Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ, auteur cité dans le Littré

RETZ (1613-1679)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RETZ a été choisie.

601 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La conjuration du comte Jean-Louis de Fiesque 1665 0 citations
Mémoires du cardinal de Retz, publiés par Champollion-Figeac et Champollion fils, Paris, 1836, 2 vol. 1717 592 citations

Quelques citations de Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 601 citations dans le Littré.

  1. Que la tendresse pour madame sa femme, qu'il venait d'appeler une faiblesse, était une de ces sortes de choses que la politique condamne, mais que la morale justifie, parce qu'elles sont une marque de la bonté d'un cœur qui ne peut être supérieur à la politique, qu'il ne le soit en même temps à l'intérêt.
    Mém. t. II, liv. III, p. 22, dans POUGENS (supérieur, eure)
  2. On incidentait sur la manière de nous juger.
    III, 49 (incidenter)
  3. On fait quelquefois grâce à l'impertinence en faveur de l'extravagance.
    Mém. t. II, liv. III, p. 245, dans POUGENS (extravagance)
  4. La reine affecta de ne donner qu'à Mme la princesse sa mère, à M. le Prince et à moi des poncires d'Espagne qu'on lui avait apportés.
    II, 157 (poncire)
  5. Une compagnie qui n'agissait jamais que sur le fondement d'accorder les ordonnances royaux avec la guerre civile.
    IV, 47 (royal, ale)
  6. Je fus très étonné de les trouver sur le pied gauche et dans des prétentions sur plusieurs chefs.
    Mém. t. III, liv. v, p. 425, dans LACURNE (pied)
  7. Il se craignait trop peu, ce qui est le caractère de ceux qui n'ont pas le soin de leur réputation.
    Mém. liv. II, p. 133, dans POUGENS (craindre)
  8. Je trouvai une fourmilière de fripiers toute en armes ; je les flattai.
    II, 129 (fourmilière)
  9. Au sortir de chez Monsieur, j'allai prendre congé de MM. les princes.
    Mém. t. II, liv. III, p. 354, dans POUGENS (sortir [1])
  10. La subdivision est ce qui perd presque tous les partis, particulièrement quand elle est introduite par cette sorte de finesse qui est directement opposée à la prudence.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 63, dans POUGENS (subdivision)
  11. Le mot plut à Monsieur, il le redit au cercle.
    II, 82 (cercle)
  12. Ce n'est pas toujours jeu sûr de refuser de plus grand que soi.
    II, 343 (refuser)
  13. Le cardinal Richelieu avait de la naissance ; sa jeunesse jeta des étincelles de son mérite.
    II, 94 (étincelle)
  14. On dit toujours qu'il n'y a point d'assurance au peuple, on en a menti : il y a mille fois plus de solidité dans le peuple que dans le cabinet.
    Mém. t. II, liv. III, p. 439, dans POUGENS (peuple [1])
  15. M. le maréchal de Schomberg, ayant voulu sonder le gué, n'y trouva aucun jour.
    I, 57 (gué [1])
  16. Le lendemain qu'elle fut publiée et enregistrée, qui fut le 24 octobre 1648, le parlement prit ses vacations.
    Mém. t. I, liv. II, p. 225, dans POUGENS (vacation)
  17. Dans les révolutions qui sont assez grandes pour tenir tous les esprits dans l'inquiétude, ceux qui priment sont toujours applaudis.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 378, dans POUGENS (primer [1])
  18. Monsieur revint chez lui, triomphant dans son imagination.
    Mém. t. II, IIV. III, p. 488, dans POUGENS (triompher)
  19. Comme le cardinal de Richelieu s'était trouvé autrefois honoré, en quelque façon, de son alliance [du maréchal de Brézé], et qu'il craignait même ses emportements et ses prôneries auprès du roi qui avait quelque sorte d'inclination pour lui.
    Mém. I, 10 (prônerie)
  20. L'exécution était sûre [d'un complot contre Richelieu] ; le péril était grand pour nous ; mais nous pouvions raisonnablement en sortir, parce que la garde de Monsieur, qui était dans le logis, nous eût infailliblement soutenus contre celle du cardinal, qui ne pouvait être qu'à la porte.
    Mém. t. I, liv. I, p. 35, dans POUGENS (soutenir)