Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre, auteur cité dans le Littré

MARGUERITE DE NAVARRE (1492-1549)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MARGUERITE DE NAVARRE a été choisie.

682 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Lettres de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du roi 180 citations
L'Heptaméron, recueil de 72 nouvelles 309 citations

Quelques citations de Marguerite de Navarre, dite aussi de Valois, ou d'Angoulême, reine de Navarre

Voici un tirage aléatoire parmi ses 682 citations dans le Littré.

  1. Et neanmoins qu'il menast la vie que je vous dis, si estoit il prince craignant et aimant Dieu.
    Nouv. XX (néanmoins)
  2. Madame se tint tellement satisfaicte des lettres que luy avez escriptes, qu'il est impossible de plus.
    Lett. 50 (plus)
  3. Elle lui defendit de ne s'y trouver plus.
    ib. XX (défendre)
  4. En bonne foi, dit Emarsintte, j'avoue cette dame du tour qu'elle a fait.
    Nouv. LVIII (avouer)
  5. Un sepulcre fait de pierre à grands personnages elevés comme le vif.
    Nouv. LXV (vif, vive)
  6. Vous m'avez laissée en une compaignie tant aisée à vivre que je n'ay encores oui une seule parole que une seur ne deust dire à l'aultre.
    L. XCVIII (compagnie)
  7. Vous savés combien vostre paine est necessaire aux affaires dont vous portés le faix, et où vos amis vous trouvent bien à dire.
    Lett. 64 (dire)
  8. Un manteau de frese noire, qui estoit tout bordé de cannetille et d'or-frise bien richement.
    Nouv. XXIII (cannetille)
  9. Vous vivez donc de foi et d'esperance, dit Nomerfide, comme le pluvier, du vent ? Vous estes bien aisé à nourrir.
    Nouv. XXXII (pluvier)
  10. Les docteurs disent que tel peché est plus remissible, pource que les premiers mouvemens ne sont pas en la puissance de l'homme.
    Nouv. XXXVI (rémissible)
  11. Mme la grant maistresse m'est venue avancer [hâter], disant que…
    Lett. 59 (avancer)
  12. Au demeurant vous m'avez laissée en une compaignie tant aisée à vivre, que je n'ay encores ouy une seule parole que une seur ne deust dire à l'autre.
    Lett. XCVIII (aisé, ée)
  13. Il estoit sujet à une grande douleur au-dessous de la racine des cheveux.
    Nouv. LIV (racine)
  14. Le principal est de sa santé ; puisque Dieu la luy donne bonne, je vous prie, ne craignés d'ung petit temporiser.
    Lett. 35 (petit, ite)
  15. Il lui dit qu'il n'en savoit point de meilleur que de jouer aux cents [piquet].
    Nouv. LIX. (cent)
  16. Ils ont contraint les pouvres gens en porter plaincte à la justice par devant le seneschal de Beaucaire.
    ib. 159 (devant)
  17. Je me treuve maintenant plus saine et forte que je ne faisois par avant [ma fausse couche].
    Lett. 127 (avant)
  18. Ce me seroit chose importable, et non moins deshonorable pour vous.
    Nouv. LIII (déshonorable)
  19. Je ne vous en diray plus pour ceste heure, sinon que je prie nostre seigneur vous donner l'aise que vous desire vostre etc.
    Lett. 2 (désirer)
  20. Lui assurant que la premiere fois qu'elle y parleroit [à un homme], qu'il la tueroit.
    Nouv. XX (y [2])