Antoine LOYSEL, auteur cité dans le Littré

LOYSEL (1536-1619)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LOYSEL a été choisie.

478 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Institutes coutumières, manuel de plusieurs et diverses reigles, sentences, et proverbes tant anciens que modernes du droict coustumier et plus ordinaire de la France 1608 474 citations

Quelques citations de Antoine LOYSEL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 478 citations dans le Littré.

  1. Cil ne requiert pas suffisamment les choses à retrait, qui à court avenant [cour compétente] ne le requiert.
  2. Qui de barres se veut aider, doit commencer aux declinatoires, pour venir aux dilatoires, et finalement aux peremptoires ; et si la derniere met devant, ne s'aidera des premieres.
  3. L'action personnelle ne se prescrit que par trente ans.
    719 (action)
  4. Les propres, ou du moins les deux tiers, ou quatre quints d'iceux demeureront francs et quittes aux parents lignagers.
    329 (quint)
  5. La connoissance des executions testamentaires appartient aux juges laiz, et par prevention aux royaux.
  6. Bleds et autres grains après la Saint-Jean, ou qu'ils [ou lorsqu'ils] sont noués, sont reputés meubles.
    214 (ou)
  7. Si la rente estoit constituée au denier dix, elle seroit reductible ; si au dessous du denier dix, usuraire.
  8. Les appellations sont personnelles.
  9. En dîsmeries d'Eglise, n'y a point de suite, mais bien en patrimoniale.
    266 (suite)
  10. Le retrait [droit de rachat] seigneurial est censuel ou feodal, et s'appelle coutumierement droit de retenue.
  11. Bail, garde, mainbourg, gouverneur, legitime administrateur et regentant, sont quasi tout un : combien que jadis, et encore en aucun lieux, garde se dit en ligne directe, et bail en collaterale.
    176 (bail)
  12. Qui repond pour un criminel corps pour corps, avoir pour avoir, n'en est pourtant tenu que civilement.
  13. Qui tient terres sujettes à champart n'en peut lever la desblée sans appeler le seigneur, sur peine de l'amende.
  14. Le bon payeur est de bourse d'autrui seigneur.
  15. Lettres [actes] une fois grossoiées, ne peuvent estre regrossoiées sans appeler la partie et [sans] ordonnance de justice.
  16. Souffrance se doit bailler à ceux qui, par essoine legitime, ne peuvent faire la foi en personne.
    586 (exoine)
  17. La loi de talion fut introduite, tant contre l'appellant, que contre l'appellé.
  18. En donation, soit simple ou remuneratoire… retrait n'a lieu.
  19. Un sergent est cru du contenu en son exploit, et de sa prise, jusqu'à cinq sols.
  20. Rentes constituées à deniers sont rachetables à toujours.