Charles-Augustin SAINTE-BEUVE, auteur cité dans le Littré

SAINTE-BEUVE (1804-1869)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme SAINTE-BEUVE a été choisie.

149 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Port-Royal 1840-1859 53 citations

Quelques citations de Charles-Augustin SAINTE-BEUVE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 149 citations dans le Littré.

  1. Tout ce qui avait un air de conversation leur semblait grossier, vulgaire [aux habitués de l'hôtel de Rambouillet] ; c'était une résolution et une gageure d'être distingué, comme on aurait dit soixante ans plus tard, d'être supérieur, comme on dirait aujourd'hui : on disait alors précieux.
    Mme de Longueville, dans la Bruyère et la Rochefoucauld ; Mme de la Fayette et Mme de Longueville, 1 vol. Paris, 1842, p. 172 (précieux, euse)
  2. On assiste chez Jansenius au commencement de cette longue et irrassasiable étude qui lui fit, comme il l'assurait, lire dix fois tout Saint-Augustin.
    Port-Royal, t. I, p. 293, 3<sup>e</sup> éd. (irrassasiable)
  3. …On entre à la guinguette ; On sort du cabaret ; l'invalide en goguette Chevrote un gai refrain.
    Poésies, les Rayons jaunes. (goguettes)
  4. Qu'on dise : il [Ronsard] osa trop, mais l'audace était belle ; Il lassa, sans la vaincre, une langue rebelle ; Et de moins grands, depuis, eurent plus de bonheur.
    Poésies, à Ronsard. (langue)
  5. Le caractère incomplet de ce jeune homme, qui ne régna que onze mois et qui avait quelques parties royales, est fort bien rendu ou du moins très vraisemblablement par l'historien.
    Causeries, 7 févr. 1853 (partie [1])
  6. L'expression est de Michaud l'académicien, très bon journaliste, mais qui aussi, comme tel, savait employer au besoin contre l'adversaire l'arme de la calomnie ; il appliqua un jour ce mot de chat-en-jambes, précisément à propos de l'accusation forgée par lui et par les autres écrivains royalistes sous le Directoire contre Marie-Joseph : Ah ! disait-il en souriant et s'applaudissant, nous lui avions lâché là un fameux chat-en-jambes.
    ib. en note. (chat-en-jambes)
  7. Jamais ruban soyeux fut-il plus flexueusement dévidé ?
    Portraits litt. t. II (art. Ch. Nodier). (flexueusement)
  8. Hardy, dans une de ses préfaces, se fâche contre les courtisans qui disaient pastorelle ou pastourelle ; car pastorelle, dit-il, est le féminin du bon vieux mot français pastoureau ; et il adopte la dénomination de pastorale, que réprouve, au contraire, avec beaucoup d'aigreur P. de Landunenson, Art poétique.
    Tableau de la poésie française au XVIe siècle, Paris, 1869, in-12, p. 238 (pastoral, ale)
  9. Vaugelas nous fait remarquer d'autres mots plus lents, qui ont eu une peine infinie à pénétrer dans la langue et qui y sont pourtant entrés à la longue : par exemple, le mot insidieux, tout latin et si expressif ; Malherbe l'avait risqué ; Vaugelas, qui en augure bien, avant de l'adopter toutefois, le voudrait voir employé par d'autres, et il n'ose le conseiller que moyennant des précautions et des préparations qui le fassent pardonner.
    Vaugelas, Constitut. 28 déc. 1863 (insidieux, euse)
  10. Ce serait une assez neuve et utile manière de caractériser Lamartine, et de renouveler l'étude tant de fois faite de sa poésie, que de la comparer d'un peu près avec ces deux grands lakistes (Wordsworth et Coleridge).
    Critiques, t. IV, éd. 1841, p. 34 (lakiste)
  11. L'attirail de la savanterie, comme elle [Mme de Verdelin] la nommait, l'effrayait autant que celui de la galanterie.
    Nouv. lundis, t. IX (Mme de Verdelin). (savanterie)
  12. Cet éclaircissement, qui ne va guère, j'en suis certain, au delà du Pascal des Pensées, qui ne lui surimpose rien…
    Port-Royal, t. III, p. 93, 3<sup>e</sup> éd. (surimposer)
  13. Humiliation confondante.
    Port-Royal, t. II, p. 236, 3<sup>e</sup> éd. (confondant, ante)
  14. Il [l'abbé de Pradt] avait gardé de la révolution quelque chose de déclassé, de reclassé et de mal renfroqué.
    Nouv. lundis (Souvenirs d'un diplomate par Bignon) (renfroquer)
  15. Les amis de Galiani et l'abbé lui-même avaient coutume de dire de son livre sur les blés : C'est moins un livre sur le commerce des blés qu'un ouvrage sur la science du gouvernement ; il faut savoir y lire le blanc et l'entre-deux des lignes.
    Art. sur Galiani. (ligne)
  16. Pascal… refait Euclide avec des barres et des ronds, se géométrisant, et géométrisant toutes les murailles et les planchers de la maison.
    Port-Royal, t. II, p. 457, 3<sup>e</sup> éd. (géométriser)
  17. L'Illustration de la langue française par Joachim du Bellay est comme le manifeste de cette insurrection soudaine.
    Poésie au XVIe siècle, éd. CHARPENTIER, p. 45 (manifeste [2])
  18. Poëte, romancier, préfacier, commentateur, biographe, le littérateur est volontiers à la fois amateur et nécessiteux, libre et commandé.
    Portraits litt. t. I (art. Ch. Nodier). (préfacier)
  19. La capacité principale et la qualité maîtresse du président était pour les négociations.
    Causeries, 15 mai 1854 (maîtresse)
  20. Heureux pourtant et favorisé jusqu'à la fin, puisqu'il lui fut donné [à Bernis] par ses derniers sacrifices, de pouvoir racheter et expier en quelque sorte les mollesses de ses débuts.
    Causeries, 11 avr. 1853 (mollesse)