Charles-Louis de Secondat MONTESQUIEU, auteur cité dans le Littré

MONTESQUIEU (1689-1755)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MONTESQUIEU a été choisie.

2331 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence 1734 288 citations
Dialogue de Sylla et d'Eucrate 1745 16 citations
Histoire orientale, ou Arsace et Isménie 1783 14 citations
L'esprit des lois 1748 1212 citations
Le temple de Gnide 1725 22 citations
Lettres persanes 1721 525 citations

Quelques citations de Charles-Louis de Secondat MONTESQUIEU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 2331 citations dans le Littré.

  1. Il y a dans tous les coins des gens qui ont des remèdes infaillibles contre toutes les maladies imaginables.
    Lett. pers. 58 (coin)
  2. Ces enfants sont la plupart du temps faibles et malsains, et se sentent de la langueur de leur père.
    Lett. pers. 114 (malsain, aine)
  3. Tout bas commerce était infâme chez les Grecs.
    Expr. II, 8 (infâme)
  4. Alexandre prit des femmes de la nation qu'il avait vaincue ; il voulut que ceux de sa cour en prissent aussi.
    Esp. X, 14 (prendre)
  5. J'ai six couplets de chanson tout prêts à mettre au jour.
    Lett. pers. 111 (jour)
  6. Le désir de vivre en société est une quatrième loi naturelle.
    Esp. I, 2 (société)
  7. Les formules qui portent la confirmation ou la translation à perpétuité d'un fief en faveur d'un leude ou fidèle…
    ib. XXX, 20 (translation)
  8. Il y avait un grand vice dans la plupart des anciennes républiques, c'est que le peuple avait droit d'y prendre des résolutions actives et qui demandent quelque exécution, chose dont il est entièrement incapable.
    ib. XI, 6 (peuple [1])
  9. On commence à se défaire, parmi les chrétiens, de cet esprit d'intolérance qui les animait.
    Lett. pers. 60 (animer)
  10. Quoique les maires, dans les derniers temps, eussent mis sur le trône celui des Mérovingiens qu'ils voulaient, ils n'avaient point pris de roi dans une autre famille.
    Esp. XXXI, 16 (trône)
  11. La république des Lyciens était une association de vingt-trois villes : les grandes avaient trois voix dans le conseil commun ; les médiocres, deux ; les petites, une.
    Esp. IX, 3 (voix)
  12. Celui qui est à la cour, à Paris, dans les provinces, qui voit agir des ministres, des magistrats, des prélats, s'il ne connaît les femmes qui les gouvernent, est comme un homme qui voit bien une machine qui joue, mais qui n'en connaît point les ressorts.
    Lett. pers. 107 (gouverner)
  13. Les chrétiens ne regardent pas le mariage dans ce point de vue.
    Lett. pers. 116 (vue)
  14. Ce rapport des lois avec ce principe tend tous les ressorts du gouvernement.
    Esp. v, 1 (tendre [2])
  15. Chaque corps serait composé de moitié Chinois et moitié Tartares.
    Esp. X, 15 (moitié)
  16. Il n'y a personne qui ne sorte de cette ville [Paris] plus précautionné qu'il n'y est entré.
    Lett. pers. 58 (précautionné, ée)
  17. On pouvait après la condamnation payer les dommages et intérêts.
    Espr. VI, 19 (dommage)
  18. Cette époque fameuse de la translation de la couronne aux carlovingiens faite sous le roi Pépin.
    Esp. XXX, 16 (translation)
  19. Tacite, qui abrégeait tout, parce qu'il voyait tout.
    Esp. XXX, 2 (voir)
  20. Lorsque le juge présume, les jugements deviennent arbitraires ; lorsque la loi présume, elle donne au juge une règle fixe.
    Espr. XXIX, 16 (présumer)