MARIE DE FRANCE, auteur cité dans le Littré

MARIE DE FRANCE

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIE DE FRANCE a été choisie.

poétesse anglo-normande du XIIIe siècle

148 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de MARIE DE FRANCE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 148 citations dans le Littré.

  1. Icest paleis aveit en sei Entur une entiere parei Faite à piliers e à arches, à vousures e à wandiches.
    Purgatoire, 687 (voussure)
  2. Si cume li soleil le jur Tolt [enlève] as esteiles lur luur.
    Purgat. 1877 (lueur)
  3. Auquanz en vit [il en vit quelques-uns] arz [brûlés] e bruis, Qui sur graïl erent rostis.
    Purgatoire, 1095 (gril)
  4. Mut en ert [était] l'iave blanche et bele ; Fui, Graelent, n'i entre pas ; Se tu t'i mes, tu noieras.
    Graelent. (noyer [2])
  5. Ki divers cuntes veut traitier, Diversement deit comencier.
    Milon. (diversement)
  6. À m'aiulle avint autresi Et à ma mere ; car jel vi Un peu devant lur finement [mort].
    Fab. 41 (aïeule)
  7. D'un lairon cunte qui alla Berbiz embler, qu'il espia Dedans la faude [étable] à un vilain.
    Fabl. 28 (faude)
  8. Une brebix ot aingnelé.
    Fable, 44 (agneler)
  9. Uns huns [un homme], ce dit, entasseit blé.
    Fable 84 (entasser)
  10. Kar estes fel et de put aire.
    t. II, p. 377 (air [2])
  11. Lur bestials cors nun [non] estables [il] Voleit faire à Deu covenables.
    Purgatoire, 203 (bestial, ale)
  12. Tant qu'il vit loinz une maisun Fumose e de tro grant façun.
    Purgatoire, 1101 (fumeux, euse)
  13. Vostre cemise me livrez, El pan desus ferai un ploit.
    Gugemer. (pli)
  14. Quant il furent bien arivé, Le pont [il] mist jus, ancre ad geté.
    Eliduc. (ancre)
  15. Li diable les rostisseient, Divers metaus sur eus fundeient.
    Purgatoire, 1099 (métal)
  16. D'un vilein dist, ki nurrisseit Une kauwe que mult ameit.
    Fable 48 (choue)
  17. Uns huns [un homme], ce dit, entasseit blé, Et l'arunde l'a esgardé ; Cum li moinet dehors esteient, Qui au blé adeser n'oseient, L'arundele les apela… Li moinel se sunt desturné… Li vileins dist ceste parole ; Et li arunde, qui fu fole, As moissuns [moineaux] l'ala tost cunter ; Si les fist en la granche entrer. Li vilainz a ses engins faiz, Les moinaus pris et à mort traiz.
    t. II, p. 349 (moineau)
  18. Il veient [voient] eve e punz levez, Feu et maisuns e bois et prez.
    Purgatoire, 79 (pont-levis)
  19. [Ceux]… ki feble Sunt par lur veillesce e endeble.
    Purgatoire, 391 (débile)
  20. D'un leu [loup] cunte, ki vint jadiz Où uns corbiaus s'esteit assiz Desour le dos d'une berbiz.
    Fabl. 50 (corbeau)