Antoine LOYSEL, auteur cité dans le Littré

LOYSEL (1536-1619)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LOYSEL a été choisie.

478 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Institutes coutumières, manuel de plusieurs et diverses reigles, sentences, et proverbes tant anciens que modernes du droict coustumier et plus ordinaire de la France 1608 474 citations

Quelques citations de Antoine LOYSEL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 478 citations dans le Littré.

  1. Voix [témoignage] d'un, voix de nun.
  2. Sequestre garde, et la main de justice ne dessaisit et ne prejudicie à personne.
  3. Si aucun a jardin ou terre labourable, estable, cheminée ou aisances contre un mur metoien, il y doit faire contre mur.
  4. On ne peut estre heritier et douairier [pour être douairier, l'enfant doit avoir renoncé à la succession de son père].
  5. Pour vente de fruits faite à plus de dix ans, sont dus lods et ventes, et non pour vente à vie.
    543 (lods)
  6. Prescription d'heritage, ou autre droit reel s'acquiert par jouissance de dix ans entre presens…
  7. On dit communement qu'en mariage il trompe qui peut ; …et neanmoins toutes contre-lettres [clauses à part et opposées au contrat ou restrictions d'icelui] y sont defendues.
  8. Le roi a droit de mettre ès monasteres un soldat invalide, pour estre nourri comme religieux laïc.
  9. Qui preste non r'a ; si r'a, non tost ; si tost, non tout ; si tout, non gré ; si gré, non tel.
    Instit. coutum. liv. IV, tit. 6, règle 1 (gré)
  10. Un seigneur, soit censuel ou feodal, n'est tenu ensaisiner ni recevoir en foi le nouvel acquereur, s'il ne le satisfait aussi des anciens droits ct arrerages à lui dus.
  11. Le vassal est tenu avouer ou desavouer son seigneur, sinon qu'il y eust contention de tenure entre deux seigneurs.
  12. Le vassal peut demembrer son fief sans s'en dessaisir, ou la main mettre au baston ; qui est ce que l'on dit : se jouer de son fief sans demission de foi.
    641 (jouer)
  13. Quand le seigneur gagne les fruits à faute d'hommes et de devoirs, il les prend tels qu'ils sont, sans rien precompter [rabattre] ni deduire pour les frais et labours de son vassal.
  14. [Débiteur de rente] le seigneur n'est tenu faire vue à son rentier foncier ou censier.
  15. De bien commun on ne fait pas monceau.
  16. Qui tost juge, et qui n'entend, Faire ne peut bon jugement.
  17. La peine du vaincu estoit la mort, ou mutilation de membres.
  18. La confiscation des meubles appartient au seigneur duquel le confisqué est couchant et levant [domicilié].
  19. Le fossé appartient à celui sur lequel est le rejet ; car qui douve a, si a fossé.
    289 (rejet)
  20. Compensation n'a lieu, si la dette n'est liquide et par escrit.