Pierre de RONSARD, auteur cité dans le Littré

RONSARD (1524-1585)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme RONSARD a été choisie.

1246 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les Amours et les Folastries 1553 1148 citations

Quelques citations de Pierre de RONSARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1246 citations dans le Littré.

  1. [Ils ont] Embroché l'autre [partie] et cuite peu à peu De tous costés à la chaleur du feu, L'ont desbrochée, en des paniers l'ont mise…
  2. J'ai couru mon flambeau sans me donner esmoy, Le baillant à quelqu'un s'il recourt après moy.
  3. Ainsi l'amour tardive est de longue durée.
    239 (durée)
  4. … à sçavoir conseiller ta face à ton mirouer.
  5. Voyez au mois de may sur l'espine la rose ; Au matin un bouton, à vespre elle est esclose ; Sur le soir elle meurt.
    657 (bouton)
  6. Prit un collet ouvert à rare voye, Entre-broché de fils d'or et de soie, Rare, subtil, à replis bien tissus.
    638 (voie)
  7. Oiseau leger qui vole d'heure en heure, Sans foy, sans loy, sans arrest ny demeure.
    705 (arrêt)
  8. [Il] Flatte son cœur felon et tempere son ire.
    Élég. 19 (tempérer)
  9. Ny des zephirs les gorgettes descloses.
  10. Preste moy ton oreille exorable et benine.
  11. Toutesfois je ne voy par quel chemin je sorte, Tant la mort me rempestre au labyrinth d'amour.
    198 (voir)
  12. Jour et nuit ils te nuisent [le soin et l'envie], Et sur ton cœur aiguisent L'aiguillon qui te poind.
  13. Non ce flambeau qui tout le monde allume D'un bluetter qui lentement se fond…
  14. L'un court après tout ireux ; L'autre defend sa despouille…
  15. [Il] Les scia d'un fer bien denté, Les transformant en une hune, En mast, en tillac, en carreaux.
  16. Invaincu commander à chacune personne.
    Élég. 8 (invaincu, ue)
  17. [Les matelots] D'un cry naval, hors du rivage proche, Demarent l'anchre à la machoire croche.
  18. … Comme une rose pourprine.
  19. Il y a autant de difference entre un poete et un versificateur qu'entre un bidet et un genereux coursier de Naples.
  20. Les uns ayans pitié des hommes et des naux [nefs], S'assisent sur les masts, comme deux feux jumeaux.