totius Chirurgiae » a d'abord paru à Venise en 1290, en latin. Il fut complété en 1296. Le Littré cite une traduction en français datée de 1377, dans un manuscript probablement du XVIe siècle.

122 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La Syrurgie de maistre LANFRANC de Millan 1377 120 citations

Quelques citations de Guido Lanfranchi, dit LANFRANC de Milan

Voici un tirage aléatoire parmi ses 122 citations dans le Littré.

  1. Trop grant multitude de humeurs par voye d'assemblement ou dérivation.
  2. Tu cognoistras male complexion en la plaie, se tu vois la pel d'environ la plaie trop rouge et chaulde à taster.
    f° 12, verso. (tâter)
  3. Jà soit ce que la cure se prolongue, ne cesse pas de ceste cure.
    f° 12 (prolonger)
  4. Le dyafregme est ung instrument qui sert au cuer ainsy comme les soufflès des fevres qui reçoivent l'air en ouvrant et en cloant.
    f° 32 (soufflet)
  5. Soit argent vif mis en une escuelle d'estaing, et crache dessus, et puis le broie o [avec] cheveux d'omme, et soit tant debatu qu'il ne demeure point de trace d'argent vif.
    f° 42, verso. (trace)
  6. Cole [bile]vitelline.
  7. Le chief [la tête] est en trois parties : la premiere partie, charnue ; la seconde ossue ; la troisieme c'est cervelle.
    f° 21 (ossu, ue)
  8. En l'ostant violentement [l'os corrompu].
    f° 17, verso. (violemment)
  9. Ceste ointure rectefie et aide les lieux par où la doleur doit monter en la teste [dans une piqûre de nerfs].
    f° 9, verso. (rectifier)
  10. Visqueuseté.
    f° 113, verso. (viscosité)
  11. Oing les [cheveux] o [avec] muscilaige de semence de lin.
    f° 38 (mucilage)
  12. Nerf est ung instrument sensible et motif.
    f° 9 (motif)
  13. Le mire [médecin], devant parfait nettoiement du panicle [périoste], consolida la plaie dehors.
    f° 20 (nettoiement)
  14. Lascheté ou foiblesse des voines et des arteres.
    f° 14 (lâcheté)
  15. La rectine.
    f° 73 (rétine)
  16. Serpigo est une aspreté qui rampe çà et là.
    f° 43 (ramper)
  17. Et je mis mon doy sur le bout de la voine trenchée, et la tins si fort que riens ne yssoit.
    f° 14, verso. (tenir)
  18. [Dans une plaie compliquée] oster la douleur, mondefier la boe, après rengendrer chair, et au darrenier cicatrizier.
  19. Retourne le nez [à demi tranché] adroit en sa forme, en proporcionant les narrilles en leur droit point si comme elles souloient.
  20. Ce sang [épanché sur la dure-mère dans les plaies de tête] n'est pas englué en la substance de la mere si comme en appostumes ; pour quoy il obeit plus à l'expulsion de nature, et mieulx obeit à l'atraction de medecine.
    f° 26 (obéir)