Honoré Gabriel Riqueti, comte de MIRABEAU, auteur cité dans le Littré

MIRABEAU (1749-1791)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MIRABEAU a été choisie.

405 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Collection complète des travaux de M. Mirabeau l'aîné 1791 (compilation) 340 citations

Quelques citations de Honoré Gabriel Riqueti, comte de MIRABEAU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 405 citations dans le Littré.

  1. La démarche violente de la noblesse attiédit les préjugés des hommes de bonne foi qu'elle renferme, et augmente les forces des amis de la liberté et de la paix.
    Collection, t. I, p. 199 (attiédir)
  2. Je seconderai Marseille de tous mes efforts dans la grande impulsion qu'elle va donner.
    Collection, t. I, p. 57 (impulsion)
  3. Si le roi doit être chargé des préparatifs de la guerre, ne faut-il pas lui laisser aussi la plus grande latitude dans les moyens ?
    Collection, t. III, p. 336 (latitude)
  4. Il est impossible de tenir un milieu raisonnable entre la liberté indéfinie [du commerce] et une gêne absolue : chacun de ces systèmes a ses lois ; les milieux n'en ont aucune.
    Collection, t. III, p. 420 (milieu)
  5. Dans toutes les questions de ce genre, le verbal d'opinions arme l'homme contre l'intérêt, rend chaque individu plus fort par lui-même en l'isolant, et l'oblige à ne consulter que son propre vœu, puisqu'il ne pourrait pas le cacher, pour ainsi dire, sous celui des autres.
    Collection, t. I, p. 80 (verbal, ale)
  6. Il est fort pressant d'apprendre à ceux qui ont osé traiter les couleurs nationales de hochets, que les révolutions ne sont pas des jeux d'enfants.
    Collection, t. IV, p. 295 (révolution)
  7. Les meiges et les charlatans sont un des plus grands fléaux du peuple ; il est indispensable d'en purger la société.
    Sur l'éducation politique, 1er discours (mége ou meige)
  8. Le fils est taré ; je puis le dire ; cela est de notoriété publique.
    Lett. orig. t. I, p. 328 (taré, ée [1])
  9. Comme si ce n'était pas par l'assemblée nationale que les Français, jusqu'alors agrégation inconstituée de peuples désunis, sont véritablement devenus une nation !
    Collection, t. III, p. 269 (inconstitué, ée)
  10. On les honore comme les réclamateurs imperturbables des droits de Dieu et des rois.
    Collection, t. IV, p. 347 (réclamateur)
  11. On répand depuis huit jours que la section de l'assemblée nationale qui veut le concours de la volonté royale dans l'exercice du droit de la paix ou de la guerre, est parricide de la liberté publique.
    Collection, t. III, p. 555 (parricide [1])
  12. Ils se seraient associés dans votre capitale avec des agioteurs, avec des vampires.
    Collect. t. I, p. 327 (agioteur)
  13. Ont-ils bien examiné la disparité des cas, ceux qui comparent l'exemption de toute retenue [sur les rentes de l'État] avec des conditions usuraires ?
    Collection, t. IV, p. 260 (disparité)
  14. Je réponds, sur la possession [l'usage] de n'avoir payé que d'une manière volontaire, que l'impôt que l'on demande aux deux premiers ordres est précisément volontaire, non pour les individus, ce qui serait absurde et antisocial, mais pour la nation.
    Collection, t. I, 76 (antisocial, ale)
  15. Dites-lui [au roi] que, dans son palais même, les courtisans ont mêlé leurs danses au son de cette musique barbare [les chants des troupes étrangères], et que telle fut l'avant-scène de la St-Barthélemy.
    Collection, t. I, p. 323 (avant-scène)
  16. Les regards des deux mondes attachés sur vous, le fanatisme heureux d'une grande révolution, le spectacle de votre gloire…
    Collection, t. III, p. 270 (fanatisme)
  17. Il serait profondément coupable de vouloir scinder, pour ainsi dire, le serment que nous avons prêté, et de séparer aucune des parties qui le composent.
    Collection, t. V, p. 394 (scinder)
  18. Je ne viens pas prêcher la tolérance ; la liberté la plus illimitée de religion est, à mes yeux, un droit si sacré, que le mot tolérance, qui voudrait l'exprimer, me paraît, en quelque sorte, tyrannique lui-même, puisque l'autorité qui tolère pourrait ne pas tolérer.
    Collection, t. II, p. 61 (tolérance)
  19. Plus de sagesse dans l'administration municipale aurait prévenu les désordres ; c'est pour les punir que la procédure a été prise ; mais des mains cauteleuses ont su la diriger vers un autre but.
    Collection, t. II, 389 (cauteleux, euse)
  20. Cédez au maître des maîtres, à la nécessité.
    ib. t. III, p. 287 (nécessité [1])