Pierre de MARIVAUX, auteur cité dans le Littré

MARIVAUX (1688-1763)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIVAUX a été choisie.

938 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Arlequin poli par l'amour 1720 5 citations
Double inconstance 1723 29 citations
La seconde surprise de l'amour 1727 22 citations
La surprise de l'amour 1722 39 citations
La vie de Marianne 1731 11 citations
La Vie de Marianne, ou les aventures de Madame la comtesse de *** 1731 307 citations
Le jeu de l'amour et du hasard 1730 37 citations
Le legs 35 citations
Le paysan parvenu 1735 301 citations
Le préjugé vaincu 23 citations
L'épreuve 1740 22 citations
Les fausses confidences 1737 40 citations
Les serments indiscrets 1732 19 citations
L'heureux stratagème 19 citations

Quelques citations de Pierre de MARIVAUX

Voici un tirage aléatoire parmi ses 938 citations dans le Littré.

  1. Comment ! elle consent à t'épouser ? - La voilà bien malade !
    Jeux de l'am. et du has. III, 7 (malade)
  2. Donner de l'éducation à son esprit.
    dans DESFONTAINES (éducation)
  3. Ah ! mon Dieu, dit-elle en pie-grièche, et s'interrompant…
    Pays. parv. part. 5 (pie-grièche)
  4. Surtout après la visite suspecte que vous aviez reçue de ce grand squelette dont vous m'avez si bien dépeint la figure.
    Marianne, 7<sup>e</sup> part. (squelette)
  5. Le plus grand ennemi du méchant, c'est celui qui lui ressemble.
    Pays. parv. 1re part. (méchant, ante)
  6. Lâchez la main ; pour trop avoir on n'a rien.
    Pays parv. 3<sup>e</sup> part. (main)
  7. J'ai cru de loin voir tout à l'heure la marquise ici, et, dans ma préoccupation, je vous ai prise pour elle.
    l'Heur. stratag. II, 5 (préoccupation)
  8. M. Remy : Voyez comme il vous regarde : vous ne feriez pas là une si mauvaise emplette. - Marton : J'en suis persuadée ; monsieur prévient en sa faveur.
    Fausses confid. I, 4 (prévenir)
  9. Il se trouve aujourd'hui que leur cœur et leur convention ne riment pas ensemble, et qu'on est fort embarrassé de savoir ce qu'on fera de vous.
    Serm. indiscr. IV, 3 (rimer [1])
  10. Il est vrai que ce n'était qu'un laquais ; mais, quand on est glorieuse, on n'aime à perdre dans l'esprit de personne.
    Marianne, 2<sup>e</sup> part. (glorieux, euse)
  11. Cela me raccommode avec ces pestes de femmes, et puis c'est le diable de me refâcher contre elles.
    Surpr. de l'amour, I, 2 (refâcher)
  12. Cette expression : elle ne vit plus, ne lui ôtait que la vie, et ne lui donnait pas les laideurs de la mort.
    Marianne, 7<sup>e</sup> part. (vivre [1])
  13. Allons, cela étant, hors d'ici, tournez-moi les talons avec toutes ces canailles-là !
    Double inconst. I, 9 (talon)
  14. Mes yeux se mouillèrent en chemin.
    Marianne, 8<sup>e</sup> part. (mouiller)
  15. On lui voyait une sagacité de sentiment prompte, subite et naïve.
    Marianne, part. V (sagacité)
  16. D'abord ses yeux se jetèrent sur moi, et me parcoururent, je dis se jetèrent, au hasard de mal parler ; mais c'est pour vous peindre l'avidité curieuse avec laquelle elle se mit à me considérer.
    Marianne, 5<sup>e</sup> part. (œil)
  17. Arlequin, vous êtes à présent à monsieur ; vous le servirez, je vous donne à lui.
    Fausses confid. I, 8 (donner)
  18. Soit dit en passant, c'est au vin de mon pays que je dois le commencement de ma fortune.
    Pays. parv. part. I (passer)
  19. Vous avez fondé notre bonheur pour la vie en me laissant faire.
    Jeux de l'am. et du has. III, 4 (fonder)
  20. Je dupais son inconstance, parce que tous les jours je lui renouvelais sa maîtresse, et c'était comme s'il en avait changé.
    Marianne, 1re part. (duper)