CONNON de BÉTHUNE, dit COESNE, ou QUESNES, auteur cité dans le Littré

QUESNES (1150?-1220?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme QUESNES a été choisie.

212 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Romancero 207 citations

Quelques citations de CONNON de BÉTHUNE, dit COESNE, ou QUESNES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 212 citations dans le Littré.

  1. S'or i laissons [à Jérusalem] nos enemis mortieus [mortels], à tousjours mais ert [sera] no vie honteuse.
    Romancero, p. 95 (toujours)
  2. Et s'eles [les dames] font, par mal conseil, folage, à lasches gens et mauvais le feront.
    Romanc. p. 99 (lâche)
  3. Ahi ! amours, com dure departie Me conviendra faire de la meilleur Qui onques fust aimée ne servie.
    Romancero, p. 93 (départie)
  4. Que [car] mon langage ont blasmé li François Et mes chançons, oïant les Champenois.
    Romancero, p. 83 (blâmer)
  5. Sachez, cil sont trop honni qui n'iront [à la croisade], S'il n'ont poverte ou viellesse ou malage.
    Romanc. p. 94 (vieillesse)
  6. Mainte en i a ceinte d'une corroie, Qui leur ami ne font fors de guiller [tromper].
    Romancero, p. 87 (courroie)
  7. Car je n'i voi mon prou ne mon domaige.
    Romancero, p. 85 (dommage)
  8. Certes encor n'a pas deus mois passé Que li marquis m'envoia son message, Et li Barrois [comte de Bar] a pour m'amour jousté.
    Romancero, p. 109 (jouter)
  9. Si sui je riche et de moult haut parage, Qu'on m'ameroit à petit de biauté.
    Romancero, p. 109 (aimer)
  10. On n'aime pas dame pour parenté [sa famille], Ainz quant ele est bele, courtoise et sage.
    ib. p. 110 (aimer)
  11. Et les dames, qui courtoises estoient [jadis], Ont tout laissié pour aprendre à bourser.
    Romanc. p. 87 (laisser)
  12. Car j'ai assez autre chose à penser.
    Romanc. p. 100 (assez)
  13. Vostre cler vis [visage], qui sembloit flor de lis, Est si alés ore de mal en pis…
    Romanc. p. 108 (mal, ale)
  14. … Car tel sont li usaige ; Qu'on ne peut mais, sans demant, rien trouver.
    Romancero, p. 84 (demande)
  15. Tous li clergé, et li home d'eage.
    Romancero, p. 94 (homme)
  16. Mais quant j'aurai de vous haïr envie, Couc. 11. Mais jà d'amors ne me prendra envie.
    Romanc. p. 86 (envie)
  17. Diex ! tant avons esté preus par huiseuse [oisiveté] ; Or verra on qui à certes ert [sera] preus.
    Romanc. 94 (certes)
  18. Chanter m'esteut, que m'en est pris courage, Non pas pour ce que d'amours me soit rien.
    Romancero, p. 85 (rien)
  19. Que [car] mon langage ont blasmé li François Et mes chançons, oyant les Champenois.
    Romanc. p. 83 (langage)
  20. Là me sovint des gens de male guise Qui m'ont mis sus mensoigne à escient, Que j'ai chanté des dames laidement.
    Romanc. p. 89 (mensonge)