Charles ROLLIN, auteur cité dans le Littré

ROLLIN (1661-1741)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ROLLIN a été choisie.

1679 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire ancienne 1738 1391 citations
Traité des Études 227 citations

Quelques citations de Charles ROLLIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1679 citations dans le Littré.

  1. On dit qu'il [Scipion Émilien] ne put refuser des larmes à la malheureuse destinée de Carthage.
    Hist. anc. Œuv. t. I, p. 557, dans POUGENS (refuser)
  2. Le banquier ne laissa pas tomber cette parole, et lui demanda en riant si lui et son frère seraient d'humeur à gagner une grosse somme d'argent et à faire fortune.
    Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 501, dans POUGENS (tomber)
  3. Il [Gélon] se piquait surtout d'une sincérité, d'une vérité, d'une bonne foi à garder sa parole, qui était à l'épreuve de tout.
    ib. t. III, p. 451 (garder)
  4. [Lors de l'éruption du Vésuve] Pline se lève appuyé sur deux valets, et, dans le moment, tombe mort, suffoqué apparemment par l'odeur de la fumée.
    Hist. anc. t. XI, 2<sup>e</sup> part. p. 623, dans POUGENS (suffoqué, ée)
  5. Sa perfidie imprévue ne déconcerta point Phocion.
    Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 88, dans POUGENS (déconcerter)
  6. Bien instruit des moyens par lesquels un vieillard peut être gagné, il n'y eut point de caresses qu'il ne lui fît, point de marques d'estime et d'amitié qu'il ne lui donnât.
    Hist. anc. Œuv. t. II, p. 580, dans POUGENS (gagner)
  7. Qui de nous, à juger des mœurs anciennes par les nôtres, s'attendrait à voir rouler les propos de table parmi de grands guerriers, non-seulement sur des affaires de politique, mais sur des matières d'érudition ?
    Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 390, dans POUGENS (rouler)
  8. Phidias mérite, par bien des raisons, d'être mis à la tête des sculpteurs.
    Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 82 (tête)
  9. Les triérarques fournissaient à leurs frais et dépens les galères et tout ce qui servait à les équiper.
    Hist. anc. Œuv. t. V, p. 545, dans POUGENS (triérarque)
  10. On lui avait donné [au poëte Lucrèce] un philtre qui le fit tomber en fureur.
    Hist. anc. liv. XXV, I, II, 2 (philtre)
  11. C'est cette contradiction apparente [dans la conduite de Joseph, d'abord rude envers ses frères] qui doit nous avertir qu'il y a quelque mystère caché sous la surface d'une action qui sans cela pourrait choquer la raison.
    Traité des Ét. v, 2<sup>e</sup> part. II, I, 3 (surface)
  12. Érasistrate… ayant examiné avec soin et suivi de près tous les symptômes de la maladie du jeune prince.
    Hist. anc. Œuvr. t. VII, p. 335, dans POUGENS (symptôme)
  13. On appelait en général stade chez les Grecs l'endroit où les athlètes s'exerçaient entre eux à la course, et celui où ils combattaient sérieusement pour le prix.
    Hist. anc. Œuv. t. v, p. 76, dans POUGENS (stade)
  14. M. Porcius Caton, ce célèbre censeur connu par la sévérité de son caractère.
    Hist. anc. Œuvr. t. IX, p. 177, dans POUGENS (sévérité)
  15. Gellias, le plus riche des citoyens d'Agrigente, avait fait construire dans sa maison plusieurs grandes salles pour y recevoir et traiter ses hôtes.
    Hist. anc. Œuv. t. v, p. 163 (traiter)
  16. Les éléphants, percés de coups et ayant la plupart perdu leurs conducteurs, ne gardaient plus l'ordre accoutumé, et, comme forcenés de douleur, ne distinguaient plus amis et ennemis.
    Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 507, dans POUGENS (forcené, ée)
  17. On peut regarder la Théogonie d'Hésiode et les poëmes d'Homère comme les archives et les monuments les plus sûrs de la théologie des anciens et de l'opinion qu'ils avaient de leurs dieux.
    Hist. anc. Œuv. t. II, p. 600, dans POUGENS (théogonie)
  18. Elle ne gagna rien sur l'esprit de ces barbares.
    Hist. anc. Œuv. t. x, p. 60 (gagner)
  19. Les éphores condamnèrent à une amende leur roi Archidamus, parce qu'il avait épousé une femme fort petite ; car, disaient-ils, elle ne nous donnera pas des rois, mais des roitelets.
    Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 237 (roitelet)
  20. Le génie déclamateur et mordant de Juvénal.
    Hist. anc. liv. XXVe, ch. 1, art. 2, § 3 (mordant, ante [1])