Charles ROLLIN, auteur cité dans le Littré

ROLLIN (1661-1741)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ROLLIN a été choisie.

1679 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire ancienne 1738 1391 citations
Traité des Études 227 citations

Quelques citations de Charles ROLLIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1679 citations dans le Littré.

  1. Joseph avait prié l'échanson de se souvenir de lui et d'obtenir du roi son élargissement.
    Traité des Ét. liv. V, part. 2<sup>e</sup>, ch. II, art. 1 (élargissement)
  2. Il est rare qu'on juge sainement de la vraie gloire et des devoirs essentiels de la royauté.
    Hist. anc. Préface (rare)
  3. Nicias s'était muni de harpons de fer pour les accrocher.
    Hist. anc. Œuv. t. XI, 2<sup>e</sup> part. p. 556, dans POUGENS. (harpon)
  4. Les pensées, à force d'être vraies, sont quelquefois triviales.
    Traité des Ét. III, 3 (trivial, ale)
  5. Le célèbre Origène enseigna la grammaire pour avoir de quoi subsister.
    Traité des Ét. VI, 2<sup>e</sup> part. ch. 4 (grammaire)
  6. Je suis né, disait-il, dans une ville fort petite ; et, pour l'empêcher de devenir encore plus petite, j'aime à m'y tenir.
    Hist. anc. XXV, ch. II, I, 2 (tenir)
  7. Il n'est point d'artisan qui n'ait recours à cet innocent artifice [chanter], et la plus légère chanson lui fait presque oublier toutes ses fatigues.
    Hist. anc. t. XI, 1re part. p. 211, dans POUGENS (fatigue)
  8. Cratès fleurissait à Thèbes vers la 113e olympiade et effaçait tous les autres cyniques de ce temps.
    Hist. anc. liv. XXVI, 1re part. ch. 2, art. 6 (cynique)
  9. L'ouvrage de Silius était demeuré enseveli depuis plusieurs siècles dans la poussière de la bibliothèque de Saint-Gall ; Pogge l'y trouva pendant le concile de Constance.
    Hist. anc. XXV, I, 2, § 3 (poussière)
  10. Platon raconte l'histoire de Gygès autrement qu'Hérodote : c'est lui qui nous apprend que Gygès portait une bague, dont la pierre le rendait invisible quand il la tournait de son côté.
    Hist. anc. Œuv. t. II, p. 109, dans POUGENS (invisible)
  11. Thrasybule, à qui les Thébains avaient fourni des armes et de l'argent lorsqu'il entreprit de rétablir la liberté à Athènes, appuya fortement leur demande.
    Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 274, dans POUGENS (fortement)
  12. Les éléphants, percés de coups et ayant la plupart perdu leurs conducteurs, ne gardaient plus l'ordre accoutumé, et, comme forcenés de douleur, ne distinguaient plus amis et ennemis.
    Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 507, dans POUGENS (forcené, ée)
  13. Ce fut lui [Cléon] qui le premier donna l'exemple de crier à pleine tête dans les assemblées, où jusque-là on avait gardé beaucoup de décence et de modération.
    Hist. anc. Œuv. t. III, p. 584, dans POUGENS (tête)
  14. Il [Aristarque] s'appliqua extrêmement à la critique, et il fit une révision des poésies d'Homère avec une exactitude incroyable, mais peut-être trop magistrale.
    Hist. anc. Œuv. t. XI, 2<sup>e</sup> part. p. 584 (révision)
  15. Dans le pancrace, non-seulement on avait droit d'employer toutes les secousses et toutes les ruses pratiquées dans la lutte, on pouvait encore emprunter le secours des poings et des pieds, même des dents et des ongles, pour vaincre son adversaire.
    Hist. anc. Œuvres, t. v, p. 72 (pancrace)
  16. On est étonné, quand on les voit seuls et sans armées, combien il y a de distance entre un général et un grand homme ; combien dans le particulier ils conservent de petitesses et de bas sentiments, combien ils sont dominés par la jalousie et gouvernés par l'intérêt.
    Hist. anc. Œuv. t. II, p. 297, dans POUGENS (général, ale)
  17. Quand on apprit à Athènes la manière dont les Phocéens avaient été traités, on comprit, mais trop tard, le tort qu'on avait eu de ne pas déférer aux conseils de Démosthène, et de s'être livré aveuglément aux vaines promesses d'un traître qui avait vendu sa patrie.
    Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 72, dans POUGENS (livrer)
  18. Atticus ne rougit point d'avouer qu'un matelot lui avait appris la véritable signification d'un terme de marine, qu'il avait longtemps ignorée et sur laquelle il s'était trompé.
    Traité des Ét. I, 3 (terme)
  19. Les ilotes, qui étaient une espèce d'esclaves, cultivaient leurs terres [des Lacédémoniens], et leur en rendaient un certain revenu.
    Traité des Ét. V, 3<sup>e</sup> part. ch. 2 (revenu [2])
  20. Tous les pavés de ces appartements étaient composés de petites pièces rapportées de différentes couleurs, où était représentée l'Iliade d'Homère.
    Hist. anc. Œuv. t. X, p. 35, dans POUGENS (rapporté, ée)