Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON, auteur cité dans le Littré

MAINTENON (1635-1719)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAINTENON a été choisie.

842 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres 1752 811 citations

Quelques citations de Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 842 citations dans le Littré.

  1. Quand on n'est plus jeune, la vie n'est bonne à rien.
    Lett. à Mme de Caylus, 8 janv. 1717 (jeune)
  2. Dieu ne nous fait sentir notre faiblesse, que pour nous redonner de nouvelles forces.
    Lett. à Mme de Ventadour, 18 mars 1700 (redonner)
  3. Je suis très contente de Saint-Cyr, et très mécontente de moi.
    Lett. à l'abbé de Gobelin, 7 déc. 1688 (mécontent, ente)
  4. Le roi n'a pas la force de lui rien refuser.
    Lett. à Mme de St-Géran, 16 déc. 1697 (force)
  5. La dis grâce et la faveur se tiennent par la main.
    Lett. à M. d'Aubigné, 10 août, t. I, p. 123, dans POUGENS. (tenir)
  6. Ainsi, monsieur, on lui sera obligé, s'il s'en tire passablement ; et l'on ne lui saura point mauvais gré, s'il s'en tire mal.
    Lett. au card. de Noailles, 18 mai 1695 (passablement)
  7. Mme de Courcillon est toute faite pour mourir de la poitrine.
    Lett. à Mme de Caylus, 8 janv. 1717 (poitrine)
  8. Je fais bien plus de cas d'un ordre mitigé qui garde ses règles, que d'une réforme extérieure qui couvre souvent de grandes difformités.
    Lett. à Mme de la Viefville, 2 mai 1708 (mitigé, ée)
  9. Envoyez-moi vingt aunes de poil de chèvre noir.
    Lett. à la marquise de Villette, 21 mai 1709 (poil)
  10. Ma santé est toujours languissante ; mon tempérament a toujours été assez délicat ; l'âge et les chagrins ne le fortifient pas.
    Lett. au duc de Noailles, 9 juin 1703 (languissant, ante)
  11. Si je demeure en chemin, ce ne sera pas manque d'argent.
    Lett. à M. d'Aubigné, 10 févr. 1681 (demeurer)
  12. Le roi me garde à vue : et je ne vois plus qui que ce soit.
    Lett. au card. de Noailles, 22 août 1699 (garder)
  13. Votre état est de fâcher tout le monde, et votre humeur de ne mécontenter personne.
    Lett. au card. de Noailles, 30 avril 1697 (humeur [1])
  14. Bientôt la mort va me dérober au présent qui m'attriste et à l'avenir qui m'effraye.
    Lettre au card. de Noailles, 31 déc. 1711 (dérober)
  15. N'avez-vous pas vos coutumes dans vos maisons pour faire prendre vos austérités par degrés aux postulantes ?
    Lett. à Mme de la Viefville, 24 oct. 1705 (postulant, ante)
  16. Quand viendrez-vous, monseigneur, prendre le pallium ?
    Lett. au card. de Noailles, 6 nov. 1695 (pallium)
  17. Mlle d'Aumale meurt d'ennui de tout ce qu'elle voit ici ; toute la maison est en larmes.
    Lett. à Mme de Caylus, 28 nov. 1716 (mourir)
  18. Je bouffe si peu par ma personne, qu'il faut que je bouffe par mes habits ; Mlle d'Aumale voudrait bien bouffer aussi, et n'avoir pas un taffetas mollasse.
    cité dans le J. des Débats, 20 janv. 1863 (mollasse)
  19. Il mène deux gentilshommes de la manche, quelques valets de chambre, trois ou quatre officiers pour lui donner à manger à la française.
    Lettre au card. de Noailles, 17 nov. 1700 (gentilhomme)
  20. M. Pellisson fait des prodiges [pour la conversion des protestants] : M. Bossuet est plus savant, mais lui, il est persuasif.
    Lett. à Mme de Saint-Géran, 13 nov. 1683 (persuasif, ive)