Charles-Louis de Secondat MONTESQUIEU, auteur cité dans le Littré

MONTESQUIEU (1689-1755)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MONTESQUIEU a été choisie.

2331 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence 1734 288 citations
Dialogue de Sylla et d'Eucrate 1745 16 citations
Histoire orientale, ou Arsace et Isménie 1783 14 citations
L'esprit des lois 1748 1212 citations
Le temple de Gnide 1725 22 citations
Lettres persanes 1721 525 citations

Quelques citations de Charles-Louis de Secondat MONTESQUIEU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 2331 citations dans le Littré.

  1. Tacite les désigne [les volontaires qui, chez les Germains, suivaient les princes dans leurs entreprises] par les noms de compagnons ; la loi salique, par celui d'hommes qui sont sous la foi du roi ; les formules de Marculfe, par celui d'antrustions du roi ; nos premiers historiens, par celui de leudes, de fidèles ; et les suivants, par celui de vassaux et seigneurs.
    Esp. XXX, 16 (fidèle)
  2. Il [Mithridate] marcha de péril en péril par le pays des Laziens.
    Rom. VII (péril)
  3. Je me sens toute émue ; il n'y a rien de si charmant que vous.
    Templ. de Gnide, 3 (tout, toute)
  4. Lorsque, dans la république, le peuple en corps a la souveraine puissance, c'est une démocratie ; lorsque la souveraine puissance est entre les mains d'une partie du peuple, cela s'appelle une aristocratie.
    Esp. II, 2 (république)
  5. Les formules qui portent la confirmation ou la translation à perpétuité d'un fief en faveur d'un leude ou fidèle…
    ib. XXX, 20 (translation)
  6. Lorsque le père n'instituait ni exhérédait son fils.
    Esp. XXVII (ni)
  7. Plus leur fortune [de quelques partisans de César] devenait meilleure, plus ils commençaient à avoir part au malheur commun [la servitude].
    Rom. X (part [2])
  8. Ceux qui dans ce cas [le meurtre d'un maître] réfugiaient un esclave pour le sauver étaient punis comme meurtriers.
    Esp. XV, 16 (réfugier (se))
  9. Les revenus de l'État sont une portion que chaque citoyen donne de son bien pour avoir la sûreté de l'autre.
    Esp. XIII, 1 (revenu [2])
  10. Il n'en est pas de la consternation d'un peuple belliqueux qui se tourne presque toujours en courage, comme de celle d'une vile populace qui ne sent que sa faiblesse.
  11. Les Italiens, dit Diodore, achetaient en Sicile des troupes d'esclaves pour labourer leurs champs, et avoir soin de leurs troupeaux.
    Esp. XI, 18 (troupe)
  12. Lorsque les rois de Macédoine obtinrent une place parmi les amphictyons.
    Esp. IX, 2 (place)
  13. Il met de son chef des règles à tout ce qui nous est prescrit.
    Esp. IV, 2 (chef)
  14. Les consuls jugèrent après les rois, comme les préteurs jugèrent après les consuls.
    Esp. XI, 18 (consul)
  15. Dans les cas où il s'agit de peines pécuniaires, les non-nobles sont moins punis que les nobles ; c'est tout le contraire dans les crimes.
    Esp. VI, 10 (non-noble)
  16. La permission indéfinie de tester, accordée chez les Romains, ruina peu à peu la disposition politique sur le partage des terres.
    Esp. XXVII, 1 (tester [1])
  17. Je me souviens toujours que j'étais né pour les commander [les femmes].
    Lett. pers. 9 (commander)
  18. Si un centenier trouve un voleur dans une autre centaine que la sienne.
    Esp. XXX, 22 (centaine [1])
  19. L'Italie, la Sicile, l'Asie Mineure, l'Espagne, la Gaule, la Germanie, étaient à peu près comme la Grèce, pleines de petits peuples, et regorgeaient d'habitants.
    Esp. XXIII, 18 (regorger)
  20. Aussi a-t-on toujours remarqué qu'une secte nouvelle, introduite dans un État, était le moyen le plus sûr pour corriger tous les abus de l'ancienne.
    Lett. pers. 85 (secte)