Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ, auteur cité dans le Littré

RETZ (1613-1679)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RETZ a été choisie.

601 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La conjuration du comte Jean-Louis de Fiesque 1665 0 citations
Mémoires du cardinal de Retz, publiés par Champollion-Figeac et Champollion fils, Paris, 1836, 2 vol. 1717 592 citations

Quelques citations de Jean-François Paul de Gondi, cardinal de RETZ

Voici un tirage aléatoire parmi ses 601 citations dans le Littré.

  1. Monsieur revint chez lui, triomphant dans son imagination.
    Mém. t. II, IIV. III, p. 488, dans POUGENS (triompher)
  2. Il se servit, pour cet effet, du vicaire général des Augustins, qui lui était très confident.
    Mém. t. II, liv. III, p. 225, dans POUGENS (vicaire)
  3. Mes amis n'étaient nullement pratiques en ce pays là, et s'imaginaient qu'un cardinal persécuté pouvait et devait même vivre presqu'en homme privé à Rome.
  4. Nous nous rebrouillâmes avec M. le Prince après sa liberté.
    V, 408 (rebrouiller)
  5. Comme, en matière de sédition, tout ce qui la fait croire l'augmente, nous faillîmes à faire en un moment ce que nous travaillions depuis huit jours à empêcher.
    Mém. t. I, liv. II, p. 383, dans POUGENS (sédition)
  6. J'avais recordé jusques à deux heures après minuit M. de Beaufort, pour le faire parler au moins un peu juste.
    III, 167 (recorder [1])
  7. Mademoiselle de Retz avait les plus beaux yeux du monde, mais ils n'étaient jamais si beaux que quand ils mouraient.
    I, 7 (mourir)
  8. J'admire l'insolence de ces gens de néant en tout sens qui s'imaginent avoir pénétré dans tous les replis des cœurs de ceux qui ont le plus de part dans les affaires.
    Mém. t. II, liv. III, p. 398, dans POUGENS (repli)
  9. Alerte, cet homme peut nous échapper à tous les moments.
    III, 97 (alerte [1])
  10. J'obligeai Monsieur à changer de résolution, en lui insinuant sans affectation le péril de la commise et du choc qui, dans la conjoncture, était inévitable.
    III, 357 (commise)
  11. Cette résistance du parlement de Bordeaux a été traitée de simulée par presque tout le monde ; mais elle m'a été confirmée pour véritable et pour très sincère par M. de Bouillon.
    Mém. t. II, liv. III, p. 164, dans POUGENS (simulé, ée)
  12. Avouez le vrai, ce n'est pas ce qui vous tient ; vous ne sauriez quitter vos nymphes, amenons l'innocente avec nous : je crois que vous ne vous souciez plus guère de l'autre.
    Mém. t. II, liv. 3, p. 100, dans POUGENS (nymphe)
  13. M. d'Elbœuf, qui était grand saltimbanque de son naturel, commença la comédie par la tendresse qu'il avait pour le nom français.
    II, 240 (saltimbanque)
  14. Chavigni en parla à Monsieur en ces propres termes en présence de Madame, qui me les rendit le lendemain.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 192, dans POUGENS (rendre)
  15. Il y a peu d'actions plus belles, et j'en conserverai avec tendresse la mémoire jusqu'au tombeau.
    Mém. t. III, liv. IV, p. 28, dans POUGENS (tombeau)
  16. Ne comptez-vous pour rien le plaisir que l'on a à connaître tous les matins la méchanceté des gens, couverte du nom de zèle, et tous les soirs leurs sottises déguisées en pénétration ?
    Mém. liv. IV, t. III, p. 173, dans POUGENS (méchanceté)
  17. Je lui dis qu'il aurait tous les jours de ces tire-laisses.
    Œuvres, éd. Feillet et Gourdault, t. IV, p. 502 (tire-laisse)
  18. Je connaissais le parlement pour un corps qui pousserait tout sans mesure.
    Mém. t. I, liv. II, p. 23, dans POUGENS (pousser)
  19. Je répondis civilement aux oublieux (on appelait ainsi ces messieurs, parce qu'ils allaient d'ordinaire entre huit et neuf heures dans les maisons où ils négociaient quelque chose et ils négociaient toujours)…
    III, 74 (oublieur)
  20. J'aperçus en ce temps-là que les grands noms, quoique peu remplis et même vides, sont toujours dangereux.
    Mém. livre III, t. II, p. 216, dans POUGENS (nom)