Jean de ROTROU, auteur cité dans le Littré

ROTROU (1609-1650)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ROTROU a été choisie.

1123 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Antigone 1638 265 citations
Bélisaire 1642 303 citations
Hercules mourant 1634 106 citations
Venceslas 1647 245 citations
Véritable Saint Genest 1646 176 citations

Quelques citations de Jean de ROTROU

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1123 citations dans le Littré.

  1. Que jugez-vous que je doive faire ? Tant que j'ai pu juger qu'elle [ma vie] vous était chère…
    Bélis. II, 4 (juger)
  2. Pour ne pas souffrir qu'il me soit reproché Qu'un soldat indigent m'ait sans fruit approché.
    Bélis. I, 2 (fruit [1])
  3. S'il vous souvient encor du combat où les Perses Eurent sitôt rompu les escadrons romains.
    Bélis. V, 5 (rompre)
  4. Christ, qui fut homme et Dieu, naquit dans une étable.
    St Genest, II, 8 (étable [1])
  5. César m'a commandé de me saisir de vous.
    Bélis. V, 4 (saisir)
  6. Oui, du degré de l'âge il faut porter la peine.
    Vencesl. I, 2 (degré)
  7. Le combat où les Perses, En lieu plus favorable enfin venus aux mains, Eurent sitôt rompu les escadrons romains.
    Bélis. V, 5 (main)
  8. Remplis, pour commencer, l'une de ces requêtes.
    Bélis. II, 6 (requête [1])
  9. Esprits oisifs, que le vice possède.
    Vencesl. I, 1 (vice [1])
  10. Régnez ; après l'État j'ai droit de vous élire.
    Vencesl. V, 9 (élire)
  11. Le trait empoisonné que ses yeux m'ont lancé.
    Vencesl. IV, 2 (empoisonné, ée)
  12. La douleur extrême Que le fer imprimait en un endroit si pur [l'œil].
    Bélis. V, 8 (imprimer)
  13. L'horrible cri d'une troupe d'orfraies, D'infaillibles malheurs messagères trop vraies.
    Antig. V, 5 (messager, ère)
  14. Il me fera raison de cette indignité.
    Vencesl. I, 1 (indignité)
  15. L'orgueil à toutes deux a troublé la raison, Et leur extravagance est sans comparaison.
    Antig. IV, 4 (comparaison)
  16. Quand vous l'avez banni, le ciel l'a retiré.
    Bélis. V, 8 (retirer)
  17. Le songe est un tableau des passions humaines, Un confident peu sûr, un parleur indiscret.
    Bélisaire, III, 4 (sûr, ûre)
  18. Et puis, qu'est un palais, qu'une maison pompeuse Qu'à notre ambition bâtit cette trompeuse [la Fortune] ?
    Vencesl. II, 1 (trompeur, euse)
  19. De quelque étroit respect qu'un amour soit contraint, N'osant pas demander, pour le moins il se plaint.
    Bélis. IV, 2 (étroit, oite)
  20. Un nombre de corbeaux aussi funeste qu'elles A quelque temps après redoublé mon effroi.
    Antig. V, 5 (nombre)