Guillaume de MACHAUT, auteur cité dans le Littré

MACHAUT (1300?-1377)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MACHAUT a été choisie.

182 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les Oeuvres de Guillaume de Machault 181 citations

Quelques citations de Guillaume de MACHAUT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 182 citations dans le Littré.

  1. Car qui se vuet de tous vengier, Son pain ne puet en pais mangier.
    p. 118 (venger)
  2. … fors seulement desir qui ne me lait pas durer de vous veoir ; et sur ce ay fait une balade, laquelle je vous envoie enclouse en ces presentes.
    p. 136 (ballade)
  3. Quant on ot rusé longuement [quand on se fut longuement ébattu], Uns chevaliers isnellement Hucha le vin et les espices.
    p. 88 (ruser)
  4. Et que tu t'armes volentiers ; Car c'est tes souverains mestiers ; N'autre honneur, n'autre science Qu'armes, dames et conscience.
    p. 117 (conscience)
  5. Il [mon cheval] a les quatre piez rouviaus, Espavains, courbes et molestes.
  6. …Et ne fay doute Qu'en ce cas [les dames] en ta sauvegarde Doient estre…
  7. [Pour les philosophes]… N'estoit riens, tant fut doutable, Qu'il n'amassent [aimassent] miex [mieux] recevoir, Que ce qu'on peüst parcevoir Que leur bon propos variassent, Ne que verité declinassent.
    p. 94 (propos)
  8. Se vous poiés [pouviez] faire chose qui me puist desplaire, cils presens que vous m'avez envoié me desplairoit.
  9. Je te veil [veux] prouver et conter Que ta prise [avoir été pris et emprisonné] est pour ton millour, Ton bien, ton pourfit et t'onnour.
    p. 100 (prise)
  10. Mais s'il advient qu'il [mon cheval] se defferre, Dix hommes faut quant on le ferre.
    p. 81 (déferrer)
  11. Je me recommande à vous tant que je puis, et vous envoie ce rondel.
    p. 135 (rondeau [1])
  12. Tu qui sces jugier des coulours Et des amoureuses doulours, Dois savoir la signifiance Et de son habit l'ordonnance.
  13. Et se tu prens gens de nient, Tu te pers tout à escient.
    p. 112 (perdre)
  14. N'est-ce pas chose plus honourable Que tu voies devant ta table Tes chevaliers, tes escuiers Vestis ensamble en ordenance à la bonne guise de France, Que ce qu'il soient en tel guise Que chascun ainsi se desguise ?
    p. 120 (déguiser)
  15. Ainsy y doi mon sentement Mettre et mon entendement, Cuers, corps, pooir et quanque j'ay ; Ne je ne pris [prise] un bec de jay Ceuls qui s'en vorroient ruser [écarter].
    p. 7 (ruser)
  16. Vous endormirés Argus, si que il ne verra mes que une taupe.
    p. 149 (taupe)
  17. Mais deffendu m'i ont la voie Li pilleur, li vens et la pluie, Et li yvers qui moult m'anuie.
    p. 78 (pilleur)
  18. Qui de son serf fait son seigneur, ses ennemis monteplie.
    p. 136 (serf, erve)
  19. Et porte honneur à toutes femmes, Soient damoiselles ou dames, Grandes, moiennes ou petites.
  20. Mais la douce, courtoise et franche Vestu ot une cote blanche D'une escarlate riche et belle Qui fu, ce croi, faite à Bruselle.
    p. 46 (écarlate)