Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON, auteur cité dans le Littré

MAINTENON (1635-1719)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAINTENON a été choisie.

842 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres 1752 811 citations

Quelques citations de Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 842 citations dans le Littré.

  1. Adieu, madame, ne me soupçonnez jamais de vous manquer.
    Lett. à Mme de Brinon, t. II, p. 238, dans POUGENS (manquer)
  2. Nous attendons et entendons le P. Massillon, le lundi de la Passion.
    Lett. au card. de Noailles, 3 mars 1706 (passion)
  3. Si le monde ne vous gâtait pas, il vous ennuierait.
    Lett. à M. d'Aubigné, 3 janv. 1681 (gâter)
  4. Il y a cent louis à chacun des principaux, et vingt à chaque homme de livrée.
    Lett. au duc de Noailles, 11 juin 1703 (livrée [1])
  5. Elle a envoyé chercher les preuves de mon frère, brillantes comme le soleil.
    Lett. à Mme de Caylus, 7 mars 1718 (preuve)
  6. Quand les filles se sont débandé la tête deux heures par jour, elles ne sont pas pressées de chercher d'autres délassements.
    Lett. à Mme de la Viefville, 23 février 1706 (débander [1])
  7. Je suis peu maîtresse de mon temps.
    Lett. au card. de Noailles, 28 juill. 1698 (maîtresse)
  8. Le gigot bourgeois, la pyramide éternelle, et la compote que vous aimez tant.
    Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 174, dans POUGENS (gigot)
  9. Ne devons-nous pas tous entrer dans ce qui plaît au roi ?
    Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 82, dans POUGENS (entrer)
  10. Les présidents à mortier étaient assez ridicules avec leurs mortiers sur la tête, qui de loin paraissaient de ces boîtes plates de confitures.
    Lett. à M. de Villarceaux, 27 août 1660 (président)
  11. Soyez ponctuelle, je vous prie, nette et précise en affaires : adressez-vous directement à moi.
    Lettre à Mme de la Viefville, 6 déc. 1705 (net, ette,)
  12. Quand vous vous trouverez malheureux, songez aux plus malheureux que vous : la recette est infaillible.
    Lett. à d'Aubigné, 20 oct. 1681 (malheureux, euse)
  13. Je sais qu'une favorite ou nièce d'abbesse est la plus mauvaise de toutes les éducations.
    Lett. à Mme de la Viefville, 3 avril 1707 (nièce)
  14. Trouvez-vous-y pour donner la main à Mme de Montespan.
    Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 170, dans POUGENS (main)
  15. Le roi est très content de votre belle lettre ; il est délicat en fait de style, et le vôtre l'a satisfait.
    Lett. au duc de Noailles, 1er mars 1711 (délicat, ate)
  16. Les mitaines sont trop étroites pour un bras si court, les couvre-pieds sont fort raisonnables.
    Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 75, dans POUGENS (raisonnable)
  17. Ne soyez point en peine de ma santé, elle est délicate : un rien la dérange : souvent des maux, jamais de maladie.
    Lett. à Mme d'Aubigné, 22 oct. 1681 (mal, ale)
  18. Il est triste d'être entre des espiègles et de beaux esprits.
    Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 123, dans POUGENS (triste)
  19. Quand on n'est plus jeune, la vie n'est bonne à rien.
    Lett. à Mme de Caylus, 8 janv. 1717 (jeune)
  20. Je parlai bien rudement à Mme d'Aubigné sur ses mauvaises habitudes.
    Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 163, dans POUGENS (rudement)