Jean-François MARMONTEL, auteur cité dans le Littré

MARMONTEL (1723-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARMONTEL a été choisie.

1109 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Bélisaire 1767 26 citations
Contes moraux 1763 131 citations
Éléments de littérature 124 citations
Mémoires d'un père pour servir à l'instruction de ses enfants 1804 487 citations
Œuvres, Paris, 1787, 17 vol. in-8, édit. citée par POUGENS 265 citations

Quelques citations de Jean-François MARMONTEL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1109 citations dans le Littré.

  1. Son secret [de Pascal] fut d'éviter toute manière, et de donner toujours la préférence à l'expression la plus simple et au tour le plus naturel.
    ib. t. X, p. 266 (manière)
  2. Une espèce de petit temple qu'il avait décoré de toiles d'opéra, et qui ce jour-là était orné de tant de guirlandes de roses que nous en étions entêtés.
    Mém. VI (entêté, ée)
  3. Ce Philippe qui, mieux qu'homme du monde, savait diviser pour réduire et corrompre pour asservir.
    Élém. litt. Œuvres, t. VIII, p. 86, dans POUGENS (corrompre)
  4. Ainsi se décorait et croyait s'ennoblir la petitesse de la vengeance que l'on exerçait contre moi.
    Mém. VII (petitesse)
  5. Si Molière a rendu Tartuffe odieux au cinquième acte, c'est par la nécessité de donner le dernier coup de pinceau à son personnage.
    Élém. litt. t. VI, p. 141, dans POUGENS (coup)
  6. Ce n'était plus par goût qu'il préférait ces doux entretiens, ces tête-à-tête délicieux pour moi, au flux et reflux d'une société tumultueuse.
    Cont. mor. Deux infort. (reflux)
  7. Sa vie entière fut une lutte, et il fut infatigable.
    Mém. X (lutte)
  8. Dans Tancrède je croyais voir la décadence de son style, des vers lâches, diffus, chargés de ces mots redondants qui déguisent le manque de force et de vigueur.
  9. Ce nouveau rédacteur fit si mal sa besogne, que le Mercure, décrié, tombait et n'allait plus être en état de payer les pensions dont il était chargé.
    Mémoires, VI (décrié, ée)
  10. Que voulait-il qu'un musicien fît de toutes ces comparaisons façonnées en ariettes, qui terminent des scènes comme des culs-de-lampes, ou qui plutôt sont dans le chant comme des bouquets d'artifice pour obtenir l'applaudissement ?
    Élém. litt. Œuvres, t. IX, p. 104, dans POUGENS (cul ou cu)
  11. Un esprit élevé ne daigne apercevoir dans son objet que les rapports qui l'agrandissent.
    Élém. litt. Œuvres, t. x, p. 198, dans POUGENS (esprit)
  12. Rien de plus difficile que les grâces ; celles du style consistent dans l'aisance, la souplesse, la variété de ses mouvements, et dans le passage naturel et facile de l'un à l'autre.
    Œuv. t. x, p. 221 (style)
  13. Nulle pratique des affaires, nulle connaissance des hommes.
    Mém. XI (pratique [1])
  14. Il était dans l'âge où l'on est sensé, quand on a de quoi l'être.
    Cont. mor. Bonne mère. (quoi)
  15. La magistrature est encore parmi nous l'ordre de la société où les mœurs sont les plus sévères.
    Élém. hist. Œuv. t. VII, p. 152, dans POUGENS (magistrature)
  16. Le peintre Vernet, sur un vaisseau battu d'une horrible tempête, s'étant fait attacher au mât, et tout occupé à dessiner le mouvement des vagues, leurs replis, leur écume et les feux de la foudre.
    Élém. litt. Œuv. t. VII, p. 206, dans POUGENS (mât)
  17. Je sentais de temps en temps se réveiller en moi le désir de rentrer dans la carrière littéraire.
    Mém. V (réveiller)
  18. Pour rendre intarissable la source des eaux du canal et en mesurer le volume, sans jamais le faire dépendre du cours des rivières voisines.
    Mém. VII (volume)
  19. La physique est à la poésie ce que l'anatomie est à la peinture : elle ne doit pas s'y faire trop sentir ; mais, revêtue des grâces de la fiction, elle y joint le charme de la vérité.
    Œuvr. t. IX, p. 423 (sentir)
  20. Ennuyé d'être spectateur oisif, je me lançais quelquefois dans l'arène à mes périls et risques, et j'y recevais des leçons de modestie un peu sévères.
    Mém. VI (risque)