Charles ROLLIN, auteur cité dans le Littré

ROLLIN (1661-1741)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme ROLLIN a été choisie.

1679 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire ancienne 1738 1391 citations
Traité des Études 227 citations

Quelques citations de Charles ROLLIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1679 citations dans le Littré.

  1. Ceux-ci [les amphithéâtres] étant venus un jour à fondre tout à coup parce qu'ils étaient trop chargés, cet accident engagea les Athéniens, déjà fort entêtés, de spectacles, à élever ces théâtres superbes, qu'imita depuis avec tant d'éclat la magnificence romaine.
    Hist. anc. Œuv. t. V, p. 143, dans POUGENS (fondre)
  2. Polybe nous donne en peu de mots une idée fort nette de l'espace des lieux que devait traverser Annibal pour arriver en Italie.
    Hist. anc. Œuv. t. I, p. 383, dans POUGENS (net, ette,)
  3. La Cappadoce, généralement parlant, n'était rien moins qu'un pays de beaux esprits et de savants ; il en est sorti néanmoins quelques auteurs bien célèbres ; Strabon et Pausanias sont de ce nombre.
    Hist. anc. Œuv. t. IX, p. 568, dans POUGENS (sortir [1])
  4. Accoutumés à demeurer dans des maisons commodes, à vivre dans l'abondance et dans l'oisiveté, ils ne pouvaient plus souffrir la faim, la soif, les longues marches, les veilles, ni les autres travaux de la guerre.
    Hist. anc. Œuv. t. I, p. 445, dans POUGENS (souffrir)
  5. Il me semble que c'est condamner bien faiblement une fourberie et une perfidie aussi noires que celle-ci, dont le succès le plus heureux ne peut couvrir l'horreur et qui ne peuvent être assez détestées.
    Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 189, dans POUGENS (détesté, ée)
  6. C'est le sort ordinaire des choses humaines, quand elles sont parvenues à leur plus grande perfection, d'en déchoir bientôt et d'aller toujours après en dégénérant.
    Hist. anc. XXV, III, art. 2 (dégénérer)
  7. Le flatteur veut s'avancer et faire fortune ; le prince veut être loué et admiré parce qu'il est son premier flatteur, et qu'il porte dans son cœur un poison plus subtil et mieux préparé que celui qu'on lui présente.
    Hist. anc. Œuvres, t. II, p. 121, dans POUGENS (flatteur, euse)
  8. Dès que les vents furent tombés, Bomilcar prit le large pour mieux doubler le cap.
    Hist. anc. Œuv. t. x, p. 90, dans POUGENS (tomber)
  9. Afin d'attirer un grand nombre d'ouvriers et de matelots dans la ville, il leur fit accorder des immunités particulières.
    Hist. anc. œuvres, t. III, p. 288, dans POUGENS (immunité)
  10. Vitruve parle d'une espèce de pierres qui se trouvaient aux environs du lac de Volsène et en d'autres endroits d'Italie, lesquelles résistaient à la violence du feu et dont l'on faisait des moules pour jeter diverses sortes d'ouvrages.
    Hist. anc. t. XI, p. 77, dans POUGENS (moule [1])
  11. Former de tels plans, ce n'est point faire la guerre au jour la journée et comme au hasard, en attendant que les événements nous déterminent.
    Hist. anc. Œuv. t. XI, 2<sup>e</sup> part. p. 400, dans POUGENS. (jour)
  12. La veuve lui envoya dire sous main que, s'il voulait lui promettre de l'épouser quand il serait roi, elle ferait périr son fruit.
    Hist. anc. Œuv. t. II, p. 512, dans POUGENS (fruit [1])
  13. Les Partitions oratoires sont une très bonne rhétorique, donnée par divisions et subdivisions des matières (ce qui est la raison du titre), d'un style fort simple, mais clair, succinct et élégant.
    Hist. anc. t. XI, 2<sup>e</sup> part. p. 690, dans POUGENS (partition)
  14. Les États les plus sages et les mieux policés, comme Athènes et Rome, ont toujours été embarrassés à trouver un juste tempérament pour réprimer la dureté dans l'exaction du prêt et la mauvaise foi du débiteur qui refuse ou néglige de payer ses dettes.
    Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 65, dans LACURNE (exaction)
  15. Il avait pris la sage précaution d'envoyer à Larisse brûler tous ses papiers, afin que les Romains ne fussent point en état d'inquiéter aucun de ses amis.
    Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 276, dans POUGENS (inquiéter)
  16. Il avait amassé dans ses arsenaux des armes pour équiper trois armées aussi grosses que celle qu'il avait actuellement.
    Hist. anc. Œuv. t. IX, p. 13, dans POUGENS (gros, osse)
  17. Rien ne se dit impunément devant les enfants.
    Traité des Ét. t. I, Disc. prélim. p. xxvj, dans POUGENS. (impunément)
  18. Gassendi regarde ce sentiment [qu'il y a plusieurs mondes] comme opposé non-seulement à l'autorité des Écritures saintes qui ne font aucune mention de la pluralité des mondes, et qui paraissent n'en supposer qu'un seul, mais encore…
    Hist. anc. XXVI, III, II, 2 (pluralité)
  19. Comme la faction d'Annibal était alors la plus puissante, on n'eut aucun égard aux remontrances d'Hannon.
    Hist. anc. Œuvres, t. I. p. 443, dans POUGENS (faction)
  20. Ses dernières années ne soutinrent pas parfaitement la réputation qu'il s'était acquise.
    Hist. anc. Œuv. t. V, p. 471, dans POUGENS (soutenir)