Blaise PASCAL, auteur cité dans le Littré

PASCAL (1623-1662)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme PASCAL a été choisie.

4253 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
De l'esprit géométrique 1656 76 citations
Discours sur les passions de l'amour 1652 101 citations
Les provinciales 1656 1519 citations
Lettres 1779 225 citations
Pensées 1669 1133 citations

Quelques citations de Blaise PASCAL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 4253 citations dans le Littré.

  1. L'homme n'a pas même pouvoir sur sa propre vie.
    Prov. XVIII (pouvoir [2])
  2. Sans mentir, Dieu est bien abandonné.
    dans COUSIN (sans)
  3. Les prophéties, les miracles mêmes et les preuves de notre religion ne sont pas de telle nature qu'on puisse dire qu'ils sont absolument convaincants.
    ib. XXIV, 18 (miracle)
  4. Soit de bond soit de volée, que nous en chaut-il, pourvu que nous prenions la ville de gloire [le paradis] ?
    Prov. 9 (chaloir)
  5. Les passions de l'âme troublent les sens… il faut commencer par là le chapitre des puissances trompeuses.
    Pens. III, 19 (puissance)
  6. Ô Dieu, ayez agréable mon corps.
    Prière. (agréable)
  7. Lorsqu'on ne sait pas la vérité d'une chose, il est bon qu'il y ait une erreur commune qui fixe l'esprit des hommes, comme, par exemple, la lune, à qui on attribue le changement des saisons, le progrès des maladies…
    Pens. VII, 17, éd. HAVET. (lune)
  8. Des plaisirs abominables.
  9. Toute la dignité de l'homme est en la pensée ; mais qu'est-ce que cette pensée ? qu'elle est sotte !
    Pensées, art. XXIV, 53, éd. Lahure, 1860 (dignité)
  10. Quand les termes sont si clairs qu'ils n'en souffrent aucune [interprétation], alors nous nous servons de la remarque des circonstances favorables.
    Prov. 6 (favorable)
  11. Sachant que nous sommes grossiers, il nous conduit ainsi à l'adoration de sa divinité présente en tous lieux par celle de son humanité présente en un lieu particulier.
    Prov. 16 (humanité)
  12. C'est ce que vous répétez dans tous vos écrits, et que vous poussez jusqu'à dire : que j'ai tourné les choses saintes en raillerie.
    Prov. X (pousser)
  13. Afin d'entrer insensiblement en matière.
    Prov. V (matière)
  14. Vous avez reçu dans l'Église le nom de son ennemi ; c'est y avoir reçu l'ennemi même.
    Prov. II (recevoir [1])
  15. Dieu, dont l'homme n'est que l'instrument.
    Prov. XI (instrument)
  16. Les papes ont souvent entrepris de traiter comme hérétiques ceux qui appelleraient d'eux aux conciles.
    ib. (de)
  17. C'est faire injure au maître d'une maison d'y entrer par la fenêtre.
    ib. VI (injure)
  18. Ce qui est permis dans la spéculative, l'est aussi dans la pratique.
    Prov. XII (spéculative)
  19. L'esprit croit naturellement, et la volonté aime naturellement, de sorte que, faute de vrais objets, il faut qu'ils s'attachent aux faux.
    Pensées, part. I, art. 10 (croire)
  20. Il [le P. Brisacier] les appelle [les religieuses de Port-Royal] des filles impénitentes, asacramentaires…, désespérées, et tout ce qu'il vous plaira.