Jean de MAIRET, auteur cité dans le Littré

MAIRET (1604-1686)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAIRET a été choisie.

404 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La mort d'Asdrubal 108 citations
Soliman 118 citations
Sophonisbe 1634 163 citations

Quelques citations de Jean de MAIRET

Voici un tirage aléatoire parmi ses 404 citations dans le Littré.

  1. Je trouve que pour l'heure il n'est pas à propos De conter comme quoi je perdis le repos.
    Soliman, I, 2 (heure)
  2. Ce glorieux vainqueur est encore à savoir Le mauvais traitement qu'il me fait recevoir.
    Soph. I, 4 (être [1])
  3. Son intérêt en amour converti Lui fait aimer le chef du contraire parti.
    Sophon. II, 2 (converti, ie)
  4. Pour t'ôter le soupçon dont ton âme est atteinte.
    Mort d'Asdr. III, 3 (ôter)
  5. Le vingtième soleil fait son cours maintenant.
    Solim. I, 1 (soleil)
  6. Vraiment vous n'avez garde en l'état où vous êtes De songer de festins, de danses et de fêtes.
    Sophon. II, 3 (danse)
  7. Si je ne l'ai causé, j'en suis un instrument Et j'ai contribué dans cet événement.
    Mort d'Asdrub. V, 2 (contribuer)
  8. Non, je n'en ferai rien, la chose est résolue, Ou l'on m'y contraindra de puissance absolue.
    Sophon. IV, 6 (de)
  9. La défiance… Ne peut venir d'ailleurs que du manque d'épreuve.
    Sophon. III, 2 (épreuve)
  10. Cette illustre guerrière Ayant vu ses soldats gisants sur la poussière.
    Mort d'Asdrub. v, 2 (guerrier, ière)
  11. C'est le plus prompt de tous comme le plus certain, Et le plus digne aussi d'un courage hautain.
    Sophon. III, 2 (hautain, aine [1])
  12. La guérison qui s'en est ensuivie.
    Sophon. IV, 1 (ensuivre (s'))
  13. Et ce nouvel amour qui t'ôte la pitié Te pourra consoler de mon inimitié.
    Mort d'Asdrub. IV, 4 (ôter)
  14. Que si de tes conseils il forme une machine Qui de mon ennemi retarde la ruine.
    Solim. III, 4 (machine)
  15. Souvent les désespoirs [des vaincus] aux vainqueurs sont funestes.
    Mort d'Asdrub. II, 3 (désespoir)
  16. Je ferais une faute indigne de pardon, Si je vous octroyais un si funeste don.
    Sophon. IV, 5 (octroyer)
  17. À ces raisons qui ne sont pas petites.
    Soliman, II, 2 (petit, ite)
  18. Un jeune esprit facilement s'engage Par la douceur des yeux, du geste et du langage.
    Sophon. III, 2 (jeune)
  19. Je veux que l'on prépare un tombeau magnifique Où le sort d'Asdrubal étant représenté Y conserve sa gloire à la postérité.
    M. d'Asdrub. V, 3 (représenté, ée)
  20. Il est plus à propos D'apprivoiser la mort en payant de constance, Que de l'effaroucher en faisant résistance.
    Solim. V, 3 (payer)