Clément MAROT, auteur cité dans le Littré

MAROT (1496-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAROT a été choisie.

Né en 1496 à Cahors, il arrive à 10 ans à la cour de France où son père est secrétaire de la reine Anne de Bretagne. Il fait ses études à Orléans avant de devenir en 1519 le valet de chambre de Marguerite d'Angoulême, future reine de Navarre. En 1526 et 1527, il fait deux séjours en prison pour avoir « mangé du lard en carême » et rossé les agents du guet. S'étant converti au protestantisme, il doit s'exiler en 1534, mais il abjure en 1536 et rentre à Paris. La Sorbonne le condamne en 1542 pour avoir publié une traduction de trente psaumes bibliques ; il doit alors fuir à Genève, à Chambéry puis à Turin où il meurt en 1544.

1261 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres de Clément Marot, avec les ouvrages de Jean Marot et de Michel Marot, 6 vol. in-12, la Haye 1731 1189 citations

Quelques citations de Clément MAROT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1261 citations dans le Littré.

  1. …Ce qui est franc, s'y doit tenir Sans point vouloir serf devenir.
  2. Par ce qu'il n'est pas usité Ne commun, qu'une femme ou fille Sçaiche tant…
    IV, 163 (usité, ée)
  3. Ô cueur remply de fallace et faintise ! Ô cueur plus dur que n'est la roche bise !
  4. … qui en accords plus divins qu'angeliques Alloient chantant à l'envy maints beaux vers.
    III, 305 (accord)
  5. Jà de la mer la fureur à grans brasses Avoit couvert et mottes et terrasses.
    IV, 28 (brasse)
  6. Un bon vieillard portant chere joyeuse, Confortatif, de parolle amoureuse, Et s'appelloit bon Espoir par son nom.
  7. En vray amour et science conficts.
    I, 256 (confire)
  8. Les grans tresors, en lieu de secourir, Honteusement me menerent mourir.
    I, 393 (secourir)
  9. Au lieu desquels entrerent flaterie, Deception, trahison, menterie.
    IV, 18 (déception)
  10. Aux saules verts nos harpes nous pend smes.
    IV, 334 (pendre)
  11. Si quelque ennuy ne vient ramentevoir Le povre humain d'invoquer Dieu, qui l'ame…
    II, 266 (aimer)
  12. De tes habits les plis ne sentent qu'ambre.
    IV, 287 (pli)
  13. Quiconque n'en sçait autre chose, Aussi peu qu'une taupe il voit.
    III, 264 (quiconque)
  14. Tu crains, pour vrai, que mon affection Soit composée avecque fiction.
    I, 366 (fiction)
  15. Et, qui pis est, mon peché se presente, Incessamment noir et laid devant moi.
    IV, 294 (noir, oire)
  16. Mon beau printemps et mon esté Ont fait le saut par la fenestre.
    III, 138 (saut)
  17. Boys umbreux.
  18. La roide ruade, Prompte petarade…
    III, 235 (pétarade)
  19. Il chantoit bien la basse contre.
    II, 134 (basse-contre)
  20. Jamais me suis-je en termes advancé Auprès de vous, qu'honneur et Dieu ensemble N'y fussent mis ?
    I, 402 (avancer)