Louis-Benoît PICARD, auteur cité dans le Littré

PICARD (1769-1828)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme PICARD a été choisie.

260 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Duhautcours 1801 18 citations
L'alcade de Molorido 16 citations
La manie de briller 1806 19 citations
La Petite ville 1801 20 citations
La vieille tante 1811 11 citations
L'entrée dans le monde 1799 12 citations
Les deux Philibert 1816 24 citations
Les Marionnettes 1806 11 citations
Les provinciaux à Paris 1802 24 citations
Les trois quartiers 1827 10 citations
Le vieux comédien 1803 7 citations
Le voyage interrompu 1798 8 citations
M. Musard 1803 10 citations

Quelques citations de Louis-Benoît PICARD

Voici un tirage aléatoire parmi ses 260 citations dans le Littré.

  1. Je l'aimais aussi moi, madame, et j'en pleurerais, je crois, si je ne me retenais.
    Ricochets, I, 15 (retenir)
  2. On a bien raison de dire : quand l'orgueil arrive, la pauvreté n'est pas loin.
    Manie de briller, III, 18 (orgueil)
  3. Je demeure au Marais, chez d'honnêtes gens, dans un réduit bien simple, bien modeste.
    Provinc. à Paris, I, 9 (réduit [2])
  4. Un faraud de Moulins qui vient prendre possession d'une femme, cela se reconnaît d'une lieue.
    Voyage interrompu, I, 7 (faraud)
  5. Vous ne vous formez pas du tout, en vérité ; j'en suis fâché pour vous, mais vous n'entendrez jamais rien au commerce.
    Duhautcours, I, 7 (former)
  6. Attendez donc, et mon parafe donc ? diable, c'est important ; je suis peut-être le seul négociant dont on ne puisse contrefaire la signature.
    M. Musard, sc. 34 (parafe ou paraphe)
  7. Tu crois que ta fête sera bien ? - Charmante ; c'eût été un meurtre d'y renoncer.
    Duhautcours, I, 10 (meurtre)
  8. Des chevaux, des valets, une bonne cave ! comme je ferais sauter tout cela !
    les Deux Philiberts, II, 11 (sauter)
  9. Non, laissez-moi, je m'en veux de vous avoir écouté si longtemps.
    Collatéral, v, 2 (vouloir [1])
  10. Vos prénoms, s'il vous plaît ? ne les sachant pas, je les ai laissés en blanc.
    M. Musard, sc. 31 (prénom)
  11. Voyageurs à dévaliser, tendrons à croquer, tout leur est bon.
    Conteur, I, 8 (tendron)
  12. Pour une femme qui, pendant vingt ans de sa vie, a fait les amoureuses et les ingénuités, c'est avoir l'humeur bien revêche et bien acariâtre.
    Vieux comédien, sc. 1 (ingénuité)
  13. N'est-ce pas leur rendre service à elles-mêmes que de les troubler dans leurs prétentions ?
    Filles à marier, II, 1 (troubler)
  14. Ma canne, mon chapeau, mon parapluie ; le temps n'est pas sûr.
    M. Musard, sc. 18 (sûr, ûre)
  15. Je flotte, je balance entre trois femmes charmantes ; loin de m'être déjà déclaré, je ne suis pas encore fixé moi-même.
    Capit. Belronde, I, 4 (flotter)
  16. Ah ! oui, j'ai bien le temps de m'arrêter, avec le monde que nous avons.
    Collatéral, IV, 4 (monde [1])
  17. Cette demoiselle si bien faite est une jeune personne que j'ai vue cet automne à ma garnison.
    Alcade de Molor. III, 6 (garnison)
  18. Pauvre garçon, s'enflammer de si loin quand on a la vue basse.
    Petite ville, II, 3 (vue)
  19. …Les goûts purs, innocents, Jusque dans leur hiver suivent les bonnes gens.
    Amis de collége, II, 2 (hiver)
  20. Je l'aurais fait sauter par la fenêtre du juge de paix, s'il avait raisonné.
    la Petite ville, I, 9 (fenêtre)