Guillaume Thomas, abbé RAYNAL, auteur cité dans le Littré

RAYNAL (1713-1796)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RAYNAL a été choisie.

1207 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire philosophique et politiques des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes 1770 1150 citations

Quelques citations de Guillaume Thomas, abbé RAYNAL

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1207 citations dans le Littré.

  1. Son tronc [du mancenillier] d'un bois serré, pesant, veiné, propre aux ouvrages de menuiserie.
    Hist. phil. XII, 5 (veiné, ée)
  2. L'air de ce séjour [le Cap] est si pur qu'on le regarde comme un remède souverain pour la plupart des maladies apportées d'Europe et qu'il n'est pas sans utilité pour les maladies contractées aux Indes.
    Hist. phil. II, 18 (contracté, ée [1])
  3. C'était un fou noir et dangereux.
    Hist. phil. IV, 23 (noir, oire)
  4. Il entre rarement dans leur caractère de prévoir l'avenir.
    Hist. phil. XI, 22 (entrer)
  5. L'âme, sans expérience avant l'âge de la réflexion, reçoit avec une égale docilité le vrai et le faux en matière d'opinion.
    Hist. phil. IX, 28 (vrai, aie [1])
  6. La pâte elle-même est communément plus blanche, plus liée, plus grasse ; son grain plus fin, plus serré.
    Hist. phil. v, 27 (fin, fine [2])
  7. Je ne puis tuer mon esclave ; mais je puis faire couler son sang goutte à goutte sous le fouet d'un bourreau.
    Hist. phil. XI, 24 (goutte [1])
  8. Ces peuples s'estimaient sans mépriser les autres nations.
    Hist. phil. XVIII, 16 (estimer)
  9. Pour regagner les mers du nord, ils firent deux mille lieues contre le vent dans un canot.
    Hist. phil. X, 10 (contre)
  10. C'est alors que l'hypocrisie, toujours prête à surprendre les deux enfances de la vie humaine, réveille dans l'âme du prince les idées qu'elle y avait semées.
    Hist. phil. XV, 12 (enfance)
  11. Dans cette partie du nouveau monde, l'extraction de l'or n'est ni dangereuse ni fort pénible ; quelquefois il se trouve à la superficie du sol.
    Hist. phil. IX, 21 (extraction)
  12. L'un avait pour lui la faveur des peuples et l'usage immémorial de l'indivisibilité de l'empire.
    Hist. phil. VII, 5 (indivisibilité)
  13. Les Mogols n'avaient plus rien de ces mœurs fortes qu'ils avaient apportées de leurs montagnes.
    Hist. phil. IV, 21 (fort, orte)
  14. Faire sortir l'ordre du désordre même.
    Hist. phil. VII, 7 (sortir [1])
  15. Le spectacle inespéré de tant d'avantages fit regarder Law comme un génie juste, étendu, élevé, qui dédaignait la fortune, qui aimait la gloire, qui voulait aller à la postérité par de grandes choses.
    Hist. phil. IV, 18 (juste [1])
  16. La crainte [chez les brames] de nuire à leur prochain, c'est-à-dire à tous les animaux, à tous los hommes, les occupe continuellement.
    Hist. phil. V, 34 (prochain, aine)
  17. Ses ennemis lui reprochèrent une passion démesurée pour les richesses.
    Hist. phil. IV, 20 (démesuré, ée)
  18. Cet inconvénient tourna les yeux du ministère de Versailles vers l'île de Cerné [Ile de France], où les Portugais, suivant leur méthode, avaient jeté quelques quadrupèdes et des volailles.
    Hist. phil. IV, 20 (tourner)
  19. Ils perfectionnèrent, ils illustrèrent la marine anglaise.
    Hist. phil. XIX, 5 (illustrer)
  20. Tout ce qu'elle [une ville] peut consommer de marchandises étrangères y entretient un mouvement rapide, et y a successivement élevé des fortunes fort considérables.
    Hist. phil. XVIII, 17 (mouvement)