Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON, auteur cité dans le Littré

MAINTENON (1635-1719)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAINTENON a été choisie.

842 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres 1752 811 citations

Quelques citations de Françoise d'Aubigné, marquise de MAINTENON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 842 citations dans le Littré.

  1. Dans le ciel les rangs ne seront marqués que par les vertus.
    Lett. à Mme de la Viefville, 9 avr. 1713 (rang)
  2. Je pratique ce que je vous conseille.
    Lett. à Mme de Glapion, 14 oct. 1699 (pratiquer)
  3. Quoi que vous en disiez, vous n'êtes sur la route de personne.
    Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 166, dans POUGENS (route)
  4. Je suis une pauvre vieille, qui n'est plus bonne à rien et qui partira bientôt.
    Lett. à la reine d'Espagne, 1711, t. VIII, p. 65, dans POUGENS. (partir [2])
  5. La disgrâce de M. de Chartres est publique : il en est plus touché que je ne l'aurais pu croire de sa sainteté.
    Lett. au card. de Noailles, 24 oct. 1708 (toucher [1])
  6. Il [le czar] a fait ouvrir le pied de mon lit pour me voir, vous croyez bien qu'il en aura été satisfait.
    Lett. à Mme de Caylus, 11 juin 1717 (pied)
  7. Elle profitera peu de ma faveur ; une autre la porterait aux nues, mais vous connaissez mon humeur.
    Lett. à M. d'Aubigné, 3 sept. 1684 (nue)
  8. Les ennemis de la princesse des Ursins répandent qu'elle est mal avec le roi.
    Lett. au duc de Noailles, 3 sept. 1706 (répandre)
  9. Ne pourrait-il pas manger gras à une table avec les personnes qui ont le même besoin ?
    Lett. au card. de Noailles, 1700, t. IV, p. 182, dans POUGENS. (gras, asse)
  10. Moi qui sens de la pitié pour ce qui s'appelle des misérables.
    Lett. à Mme des Ursins, 4 juill. 1706 (misérable)
  11. Beaucoup de soins, point de remèdes, voilà ma recette.
    Lett. à M. d'Aubigné, 15 déc. 1679 (remède)
  12. Bien des raisons doivent me retenir de parler.
    Lett. au card. de Noailles, 13 août 1711 (retenir)
  13. J'ai dit aussi que je croyais qu'il faudrait, quand il sera tout à fait résolu, en dire un petit mot au roi ; je voudrais que ce mot passât par vous.
    Lett. au card. de Noailles, 27 janvier 1699 (mot)
  14. Mme votre mère ne vivait pas, et nous vous trouvions bien plus en danger que pendant la petite vérole.
    Lett. au duc de Noailles, 29 mai 1706 (vivre [1])
  15. Elle ne voit que des femmes ; mais les femmes sont aussi dangereuses que les hommes.
    Lett. au card. de Noailles, 5 oct. 1708 (femme)
  16. Il vaut mieux passer pour sérieuse que pour ridicule, et pour taciturne que pour imbécile.
    Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 164, dans POUGENS (taciturne)
  17. Pourquoi ne vous laverez-vous pas aussi bien du soupçon de jansénisme ?
    Lett. au card. de Noailles, 19 févr. 1701 (jansénisme)
  18. Il y a bien des ragoûts nouveaux, et la gourmandise est à la mode.
    Lett. au card. de Noailles, 22 oct. 1699 (ragoût)
  19. Cette lettre-ci est écrite à bien des reprises.
    Lett. au card. de Noailles, 3 oct. 1698 (reprise)
  20. La compagnie de Bourbon est fort mêlée.
    Lett. au duc de Noailles, t. V, p. 51, dans POUGENS. (mêlé, ée)