Clément MAROT, auteur cité dans le Littré

MAROT (1496-1544)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme MAROT a été choisie.

Né en 1496 à Cahors, il arrive à 10 ans à la cour de France où son père est secrétaire de la reine Anne de Bretagne. Il fait ses études à Orléans avant de devenir en 1519 le valet de chambre de Marguerite d'Angoulême, future reine de Navarre. En 1526 et 1527, il fait deux séjours en prison pour avoir « mangé du lard en carême » et rossé les agents du guet. S'étant converti au protestantisme, il doit s'exiler en 1534, mais il abjure en 1536 et rentre à Paris. La Sorbonne le condamne en 1542 pour avoir publié une traduction de trente psaumes bibliques ; il doit alors fuir à Genève, à Chambéry puis à Turin où il meurt en 1544.

1262 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres de Clément Marot, avec les ouvrages de Jean Marot et de Michel Marot, 6 vol. in-12, la Haye 1731 1190 citations

Quelques citations de Clément MAROT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1262 citations dans le Littré.

  1. Ô nuict heureuse, o douce noire nuict ! Ta noireté aux amants point ne nuict.
    I, 353 (noir, oire)
  2. La dame sans si [sans défaut].
    II, 319 (si [1])
  3. Ne Papillon pas ne le point, Ne Thenot ne le tenne point.
    II, 174 (tanner)
  4. Fut l'humain genre asprement estonné, Et tout le monde à l'horreur adonné [en proie].
  5. Si que les nefs sans crainte d'abismer Nageoient en mer à voiles avallées.
    II, 249 (abîmer)
  6. Riche ne suis, certes je le confesse… Mais je suis leu du peuple et gentillesse [et par la noblesse].
    III, 156 (gentillesse)
  7. Or des bestes que j'ay sus dites, Sagon, tu n'es des plus petites ; Combien que Sagon soit un mot Et le nom d'un petit marmot.
    le Valet contre Sagon. (marmot)
  8. De peur de se blesser, Ou bien de s'offencer, Qu'il marche petit pas.
    II, 164 (offenser)
  9. Or est ainsi qu'envie et ignorance Ensemble font volontiers demourance, Pour desbander [décocher] contre les vertueux.
  10. Le temps est bon pour les douleurs defaire De ceux qui n'ont constance de ce faire.
    I, 284 (ce [2])
  11. Car [Dieu] terre adonc du ciel desempara, De terre aussi les eaux il separa.
    IV, 12 (désemparer)
  12. J'apperçois bien qu'amour est de nature estrange, … Il se veut approcher quand de luy on s'estrange.
  13. Si respondant voulez, je le veux bien, Mon cœur respond et se met en ostaige.
    VI, 267 (répondant)
  14. Jà le laurier te prepare couronne ; Jà le blanc lis dedans ton bers fleuronne.
  15. Et que peut-estre on voit mainte qui brague, Qui beaucoup près n'est point si bonne bague.
    I, 405 (braguer)
  16. En obscure fosse [je] m'enserre, Comme ceux qui sont trespassez.
    IV, 337 (enserrer [1])
  17. Il en a faict son coup d'essay.
    II, 144 (coup)
  18. … de tel façon, que de chanter la veine Devient en moy non point lasse ne vaine, Ains triste et lente…
    I, 223 (veine)
  19. … Ou pour jetter des fruits jà meurs et beaux, à mes compaings, qui tendoient leurs chappeaux !
    I, 217 (compagnon)
  20. …Mais assez bon persuadeur [je] me tien.
    II, 192 (persuadeur)