Charles Hubert MILLEVOYE, auteur cité dans le Littré

MILLEVOYE (1782-1816)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MILLEVOYE a été choisie.

140 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Charles Hubert MILLEVOYE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 140 citations dans le Littré.

  1. Suivant l'adage, il faut cacher sa vie ; Je ne suis plus qu'un vieil ermite, un ours.
    Épigr. l'Indépendant. (adage)
  2. L'huile parfumée Dont l'or, dans Sicyone, inonde les pressoirs.
    Élég. liv. II (pressoir)
  3. Rien de sa languissante vie Ne peut ranimer le flambeau ; Sa jeunesse sera flétrie Avant l'herbe de la prairie, Avant le pampre du coteau.
    Chute des feuilles. (languissant, ante)
  4. Le météore à la clarté livide Est le flambeau qui marche devant eux.
    Charlemagne à Pavie, ch. IV (livide)
  5. Il dort couché sur les sables mouvants, Ce noble ami plus léger que les vents.
    l'Arabe et son coursier. (sable [1])
  6. De tout son corps pressant les froids parvis, à ces accents le royal solitaire Mêle tout bas quelques vœux pour son fils.
    Charlemagne à Pavie, ch. VI (parvis)
  7. Ta jeunesse sera flétrie Avant l'herbe de la prairie, Avant le pampre du coteau.
    Chute des feuilles. (flétrir [1])
  8. Trop heureux l'écrivain qui dans la solitude… Épure ses travaux dans le creuset du temps.
    Indépendance du poëte (épurer)
  9. Il honore ou flétrit, accuse ou divinise ; à sa voix la vertu triomphe et s'éternise.
    Plaisirs du poëte. (diviniser)
  10. Les loups rôdaient autour de ses batailles ; De ses exploits ils vivaient plus d'un jour.
    Rançon d'Egill. (bataille)
  11. Au bord de Seine errait le beau Loïs ; Isis un jour vit sa grâce enfantine.
    Le beau Loïs. (enfantin, ine)
  12. Mort au plaisir, insensible à la gloire, Dans le désert je traîne un long ennui.
    Chants élégiaques, l'Arabe. (mort, orte [1])
  13. L'autre, aux caveaux des vieilles basiliques, De ses aïeux vient toucher les reliques.
    Emma et Eginard. (caveau)
  14. Dans les balancements du lugubre cyprès, Du triste Cyparisse il entend les regrets.
    Plaisirs du poëte. (balancement)
  15. Cette lyre au monument Avec moi voudra descendre ; Mais qui de vous sur ma cendre Viendra rêver un moment ?
    Élég. liv. I (monument)
  16. Et le baron couvert de gloire Triomphe par ambassadeur.
    le Baron Chrétien. (ambassadeur)
  17. Sur ce divan étoilé d'or Qu'inventa l'opulente Asie, De ses cheveux je crois encor Respirer la pure ambroisie.
    Élég. I, 3 (étoilé, ée)
  18. Oubliez-vous votre déconvenue ? Dans notre lutte au pied du mont Ida Je vous vainquis, et pourtant j'étais nue.
    la Défaite. (déconvenue)
  19. Sa mère, peu de temps, hélas ! Vint tous les soirs dans la vallée Visiter la tombe isolée, Et son amante ne vint pas.
    Chute des feuilles. (tombe)
  20. Comme il dédaigne alors tant de vils adversaires, Tant de combats grossiers, pugilats littéraires !
    Indép. du poëte. (pugilat)