Nicolas MALEBRANCHE, auteur cité dans le Littré

MALEBRANCHE (1638-1715)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MALEBRANCHE a été choisie.

214 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
De la Recherche de la vérité 1674 203 citations

Quelques citations de Nicolas MALEBRANCHE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 214 citations dans le Littré.

  1. Il faut bien prendre garde à tempérer de telle manière la sensibilité de ses expressions que l'on ne fasse que rendre l'esprit plus attentif.
    Recherche, VI, 3 (sensibilité)
  2. Les esprits fins sont ceux qui remarquent par la raison jusques aux moindres différences des choses ; qui prévoient les effets des causes cachées, peu ordinaires et peu visibles ; enfin ce sont ceux qui pénètrent davantage les sujets qu'il considèrent.
    Recherche, II, II, ch. VIII, 1 (fin, fine [2])
  3. Nous devons observer exactement cette règle de ne juger jamais par les sens de ce que les choses sont en elles-mêmes, mais seulement du rapport qu'elles ont avec notre corps.
    Rech. I, 5 (sens [1])
  4. Les démons se transforment quelquefois en anges de lumière.
    Rech. vér. II, III, 2 (transformer)
  5. J'appelle rayon de lumière, ou simplement rayon, la ligne droite tirée de l'objet lumineux, ou éclairé, par laquelle se transmet l'action qui le rend visible.
    Rech. vér. éclairc. sur l'opt. t. IV, p. 427, dans POUGENS. (rayon [1])
  6. Il est évident de tout ceci, que les sens ne nous sont donnés que pour la conservation de notre corps, et non pour apprendre la vérité.
    ib. I, 10 (sens [1])
  7. Il [Régis] me passe que Dieu agit toujours par les voies les plus simples.
    Rech. vér. Rép. à Régis, ch. 2 (passer)
  8. Lorsque la suite du discours détermine le sens auquel on les prend [les termes].
    Rech. vér. Éclairc. l. I, t. IV, p. 36, dans POUGENS. (prendre)
  9. Les jacobins se croient obligés de suivre saint Thomas, et pourquoi ? c'est souvent parce que ce saint docteur était de leur ordre.
    Rech vér. v, 6 (suivre)
  10. On est obligé de les mettre [des pièces] les unes sur les autres pour voir d'une manière plus sûre que par la vue si elles conviennent en grandeur.
    Rech. I, 6 (convenir)
  11. Ils aiment mieux recourir… à des qualités de la lune pour le flux et le reflux de la mer, qu'au pressement de l'air qui environne la terre.
    Rech. vér. I, 6 (pressement)
  12. Il faut se tâter, se manier, se sonder, pour savoir qu'on est vain.
    Rech. vér. II, II, 6 (tâter)
  13. La force qui donne l'être à toutes choses n'est pas sujette au changement, et, par les forces ordinaires de la nature, ce qui est ne peut être réduit à rien.
    Rech. IV, 11 (réduit, ite [1])
  14. Si Alexandre penche la tête, ses courtisans penchent la tête.
    Rech. vér. II, III, 2 (pencher)
  15. L'esprit de l'homme, n'étant point matériel ou étendu, est sans doute une substance simple, indivisible, et sans aucune composition de parties.
    Rech. I, 1 (étendu, ue)
  16. L'algèbre réduit à des expressions simples et générales et qui n'ont qu'un très petit nombre de lettres, les résolutions d'un nombre infini de problèmes et souvent même des sciences entières.
    Recherche, VI, I, 5 (expression)
  17. La raison humaine ne nous fait point comprendre qu'il y a un Dieu en trois personnes ; que le corps de Jésus-Christ soit réellement dans l'eucharistie ; et comment il se peut faire que l'homme soit libre, quoique Dieu sache de toute éternité ce que l'homme fera.
    Rech. III, I, 2 (eucharistie)
  18. Le second défaut de ceux qui ont l'imagination forte et vigoureuse, est d'être visionnaires d'imagination, ou simplement visionnaires ; car on appelle du terme de fou ceux qui sont visionnaires des sens.
    Rech. vér. II, 3, 1 (visionnaire)
  19. Il vaut mieux ne point méditer que de méditer sur des chimères.
    Rech. vérité, III, 2, 9 (méditer)
  20. Si l'on considère que le souffle seul est capable de pousser une balle de plomb avec violence par le moyen des sarbacanes, à cause que la force du souffle ne se dissipe point et se renouvelle sans cesse.
    Rech. vér. VI, II, 8 (sarbacane)