Nicolas ORESME, auteur cité dans le Littré

ORESME (1325-1382)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ORESME a été choisie.

2129 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Éth. 1361 citations
Thèse de Meunier 394 citations

Quelques citations de Nicolas ORESME

Voici un tirage aléatoire parmi ses 2129 citations dans le Littré.

  1. Se l'un demeure tousjours enfant en pensée et en meurs, et l'autre soit très bon et très vertueux.
    ib. 265 (enfant)
  2. Et pour ce semble il à aucuns que les magnanimes soient despiseeurs ou despiteux.
  3. Et en art de faire statues ou ymages, Polycletus estoit sage ymagier.
  4. Celle moisteur ou humidité est gastée par l'excès de la chaleur.
    Thèse de MEUNIER. (humidité)
  5. Concupiscence apetice [devient plus petite] par li resister.
    Eth. XI, 17 (concupiscence)
  6. La chose faite pour ignorance, de laquelle l'en a tristesce, desplaisance et pesance ou repentance, elle est involuntaire.
  7. La chose qui est la partie d'un tout approce plus de son tout que le tout ne approce de la partie.
    Eth. 250 (approcher)
  8. Et estoient pour le temps les estudians introduis en grec à Romme et ailleurs.
    Eth. Prol. (introduire)
  9. Le pere est au filz cause de son estre.
    ib. 248 (être [2])
  10. Et touz ceulz qui font sacrifices et congregacions pour teles choses, il attribuent honeurs as diex.
    Eth. 246 (congrégation)
  11. Et en ce il scet bien exposer grans despens sagement et prudentement.
    Eth. 113 (prudemment)
  12. Et par ces deux manieres il desprisent ou font petis les profis par eulz receus.
    Eth. 255 (dépriser)
  13. A parler absolument et simplement, telles choses faites par paour [peur] sont involuntaires.
    ib. 48 (absolument)
  14. Aucune foiz volonté signifie le fait et mouvement principal de la puissance dessus dite, et est desir et tendence à aucune fin.
    Eth. 69 (tendance)
  15. Aucunes delettations sont laides et reprouvables, et aucunes sont nuisibles.
    Eth. 219 (nuisible)
  16. Ne au pere ne doit l'en pas le honeur que l'en doit à un sage comme à son dotteur ou maistre.
    Eth. 262 (docteur)
  17. Ilz attribuent aux princes plenitude de puissance.
    Thèse de MEUNIER. (plénitude)
  18. La conclusion s'ensuit de necessité.
  19. Adonques le cuer ou le pouvoir leur fault, et se departent ou delaissent à ouvrer.
    ib. 82 (départir)
  20. Desirable chose, c'est estre sain.
    ib. 20 (désirable)