Clément MAROT, auteur cité dans le Littré

MAROT (1496-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAROT a été choisie.

Né en 1496 à Cahors, il arrive à 10 ans à la cour de France où son père est secrétaire de la reine Anne de Bretagne. Il fait ses études à Orléans avant de devenir en 1519 le valet de chambre de Marguerite d'Angoulême, future reine de Navarre. En 1526 et 1527, il fait deux séjours en prison pour avoir « mangé du lard en carême » et rossé les agents du guet. S'étant converti au protestantisme, il doit s'exiler en 1534, mais il abjure en 1536 et rentre à Paris. La Sorbonne le condamne en 1542 pour avoir publié une traduction de trente psaumes bibliques ; il doit alors fuir à Genève, à Chambéry puis à Turin où il meurt en 1544.

1261 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres de Clément Marot, avec les ouvrages de Jean Marot et de Michel Marot, 6 vol. in-12, la Haye 1731 1189 citations

Quelques citations de Clément MAROT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1261 citations dans le Littré.

  1. Mais qui en Dieu son espoir asserra.
    IV, 270 (asseoir)
  2. C'est le plaisir où il se delectoit.
    III, 307 (délecter)
  3. Bas de stature, et de joye, et d'esbas, Bas de sçavoir, en bas degré nourri, Et bas de biens, dont il est bien marry.
  4. Mais Rome tandis bouffera Des chevreaux à la chardonnette [cardon].
  5. Se fait il plus rien de nouveau ? si fait.
    I, 198 (si [2])
  6. Et [Io] s'efforçant lamenter, de sa gorge Un cri de vache et mugissant desgorge.
    IV, 47 (dégorger)
  7. Celui [serpent] qui tire ainsi hors sa languette, Destruira brief quelcun, s'il ne s'en guette.
    I, 250 (languette)
  8. Et n'est pas dit, que les dames qui prennent, Font toutes mal, et qu'en prenant mesprennent.
  9. Et qu'autre chose il n'ha, sans point mentir, Qu'une rostie à sa colation.
    t. III, p. 66 (collation [2])
  10. On a beau dire, une colombe est noire, Un corbeau blanc…
    II, 56 (colombe [1])
  11. Et les forts vents qui parmi l'air souspirent.
    IV, 311 (soupirer)
  12. Il a les grand'eaux amassées En la mer comme en un vaisseau ; Aux abysmes les a massées, Comme un tresor en un monceau.
    IV, 272 (abîme)
  13. Aux grands assauts acquiert on les honneurs, Et tant plus sont aigres les blasonneurs, Plus le constant a de los meritoire.
    dans BESCHERELLE (blasonneur)
  14. … Trois muis d'anneaux à Carthage transmis De très fin or, lesquels furent desmis Des doigts des morts.
    IV, 125 (démettre)
  15. Disant que nulle est sous la lune, Où tant de valeur soit comprise.
    III, 191 (nul, nulle)
  16. Jusques à quand, o Pan grand et sublime, Laisseras-tu cette gent tant infime ?
    I, 312 (sublime)
  17. Car qui ne sçait avecques moy danser, Je ne le puis en m'amour avancer.
    I, 290 (avancer)
  18. Mais je y receuz si grand coup de faucon, Qu'il me fallut soudain faire la poulle, Et m'en fuyr, de peur, hors de la foulle.
    II, 36 (poule)
  19. Ce sera l'homme bien tenant, Fust à son dam, la foy promise.
    IV, 252 (dam)
  20. Le vent par coups ses membres descouvroit, Et voleter faisoit ses vestemens.
    IV, 40 (voleter)