Charles-Augustin SAINTE-BEUVE, auteur cité dans le Littré

SAINTE-BEUVE (1804-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme SAINTE-BEUVE a été choisie.

149 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Port-Royal 1840-1859 53 citations

Quelques citations de Charles-Augustin SAINTE-BEUVE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 149 citations dans le Littré.

  1. Et mord à belles dents à même du prochain.
    Nouveaux lundis, t. I, p. 65, L. Veuillot (même)
  2. L'esprit des Arnauld… irréductible dans ses points d'arrêt et irramenable.
    Port-Royal, t. IV, p. 145, 3<sup>e</sup> éd. (irramenable)
  3. Un jour que je le rencontrais ainsi dans une de ces cours de l'Institut que les profanes traversent irrévérencieusement pour raccourcir leur chemin.
    Portraits, Charles Nodier. (profane)
  4. C'est judicieusement déduit et nombreusement pesé.
    Port-Royal, t. II, p. 521, 3<sup>e</sup> édit. (nombreusement)
  5. Il passait de longs temps à considérer l'horizon, à se tenir sous les arbres.
    Causeries, 9 février 1856 (temps)
  6. Les défauts par saillie et comme qui dirait les outrances de Corneille.
    Port-Royal, t. I, p. 241, 3<sup>e</sup> éd. (outrance)
  7. À la fin du Congrès de Vérone, de cette publication indiscrète où l'auteur [Chateaubriand] mêle ensemble dans le plus étrange amalgame ultracisme et républicanisme.
    Chateaubriand et son groupe littéraire, t. II, 21<sup>e</sup> et dernière leçon, en note (ultracisme)
  8. Ces vieilles gens sont incorrigibles et harcelants.
    dans Rev. des Deux-Mondes, 1er janv. 1875, p. 144 (harcelant, ante)
  9. Le rossolis du roi [Louis XIV], breuvage composé d'eau-de-vie faite avec du vin d'Espagne, dans laquelle on faisait infuser des semences d'anis, de fenouil, d'anet, de chervis, de carotte et de coriandre, à quoi l'on ajoutait du sucre candi, dissous dans l'eau de camomille et cuit en consistance de sirop.
    Nouveaux lundis, t. II, Journal de la santé de Louis XIV. (rossolis)
  10. L'épigramme, pour les anciens, était une petite pièce qui ne passait guère huit ou dix vers, d'ordinaire en vers hexamètres et pentamètres ; c'était une inscription soit tumulaire, soit triomphale, soit votive ou descriptive ; une peinture pastorale trop courte pour faire une idylle, une déclaration ou une plainte amoureuse trop peu développée pour faire une élégie ; la raillerie y a aussi sa part, mais une part restreinte, tandis que, dans les épigrammes modernes, elle est presque tout, et que c'est toujours le trait et la pointe finale à quoi l'on vise.
    Constitutionnel, 4 janv. 1864 (épigramme)
  11. Filet d'eau du désert que boit le sable aride.
    Épît. à Lamartine (filet)
  12. Dans la description du coucher du soleil [Voyage à l'île de France, de Bernardin de Saint-Pierre], il est question des vents alizés qui le soir calmissent un peu, et des vapeurs légères propres à réfranger les rayons ; deux mots que le dictionnaire de l'Académie n'a pas adoptés encore.
    Portraits litt. t. II (art. B. de St-Pierre). (réfranger)
  13. La lie un peu scarronesque où Molière trempa au début.
    Portraits littér. t. II (art. Molière). (scarronesque)
  14. Une tête théologique, coordonnante et concertante.
    Port-Royal, t. IV, p. 435, 3<sup>e</sup> édit. (coordonnant, ante)
  15. Mlle Gaussin y avait souvent triomphé [dans Bérénice] à l'aide d'une mélodie perpétuelle et de cette musique, de ces larmes dans la voix, dont l'expression a d'abord été trouvée pour elle par La Harpe lui-même.
    Rev. des Deux-Mondes, 15 janv. 1844, p. 362 (voix)
  16. On y verra [dans des articles sur Hernani] le vrai degré de chaleur des esprits ; rien ne rend mieux le surcroît et le tumulte de sentiment qu'éprouvait sincèrement alors toute une jeunesse espérante et enthousiaste.
    Revue des Deux-Mondes, 15 mai 1863, p. 308 (espérant, ante)
  17. On assiste chez Jansenius au commencement de cette longue et irrassasiable étude qui lui fit, comme il l'assurait, lire dix fois tout Saint-Augustin.
    Port-Royal, t. I, p. 293, 3<sup>e</sup> éd. (irrassasiable)
  18. Ils Iles capucins et les jésuites] appelaient ces messieurs sabotiers, prétendant qu'ils faisaient des sabots et des souliers.
    Port-Royal, 3<sup>e</sup> éd. t. I, p. 500 (sabotier)
  19. Une paix recommençante.
    Port-Royal, t. I, p. 495, 3<sup>e</sup> éd. (recommençant, ante)
  20. Elle [Salammbo] n'est qu'à demi prêtresse, ou plutôt elle n'est que dévote, et comme qui dirait, ayant le petit voile.
    Nouv. lundis, t. IV (Salammbo, par M. Flaubert, I). (voile [1])