Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ, auteur cité dans le Littré

RETZ (1613-1679)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RETZ a été choisie.

601 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La conjuration du comte Jean-Louis de Fiesque 1665 0 citations
Mémoires du cardinal de Retz, publiés par Champollion-Figeac et Champollion fils, Paris, 1836, 2 vol. 1717 592 citations

Quelques citations de Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 601 citations dans le Littré.

  1. Nous dégraissâmes notre proposition, nous la revêtîmes de ce qui pouvait lui donner et de la couleur et de la force.
    II, 351 (dégraisser)
  2. Il [le duc de Beaufort] offrait de s'aller poster à l'entrée du cours avec la maison de Monsieur.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 380, dans POUGENS (maison)
  3. Je reviens à Paris avec trente-deux blancs-signés de M. le comte.
  4. La pourpre ne l'empêcha pas de demeurer valet sous Richelieu.
    Mém. t. I, liv. II, p. 133, dans POUGENS (valet [1])
  5. Je proposai à M. le prince de Conti de venir au parlement et de demeurer simplement dans les termes qui se pourraient expliquer plus ou moins favorablement, selon qu'il trouverait l'air du bureau dans la grand'chambre.
    II, 204 (bureau [2])
  6. Il n'y a ni rime ni raison avec ces gens-ci [le parlement].
    III, 292 (rime)
  7. J'ai observé qu'à Paris, dans les émotions populaires, les plus échauffés ne veulent pas ce qu'ils appellent se désheurer.
    II, 131 (désheurer)
  8. Mon bon oncle de Fargis est un bon et brave homme, mais il a le crâne étroit.
    I, 32 (crâne)
  9. Ce conseil, qui était un nom spécieux, fut réduit à M. le cardinal, au garde des sceaux, à le Tellier et à Servien.
    Mém. t. II, liv. III, p. 239, dans POUGENS (spécieux, euse)
  10. Le cardinal de Richelieu était persuadé qu'elle avait traversé l'inclination qu'il avait pour la reine.
    Mém. t. I, liv. I, p. 13, dans POUGENS (traverser)
  11. Milord Taff lui servait [au roi d'Angleterre] d'écuyer de cuisine et de chef de gobelet.
    III, 106 (gobelet)
  12. Cet homme avait vieilli dans les emplois, et s'y était acquis beaucoup de réputation, à laquelle sa longue disgrâce donna même beaucoup d'éclat.
    Mém. t. II, liv. III, p. 159 (vieillir)
  13. L'aveugle témérité et la peur outrée produisent les mêmes effets lorsque le péril n'est pas connu.
    II, 123 (outré, ée)
  14. Mme de Lesdiguières m'envoyait Vincerot de Saint-Germain où elle était, sous prétexte de répéter quelques prisonniers.
    II, 207 (répéter)
  15. M. le Prince, quoique animé par le prince de Conti, qui le poussa, ce qui fut remarqué de tout le monde, comme pour le presser de s'en ressentir, ne s'emporta point.
    mém. t. III, liv. IV, p. 16, dans POUGENS (pousser)
  16. Il [Mazarin] relâcha même beaucoup de la morgue des cardinaux les plus ordinaires.
    Mém. t. I, liv. II, p. 97, dans POUGENS (relâcher)
  17. Vous ne serez pas surprise de ce que l'on le fut [surpris] de la prison de M. de Beaufort.
  18. La prudence et l'honnêteté peuvent bien diminuer la jalousie que l'intérêt fait naître entre les égaux ; mais elles ne peuvent jamais ôter tout l'ombrage que met dans l'esprit des supérieurs le soin de leur sûreté.
    Conjur. Fiesque. (ombrage)
  19. Comme il leur plut [au parlement] de se fantasier toutes choses sur mon sujet, j'étais exposé à la défiance des uns, à la frayeur des autres.
    IV, 163 (fantasier)
  20. J'aperçus en ce temps-là que les grands noms, quoique peu remplis et même vides, sont toujours dangereux.
    Mém. livre III, t. II, p. 216, dans POUGENS (nom)