Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ, auteur cité dans le Littré

RETZ (1613-1679)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RETZ a été choisie.

602 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La conjuration du comte Jean-Louis de Fiesque 1665 0 citations
Mémoires du cardinal de Retz, publiés par Champollion-Figeac et Champollion fils, Paris, 1836, 2 vol. 1717 593 citations

Quelques citations de Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 602 citations dans le Littré.

  1. Chavigny était très mal satisfait du cardinal.
  2. Il [le duc de Beaufort] offrait de s'aller poster à l'entrée du cours avec la maison de Monsieur.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 380, dans POUGENS (maison)
  3. M. le cardinal eut peur : et, comme ses peurs allaient toujours à négocier, il négocia.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 434, dans POUGENS (négocier)
  4. Il est bien plus naturel à la peur de consulter que de décider.
    II, 126 (consulter)
  5. Jamais personne n'a été mieux persuadé que lui, que l'avarice, la sécheresse et l'orgueil ternissent les plus belles qualités des grands hommes.
    Conjur. Fiesque. (ternir)
  6. Elle me lia le pouce avec de la soie, quoi que son mari lui pût dire ; elle m'en tira du sang avec le bout d'une aiguille, et elle m'en fit signer de cette teneur…
    Mém. t. I, liv. II, p. 381, dans POUGENS (teneur [1])
  7. La fièvre double-tierce le saisit [le chanoine], et il se coupa la gorge avec un rasoir au quatrième accès.
    IV, 298 (tiers, erce)
  8. Il [Mazarin] porta le filoutage dans le ministère, ce qui n'est jamais arrivé qu'à lui.
    II, 97 (filoutage)
  9. Le bon homme Broussel avait vieilli entre les sacs, dans la poudre de la grand'chambre, avec plus de réputation d'intégrité que de capacité.
    Mém. t. I, liv. II, p. 200, dans POUGENS (sac [1])
  10. Je le priai de me prêter quatre cents pistoles, dont je lui fis ma promesse, et que je lui ai rendues depuis.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 479, dans POUGENS (promesse)
  11. Cette modestie qui paraissait dans ma personne, était relevée par une très grande dépense, par de belles livrées, par un équipage fort leste, et par une suite de sept à huit gentilshommes, dont il y en avait quatre chevaliers de Malte.
    Mém. t. I, liv. I, dans POUGENS (suite)
  12. Ces compagnies s'étaient en apparence attachées à M. de Champlâtreux, fils du premier président, parce qu'il était leur colonel ; ce rencontre m'était très fâcheux.
    II, 340 (rencontre)
  13. Voici une des plus signalées sottises que j'aie jamais faites.
    Mém. t. II, liv. III, p. 35 (signalé, ée)
  14. Il y a des temps où certaines gens ont toujours raison ; par la raison des contraires, Mazarin avait toujours tort.
    Mém. t. II, liv. III, p. 69, dans POUGENS (tort)
  15. Je trouvai Mademoiselle de Sceaux très belle, le teint du plus grand éclat du monde, des lis et des roses en abondance.
    I, 6 (lis [1])
  16. Il faut avouer que M. le cardinal Mazarin joua et couvrit très bien son jeu en cette rencontre.
    Mém. liv. II, p. 440, dans POUGENS (couvrir)
  17. J'obligeai Monsieur à changer de résolution, en lui insinuant sans affectation le péril de la commise et du choc qui, dans la conjoncture, était inévitable.
    III, 357 (commise)
  18. M. de Bouillon, qui, avec la physionomie d'un bœuf, avait la perspicacité d'un aigle.
    Mém. t. II, liv. III, p. 13, dans POUGENS (perspicacité)
  19. Il était naturellement vétilleux et grondeur ; ce qui est un grand défaut à des gens qui ont affaire à beaucoup de monde.
    Mém. t. II, liv. III, p. 143, dans POUGENS (vétilleux, euse)
  20. Bachaumont s'avisa de dire un jour que le parlement faisait comme les écoliers qui frondent dans les fossés de Paris, qui se séparent dès qu'ils voient le lieutenant civil, et qui se rassemblent dès qu'il ne paraît plus.
    II, 385 (fronder)