Charles Hubert MILLEVOYE, auteur cité dans le Littré

MILLEVOYE (1782-1816)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MILLEVOYE a été choisie.

140 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Charles Hubert MILLEVOYE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 140 citations dans le Littré.

  1. Plus malheureux, je meurs, à ma gloire arraché, Et mon plus digne ouvrage est à peine ébauché.
    Élég. liv. II, Virgile. (ébauché, ée)
  2. Le ménestrel consacrait ses chansons à ce vainqueur dont la terrible lance Aux plus vaillants fait vider les arçons.
    Charlemagne à Pavie, ch. III (arçon)
  3. Soudain l'avalanche sauvage Roule et l'entraîne dans son sein.
    La fleur du souv. (avalanche)
  4. Sa mère, peu de temps, hélas ! Vint tous les soirs dans la vallée Visiter la tombe isolée, Et son amante ne vint pas.
    Chute des feuilles. (tombe)
  5. L'huile parfumée Dont l'or, dans Sicyone, inonde les pressoirs.
    Élég. liv. II (pressoir)
  6. Oubliez-vous votre déconvenue ? Dans notre lutte au pied du mont Ida Je vous vainquis, et pourtant j'étais nue.
    la Défaite. (déconvenue)
  7. Sur ce divan étoilé d'or Qu'inventa l'opulente Asie, De ses cheveux je crois encor Respirer la pure ambroisie.
    Élég. I, 3 (étoilé, ée)
  8. Ta jeunesse sera flétrie Avant l'herbe de la prairie, Avant le pampre du coteau.
    Chute des feuilles. (flétrir [1])
  9. De vingt maîtres divers adulateur banal.
    Indépend. du poëte. (adulateur, trice)
  10. Je suis au monde unique en mon espèce. - Pauvre immortel ! je vous plains de bon cœur.
    le Phénix (cœur)
  11. Fauteuil vacant à la deuxième classe, On meurt souvent parmi ces immortels, à vous le dé…
    Épigr. Fauteuil acad. (dé [1])
  12. Ton cou nerveux [d'un cheval] de sa main fut flatté ; Moins douce était la timide gazelle.
    Chants élégiaques, l'Arabe. (flatter)
  13. N'allez pas étaler l'effronté barbarisme Ni l'absurde jargon du froid néologisme.
    Invent. poétique. (néologisme)
  14. Dans les balancements du lugubre cyprès, Du triste Cyparisse il entend les regrets.
    Plaisirs du poëte. (balancement)
  15. Quatre lutins à l'aile diaprée Sont les coursiers de son char nébuleux.
    Charlemagne à Pavie, ch. I (diapré, ée)
  16. Doux bocage, adieu ; je succombe ; Tu m'avertis de mon destin ; De ma mort la feuille qui tombe Est le présage trop certain.
    la Chute des feuilles. (doux, douce)
  17. Naïf encor, quand d'amour ce vint l'âge, Je rencontrai deux jumeaux sous l'ombrage.
    Plaisir et bonheur. (ce [2])
  18. Voici l'heure de la prière Et les tintements du beffroi ; Vous qui priez, priez pour moi.
    Priez pour moi. (tintement)
  19. Or une fleur pâle comme Loïs De son beau sang sur l'heure vint éclore.
    Le beau Loïs. (sur [1])
  20. De son front grave, elle y vient détacher Tous ses ennuis avec son diadème.
    Narcisse, ch. III (détacher [2])