MARIE DE FRANCE, auteur cité dans le Littré

MARIE DE FRANCE

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARIE DE FRANCE a été choisie.

poétesse anglo-normande du XIIIe siècle

148 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Aucune œuvre identifiée, le travail d'identification des œuvres reste à faire sur cet auteur.

Quelques citations de MARIE DE FRANCE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 148 citations dans le Littré.

  1. Vostre cemise me livrez, El pan desus ferai un ploit.
    Gugemer. (pli)
  2. Quand ele ot [ouit] le comandement, Le pan de la chemise prent, Legierement le despleiat.
    Gugemer (déployer)
  3. La dame gist lez sun ami ; Ains mès si biau couple ne vi.
    Ivenec. (couple)
  4. Le punt vus estuet [il vous faut] espruver, Cum vus porrez outre passer.
    Purgat. 1276 (éprouver)
  5. Si ces peines esteient mises Contre les autres e assises, N'i aureit il comparisun Plus que de l'egle e del pinçun.
    Purgatoire, 1407 (pinson)
  6. Si cum variout la colurs, [ils] Aveient diverses luurs.
    Purgat. 1625 (varier)
  7. Si sunt li autre meins [moins] peneit [tourmentés], Qui meins firent d'iniquiteit.
    Purgatoire, V. 1775 (iniquité)
  8. Et prier mult devotement, Que Deus alegast lur torment.
    Purgatoire, V. 1473 (alléger)
  9. Puiz lur fait à tuz demander, Se nus [aucun] l'en seit mediciner.
    Fable 7 (médeciner)
  10. Un escoufles aleit volant, Vit la soriz si haut pipant, Ses eles clost, à vaul descent, Li e la raine ensanble prent.
    Fab. 3 (aval)
  11. Sire compaing, ci en vient une ; Mais ele n'est fauve ne brune ; C'est la plus bele de cest munt [monde], De tutes celes qui i sunt.
    Lanval. (fauve)
  12. Des puiz d'enfer ist cele ardurs, Où nos dampnez seront tuz jurs.
    Purgatoire, 1265 (ardeur)
  13. Li diable les rostisseient, Divers metaus sur eus fundeient.
    Purgatoire, 1099 (métal)
  14. Dou leon conte li escriz, Ki deffais ert [était] et enveilliz ; Malades jut mult longuement, Del relever n'i ot noient.
    Fable 15 (relever)
  15. Auquanz en vit [il en vit quelques-uns] arz [brûlés] e bruis, Qui sur graïl erent rostis.
    Purgatoire, 1095 (gril)
  16. Si cume li soleil le jur Tolt [enlève] as esteiles lur luur.
    Purgat. 1877 (lueur)
  17. À l'issue d'avril, au tems dous et joli, Berte, I, Seignur, à l'eissue del cors, Quant les ames se issent fors…
    Purgatoire, 49 (issue)
  18. Un freisne [elle] vit lé et branchu, E mult espès e bien ramu.
    Frêne. (branchu, ue)
  19. El feu le jettent erranment, Od crocs de fer ens le buterent.
    Purgatoire, 889 (croc [2])
  20. Uns huns [un homme], ce dit, entasseit blé, Et l'arunde l'a esgardé ; Cum li moinet dehors esteient, Qui au blé adeser n'oseient, L'arundele les apela… Li moinel se sunt desturné… Li vileins dist ceste parole ; Et li arunde, qui fu fole, As moissuns [moineaux] l'ala tost cunter ; Si les fist en la granche entrer. Li vilainz a ses engins faiz, Les moinaus pris et à mort traiz.
    t. II, p. 349 (moineau)