Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ, auteur cité dans le Littré

RETZ (1613-1679)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RETZ a été choisie.

602 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La conjuration du comte Jean-Louis de Fiesque 1665 0 citations
Mémoires du cardinal de Retz, publiés par Champollion-Figeac et Champollion fils, Paris, 1836, 2 vol. 1717 593 citations

Quelques citations de Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 602 citations dans le Littré.

  1. Le cardinal de Retz, dit Monsieur, est un homme de bien, il ne me manquera pas.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 385, dans POUGENS (manquer)
  2. Je me trouvai à minuit au cloître Saint-Honoré, où Gabouri, portemanteau de la reine, me vint prendre et me mena par un escalier dérobé au petit oratoire où elle était seule enfermée.
    Mém. t. II, liv. III, p. 130, dans POUGENS (portemanteau)
  3. Ce chef de parti [Conti] était un zéro, qui ne multipliait que parce qu'il était prince du sang.
    II, 217 (zéro)
  4. N'ai-je pas dit à Votre Majesté, en entrant ici, que l'on est tombé dans un temps où un homme de bien a quelquefois honte de parler comme il y est obligé ?
    Mém. t. II, liv. III, p. 367, dans POUGENS (tomber)
  5. Ils [les matelots] appréhendèrent de se criminaliser par ce commerce avec l'Espagnol.
    IV, 328 (criminaliser)
  6. Comme j'avais quarante relais placés entre Nantes et Paris, je serais arrivé infailliblement le mardi avant la pointe du jour.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 458, dans POUGENS (relais [1])
  7. Émeri, surintendant de finances, et, à mon sens, l'esprit le plus corrompu de son siècle, cherchait que des noms pour trouver des édits.
    Mém. t. I, liv. II, p. 137 (surintendant)
  8. Il en fut touché, parce que dans la vérité il était bien intentionné et passionné pour la personne du roi.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 145, dans POUGENS (passionné, ée)
  9. Le valet de chambre de mon gouverneur trouva chez une misérable épinglière une nièce de 14 ans qui était d'une beauté surprenante.
  10. J'ai quatre-vingts ans passés, vous n'en avez que vingt-cinq ; je vous tempérerai, et vous m'échaufferez.
    Mém. t. I, liv. I, p. 46, dans POUGENS (tempérer)
  11. Je prendrai l'écharpe isabelle, si l'on continue seulement à m'en menacer [de révoquer ma nomination au cardinalat].
    ib. IV, 14 (isabelle)
  12. On ne put jamais rien gagner de positif sur l'esprit de Monsieur.
    Mém. t. II, liv. III, p. 318, dans POUGENS (positif, ive [1])
  13. Si Son Altesse Royale laissait… matrasser le parlement, comme l'on le matrasserait peut-être le lendemain au matin.
    Œuvres, éd. Feillet et Gourdault, t. IV, p. 410 (les anciennes éditions portaient maltraiter, maltraiterait). (matrasser)
  14. Il se vantait, et, je crois avec vérité, qu'il avait fait le coup de pistolet avec le grand Gustave, roi de Suède, et le brave Christian, roi de Danemarck.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 191 (pistolet)
  15. Avant que l'envoyé fût entré, il y avait eu beaucoup de contestations tumultuaires dans la compagnie.
    Mém. t. I, liv. II, p. 341, dans POUGENS (tumultuaire)
  16. Il m'a dit plusieurs fois qu'il n'aurait pas accepté la commission, je m'en rapporte.
    Mém. t. II, liv. III, p. 211, dans POUGENS (rapporter)
  17. La reine, transportée de joie, me tendit la main, en me disant : touchez là, et vous êtes après demain cardinal, et de plus le second de mes amis.
    Mém. t. II, liv. III, p. 366, dans POUGENS (toucher [1])
  18. M. le Prince [Condé] fit sa plainte, et demanda qu'il fût informé de l'assassinat qu'on avait voulu commettre contre sa personne.
    Mém. livre III, t. II, p. 104, dans POUGENS (plainte)
  19. Cette pensée m'a toujours paru une de ces visions dont la spéculation est belle et la pratique impossible.
    Mém. t. I, liv. II, p. 277, dans POUGENS (pratique [1])
  20. L'incommodité de la soif est incroyable, et inconcevable à qui ne l'a pas éprouvée.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 465, dans POUGENS (soif)