Louis REYBAUD, auteur cité dans le Littré

REYBAUD (1799-1879)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme REYBAUD a été choisie.

84 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Jérôme Paturot à la recherche d'une position sociale 1846 75 citations

Quelques citations de Louis REYBAUD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 84 citations dans le Littré.

  1. Nous allons créer une classe d'affligés qui nous appartiendra, celle des inondés du Borysthène.
    Jérôme Paturot, II, 5 (inondé, ée)
  2. Personne ne donnait un avis qui valût le sien, soit pour l'ameublement, soit pour la toilette.
    Jér. Paturot, II, 17 (valoir)
  3. On vitupère les écrivains officiels ; on devrait plutôt les plaindre.
    Jér. Patur. I, 14 (vitupérer)
  4. Ils sont tous comme cela ces serins d'hommes : en public, roides comme des crins, dans le tête-à-tête, souples comme des gants.
    Jérôme Paturot, I, 2 (serin, ine)
  5. Celui-ci [un commissaire de la république] lançait à point nommé une proclamation où il prodiguait toutes les paillettes de son style.
    Jérôme Paturot, III, 2 (paillette)
  6. Mme Paturot cultiva une autre spécialité, comme on dit dans l'idiome industriel : elle perfectionna le maillot.
    Jérôme Paturot, II, 1 (spécialité)
  7. La palatine m'introduisit dans son boudoir, où tout respirait la séduction et la grâce.
    Jér. Paturot, II, 16 (séduction)
  8. Une révolution est un prisme dans lequel tout se décompose.
    Jér. Paturot, III, 2 (prisme)
  9. Monsieur, j'ai traversé une crise de ce genre, et je ne saurais vous faire l'énumération des couleuvres que l'on m'y prodigua.
    Jér. Paturot, I, 14 (couleuvre)
  10. Quand il s'agit de me donner un grade parmi les saint-simoniens.
    Jérôme Paturot, II (saint-simonien, ienne)
  11. Le peintre avait d'ailleurs des talents de société qui le rendaient populaire dans la compagnie [de la garde nationale] ; il cultivait la ventriloquie avec succès.
    Jér. Paturot, II, 2 (ventriloquie)
  12. Jérôme [le capitaine de cette compagnie] jurerait comme un sacripant, qu'il n'en aurait que plus d'empire sur les voltigeurs.
    Jér. Paturot. II, 2 (voltigeur)
  13. Maintenant, guerrier, ajouta Malvina, acceptez cette pipe, et culottez-la en mon honneur.
  14. Il faut à la richesse, pour naître et se développer, des conditions de longue et constante sécurité.
    Jér. Paturot, III, 14 (sécurité)
  15. Oui, monsieur, tel que vous me voyez, j'ai été une victime du sonnet, ce qui ne m'a pas empêché de donner dans la ballade, dans l'orientale, dans l'ïambe, dans la méditation, dans le poëme en prose et autres délassements modernes.
    Jérôme Paturot, I, 1 (oriental, ale)
  16. On annonçait [vers 1825] que le grand style, le vrai style, le suprême style allait naître, style à ciselures, style chatoyant et miroitant.
    Jér. Paturot, I, 1 (style)
  17. Je le retrouvais [un ennemi] sur ce terrain, me poursuivant de ses œillades furibondes et ourdissant contre moi des complots ténébreux.
    Jér. Pâturot, II, 7 (œillade [1])
  18. Il [le public à l'Opéra] ne soupçonne pas les stratagèmes, les illusions du maillot… c'est là le triomphe des coussins et de la garniture.
    Jér. Paturot, II, 1 (triomphe [1])
  19. Le monde parlementaire [les députés] se divise en deux classes, les hommes d'esprit et les simples… les hommes d'esprit, d'une part, ceux qui usent de leur position ; les simples, de l'autre, ceux qui n'en usent pas.
    Jérôme Paturot, II, § 20 (simple [1])
  20. En attendant, on s'en prenait à un pâté de venaison et à un pomard du meilleur caractère.
    Jérôme Paturot, III, 2 (pomard)