Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON, auteur cité dans le Littré

MAINTENON (1635-1719)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAINTENON a été choisie.

842 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres 1752 811 citations

Quelques citations de Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 842 citations dans le Littré.

  1. Je suis sur le théâtre ; il faut bien qu'on me siffle ou qu'on m'applaudisse.
    Lett. à M. d'Aubigné, 18 janv. 1683 (théâtre)
  2. Il faut, pour la rareté du fait, vous le pardonner.
    Lett. à M. d'Aubigné, 15 mars 1693 (rareté)
  3. Il convient que vous n'officiiez pas au service de feu M. l'archevêque.
    Lett. au card. de Noailles, 15 nov. 1695 (officier [1])
  4. M. de Vendôme a pourtant une très belle armée en Flandre, et pétille de faire quelque chose.
    Lett. à Mme des Ursins, 12 sept. 1706 (pétiller)
  5. C'est mon avis ; si vous ne le suivez pas, nous n'en serons pas plus mal ensemble.
    Lett. à M. d'Aubigné, t. II, p. 146, dans POUGENS (mal, ale)
  6. Ce sera un grand bonheur si vous ne jetez pas le froc.
    Lett. à Mme de Ventadour, 1er avr. 1704 (froc)
  7. Point de hauteur ; soyez ferme et douce dans votre domestique.
    Lett. Mme d'Havrincourt, 24 févr. 1705 (domestique)
  8. J'ai travaillé aujourd'hui avec M. de Chamillart pour les affaires de Saint-Cyr.
    ib. 12 oct. 1695 (travailler)
  9. Je languis bien que cette retraite à Saint-Cyr soit finie.
    Lett. à Mme de St-Géran, 12 mars 1696 (languir)
  10. Les hommes sont très mal dans mon esprit ; et je ne regarde pas les femmes.
    Lett. au d. de Noailles, 24 juillet 1706 (regarder)
  11. Quand viendrez-vous, monseigneur, prendre le pallium ?
    Lett. au card. de Noailles, 6 nov. 1695 (pallium)
  12. Je lui ai conseillé de ne rien épargner ; mais je ne m'en vante pas à Mme la duchesse de Noailles.
    Lett. au card. de Noailles, 25 nov. 1700 (vanter)
  13. Les affaires qui roulent sur l'argent ont toujours quelque chose de sale.
    Lett. à d'Aubigné, 25 juin 1684 (rouler)
  14. La plus savante théologie ne peut vous parler de la Trinité autrement que votre catéchisme.
    Lettre à Mme de Glapion, t. III, p. 151, dans POUGENS. (trinité)
  15. Le roi n'a point de galanterie, et vraisemblablement n'en aura plus.
    Lett. à M. de Villette, 14 août. (galanterie)
  16. Il est sûr qu'elle a appris à parler du nez, à rire sans en avoir envie.
    Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 163, dans POUGENS (nez)
  17. Il y a bien de la différence d'être fondé par un saint ou par un roi.
    Lett. à Mme de la Viefville, 18 juin 1707 (fonder)
  18. Ma santé est toujours languissante ; mon tempérament a toujours été assez délicat ; l'âge et les chagrins ne le fortifient pas.
    Lett. au duc de Noailles, 9 juin 1703 (languissant, ante)
  19. Vous faites l'office du diable quand vous voulez faire plus que je ne vous demande.
    Lettre à Mme de Caylus, t. VI, p. 6, dans POUGENS (diable)
  20. Vous n'y êtes pas [auprès de moi], et c'est ce qui me tue ; vous faites du bien où vous êtes, et c'est ce qui me console.
    Lett. au duc de Noailles, 27 déc. 1710 (tuer)