Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON, auteur cité dans le Littré

MAINTENON (1635-1719)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAINTENON a été choisie.

842 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres 1752 811 citations

Quelques citations de Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 842 citations dans le Littré.

  1. On ne peut être plus contente que je ne la suis.
    Lett. sur l'éduc. aux dem. de la classe bleue, 1700 (le, la, les [2])
  2. Cette inclination qu'on veut que vous ayez pour le jansénisme.
    Lett. au card. de Noailles, 20 nov. 1702 (vouloir [1])
  3. J'avais appris hier au soir, madame, la petite fonte que M. le Dauphin avait eue, qu'on ne compterait assurément pour rien à un autre.
    Lett. à Mme de Ventadour, 23 novemb. 1714 (fonte [1])
  4. Je vous recommande de faire dire treize messes à l'autel de la Vierge de Notre-Dame, treize à Sainte-Geneviève, treize au Saint-Esprit, et treize au roi Jacques.
    Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 9, dans POUGENS (messe)
  5. Je vous prie d'entreprendre la fille de notre paysanne pour la bien instruire.
    Lett. sur l'éduc. à Mme Brinon, dans GODEFROY, Lex. de Corneille. (entreprendre)
  6. Je ne vous ai point rendu de mauvais offices auprès du roi.
    Lett. à M. de Villette, 9 avril 1682 (office [1])
  7. On m'a dit que vous ne quittez guère Mme de Montespan ; je n'en suis point jalouse : sûrement elle ne diminuera pas votre amitié pour moi.
    Lett. au card. de Noailles, t. V, p. 54, dans POUGENS. (quitter)
  8. Quand viendrez-vous, monseigneur, prendre le pallium ?
    Lett. au card. de Noailles, 6 nov. 1695 (pallium)
  9. Il s'est répandu depuis quelques jours qu'elle [la future Dauphine] est très laide ; voilà tout ce que j'en sais.
    Lett. à M. d'Aubigné, 8 déc. 1681 (répandre)
  10. Je remercie M. de Dangeau de son signe de vie.
    Lett. à Mme de Dangeau, t. VII, p. 93, dans POUGENS. (signe)
  11. J'ai été des premières à envoyer ma vaisselle : vous y perdrez plus que moi.
    Lett. au duc de Noailles, 9 juin 1709 (premier, ière)
  12. J'ai parlé deux fois au roi des maîtresses d'école du diocèse de Séez ; et, les deux fois, il m'a répondu très sèchement pour vous et pour moi.
    Lett. au cardinal de Noailles, 25 avril 1699 (sèchement)
  13. Je n'ose entrer en matière sur la suite de la lettre.
    Lett. au card. de Noailles, 6 oct. 1707 (matière)
  14. Mettre des bourgeoises là où le roi ne veut que des demoiselles, c'est tromper les intentions du roi.
    Lett. à M. de Villette, 5 oct. 1684 (demoiselle)
  15. Ne pourrait-il pas manger gras à une table avec les personnes qui ont le même besoin ?
    Lett. au card. de Noailles, 1700, t. IV, p. 182, dans POUGENS. (gras, asse)
  16. Défiez-vous, Monseigneur, de tout le monde, et particulièrement de M. le premier président, c'est un ravaudeur.
    Lett. au card. de Noailles, 15 nov. 1695 (ravaudeur, euse)
  17. Il mène une vie scandaleuse et publique ; le roi en souffre, par amitié pour lui, par aversion pour le désordre et par délicatesse de conscience.
    Lettre au duc de Noailles, 27 sept. 1709 (délicatesse)
  18. J'ai pris ce moment-là pour demander au roi, qu'on ne fasse rien là-dessus que par vous.
    Lett. au card. de Noailles, 29 août 1697 (prendre)
  19. Un paralytique auquel je ne fais aucun bien, et qui n'entend parler de moi que depuis hier, de moi dont la fortune a commencé par un paralytique.
    Lett. au card. de Noailles, 12 déc. 1701 (paralytique)
  20. Mme d'Aubigné toute honteuse, Mlle de Mérode toute roide, Mlle de la Barge tout endormie.
    Lett. à Mme la marquise de Dangeau, 14 juill. 1707 (roide ou raide)