Guillaume de MACHAUT, auteur cité dans le Littré

MACHAUT (1300?-1377)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MACHAUT a été choisie.

182 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les Oeuvres de Guillaume de Machault 181 citations

Quelques citations de Guillaume de MACHAUT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 182 citations dans le Littré.

  1. On ne savoit en tout le monde, Tant comme il tient à la reonde, Païs, regne ne region Qu'il n'i eüst dissention.
  2. Promesse est vent ; honneur n'a gloire, Et amours dort, c'est chose voire.
    p. 53 (promesse)
  3. Et en sa dextre main tenoit Un dart qui bien estoit ferré, Et en l'autre avoit un brandon De feu que gettoit grant randon.
  4. … plus de cent, Voire de mil tout à un sible L'apeloient le roy paisible.
    p. 106 (cible)
  5. Pour chou ke li humaine conditions est oscurchie par l'empeechement de nostre premier pere, Hist. littér. de la Fr. t. xxv, p. 52. De plus n'aray rien triste n'oscurcy, Mais liez [joyeux] et gais me vorray demener.
  6. Car tuit estoient mal traitié ; Boces avoient et grans clos Dont on moroit…
    p. 73 (clou)
  7. Honneur est grains, richesse est paille ; Donc qui a honneur, il est riches.
    p. 102 (honneur)
  8. Je te veil à tout ce respondre, Sans rien enclore ne repondre [cacher].
    p. 95 (enclore)
  9. Tu qui vues avoir mon cheval, Je te di qu'amont et aval, Sans faillir, au tiers pas s'arreste.
    p. 80 (arrêter)
  10. Et porte honneur à toutes femmes, Soient damoiselles ou dames, Grandes, moiennes ou petites.
  11. Et ce sachiés tant de mes drois, Que tout tel droit ha li petis Comme li haus et li gentils.
  12. Et certes [elle] bien scet et voit Que mes vrais cuers autre amer ne porroit ; Mais c'est retraite et semblance d'oubli, De legier croire encontre son ami.
  13. Mais deffendu m'i ont la voie Li pilleur, li vens et la pluie, Et li yvers qui moult m'anuie.
    p. 78 (pilleur)
  14. Elle moult le dist à bas ton ; Pour ce l'acolay à taston ; Car nulle goute ni veoie.
  15. Une ville souvent se pert Par mal soing ou par traïson, Par famine ou discencion.
    p. 114 (dissension)
  16. Car li mains [moins] bel et li mains riche, Li povre d'amis et li nice [peu intelligents], Cil qui ont volenté legiere, Et cil qui ont po de maniere, Dou tout en tout honni seroient, Se de moy oublié estoient.
    p. 20 (manière)
  17. C'est l'estoile qui par mer me conduist ; C'est la nasselle Forte, seüre et plaine de deduit ; C'est li patrons qui me gouverne et duit ; C'est l'aviron qui de mer fent le bruit.
  18. Quant on ot rusé longuement [quand on se fut longuement ébattu], Uns chevaliers isnellement Hucha le vin et les espices.
    p. 88 (ruser)
  19. Je puis trop bien ma dame comparer à l'ymage que fist Pymalion ; Qu'adès la prie [je la prie], et rien ne me respont.
    p. 60 (comparer)
  20. Quant la messe fu dite entiere, J'oy sonner une trompette Dont un chambrelains haut trompette.
    p. 85 (trompeter)