Clément MAROT, auteur cité dans le Littré

MAROT (1496-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAROT a été choisie.

Né en 1496 à Cahors, il arrive à 10 ans à la cour de France où son père est secrétaire de la reine Anne de Bretagne. Il fait ses études à Orléans avant de devenir en 1519 le valet de chambre de Marguerite d'Angoulême, future reine de Navarre. En 1526 et 1527, il fait deux séjours en prison pour avoir « mangé du lard en carême » et rossé les agents du guet. S'étant converti au protestantisme, il doit s'exiler en 1534, mais il abjure en 1536 et rentre à Paris. La Sorbonne le condamne en 1542 pour avoir publié une traduction de trente psaumes bibliques ; il doit alors fuir à Genève, à Chambéry puis à Turin où il meurt en 1544.

1262 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres de Clément Marot, avec les ouvrages de Jean Marot et de Michel Marot, 6 vol. in-12, la Haye 1731 1190 citations

Quelques citations de Clément MAROT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1262 citations dans le Littré.

  1. J'ay circuy du monde grand partie.
    I, 163 (circuir)
  2. Mais j'ai honte pourtant, Dont tel opprobre on m'a peu imputer, Et que sur champ ne l'ay sceu confuter.
    IV, 54 (confuter)
  3. Tu venois lors tout freschement De confesse et de recevoir [communier].
    p. 17, dans LACURNE (recevoir [1])
  4. Il fut faict loup, et la marque conforme Retient encor de sa premiere forme ; Tel poil vieillard et tel frayeur de vis Encores a…
    IV, 24 (vieillard)
  5. Resource des petis, Lumiere des gentils, Et d'Israel la gloire.
    IV, 340 (gentil [1])
  6. … Ne que je cesse à louer ton haut nom.
    I, 225 (cesser)
  7. Ô combien lors ceux-là seront heureux, Qui se seront mis en sa sauvegarde !
  8. Mais bel Accueil m'a faict d'assez bons tours, En me laissant maints baisers conquerir.
    II, 326 (conquérir)
  9. Ne prisant rien que l'avare amasseur.
    IV, 244 (amasseur)
  10. Vray est, que yver foible, froid et grison Nuit à nature, et sa vertu reprime.
    III, 47 (grison, onne)
  11. Maulgré leurs dens le neu est desnoué.
    II, 475 (nœud)
  12. Tandis rostir sa perdrix on faisoit… [le gros prieur] La perdrix vire : au sel de broque en bouche La devora…
    Épigr. contre un gros prieur. (bouche)
  13. Avecques un psaume ou cantique En son labeur se soulager.
    IV, 25 (cantique)
  14. Mais je trouve que c'est outrance Que l'un a trop, et l'autre rien.
    II, 133 (rien)
  15. Tu as tout seul ton boire et ton repas.
    III, 167 (repas)
  16. Et en tout temps le laurier cy verdoie.
    I, 259 (verdoyer)
  17. Autres manieres de chansons, Leans on chante à voix contraintes, Ayans casses et meschans sons.
    I, 184 (cas, casse)
  18. Qui eust pensé que l'on peust concevoir Tant de plaisir pour lettres recevoir ?
    I, 370 (concevoir)
  19. Mais qui en Dieu son espoir asserra.
    IV, 270 (asseoir)
  20. Autres on voit de ceux ci separez, Auxquels douleur fait tousjours dure presse.
    I, 297 (presse [1])