François de MALHERBE, auteur cité dans le Littré

MALHERBE (1555-1628)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MALHERBE a été choisie.

1710 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les poésies de M. de Malherbe, avec les observations de Monsieur Ménage 1666 1058 citations
Œuvres de Malherbe ; Lexique de la langue de Malherbe, par Ad. Regnier fils 1862-1869 351 citations

Quelques citations de François de MALHERBE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1710 citations dans le Littré.

  1. C'est en la paix que toutes choses Succèdent selon nos désirs ; Comme au printemps naissent les roses, En la paix naissent les plaisirs.
    III, 2 (désir)
  2. Peuple qui me veux mal et m'imputes à vice D'avoir été payé d'un fidèle service…
    V, 4 (imputer)
  3. Que saurait enseigner aux princes Le grand démon qui les instruit, Dont ta sagesse en nos provinces Chaque jour n'épande le fruit ?
    III, 2 (enseigner)
  4. Soit qu'en sa dernière tête L'hydre civile t'arrête.
  5. Je vous entretiens de ces nigeries, faute de quelque chose de meilleur.
    Lexique, éd. L. Lalanne. (nigerie)
  6. [L'homme qui meurt] doit se résoudre ou qu'il s'en va recevoir une meilleure vie, ou pour le moins qu'il retournera se rassembler à sa nature et à ce tout duquel autrefois il était venu.
    Lexique, éd. L. Lalanne. (rassembler)
  7. Je ne sais quels Scythes Bas de fortune et de mérites.
    Lexique, éd. L. Lalanne (bas, basse [1])
  8. C'est une œuvre où nature a fait tous ses efforts.
    V, 2 (nature)
  9. Mais, étant le brouillas [brouillard] si épais, qu'il n'était pas possible ni à ceux qui portaient les enseignes de voir le chemin, ni aux soldats de voir les enseignes, ils ne faisaient que se fourvoyer, et, sans savoir où ils allaient, comme gens égarés de nuit, tournaient indifféremment partout où ils étaient appelés.
    le XXXIIIe liv. de T. Live, chap. 7 (fourvoyer)
  10. Il y avait un certain P. Vinicius, de qui Asellius disait qu'il parlait à remises [en faisant des pauses, lentement].
    Épit de Sénèque, X (remise)
  11. J'ai vu maintes beautés à la cour adorées, Qui, des vœux des amants à l'envi désirées, Aux plus audacieux ôtaient la liberté.
  12. …Besoin est-il d'aller au-devant des maux, préoccuper une douleur que nous sentirons assez tôt quand l'occasion en sera venue, et gâter la jouissance du présent par l'appréhension de l'avenir ?
    les Épît. de Sénèque, XXIV (préoccuper)
  13. Mais elle était du monde, où les plus belles choses Ont le pire destin.
    à Duperrier. (chose)
  14. C'est de Glycère que procèdent Tous les ennuis qui me possèdent.
    V, 10 (procéder)
  15. Il fait demeurer la malice Aux bornes de quelque devoir.
    II, 3 (borne)
  16. Ce dos chargé de pourpre et rayé de clinquants.
    II, 5 (clinquant)
  17. Quand je pense être au point que cela s'accomplisse…
    V, 29 (point [1])
  18. Ma grand'mère paternelle était de la maison d'Ellebeuf, où il y avait alors cinq ou six terres nobles, desquelles, par mauvais ménage, il en est bien à peine demeuré une aux mains de l'héritier.
    Instruction à son fils, édit. LALANNE, 1862, t. I, p. 332 (ménage)
  19. Ce qu'il m'a donné vaut beaucoup, mais… il en a fait sa montre par les carrefours… c'est une gratification qu'il a voulu faire, non à moi, mais à sa vanité.
    Lexique, éd. L. Lalanne. (gratification)
  20. Et que pour retarder une heure seulement La nuit déjà prochaine à ta courte journée.