Jean-François MARMONTEL, auteur cité dans le Littré

MARMONTEL (1723-1799)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARMONTEL a été choisie.

1109 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Bélisaire 1767 26 citations
Contes moraux 1763 131 citations
Éléments de littérature 124 citations
Mémoires d'un père pour servir à l'instruction de ses enfants 1804 487 citations
Œuvres, Paris, 1787, 17 vol. in-8, édit. citée par POUGENS 265 citations

Quelques citations de Jean-François MARMONTEL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1109 citations dans le Littré.

  1. Vous concevez qu'après avoir vu périr toute ma famille du mal de poitrine, j'avais quelque raison de croire que c'était mon tour.
    Mém. VIII (tour [2])
  2. Dans le genre oratoire, il faut se souvenir que rien ne frappe la multitude que les grandes masses : les détails multipliés papillotent aux yeux de l'esprit, se confondent dans la mémoire, et ne font sur l'âme que des impressions légères et fugitives comme eux.
    Œuv. t. VII, p. 22 (papilloter)
  3. En insérant dans le Mercure une héroïde de Colardeau, je fis sentir combien le style de ce jeune poëte approchait, par sa mélodie, sa pureté, sa grâce et sa noblesse, de la perfection de l'art.
    Mém. VI (héroïde)
  4. Timidité touchante dans un homme dont le regard était tout esprit et tout âme.
    Mém. VI (tout, toute)
  5. Le siècle de Louis XIV a-t-il un ouvrage philosophique à mettre à côté de l'Émile ?
    Œuvr. t. IV, p. 430 (siècle)
  6. Chez les Grecs, lorsque l'éloquence devint oiseuse, elle fut vague et vaine.
    Œuvres, t. IV, p. 372, dans POUGENS (vain, aine)
  7. Ma famille est pauvre et nombreuse ; je lui ai déjà trop coûté.
  8. Le couplet ne peut guère avoir de plus jolie forme que celle du triolet.
    Œuv. t. v, p. 292 (triolet [1])
  9. C'était un caractère singulier que le sien [Mme Geoffrin], et difficile à saisir et à peindre, parce qu'il était tout en demi-teintes et en nuances.
    Mém. VI (teinte)
  10. Dans une place fictive, dispensé d'être homme d'État, il n'avait eu à déployer que ses qualités naturelles, les agréments d'un homme du monde et les talents d'un homme de cour.
    Mém. XI (fictif, ive)
  11. Ainsi se décorait et croyait s'ennoblir la petitesse de la vengeance que l'on exerçait contre moi.
    Mém. VII (petitesse)
  12. J'encourageai ce premier essor, en publiant les brillants essais de Malfilâtre ; je fis concevoir de lui des espérances qu'il aurait remplies, si une mort prématurée ne nous l'avait pas enlevé.
  13. Oh ! très curieuses, et qui vous feront grand plaisir, répondit Thiriot avec son rire sardonique et son nasillement de capucin.
    Mém. IV (nasillement)
  14. Je suis l'ami et le disciple de Socrate ; et je crains bien que la haine qu'on a pour lui ne s'étende jusqu'à moi.
    Cont. moraux, Alcibiade. (étendre)
  15. Ce sont les téméraires, dit Vaugelas, qui inventent les mots comme les modes : la parité n'est pas exacte ; car, dans les modes, presque tout est de fantaisie, de caprice ou de vanité ; au lieu que, dans la langue, ainsi que dans les arts, l'invention a souvent pour objet la nécessité, l'utilité, la beauté réelle.
    Œuv. t. x, p. 417 (parité)
  16. Les révolutions de l'âme, ou ses oscillations d'un mouvement à l'autre, peuvent être naturellement redoublées, et par conséquent le retour de la première partie de l'air [en musique] peut avoir lieu plus d'une fois.
    Élém. de litt. Œuv. t. V, p. 97, dans POUGENS (oscillation)
  17. Cicéron observe que chaque voix a son médium, et que c'est dans ce ton moyen que l'orateur doit commencer, pour s'élever ensuite ou s'abaisser selon que le demandent l'accent de la nature et celui de la langue.
    Élém. de litt. t. VI, p. 266, dans POUGENS (médium)
  18. Voltaire, en comparant l'esprit et la galanterie de la vieille cour et de la cour actuelle, nous déploya cette riche mémoire à laquelle rien d'intéressant n'échappait.
    Mém. VII (riche)
  19. La première place entre les mémoires expressément écrits pour servir à l'histoire me semble due à ceux de Commines, pour leur solidité, leur ingénuité et leur vérité lumineuse.
    Élém. litt. Œuv. t. VIII, p. 345, dans POUGENS (mémoire [2])
  20. Le problème des trois corps, proposé par Newton, n'a été résolu que de nos jours, et l'a été par trois hommes en même temps.
    Œuv. t. VI, p. 233 (résoudre)