Nicolas POUSSIN, auteur cité dans le Littré

POUSSIN (1594-1665)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme POUSSIN a été choisie.

peintre influent dont la correspondance a été édité pour la première fois en 1824 avec grand succès.

56 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Collection de lettres de Nicolas Poussin 1824 54 citations

Quelques citations de Nicolas POUSSIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 56 citations dans le Littré.

  1. Je ne doute pas que le vulgaire des peintres ne dise que l'on change de manière, si tant soit peu l'on sort du ton ordinaire ; car la pauvre peinture est réduite à l'estampe.
    Lett. 7 avril 1647 (estampe)
  2. Sa Majesté l'a choisi [Poussin] et retenu pour son premier peintre ordinaire, et, en cette qualité, lui a donné la direction générale de tous les ouvrages de peinture et d'ornement qu'elle fera ci-après pour l'embellissement de ses maisons royales.
    Lett. p. 31 (peintre)
  3. Vous verrez bientôt à Paris un de vos affectionnés qui va quitter cette ville ; il est de ces hérétiques qui croient que votre serviteur Poussin a, dans la peinture, quelque talent qui n'est pas commun.
    Lett. 3 juin 1647 (hérétique)
  4. M. Delisle aura, je m'assure, été échaudé dans l'achat qu'il a fait trop précipitamment de quelques tableaux ; j'en ai subodoré quelque chose.
    Lett. 22 juin 1648 (subodorer)
  5. Je vous aurais envoyé, par l'ordinaire passé, les gants de frangipane que vous désirez.
    Lett. 7 oct. 1646 (frangipane)
  6. Cet hiver, je travaillerai à la composition du sujet de saint Paul ; et, comme dit le proverbe italien, avec le temps et la paille se mûriront les nèfles.
    Lett. 8 oct. 1649 (nèfle)
  7. Vous dites que la promesse que je vous ai faite n'est point de celles dont on peut attendre les effets avec modération ; mais encore ne faut-il vouloir que ce qui se peut faire ; on ne peint point à tire-d'aile.
    Lettres, 8 oct. 1649 (tire-d'aile)
  8. Si vous vous souvenez de la première lettre que je vous écrivis touchant le mouvement des figures que je vous promettais d'y faire, et que tout ensemble vous considériez ce tableau, je crois que facilement vous reconnaîtrez quelles sont celles qui languissent, qui admirent, celles qui ont pitié…
    Lett. 28 avril 1639 (mouvement)
  9. Vous avez généreusement souffert d'autres atteintes que celles-ci.
    Lett. 3 nov. 1647 (généreusement)
  10. Les remèdes que l'on applique n'ont point assez de puissance pour enlever le mal : que sert-il de tailler le doigt si le bras est pourri ?
    Lett. 16 août 1648 (pourri, ie)
  11. M. de Thou désirait que je lui fisse un trépassement du Christ, et me le paierait très bien.
    Lett. 14 mai 1644 (trépassement)
  12. J'ai lu l'épître liminaire de M. de Chambrai, laquelle m'a fait un plaisir tout particulier en me remettant comme devant les yeux l'excellence de la vertu de feu Monseigneur, qui ne se peut assez exalter.
    Lett. 29 août 1650 (liminaire)
  13. Le papier me manquerait, si je voulais dire tout ce que j'ai découvert depuis qu'il est parti d'ici ; vous pouvez bien, sans scrupule, le traiter comme un homme fallacieux.
    Lett. 3 nov. 1647 (fallacieux, euse)
  14. Il ne faut point s'imaginer que je n'aie été en grandissime doute de ce que je dois répondre.
    Lett. 15 janv. 1638 (grandissime)
  15. Son procédé et ses menteries ne sont pas racontables.
    Lett. 25 août 1643 (racontable)
  16. C'est cette ignorance grossière qui fait que tous les édifices conduits avec si peu de science et de jugement semblent pâtir, s'abaisser et tomber sous le faix, au lieu d'être égayés, sveltes et légers, et de paraître se porter facilement, comme la nature et la raison enseignent à les faire.
    Lettres, p. 93 (svelte)
  17. Il n'est plus temps d'illuminer les aveugles ; le Christ en fut mal voulu.
    Lett. 3 juin 1647 (voulu, ue)
  18. Pour ce qui touche les ornements des entre-pilastres, il me semble qu'étant cannelés et riches d'eux-mêmes [les pilastres], il se faut bien garder de gâter leur beauté par la confusion des ornements.
    Lett. à Chantelou, 21 sep. 1642 (entre-pilastre)
  19. Lorsqu'il [Virgile] chante un fait d'armes ou décrit une tempête, le rhythme précipité, les sons retentissants de ses vers peignent admirablement une scène de fureur, de tumulte ou d'épouvante.
    Lett. 24 nov. 1647 (rhythme)
  20. Je travaille gaillardement à l'Extrême onction, qui est en vérité un sujet digne d'un Apelle, car il se plaisait fort à représenter des mourants.
    Lett. 25 avril 1644 (gaillardement)