Charles Hubert MILLEVOYE, auteur cité dans le Littré

MILLEVOYE (1782-1816)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MILLEVOYE a été choisie.

140 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de Charles Hubert MILLEVOYE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 140 citations dans le Littré.

  1. Sur le chaume de ces demeures Déjà le soir s'est abaissé.
    Élég. I (abaisser)
  2. Quatre lutins à l'aile diaprée Sont les coursiers de son char nébuleux.
    Charlemagne à Pavie, ch. I (diapré, ée)
  3. Mais si, d'un long crêpe voilée, Mon amante dans la vallée Venait pleurer quand le jour fuit.
    Chute des feuilles. (jour)
  4. Sous les hêtres ombreux, témoins de sa souffrance.
    Églog. II (ombreux, euse)
  5. Comme il chantait sa chanson d'esclavage, Le négrier sur ces bords descendit Un habitant de son lointain rivage.
    le Pauvre nègre. (négrier)
  6. Doux bocage, adieu, je succombe ; Tu m'avertis de mon destin ; De ma mort la feuille qui tombe Est le présage trop certain.
    Chute des feuilles. (bocage [1])
  7. Le météore à la clarté livide Est le flambeau qui marche devant eux.
    Charlemagne à Pavie, ch. IV (livide)
  8. Or une fleur pâle comme Loïs De son beau sang sur l'heure vint éclore.
    Le beau Loïs. (sur [1])
  9. Il s'éloigna ; l'insulaire tremblante Alla s'asseoir sous le mancenillier, Et commença d'une voix faible et lente Ce chant lugubre, et qui fut le dernier.
    le Mancenillier. (mancenillier)
  10. Doux bocage, adieu, je succombe ; Tu m'avertis de mon destin ; De ma mort la feuille qui tombe Est le présage trop certain.
    Chute des feuilles. (feuille)
  11. J'en atteste Amurat ; sa noble frénésie De conquête en conquête a traversé l'Asie.
    Plaisirs du poëte. (frénésie)
  12. Et je meurs ! de sa froide haleine Le vent funeste m'a touché.
    Chute des feuilles. (toucher [1])
  13. Ne se souvient-il plus que la neige glacée Couronne quelquefois les cratères brûlants ?
    Élég. liv. II, Eschyle. (cratère)
  14. Et le baron couvert de gloire Triomphe par ambassadeur.
    le Baron Chrétien. (ambassadeur)
  15. Il dort couché sur les sables mouvants, Ce noble ami plus léger que les vents.
    l'Arabe et son coursier. (sable [1])
  16. Combien de fois le palais diaphane Eût éclairé nos jeux aériens !
    Charlemagne à Pavie, ch. I (diaphane)
  17. Au bord de Seine errait le beau Loïs ; Isis un jour vit sa grâce enfantine.
    Le beau Loïs. (enfantin, ine)
  18. Et fonder un empire où croupissaient des eaux.
    Invention poétique. (croupir)
  19. Embrasé du feu lyrique, J'osai, jusque dans les cieux, Suivre l'aigle audacieux En son essor pindarique.
    Élég. liv. I (pindarique)
  20. Où donc est de Boileau l'implacable férule ? Où sont ces traits sanglants, effroi du ridicule ?
    Invention poétique. (férule)