Michel de MONTAIGNE, auteur cité dans le Littré

MONTAIGNE (1533-1592)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MONTAIGNE a été choisie.

8223 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Essais de Michel, seigneur de Montaigne 1580 8089 citations

Quelques citations de Michel de MONTAIGNE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 8223 citations dans le Littré.

  1. On les couchoit sur des charriotes pleines de bruyere.
    I, 238 (coucher [1])
  2. Il [un seigneur breton retiré] oyt parler de son maistre une fois l'an, comme du roy de Perse, et ne le recognoist que par quelque vieux cousinage que son secretaire tient en registre.
    I, 333 (secrétaire)
  3. Aux canonades depuis qu'on leur est planté en butte…
    I, 49 (butte)
  4. Combien ay je veu de condamnations plus crimineuses que le crime !
  5. Ennemi juré de toute espece de falsification.
  6. Nous embrassons tout, mais nous n'estreignons que du vent.
    I, 230 (embrasser)
  7. Respectant et craignant sa raison et sa conscience, si qu'il ne puisse sans honte bruncher en leur presence.
    I, 279 (respecter)
  8. Ils ont des espées de bois appointées par un bout, à la mode des langues de nos espieux.
    I, 239 (langue)
  9. On a grand tort de la peindre [la philosophie] d'un visage renfrongné… il n'est rien plus gay, plus gaillard, plus enjoué, et à peu que je ne die follastre.
    I, 175 (folâtre)
  10. En nostre siecle, elles [les femmes] reservent plus communement à estaler leurs bons offices et la vehemence de leur affection envers leurs maris perdus… tardif tesmoignage et hors de saison.
    III, 177 (tardif, ive)
  11. Voyez les anciennes considerations qui ont donné le premier bransle à ce fameux torrent [les lois et leur autorité], plein de dignité, d'horreur et de reverence.
    II, 349 (torrent)
  12. Gemissements et voix lamentables d'un homme mourant en angoisse.
    II, 131 (lamentable)
  13. Il nous fauldroit des topographes qui feissent des narrations des endroits où ils ont esté.
    I, 234 (topographe)
  14. Je lui ostai lors de la patte un grand escot qu'il y avoit.
    II, 193 (écot [2])
  15. Les murailles de la ville assiegée s'en allerent sans aulcun effort en ruine ; la fortune feit tout à contre-poil en nos guerres de Milan [une mine ayant sauté et le mur étant retombé en place].
    I, 254 (contre-poil)
  16. Ils croyent les ames eternelles.
    I, 238 (âme)
  17. Disposer l'honneur et la cerimonie d'un enterrement.
    I, 17 (honneur)
  18. Il [l'auteur d'une erreur judiciaire] laissa en son estat la sentence, et recompensa, de sa bourse, l'interest du condamné.
  19. Tout cela destrempe et relasche cette soudure fraternelle.
  20. Il [le zèle religieux] se change en haine et envie, et produict, au lieu du froment et du raisin, de l'yvroye et des orties, quand il est conduict d'une passion humaine.
    I, 399 (ivraie)