Nicolas POUSSIN, auteur cité dans le Littré

POUSSIN (1594-1665)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme POUSSIN a été choisie.

peintre influent dont la correspondance a été édité pour la première fois en 1824 avec grand succès.

56 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Collection de lettres de Nicolas Poussin 1824 54 citations

Quelques citations de Nicolas POUSSIN

Voici un tirage aléatoire parmi ses 56 citations dans le Littré.

  1. Le simple aspect est une opération naturelle ; et ce que je nomme prospect est un office de raison qui dépend de trois choses : de l'œil, du rayon visuel et de la distance de l'œil à l'objet.
    Lettres, p. 91 (prospect)
  2. Je travaille gaillardement à l'Extrême onction, qui est en vérité un sujet digne d'un Apelle, car il se plaisait fort à représenter des mourants.
    Lett. 25 avril 1644 (gaillardement)
  3. Le temps, seul médecin de telles maladies [les douleurs morales], vous les a rendues supportables.
    Lett. 3 nov. 1647 (médecin)
  4. J'écrirai à monseigneur de Noyers, pour toucher un peu de quibus pour mon voyage.
    Lett. 19 févr. 1639 (quibus)
  5. Son procédé et ses menteries ne sont pas racontables.
    Lett. 25 août 1643 (racontable)
  6. Les stucateurs se vantent, avec l'aide de trois ou quatre autres, de la rendre [la grande galerie du Louvre] faite d'un bout à l'autre en cinq ou six ans.
    Lett. 29 juin 1641 (stucateur)
  7. Le tout est diligemment encaissé, lié et garrotté de bonnes cordes.
    Lett. 20 fév. 1644 (garrotté, ée [1])
  8. J'espère que votre bénignité trouvera aussi agréables mes tacites images [dessins au frontispice de Virgile], comme lui sont les facondes louanges de qui les sait faire.
    Lett. 10 avril 1641 (tacite)
  9. Toutes ces choses m'ont passé et me passent tous les jours par l'entendement, avec un million d'autres plus peinantes.
    Lett. 17 août 1639 (peinant, ante)
  10. Il n'est plus temps d'illuminer les aveugles ; le Christ en fut mal voulu.
    Lett. 3 juin 1647 (voulu, ue)
  11. La seconde [un buste] est une belle tête de femme, de bonne et grande manière, qui regarde vers le ciel.
    Lett. 29 juill. 1645 (manière)
  12. Sa Majesté l'a choisi [Poussin] et retenu pour son premier peintre ordinaire, et, en cette qualité, lui a donné la direction générale de tous les ouvrages de peinture et d'ornement qu'elle fera ci-après pour l'embellissement de ses maisons royales.
    Lett. p. 31 (peintre)
  13. Imitation faite avec lignes et couleurs, sur une superficie plane, de tout ce qui se voit sous le soleil ; sa fin est la délectation,
    Lett. 7 mars 1665 (peinture)
  14. Je ne doute pas que le vulgaire des peintres ne dise que l'on change de manière, si tant soit peu l'on sort du ton ordinaire ; car la pauvre peinture est réduite à l'estampe.
    Lett. 7 avril 1647 (estampe)
  15. Souvent j'ai été le but où la médisance a tiré, et non pas seulement la répréhension.
    Lett. 7 avr. 1647 (répréhension)
  16. Il ne faut point s'imaginer que je n'aie été en grandissime doute de ce que je dois répondre.
    Lett. 15 janv. 1638 (grandissime)
  17. Vous avez généreusement souffert d'autres atteintes que celles-ci.
    Lett. 3 nov. 1647 (généreusement)
  18. Ces dernières parties [le jugement, la grâce, etc.] sont du peintre, et ne se peuvent enseigner ; c'est le rameau d'or de Virgile, que nul ne peut trouver ni recueillir, s'il n'est conduit par le destin.
    Lett. 7 mars 1665 (rameau)
  19. M. Delisle aura, je m'assure, été échaudé dans l'achat qu'il a fait trop précipitamment de quelques tableaux ; j'en ai subodoré quelque chose.
    Lett. 22 juin 1648 (subodorer)
  20. Il [un tableau] doit être colloqué fort peu au-dessus de l'œil et plutôt au-dessous.
    Lett. 28 avril 1639 (œil)