MARIE DE FRANCE, auteur cité dans le Littré

MARIE DE FRANCE

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIE DE FRANCE a été choisie.

poétesse anglo-normande du XIIIe siècle

148 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de MARIE DE FRANCE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 148 citations dans le Littré.

  1. Patriz… Alad en predicaciun En Yrlande od [avec] devociun.
    Purgatoire, 193 (prédication)
  2. Lur bestials cors nun [non] estables [il] Voleit faire à Deu covenables.
    Purgatoire, 203 (bestial, ale)
  3. N'i out keville ne closture Ke ne fut tute d'ebenus.
    Gugemer. (cheville)
  4. [Je] Puis chascun jur runger les os, Dunt je me fas e cras e gros.
    Fable 34 (ronger)
  5. Sur les ortilz des pisz [ils] esteient.
    Purgatoire, 1157 (orteil)
  6. E prestre, diacne e chanuigne, E subdiacne, e acolite.
    Purgatoire, v. 1549 (sous-diacre)
  7. Ki volentiers fiert vostre chien, Ja mar crerés qu'il vus aint [aime] bien.
    Graelent. (chien, chienne)
  8. Auquans en vit [il en vit quelques uns] mis en espeiz [épieux], E rostis od soufre e od peiz [poix] ; Li diable les rostisseient.
    Purgatoire, V. 1098 (rôtir)
  9. La serpent au vilain proia…
    Fabl. t. II, p. 267 (serpent)
  10. De sa cemise estreitement [il] Bende sa plaie fermement.
    Gugemer. (fermement)
  11. Après cele invocaciun, K'il fist de cel seintisme [très saint] nun.
    Purgatoire, 903 (invocation)
  12. Un freisne [elle] vit lé et branchu, E mult espès e bien ramu.
    Frêne. (branchu, ue)
  13. Quant du coucou oient le cri, Ne sorent quex oisiaus ce fu.
    Fable 22 (coucou)
  14. Uns huns [un homme], ce dit, entasseit blé, Et l'arunde l'a esgardé ; Cum li moinet dehors esteient, Qui au blé adeser n'oseient, L'arundele les apela… Li moinel se sunt desturné… Li vileins dist ceste parole ; Et li arunde, qui fu fole, As moissuns [moineaux] l'ala tost cunter ; Si les fist en la granche entrer. Li vilainz a ses engins faiz, Les moinaus pris et à mort traiz.
    t. II, p. 349 (moineau)
  15. Quant li soleiz, fet ele, est hauz, On [au] tans d'estei si est li chauz, Que rienz ne laist fructifier, E terre e herbe fet sechier.
    Fable 6 (fructifier)
  16. Kar estes fel et de put aire.
    t. II, p. 377 (air [2])
  17. Le signe sommatoire.
    Acad. des sc. Comptes rend. t. LXXV, p. 524 (sommatoire)
  18. Tant ert [il était] fervenz en sun desir, Ne l'en puet li priurs partir.
    Purgatoire, 573 (fervent, ente)
  19. E teus [tels] i out [enfoncés] de ci qu'as piz [aux poitrines], E teus i a desk'as numbriz, Teus as quisses, teus as genuz.
    Purgat. V. 1135 (nombril)
  20. U [au] munde n'a si bel oisel ; Fust tieus [tel] ses chans cum est ses cors, Il vauroit mix [mieux] que nul fins ors.
    Fable 14 (chant [1])