Jean-François MARMONTEL, auteur cité dans le Littré

MARMONTEL (1723-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARMONTEL a été choisie.

1109 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Bélisaire 1767 26 citations
Contes moraux 1763 131 citations
Éléments de littérature 124 citations
Mémoires d'un père pour servir à l'instruction de ses enfants 1804 487 citations
Œuvres, Paris, 1787, 17 vol. in-8, édit. citée par POUGENS 265 citations

Quelques citations de Jean-François MARMONTEL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1109 citations dans le Littré.

  1. Mme de la Poplinière, avec une tête assez vive, était d'une extrême froideur.
    Mém. IV (froideur)
  2. Vernet, admirable dans l'art de peindre l'eau, l'air, la lumière et le jeu de ces éléments.
    Mém. VI (jeu)
  3. L'histoire générale et les mémoires particuliers se communiquent et s'entremêlent toutes les fois que l'intérêt public et l'intérêt privé ont des rapports communs.
    Élém. littér. Œuvres, t. VIII, p. 341, dans POUGENS. (entremêler)
  4. Aussi ne voit-on les prodiges de la culture et de l'abondance que dans les campagnes divisées entre une foule de possesseurs.
    Pays. nord. Œuvres, t. XVII, p. 91 (culture)
  5. Mon travail, entremêlé de lectures intéressantes, me laissait peu de moments d'ennui.
  6. Il visait souvent à être fin, et tournait si bien ce qu'il voulait dire, qu'il ne savait plus ce qu'il disait.
    Cont. mor. Heureus. (viser)
  7. Ces physiciens romanciers, qui, prenant leur imagination pour le livre de la nature, érigent leurs visions en découvertes et leurs songes en systèmes suivis.
    Œuv. t. VI, p. 234 (romancier)
  8. M. de la Popelinière n'était pas le plus riche des financiers, mais il en était le plus fastueux.
    Mém. IV (financier [1])
  9. La mort de Marivaux en 1763 laissant une place vacante, je fis les visites d'usage, de l'air d'un homme qui n'avait rien à craindre.
    Mém. VII (visite)
  10. Les plus adroits, lorsqu'ils sont consultés, gardent sur les endroits critiques un silence mystérieux, ou prononcent, comme les oracles, en se ménageant par l'ambiguïté de leurs réponses les deux envers d'une opinion qu'ils laissent flotter jusqu'à l'événement, afin de ne jamais se compromettre.
    Élém. litt. Œuvres, t. v, p. 148 (envers [2])
  11. À la souplesse de ses mouvements, on croyait voir un jeune cèdre dont la tige droite et flexible cède mollement aux zéphyrs.
    Cont. mor. Berg. Alp. (souplesse)
  12. Vanté dans les journaux, dont il savait gagner ou payer la faveur.
    Mém. VII (journal)
  13. La justice est le point d'appui de l'autorité.
    Bélis. X (point [1])
  14. Les Mémoires de Torcy, comme leçons de politique, ne sont guère moins intéressants que les Mémoires de Sully, comme leçons d'économie.
    ib. t. VIII, p. 349 (mémoire [2])
  15. Une coquette est un tyran qui veut tout asservir, pour le seul plaisir d'avoir des esclaves.
    Contes mor. Heureusement. (coquet, ette)
  16. J'allai à mes abbés gascons et à quelques autres de cette classe : je les trouvai à sec.
    Mém. III (sec, sèche)
  17. Cependant moi qu'environnaient les occasions de faillir, je n'étais rien moins qu'infaillible.
    Mém. IV (infaillible)
  18. Rochers à qui je me plains, bois à qui je compte mes peines.
    dans GIRAULT-DUVIVIER (qui)
  19. La seule voix qu'on peut donner à l'acteur pantomime, est celle de la symphonie, parce qu'elle est vague et confuse ; qu'elle ne gêne point l'action.
    Œuvr. t. IX, p. 165 (symphonie)
  20. Il n'est pas besoin de dire qu'Éraste se vit rappelé.
    Cont. mor. Tout ou rien. (rappelé, ée)