Nicolas MALEBRANCHE, auteur cité dans le Littré

MALEBRANCHE (1638-1715)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MALEBRANCHE a été choisie.

214 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
De la Recherche de la vérité 1674 203 citations

Quelques citations de Nicolas MALEBRANCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 214 citations dans le Littré.

  1. Les poids, pour demeurer en équilibre, doivent être en proportion réciproque avec leurs distances du soutien ; c'est-à-dire, qu'un poids doit être à l'autre poids, comme la distance qui est entre le dernier et le soutien, est à la distance du premier d'avec le même soutien.
    Rech. vér. VI, I, 4 (soutien)
  2. Toutes ces idées particulières ne sont que des participations de l'idée générale de l'infini.
    Rech. vér. III, 2<sup>e</sup> part. ch. 6 (participation)
  3. Quelques-uns s'imaginent que le ton majeur n'est point différent du ton mineur ; de sorte que le comma, qui en est la différence, leur est insensible, et à plus forte raison le schisma, qui n'est que la moitié du comma.
    Rech. VI, 4 (schisma)
  4. Il faut remarquer que la douleur est un mal réel et véritable, et qu'elle n'est pas plus la privation du plaisir que le plaisir n'est la privation de la douleur.
    Rech. vér. v, 3 (privation)
  5. Ceux qui ne veulent point se délasser avec moi peuvent passer outre ; il leur est permis, ils n'ont qu'à tourner la page.
    Rech. vér. IV, 13 (tourner)
  6. Le son ne se fait entendre que par le moyen des vibrations de l'air qui ébranlent le nerf de l'oreille.
    Rech. vér. Éclairc. sur la lum. t. IV, p. 338, dans POUGENS. (vibration)
  7. Il n'y a rien de plus consolant ni de plus instruisant tout ensemble pour un chrétien que la lecture des livres saints.
    Convers. chrét. VI (instruisant, ante)
  8. Il se transpire beaucoup plus d'humeurs par les pores imperceptibles des artères et de la peau, qu'il n'en sort par les autres passages du corps.
    Rech. vér. II, I, 3 (transpirer)
  9. Il est vrai néanmoins que les personnes passionnées nous passionnent, et qu'elles font dans notre imagination des impressions qui ressemblent à celles dont elles sont touchées.
    Rech. vér. II, III, 1 (passionner)
  10. Il faut conclure que les passions sont de l'ordre de la nature, puisqu'elles ne peuvent être de l'ordre de la grâce.
    Rech. vér. V, 1 (ordre)
  11. L'expérience apprend que la lune paraît d'autant plus grande qu'elle est plus proche de l'horizon.
    Rech. vér. Rép. à Régis, ch. IV (proche)
  12. Les passions de son cœur lui cachent presque toujours la vérité et ne la lui laissent paraître que lorsqu'elle est teinte de ces fausses couleurs qui flattent la concupiscence.
    Recherche, VI, 1 (concupiscence)
  13. L'on ne doit pas s'imaginer que ce qui précède un effet en soit la véritable cause.
    Rech. vér. VI, I, 3 (précéder)
  14. Comme on ne peut trouver deux visages qui se ressemblent entièrement, on ne peut trouver deux imaginations tout à fait semblables.
    Rech. vér. II, II, 1 (semblable)
  15. Celui-ci ne saura pas si l'âme est immortelle ; il serait peut-être bien empêché à vous prouver qu'il y a un Dieu, et il vous réduira les égalités de l'algèbre les plus composées avec une facilité surprenante.
    Entret. métaph. V (égalité)
  16. Il est nécessaire pour la perfection de l'organe de la vue, que le trou de la prunelle diminue ou augmente à proportion que les objets sont plus ou moins éclairés.
    Rech. vér. Éclairc. sur l'opt. t. IV, p. 452, dans POUGENS (prunelle [2])
  17. Sachant que ma rétine n'est pas plane, mais concave, la géométrie m'apprend que les lignes perpendiculaires sur une surface concave se croisent nécessairement.
    Rech. vér. Éclairc. sur l'opt. t. IV, p. 477, dans POUGENS. (plan, ane [1])
  18. Si on croyait qu'il fût à propos, pour la satisfaction de quelques esprits, d'expliquer comment le sentiment qu'on a de la matière s'accorde avec ce que la foi nous enseigne de la transsubstantiation, on le ferait peut-être d'une manière assez nette et assez distincte, et qui certainement ne choquerait en rien les décisions de l'Église.
    Rech. vér. III, II, 8 (transsubstantiation)
  19. Un auteur s'applique à un genre d'étude ; les traces du sujet de son occupation s'impriment si profondément et rayonnent si vivement dans tout son cerveau, qu'elles effacent quelquefois les traces des choses même fort différentes.
    Rech. II, II, 2 (rayonner)
  20. Épicure avait raison de dire que les offenses étaient supportables à un homme sage ; mais Sénèque a tort de dire que les sages ne peuvent pas même être offensés.
    Rech. vér. II, III, 4 (offensé, ée)