Clément MAROT, auteur cité dans le Littré

MAROT (1496-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAROT a été choisie.

Né en 1496 à Cahors, il arrive à 10 ans à la cour de France où son père est secrétaire de la reine Anne de Bretagne. Il fait ses études à Orléans avant de devenir en 1519 le valet de chambre de Marguerite d'Angoulême, future reine de Navarre. En 1526 et 1527, il fait deux séjours en prison pour avoir « mangé du lard en carême » et rossé les agents du guet. S'étant converti au protestantisme, il doit s'exiler en 1534, mais il abjure en 1536 et rentre à Paris. La Sorbonne le condamne en 1542 pour avoir publié une traduction de trente psaumes bibliques ; il doit alors fuir à Genève, à Chambéry puis à Turin où il meurt en 1544.

1261 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres de Clément Marot, avec les ouvrages de Jean Marot et de Michel Marot, 6 vol. in-12, la Haye 1731 1189 citations

Quelques citations de Clément MAROT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1261 citations dans le Littré.

  1. Me fut advis, que le grand dieu Mercure, Tenant en main sa verge et caducée De deux serpens par ordre entrelassée…
    II, 10 (caducée)
  2. Car tel est bien hault juché qu'on demonte.
    V, 355 (jucher)
  3. C'est toy qui maints de los très amples doues ; Mais endroit moy tu fais cignes les oues.
    II, 380 (oie)
  4. Vous me disiez : non, vous ne l'aurez point.
    III, 107 (point [2])
  5. J'avois un jour un valet de Gascongne… Pipeur, larron, jureur, blasphemateur.
    Épître au roi. (pipeur)
  6. Que diray plus du combat rigoureux [de Pavie] ?
  7. Icy gerra, s'il n'est pendu, Ou si en la mer il ne tombe…
    II, 135 (gésir)
  8. Tu dois en los par sus Mercure bruire.
    II, 378 (bruire)
  9. Il ne s'en faut que ramures et cors, Que vous, amans, ne soyez aussi bestes [que les cerfs].
    III, 149 (ramure)
  10. …Qui de tous maus seul la souslagera, De ses hai neux aussi la vengera.
  11. Nymphes adonc, pleurans eschevelées.
  12. Adieu à qui gueres ne chaut D'armer son tainct contre le chaut.
    II, 122 (teint [2])
  13. En te voyant toute venue en ça, à redoubler leur joye commença.
    II, 308 (redoubler)
  14. Et que veux-tu ? el' m'ayme bien, Je n'ai que faire de m'en plaindre.
    I, 210 (elle)
  15. … En ses levres habite Mortel venin qui cause mort subite.
    II, 281 (subit, ite)
  16. Amour a fait ma langue desployer, Et ma main dextre à t'escrire employer.
    I, 325 (dextre)
  17. De tel façon, que ce qui tant me nuit, Corromp du tout le nayf de ma muse.
    III, 274 (naïf, ive)
  18. À ce seul mot, un gros marteau carré Frappe tel coup contre un portal barré Qu'il fait crousler les tours du lieu infame.
    I, 253 (crouler)
  19. Ma mignonne, Je vous donne Le bon jour.
    II, 114 (mignon, onne)
  20. Las ! par ma folle sotie M'est sortie Toute cette infection.
    IV, 282 (sortir [2])