Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON, auteur cité dans le Littré

MAINTENON (1635-1719)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAINTENON a été choisie.

842 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres 1752 811 citations

Quelques citations de Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 842 citations dans le Littré.

  1. La layette doit être arrivée, elle est magnifique.
    Lett. à d'Aubigné, 1er mars 1684 (layette)
  2. M. le duc du Maine avait eu trois accès de fièvre tierce qui m'avaient donné beaucoup d'inquiétude ; il a eu cette nuit le quatrième, qui n'a marqué qu'un moment.
    Lett. à l'abbé Gobelin, 12 mai 1675 (marquer)
  3. Si celle-là [la duchesse du Maine] m'échappe encore [ne retourne pas à la piété], je renonce aux princesses, persuadée qu'il n'est pas possible que le roi en trouve une dans sa famille qui se tourne au bien.
    Lett. à Mme de Brinon, 27 août 1693 (renoncer)
  4. Que je vous retrouve à mon retour modeste, douce, timide, docile.
    Lett. à Mlle d'Aubigné, 11 mai 1693 (que [2])
  5. Recommandez-lui, Monseigneur, les pauvres des villages encore plus malheureux que ceux des villes.
    Lett. au card. de Noailles, 26 déc. 1699 (pauvre)
  6. Il est triste de dépendre de gens qu'on n'aime point.
    Lettre à Mme de Caylus, 27 fév. 1716 (dépendre [2])
  7. Une telle visite convient-elle à une vieille retirée dans un couvent ?
    Lett. au duc de Noailles, 5 mai 1716 (vieil ou vieux, vieille)
  8. Vous êtes vieux vous n'avez point d'enfant, vous êtes infirme ; que vous faut-il ? du repos, de la liberté, de la piété.
    Lett. à d'Aubigné, 7 août 1683 (vieil ou vieux, vieille)
  9. On peut bien dissimuler un peu pour rendre service à ses amis.
    Lett. à Mme de St Géran, 2 févr. 1687 (dissimuler)
  10. Vous savez bien vous passer des plaisirs ; mais les plaisirs ne peuvent se passer de vous.
    Lett. à Mme de Caylus, 16 mai 1718 (passer)
  11. Il y a assez de nouvelles ici sur le tapis pour faire parler le salon.
    Lett. au duc de Noailles, 12 janv. 1711 (tapis)
  12. Il y a de nouvelles difficultés sur la paix ; je la recommande à vos prières.
    Lett. au card. de Noailles, 19 oct. 1697 (difficulté)
  13. Je suis obsédée ou de femmes que je méprise, ou d'hommes qui ne m'aiment point.
    Lett. à Mme de Glapion, 31 juillet 1712 (obséder)
  14. Je meurs d'envie de faire mon salut ; mais l'orgueil et la paresse me donnent bien de la peine.
    Lett. à l'abbé Gobelin, 2 juin 1682 (salut)
  15. Je vous ai soupçonnée de finesse ; je suis bien aise de m'être trompée.
    Lett. à Mme de la Viefville, 23 fév. 1705 (finesse)
  16. Je vous écris avec une grande précipitation : j'attends le roi d'un moment à l'autre.
    Lett. au card. de Noailles, 28 sept. 1695 (précipitation)
  17. Pour moi, je n'ai qu'à prier et à mourir ; et je n'en suis pas fâchée.
    Lett. à Mme de Caylus, 31 déc. 1716 (prier)
  18. Le monde, et surtout MM. les évêques sont très mécontents de ce qu'on vient de faire pour les nouveaux convertis.
    Lett. au card. de Noailles, 3 janv. 1698 (monde [1])
  19. Vous ne songerez qu'à finir votre entreprise, sans daigner même songer à faire rougir les discoureurs.
    Lett. au duc de Noailles, 25 janv. 1711 (discoureur, euse)
  20. Je suis consolée d'une partie de Trianon rompue, puisque vous n'y auriez pas été.
    Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 87, dans POUGENS (rompu, ue)