Charles ROLLIN, auteur cité dans le Littré

ROLLIN (1661-1741)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ROLLIN a été choisie.

1681 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire ancienne 1738 1392 citations
Traité des Études 227 citations

Quelques citations de Charles ROLLIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1681 citations dans le Littré.

  1. C'est là presque l'unique moyen qui reste à la vérité d'approcher des princes et de leur montrer, sous des noms empruntés, leurs devoirs et leurs défauts.
    Hist. anc. Œuvres, t. VII, p. 305, dans LACURNE (emprunté, ée)
  2. La patience et la fermeté des jeunes Lacédémoniens éclataient surtout dans une fête qu'on célébrait en l'honneur de Diane surnommée Orthia, où les enfants, sous les yeux de leurs parents, et en présence de toute la ville, se laissaient fouetter jusqu'au sang sur l'autel de cette inhumaine déesse.
    Hist. anc. Œuv. t. II, p. 526, dans POUGENS (fouetter)
  3. Il [Crésus] consulta l'oracle pour savoir quelle serait la durée de son empire ; la réponse fut qu'il subsisterait, jusqu'à ce qu'on vît un mulet remplir le trône de Médie.
    ib. Œuv. t. II, p. 126, dans POUGENS (remplir)
  4. Si tu [Darius] veux nous [Scythes] forcer au combat, viens attaquer les tombeaux de nos pères, et tu sentiras qui nous sommes.
    Hist. anc. Œuv. t. III, p. 96, dans POUGENS (tombeau)
  5. À peu de distance suivaient ses enfants [de Persée mené en triomphe à Rome] avec leurs gouverneurs, leurs précepteurs et tous les officiers de leur maison, qui, fondant tous en larmes, tendaient leurs mains au peuple.
    Hist. anc Œuv. t. IX, p. 163, dans POUGENS (tendre [2])
  6. Près de mille barques chargées de vivres et de tout ce qui est nécessaire à une armée.
    Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 216, dans POUGENS (près)
  7. Les Athéniens ne pouvaient plus avoir de vivres qu'à la pointe de l'épée.
    Hist. anc. Œuv. t. III, p. 684, dans POUGENS (pointe)
  8. La paix fut faite à ces conditions : qu'on démolirait les fortifications du Pirée, avec la longue muraille qui joignait le port à la ville.
    Hist. anc. Œuvres, t. IV, p. 91, dans POUGENS (démolir)
  9. Il n'engageait que de légères escarmouches, et avec tant de précaution, que ses troupes y avaient toujours l'avantage.
    Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 423, dans POUGENS (escarmouche)
  10. Anaxagore… passait pour avoir attribué le premier les événements humains et le gouvernement du monde, non à une aveugle fortune ni à une fatale nécessité, mais à une intelligence supérieure qui réglait et conduisait tout avec sagesse.
    Traité des Ét. liv. V, 3<sup>e</sup> part. ch. 2 (intelligence)
  11. On dit que les Cappadociens s'accoutumaient dès l'enfance à résister aux tourments, et qu'ils se donnaient la question les uns aux autres, pour s'endurcir contre les peines à quoi leurs faux témoignages les pourraient un jour exposer.
    Hist. anc. Œuv. t. IX, p. 568, dans POUGENS (question)
  12. Il [Cléon] avait une sorte d'éloquence véhémente, impétueuse, emportée, qui entraînait les esprits moins par la force des raisons que par la hardiesse et la violence de son style et de sa déclamation.
    Hist. anc. Œuv. t. III, p. 584, dans POUGENS (véhément, ente)
  13. La passion dominante de Thémistocle était l'ambition et l'amour de la gloire, qui parut en lui dès ses plus tendres années.
    Hist. anc. Œuv. t. III, p. 134, dans POUGENS (tendre [1])
  14. Il [Artaxerce] en fit mourir un grand nombre dans des emportements de colère.
    Hist. anc. Œuvres, t. IV, p. 333, dans POUGENS (emportement)
  15. Déclamation est un mot connu dans Horace et encore plus dans Juvénal ; il ne le fut point à Rome avant Cicéron et Calvus ; on appelait ainsi des compositions par lesquelles on s'exerçait à l'éloquence.
    Hist. anc. Œuvres, t. XI, 2<sup>e</sup> part. p. 692, dans POUGENS. (déclamation)
  16. Aristote, dans le livre où il marque les avantages et les inconvénients du gouvernement de Carthage, ne la reprend point de n'avoir que des milices étrangères.
    Hist. anc. Œuv. t. I, p. 219, dans POUGENS (reprendre)
  17. Néoptolème l'avait flatté que, dès qu'il se montrerait, tous les Macédoniens du parti opposé se rangeraient sous ses drapeaux.
    Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 81, dans POUGENS (flatter)
  18. L'amour des subtilités et l'affectation des pointes dans le discours avaient pris, dès le temps de Tibère et de Caligula, a place du bon goût qui régnait sous Auguste.
    Hist. anc. XXV, I, II, 3 (pointe)
  19. Il [Gélon] se piquait surtout d'une sincérité, d'une vérité, d'une bonne foi à garder sa parole, qui était à l'épreuve de tout.
    ib. t. III, p. 451 (garder)
  20. Tout cela porte assez à croire que Tite Live exagère les pernicieux effets des délices de Capoue.
    Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 447, dans POUGENS (délice)