Paul PELLISSON, auteur cité dans le Littré

PELLISSON (1624-1693)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme PELLISSON a été choisie.

397 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de l'Académie française 1653 88 citations
Lettres historiques 264 citations

Quelques citations de Paul PELLISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 397 citations dans le Littré.

  1. Un jour ou deux de pluie, mais non pas assez forte pour percer les tentes, ni les manteaux.
    Lett. hist. t. I, p. 64, dans POUGENS (percer)
  2. D'autres disaient qu'on en voulait à quelque petite ville du pays de Trèves.
    Lett. hist. t. I, p. 402 (vouloir [1])
  3. Il a voulu dire seulement avec saint Paul que toute puissance est établie de Dieu.
    Mém. pour les gens de lettres, p. 75 (de)
  4. Ayant observé des endroits d'où l'on voit à revers une bonne partie de leurs dehors.
    Lett. hist. t. I, p. 301 (revers)
  5. J'ai oublié de vous mander que de Sainte-Marie il [le roi] avait envoyé un ordinaire nommé M. de Saint-Aubin, pour assurer la république de son amitié.
    Lett. histor. t. II, p. 14, dans POUGENS (ordinaire)
  6. Les bataillons du régiment des gardes, l'épée à la main, rompirent un grand bataillon des ennemis ; mais, en le rompant, ils se rompirent eux-mêmes.
    Lett. hist. t. III, p. 290 (rompre)
  7. Tous les lieux où il [Louis XIV] est obligé de tenir des troupes.
    Lett. hist. t. II, p. 8 (tenir)
  8. Le chevalier d'Harcourt s'y était opposé, disant que c'était une affaire entre les couronnes de France et d'Espagne, dont la religion ne se devait point mêler.
    Lett. hist. t. II, p. 194 (religion)
  9. Au lieu d'ouvrir la pointe et y faire un logement en diligence, il a voulu profiter d'une traverse que les ennemis avaient laissée vers la gorge de l'ouvrage.
    Lett. hist. t. III, p. 241, dans POUGENS (pointe)
  10. À Doesbourg, ils [les Hollandais] ont inondé et noyé une partie des environs.
    Lett. histor. t. I, p. 159, dans POUGENS (noyer [2])
  11. M. de Turenne tué d'un boulet qui le frappa au petit ventre.
    Lett. hist. t. II, p. 381 (ventre)
  12. D'où vient que Tertullien crie si souvent contre les philosophes et les nomme tantôt les patriarches des hérétiques, tantôt les cuisiniers de toutes les hérésies ?
    Mém. pour les gens de lettres, p. 84 (crier)
  13. Il est vraisemblable qu'il [le dictionnaire que devait faire l'Académie française] affermirait et fixerait en quelque sorte le corps de la langue.
    Hist. de l'Acad. III (fixer)
  14. Il était de grande taille et fort puissant, d'une humeur ambitieuse, et concerté en toutes ses actions.
    Hist. de l'Acad. t. I, p. 290, dans POUGENS (concerté, ée)
  15. Cromwell signa un traité avec les Espagnols, qui, assistés de ses forces et profitant de nos désordres, prirent la même année Graveline et Dunkerque, et firent plusieurs autres progrès.
    Hist. de Louis XIV, I, 1662 (progrès)
  16. On nous envoie d'Angleterre trois mille hommes de vieilles troupes, qui ne coûteront rien au roi pour la levée.
    Lett. hist. t. II, p. 57 (troupe)
  17. Les pourvoyeurs du roi et ceux des particuliers furent hier acheter dans Bruxelles même de quo nous faire faire bonne chère ces deux jours maigres.
    Lett. hist. t. I, p. 276 (pourvoyeur, euse)
  18. La retraite leur était difficile et par un lieu fort serré.
    Lett. hist. t. III, p. 227 (serré, ée [1])
  19. Il [Vaugelas] fut gentilhomme ordinaire, et depuis chambellan de M. le duc d'Orléans, qu'il suivit constamment en toutes ses retraites hors du royaume.
    Hist. Acad. t. I, p. 294, dans POUGENS (gentilhomme)
  20. Cette fâcheuse perte [de Turenne] donna hier lieu, au petit coucher, de se souvenir des généraux tués par le canon ; on compta le maréchal de Créquy allant reconnaître Verceil, le maréchal de Guebriant, Pappenheim en la même bataille où Gustave Adolphe fut tué.
    Lett. hist. t. II, p. 382 (tué, ée)