Paul PELLISSON, auteur cité dans le Littré

PELLISSON (1624-1693)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme PELLISSON a été choisie.

397 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de l'Académie française 1653 88 citations
Lettres historiques 264 citations

Quelques citations de Paul PELLISSON

Voici un tirage aléatoire parmi ses 397 citations dans le Littré.

  1. Vous aurez su M. de Vivonne pour huitième maréchal de France.
    Lett. hist. t. II, p. 383 (savoir [1])
  2. Le roi a fait en Lorraine comme les années passées en Flandre, c'est-à-dire a répandu beaucoup d'argent sur son passage en aumônes et en libéralités.
    Lett. hist. t. II, p. 20 (répandre)
  3. Une raillerie noble et galante qui sent son bien et sa personne de condition.
    Hist. Acad. 1 (sentir)
  4. Ils dépeignent les académiciens comme des gens qui ne travaillent nuit et jour qu'à forger bizarrement des mots, ou bien à en supprimer d'autres plutôt par caprice que par raison.
    Hist. de l'Acad. franç. I (forger)
  5. Croyant qu'après que les ennemis auraient poussé ce régiment, quelque autre des nôtres voudrait les pousser eux-mêmes.
    Lett. hist. t. II, p.203 (pousser)
  6. Son génie [de Voiture] et le caractère de son esprit est, à ce qu'on dit, très naïvement représenté dans le troisième volume de Cyrus en la personne de Callicrate.
    Hist. Acad. IV, Voiture. (naïvement)
  7. Le gouverneur [d'une place assiégée], qui se nomme Nigrelli, avait dit au commencement qu'il n'avait qu'à se tenir en pantoufles dans sa chambre, et nous laisser faire pour une quinzaine de jours.
    Lett. hist. t. II, p. 281, dans POUGENS (pantoufle)
  8. Le canon des ennemis est très bien servi ; mais on prétend que nos batteries, qui seront bientôt en état, le feront taire.
    Lett. hist. t. III, p. 383 (taire)
  9. On dit que le cardinal [de Richelieu], le voyant [Vaugelas] entrer dans sa chambre, s'avança vers lui avec cette majesté douce et riante, qui l'accompagnait presque toujours.
    Hist. Acad. III (majesté)
  10. Dans Arnheim seul on a trouvé trente-trois milliers de poudre et trente-quatre pièces de fonte.
    Lett. hist. t. I, p. 173, dans POUGENS (millier)
  11. Il [Faret] vint à Paris fort jeune, avec des lettres de recommandation de M. de Meziriac pour plusieurs personnes d'esprit, entre autres MM. de Vaugelas et de Boisrobert.
    Hisi. Acad. IV, 7 (recommandation)
  12. On conte mille folies de lui, qui marquent qu'il avait d'ailleurs l'esprit troublé il y a longtemps.
    Lett. hist. t. II, p. 112 (troublé, ée)
  13. On crut que c'était un prétexte pour nous épier : le trompette eut ordre de demeurer et de suivre un des trompettes du roi, à qui on l'a donné en garde.
    Lett. hist. t. I, p. 71 (trompette [2])
  14. Il est tombé sur un quartier de huit cents dragons suédois, les a défaits, et a encloué le canon qu'il ne pouvait emmener.
    Lett. hist. t. II, p. 348 (quartier)
  15. Quand Périclès avait été porté par terre dans la lutte, il persuadait aux assistants qu'il n'était point tombé et les contraignait de croire moins à leurs yeux qu'à leurs oreilles.
    Fragm. sur les préf. p. 112 (porté, ée)
  16. Si les ennemis voulaient aller à Limbourg, ils seraient obligés de lui prêter le flanc, à moins qu'ils n'allassent faire un grand tour.
    Lett. hist. t. II, p. 296 (prêter)
  17. On n'avait point oublié à délibérer sur la principale occupation de l'Académie, sur ses statuts et sur les lettres qu'il fallait pour son établissement.
    Hist. de l'Acad. I (oublier)
  18. Je vous dirai que depuis le Quenty, à force d'entendre des horloges qui sonnent l'heure, l'heurette, le quart d'heure, le demi-quart avec leurs carillons divers ; depuis le Quenty, dis-je, à force d'entendre toutes ces horloges, je n'ai jamais pu comprendre quelle heure il était.
    Lett. hist. t. I, p. 44, dans LACURNE (heurette)
  19. Vauban espère de pouvoir dérober le travail, la moitié de la nuit, à la faveur d'un rideau qui s'y rencontre.
    Lett. hist. t. III, p. 158 (rideau)
  20. Qu'il [Maynard] s'était adonné à un genre d'écrire auquel il n'était pas propre, voulant dire l'épigramme, et qu'il n'y réussirait pas parce qu'il n'avait pas assez de pointe.
    Hist. de l'Acad. IV, Maynard (pointe)