Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON, auteur cité dans le Littré

MAINTENON (1635-1719)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAINTENON a été choisie.

842 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres 1752 811 citations

Quelques citations de Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 842 citations dans le Littré.

  1. M. le Dauphin a été enrhumé ; mais on croit que c'est une de ses dernières dents qui ont percé.
    Lett. à la reine d'Angleterre, 18 juin 1715 (percer)
  2. Nous sommes condamnés l'un et l'autre à mourir debout.
    Lett. Card. de Noailles, 2 nov. 1703 (debout)
  3. Il y a cent louis à chacun des principaux, et vingt à chaque homme de livrée.
    Lett. au duc de Noailles, 11 juin 1703 (livrée [1])
  4. Mlle de Marcay se fait et danse des mieux.
    Lett. à d'Aubigné, 25 juin 1684 (faire [1])
  5. Il est triste de dépendre de gens qu'on n'aime point.
    Lettre à Mme de Caylus, 27 fév. 1716 (dépendre [2])
  6. Persuadé qu'il ne faut pas se dégrader de son consentement, mais souffrir ce que la loi du plus fort voudra faire.
    Lett. à Mme de Caylus, 11 sept. 1716 (loi [1])
  7. Il y a tant de désœuvrés, tant de gens actifs sans occupation.
    Lettre au card. de Noailles, t. IV, p. 115, dans POUGENS. (désœuvré, ée)
  8. Un paralytique auquel je ne fais aucun bien, et qui n'entend parler de moi que depuis hier, de moi dont la fortune a commencé par un paralytique.
    Lett. au card. de Noailles, 12 déc. 1701 (paralytique)
  9. Je vous assure que ceux qui disent et qui écrivent que vous êtes mal avec moi sont mal instruits : vous n'y avez jamais été si bien.
    Lett. au card. de Noailles, 24 mars 1706 (mal, ale)
  10. Ni la maison, ni moi n'avons un sou.
    Lett. à Mme de Caylus, 1er avr. 1718 (sou)
  11. Plût à Dieu que ces guerres de religion fussent aussi près de leur fin que celle qui divise les princes de l'Europe !
    Lett. à Mme de St-Géran, 24 août 1696 (guerre)
  12. Voilà encore quatre ou cinq jours que je serai tenaillée, déchiquetée.
    Lett. à Mme de Brinon, 1686, t. II, p. 185, dans POUGENS. (tenaillé, ée)
  13. Renvoyez les demoiselles de St-Cyr, quand vous ne croirez pas qu'elles sont de bonnes bernardines.
    Lett. à Mme de la Viefville, 24 oct. 1705 (demoiselle)
  14. Il fallait le dire sans chercher des termes gigantesques et des expressions plus propres à une déclamation qu'à une lettre.
    Lett. à Mme de Glapion, 15 déc. 1718 (gigantesque)
  15. Le baptême de M. le duc de Chartres recule ; et je ne puis partir qu'il ne soit fait.
    Lett. à l'abbé Gobelin, 3 sept. 1675 (reculer [1])
  16. Voilà par quels plaisirs nous tâchons d'abréger le songe de la vie !
    Lett. à Mme des Ursins, 17 sept. 1714 (songe [1])
  17. C'est assez, ce me semble, de déplorer les pertes publiques ; c'est peu pour moi d'en être navrée.
    Lett. à Mme de Dangeau, 4 sept. 1704 (navrer)
  18. C'est une fort belle maison, un peu trop grande pour le train que j'y destine ; elle a de fort beaux dehors.
    Lett. à Mme de Coulanges, 5 fév. 1675 (dehors)
  19. Qui est plus prompte que Mme de Brinon et moi ?
    Lett. à Mme du Peron, 25 oct. 1686 (prompt, ompte)
  20. Trois heures au miroir tous les matins ; c'est deux de trop.
    Lett. à M. d'Aubigné, 28 fév. 1678 (miroir)