« manière », définition dans le dictionnaire Littré

manière

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

manière

(ma-niè-r') s. f.
  • 1Façon d'être, façon d'agir, procédé. Dites-moi seulement que vous ne m'aimez plus, Ces deux mots suffiront pour réduire en poussière… - Va, quand il me plaira, j'en sais bien la manière, Corneille, Tois. d'or, II, 2. …Or çà je t'apprendrai Les mots, la guise et toute la manière Par où jument bien faite et poulinière Auras de jour, belle femme la nuit, La Fontaine, Jument. N'admirez-vous point comme on change et de quelle manière les choses entrent différemment dans la tête, Sévigné, 413. C'est une plaisante étude que celle des manières différentes de chacun, Sévigné, 8 nov. 1680. J'admire la manière de vos dames [en Provence] pour la communion ; elle est extraordinaire ; pour moi, je ne pourrais m'y accoutumer, Sévigné, 8 avr, 1671. J'aurai soin de vous envoyer des reliures de ma manière, Bossuet, Lett. abb. 11. Nous pouvons regarder le temps de deux manières différentes, Bossuet, Yolande de Monterby. Voilà le sexe peint d'une noble manière ! Boileau, Sat. X. La Seine… Voit du sein de ses eaux vingt îles s'élever, Qui, partageant son cours en diverses manières, D'une rivière seule y forment vingt rivières, Boileau, Ép. VI. …Des livres dont le titre promettait la véritable manière de fortifier selon M. de Vauban ; mais il a toujours dit et il a fait voir par sa pratique qu'il n'avait point de manière, Fontenelle, Vauban. J'entends par libres, soumis uniquement aux lois ; c'est la seule manière de l'être, Voltaire, Suppl. Siècle de Louis XIV, 2e part. On a remarqué que, depuis 1494 jusqu'en 1598, la ville de Gênes a été gouvernée de plus de douze manières différentes, Duclos, Hist. Louis XI, Œuvres, t. V, p. 77. dans POUGENS. Vous voyez un malheureux réduit au désespoir, n'attendant plus que la manière de sa dernière heure, Rousseau, Lett. au général Conway, Douvres, 1767.

    La manière dont…, la manière selon laquelle. Vous comprenez bien, ma belle, que de la manière dont vous m'écrivez, il faut bien que je pleure en lisant vos lettres, Sévigné, 18 févr. 1671. Le maréchal de Créqui est dans Trèves ; si quelque balle a la commission de le tuer, je crois qu'elle le trouvera aisément, de la manière enragée dont on dit qu'il s'expose, Sévigné, 27 août 1675. Elle [Mme de Grignan] vous supplie [vous Bussy] …de continuer [à l'aimer] ; elle le mérite par la manière dont elle est pour vous, Sévigné, à Bussy, 17 juin 1687. Les trois manières dont l'âme aperçoit, savoir par les sens, par l'imagination et par l'esprit, ne la touchent pas toutes également, Malebranche, Rech. vér. I, 18. La manière dont on se récrie sur quelques-uns qui se distinguent par la bonne foi, le désintéressement et la probité, n'est pas tant leur éloge, que le décréditement du genre humain, La Bruyère, XI. Presque toujours les choses qu'on dit frappent moins que la manière dont on les dit, Voltaire, Dict. phil. Style.

    Il n'y a que la manière, c'est-à-dire savoir s'y prendre est tout. Il n'y a que manière à la plupart des choses du monde, Retz, Mém. t. III, liv. IV, p. 204, dans POUGENS.

    Familièrement. De la belle manière, beaucoup, très fort. Surtout nos femmes se lamentaient de la belle manière, Montesquieu, Lett. pers. 18.

    Ironiquement. De la bonne manière, de la belle manière, sans ménagement, d'une rude façon. Il a été étrillé de la belle manière. On le recevra, s'il se présente, de la bonne manière. Pour Matta, il fut grondé de la belle manière, Hamilton, Gramm. 3. Qu'il te souvienne, Si par hasard, quand tu la conduiras, Certain Hombert venait suivre ses pas, De le chasser de la belle manière, Voltaire, Nanine, III, 2.

    D'une étrange manière, avec des paroles, des actes étranges. Autour d'un tapis vert Dans un maudit brelan, ton maître joue et perd, Ou bien, réduit à sec, d'une âme familière, Peut-être il parle au ciel d'une étrange manière, Regnard, le Joueur, I, 2.

    De manière ou d'autre, par un moyen ou par un autre. Vous verrez que de manière ou d'autre vous ne me louerez plus, lorsque nous nous connaîtrons, Rousseau, L. à M. de Tressan, Corresp. t. IV, 155, dans POUGENS.

    De toutes les manières, sans réserve. Enfin je suis à vous de toutes les manières, Molière, Mis. I, 2.

    À la manière de…, comme fait telle personne ou telle chose. Que je méprise ces philosophes qui, mesurant les conseils de Dieu à leurs pensées, ne le font auteur que d'un certain ordre général, d'où le reste se développe comme il peut ! comme s'il avait, à notre manière, des vues générales et confuses…, Bossuet, Mar.-Thér. Son discours se répandait à la manière d'un torrent, Bossuet, Bourgoing. On prit à notre solitaire [Voltaire lui-même] deux cent mille francs ; c'était une perte énorme ; il s'en consola à la manière française, par un madrigal qu'il fit sur-le-champ en apprenant cette nouvelle, Voltaire, Comm. Œuvr. aut. Henr.

  • 2 Absolument. Façon d'agir habituelle. C'est sa manière. Il ne changera pas de manière. Ainsi pour estimer, chacun a sa manière, Corneille, Sertor. II, 2.

    À ma manière, conformément à ce que je suis, je veux, je pense, etc. Le goût qu'elle a pour vous n'est point d'une Allemande ; elle est touchée de votre personne et de ce qu'elle croit de votre esprit ; elle n'en manque pas à sa manière, Sévigné, 222. Chacun est dans ce monde heureux à sa manière, Collin D'Harleville, Vieux célib. II, 2.

    Mme de Sévigné a dit quelquefois : en sa manière. On dit que c'était à force d'avoir de l'honneur en sa manière [Vatel qui venait de se tuer à cause de la marée qui n'arrivait pas], Sévigné, 26 avr. 1671. Avec des livres, le temps passe, en sa manière, aussi vite que dans votre brillant château, Sévigné, 17 juill. 1689.

    Manière s'est dit autrefois pour complexion. Lambert …était d'assez amoureuse manière, Tallemant, cité dans REMUSAT, Infl. de la scolastique sur la langue française, p. 398.

  • 3Manière de parler, expression, locution. Cette manière de parler est neuve, correcte, fort usitée.

    Manière de parler, chose dite sans conséquence, ou avec exagération. Quand vous dites qu'il est riche, c'est une manière de parler ; il est tout au plus à son aise. Je suis à vous, ma chère enfant ; ce n'est point une manière de parler, Sévigné, 516.

    Un tel m'a donné de belles paroles, mais ce sont manières de parler, c'est-à-dire il n'y a pas à y faire fond.

  • 4Manière de penser, le mode suivant lequel chacun pense. Nos manières de penser s'accordent. Je n'ai pas là-dessus la même manière de penser que vous. Il est dans la manière de penser des hommes que l'on fasse plus de cas du courage que de la timidité, Montesquieu, Esp. II, 6.
  • 5Manière de voir, le mode suivant lequel chacun apprécie les choses. Sa manière de voir [de Marivaux] lui faisait choisir dans chaque sujet le côté piquant, et sa facilité d'écrire lui fournissait le moyen de le peindre, D'Alembert, Élog. Mariv.
  • 6 Terme de philosophie. Manière d'être, manière selon laquelle est chaque personne, chaque chose. Aveugle, qui ne voit pas que nous-mêmes, quand nous changeons de pensées et de sentiments, nous ne changeons pas autrement que dans des manières d'être, Bossuet, 6e avert. 18. Les plaisirs étant des manières d'être de notre âme, Malebranche, Rech. vér. liv. VI, part. 2, conclus. Notre manière d'être est entièrement arbitraire ; nous pouvions avoir été faits comme nous sommes ou autrement, Montesquieu, 6e essai sur le goût.

    Du langage philosophique, manière d'être a passé dans le langage commun. Mme de Genlis jette quelque blâme sur cette locution : Je remarquai dans leur maintien [de deux femmes ridicules] et, comme elles disent, dans leur manière d'être [c'est elle qui souligne], un changement surprenant, Genlis, Ad. et Théod. t. II, p. 76, éd. de 1813.

  • 7Espèce, apparence. Qu'il s'était sans doute passé Entre Didon et maître Énée Une manière d'hyménée, Scarron, Virg. IV. J'ai un certain valet, nommé Mascarille, qui passe, au sentiment de beaucoup de gens, pour une manière de bel esprit, Molière, les Préc. 1. Vous n'allez entendre chanter que de la prose cadencée, ou des manières de vers libres, Molière, Mal. im. II, 6. On m'a envoyé la lettre de Messieurs du clergé au roi ; c'est une belle pièce ; je voudrais bien que vous l'eussiez vue, et les manières de menaces qu'ils font à Sa Sainteté, Sévigné, 31 juill. 1680. Je ne vous parle pas de la guerre : on mande qu'elle est déclarée ; et d'autres, qui sont des manières de ministres, disent que c'est le chemin de la paix, Sévigné, 25 oct. 1673. M. Chapelain se meurt : il a eu une manière d'apoplexie qui l'empêche de parler, Sévigné, 13 nov. 1673. Je me résolus d'aller à Vichy, pour guérir tout au moins mon imagination sur des manières de convulsions à la main gauche et des visions de vapeurs…, Sévigné, 13 nov. 1687. Il [le gouverneur d'Orange] a une manière de petit donjon entouré de fossés ; on n'y peut arriver que d'un côté, Sévigné, à Guitaut, 23 nov. 1673. J'ai une manière de rhumatisme dans la tête et partout le corps, Maintenon, Lett. à M. d'Aubigné, t. I, p. 170, dans POUGENS. Nous nous faisons une manière de vertu toute mondaine, Massillon, Carême, Pécheresse. M. de Roannez prit une manière d'habit ecclésiastique sans être jamais entré dans les ordres, Saint-Simon, 42, 247. Je la rencontrai hier dans un fiacre, avec une manière de jeune seigneur dont le visage ne m'est pas tout à fait inconnu, Lesage, Turcaret, III, 8.
  • 8 Terme de peinture. Goût, façon, habitude prise par l'artiste dans le maniement du pinceau et dans les principales parties de la peinture qui sont l'invention, le dessin et le coloris. La seconde [un buste] est une belle tête de femme, de bonne et grande manière, qui regarde vers le ciel, Poussin, Lett. 29 juill. 1645. De Leonard Gaultier la manière un peu dure A pourtant sa beauté, surtout dans ses portraits, M. de Marolles, le Livre des peintres, etc. p. 44. C'est le peintre qui a le mieux imité sa manière [de VanDick], Hamilton, Gramm. 9. Il n'y aurait point de manière ni dans le dessin ni dans la couleur, si l'on imitait scrupuleusement la nature, Diderot, Essai sur la peint. ch. 1. La manière vient du maître, de l'Académie, de l'école, et même de l'antique, Diderot, ib. On dit aussi : sa manière est grande ; c'est la manière du Poussin, de Lesueur, du Guide, de Raphaël, Diderot, Salon de 1767 Œuv. t. XV, p. 144, dans POUGENS. Gravure à la manière noire, procédé qui peut s'expliquer ainsi : on grène entièrement la planche à l'aide l'une très grosse roulette nommée berceau ; la planche ainsi préparée donnerait, au tirage, un noir sablé complet ; on trace ensuite le dessin ; avec un grattoir on enlève tout à fait le grené, par fins copeaux, partout où l'on doit avoir des blancs (lumières) ; et, avec un brunissoir, on atténue plus ou moins le grené partout où l'on veut obtenir des tons gris (demi-teintes) ; le brunissoir diminuant la profondeur des piqûres du berceau, ces piqûres prennent moins d'encre et donnent du gris au lieu de noir ; ainsi, après avoir établi une planche qui donnerait un tirage noir, on obtient les figures par retranchement ou diminution de cette teinte ; c'est exactement le contraire de la gravure en taille-douce. L'idée de préparer une planche de cuivre, de telle sorte qu'imprimée dans cet état, elle pût donner le plus beau noir velouté ; l'idée d'enlever ensuite le dessin par les clairs au moyen de racloirs qui, en usant la surface du cuivre, empêchaient le noir d'y adhérer ; la combinaison enfin qui consistait à prendre à rebours tous les procédés suivis jusqu'à ce jour, pour créer une reproduction de la nature mieux colorée et plus vivante ; cette invention mérite l'attention, et son inventeur quelque célébrité… ce genre de gravure appelé en France gravure en manière noire…, De Laborde, Hist. grav. en manière noire, p. 4. La gravure en manière noire a été inventée dans les trois années de 1637 à 1641 par un Allemand nommé Louis de Siegen, De Laborde, ib. p. 67.
  • 9 Par extension, il se dit du faire dans les ouvrages de littérature. C'est lui, dit-on, c'est son style, c'est sa manière, ne le reconnaissez-vous pas ? Voltaire, Lett. d'Alembert, 1er mai 1768. L'écrivain qui a du génie ne se conduit pas ainsi : plus il a l'esprit supérieur, plus il aperçoit de variété dans les choses ; il en saisit le vrai caractère, et il a autant de manières différentes qu'il a de sujets à traiter, Condillac, Art d'écr. Œuv. t. VII, p. 288, dans POUGENS. De la tournure habituelle de son esprit comme des affections habituelles de son âme, résulte encore, dans le style de l'écrivain, un caractère particulier que nous appelons sa manière ; et celle-ci lui est naturelle, Marmontel, Élém. litt. Œuv. t. X, p. 255, dans POUGENS. Athénagore n'a ni la manière originale de Justin, ni l'impétuosité de l'auteur de l'Apologétique, Chateaubriand, Génie, I, 1. À mesure qu'il [P. L. Courier] produit, on peut remarquer son allure plus dégagée, plus libre, sa manière se séparant de plus en plus de celle des écrivains auxquels on a pu d'abord le comparer, A. Carrel, Œuv. t. V, p. 212.
  • 10Il se dit des écrivains, des peintres, des musiciens, pour indiquer différentes phases et transformations de leur talent. Ce tableau est de sa première manière. On distingue généralement trois manières dans l'œuvre de Beethoven. Dans Meyerbeer il y a eu deux manières ; dans la première il était Italien. Le divin Raphaël a eu trois manières ; un œil exercé peut en discerner plusieurs aussi dans Platon, Cousin, Du style de Rousseau.
  • 11 Absolument. Affectation, recherche, exagération. La manière est dans les beaux-arts ce que l'hypocrisie est dans les mœurs, Diderot, Pensées sur la peint. Œuv. t. XV, p. 233, dans POUGENS. La manière est un vice commun à tous les beaux-arts ; ses sources sont plus secrètes encore que celles de la beauté, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XV, p. 141. La manière est un vice d'une société policée, où le bon goût tend à la décadence, Diderot, ib. p. 142. La manière est dans les arts ce qu'est la corruption des mœurs chez un peuple, Diderot, ib. p. 142. Les Mondes de Fontenelle sont un modèle dans ce genre ; il y a peut-être un peu de manière ; mais cette manière ingénieuse n'est ni celle de Pluche ni celle de Bouhours, Marmontel, Élém. de litt. T. VI, p. 476. Son secret [de Pascal] fut d'éviter toute manière, et de donner toujours la préférence à l'expression la plus simple et au tour le plus naturel, Marmontel, ib. t. X, p. 266.
  • 12 Au plur. Façon d'être ou d'agir dans le commerce de la vie, dans le monde Suréna, mes pareils n'aiment point ces manières, Corneille, Suréna, IV, 4. Ce sont des gens [les incrédules] qui ont ouï dire que les belles manières du monde consistent à faire ainsi l'emporté, Pascal, Pens. IX, 1, éd. HAVET. Elle [la Dauphine] a des manières toutes charmantes et toutes françaises, Sévigné, 414. Les manières polies donnent cours au mérite et le rendent agréable, La Bruyère, V. Les manières, que l'on néglige comme de petites choses, sont souvent ce qui fait que les hommes décident de nous en bien ou en mal, La Bruyère, ib. Il me semble que l'esprit de politesse est une certaine attention à faire que, par nos paroles et nos manières, les autres soient contents de nous et d'eux-mêmes, La Bruyère, ib. Pour badiner avec grâce et rencontrer heureusement sur les plus petits sujets, il faut trop de manières, trop de politesse, et même trop de fécondité, La Bruyère, ib. Les manières plus fixes approchent plus des lois, Montesquieu, Esp. XIX, 12. C'est à la Chine que les manières sont indestructibles, Montesquieu, ib. XIX, 13. Il y a des moyens pour empêcher les crimes : ce sont les peines ; il y en a pour faire changer les manières : ce sont les exemples, Montesquieu, ib. XIX, 14. Il y a cette différence entre les mœurs et les manières, que les premières regardent plus la conduite intérieure, les autres l'extérieure, Montesquieu, ib. XIX, 16. Les mœurs et les manières sont des usages que les lois n'ont point établis ou n'ont pas pu ou n'ont pas voulu établir, Montesquieu, ib. XIX, 16. Les airs sont distingués des manières et les manières des façons ; on a des manières, on fait des façons, on se donne des airs, Boissy, Français à Londres, sc. 14. Il a gardé de son ancienne opulence la facilité de connaître l'état des gens dans leurs manières ; quiconque a vécu dans le grand monde se trompe rarement là-dessus, Rousseau, Émile, V. De petites manières, des façons bourgeoises, locution des gens de cour, De Caillières, 1690. S'il n'a pas les grandes manières, il a au moins toutes les petites, La Bruyère, VIII.

    N'avoir pas de manières, manquer de manières, être gauche dans la société, dans le monde. Quoique j'eusse l'esprit assez orné, n'ayant jamais vu le monde, je manquais totalement de manières, Rousseau, Confess. II.

    Ironiquement. Avoir les belles manières, affecter les manières d'un état au-dessus du sien.

  • 13Par manière de, loc. adv. Par une espèce de. Je l'aborderai par manière de devoir ; j'entrerai par manière d'acquit dans sa confidence ; et, comme ce n'est que par curiosité que vous vous y intéressez, je vous en informerai seulement par manière de conversation, Dancourt, les Fées, II, 3. J'en rapporterai un des plus comiques par manière d'échantillon, Rousseau, Confess. V.

    Par manière de dire, par manière d'entretien, de conversation, sans avoir eu aucun dessein formé d'en parler, sans y mettre d'importance.

    Faire quelque chose par manière d'acquit, le faire négligemment, et parce qu'on ne peut guère s'en dispenser. Pour moi, je crois voir clairement que, dans l'endroit dont il est question, il n'y a placé des démons que par manière d'acquit, et par un respect forcé qu'il a eu pour l'opinion commune, Fontenelle, Oracl. I, 9.

  • 14D'une manière que, de telle manière que. Vous tournez les choses d'une manière qu'il semble que vous avez raison, et cependant il est vrai que vous ne l'avez pas, Molière, Festin, I, 2. Les lettres [de son fils] sont d'une manière que, si on les trouve jamais dans ma cassette, on croira qu'elles sont du plus honnête homme de mon temps ; je ne crois pas qu'il y ait un air de politesse et d'agrément pareil à celui qu'il a pour moi, Sévigné, 2 juin 1672. Vous êtes d'une manière dans mon cœur que je craindrais fort que M. Nicole ne trouvât beaucoup à y circoncire, Sévigné, 15 janv. 1690.

    À la manière que, comme, ainsi que. Si je m'imaginais Dieu souverain de la nature, à la manière que les rois le sont de leurs États, avec la différence que son pouvoir est sans bornes, je m'éloignerais sans doute de la vérité, Boullainvilliers, Réfut. de Spinosa, p. 43.

    De la manière que, telle est la manière avec laquelle… De la manière que je conçois la chose, la difficulté n'existe plus. Le voilà donc prisonnier [le fils de Bussy]… de la manière qu'on m'a dit qu'il s'était avancé, je crois qu'il voulait prendre les ennemis, Sévigné, à Bussy, 18 sept. 1676.

  • 15De manière que, loc. conj. avec l'indicatif, indique que le fait est accompli. Vous faites les choses de manière que tout le monde est content. De manière que Cirte en toute son enceinte N'est rien qu'un grand tableau de désordre et de crainte, Mairet, Sophon. II, 3.

    Avec le subjonctif, indique la tendance à l'accomplissement du fait. Faites les choses de manière que tout le monde soit content. Pour avoir beaucoup de bon sens, il faut être fait de manière que la raison domine sur le sentiment, Vauvenargues, Bon sens.

  • 16De manière à, loc. prép. avec le verbe à l'infinitif, si bien que. Il parla de manière à convaincre les juges de son innocence.

    On dit dans le même sens : d'une manière à. Je souhaite passionnément que les vôtres [affaires] se tournent d'une manière à faire que bientôt je vous puisse embrasser, Sévigné, 38 août 1680. Si vous saviez… toutes les tribulations que j'ai eues… je vous les conterai quelque jour ; car elles ne sont pas d'une manière à pouvoir les écrire, Sévigné, 2 janv. 1681. Il y en a qui disent que Mme de Main tenon sera placée d'une manière à surprendre, Sévigné, 13 déc. 1679. Tous les compliments qu'on vous fait sont d'une manière toute propre à vous plaire et à vous flatter, Sévigné, 17 déc. 1688. Votre correspondance a commencé d'une manière à me la rendre à jamais intéressante, Rousseau, Lett. à Mme B. 17 janv. 1770.

REMARQUE

1. De manière à ce que est une locution vicieuse dont il faut se garder ; c'est la confusion et la réunion des deux formes de manière à et de manière que. Il faut dire de manière que avec l'indicatif ou le subjonctif, ou de manière à avec l'infinitif.

2. Voy. à FAÇON la synonymie avec manière. Ajoutez-y que de manière que, de façon que, de sorte que sont exactement synonymes.

HISTORIQUE

XIIe s. Seignor, par tel maniere, jà nus [nul] n'en soit doutans, Fu meüe la guerre entre Saisnes et Frans, Sax. V. N'est pas amors dont on se peut mouvoir [ce n'est pas amour, celui dont on peut se détacher], Ne cil, amis, qui en nule maniere, La [l'amour] bée [travaille] à decevoir, Couci, XVIII.

XIIIe s. Onques Tristan n'ama de tel maniere, Li chastelains, ne Blondel autressi, Eustache le Peintre, dans Couci. La maniere comment [elle] se pourra traire ariere, Berte, XI. Il semble à sa maniere qu'ele doive desver, ib. XVII. Cil jour [il] fit mout lait temps et de froide maniere, ib. X. Elle ert [était] sage et courtoise et de bonne maniere, ib. X. Assés en fu parlés en maintes manieres, Villehardouin, CXII. Et ceste maniere de gent ne sunt pas tout d'une condition, Beaumanoir, XLV, 30. Li clerc ont une maniere de parler mout bele le latin, Beaumanoir, VI, 1. Ne fist pas honte à son boen pere, Ainz montra bien que preudons iere [était] De foi, de semblant, de meniere, Rutebeuf, 53. Toutes manieres de femmes qui n'ont enfans, vont en la bataille avec eulz, Joinville, 264.

XIVe s. Car li mains [moins] bel et li mains riche, Li povre d'amis et li nice [peu intelligents], Cil qui ont volenté legiere, Et cil qui ont po de maniere, Dou tout en tout honni seroient, Se de moy oublié estoient, Machaut, p. 20. Et Bertran du Guesclin estoit sur la costiere, Pour oïr et veoir à la fin qu'il si fiere [frappe] En tel lieu où il puist bien monstrer sa maniere, Guesclin. V. 1120.

XVe s. Bons vins… poulaille et toutes manieres d'autres vivres aussi, Froissart, I, I, 32. Sitost que les Anglois les raviserent, ils leur coururent sus de grand maniere, Froissart, I, I, 294. À ce parlement qui fut à Vilvart, furent… et trois ou quatre vaillans bourgeois de chacune [ville] par maniere de conseil, Froissart, I, I, 125. À la quele parolle le dit d'Alençon monstra maniere d'estre bien desplaisant, Math. de Coucy, Hist. de Charles VII, p. 703, dans LACURNE. Le comte de Foix en tres bel estat, lequel estoit lors d'assez jeune age, beau chevalier, qui bien savoit sa maniere [avait du savoir vivre], ID. ib. p. 543. Quand je deusse bonne chiere Demener en compaignie, Je n'en fais que la maniere, Orléans, Ball. 26. [Dans la cour] ami n'y a, n'amie, Congnoissance, diligence, raison, Maniere, senz, honeur, discretion, Deschamps, De l'intérieur des cours. Encore y a-t-il bien maniere [difficulté] de venir dans sa chambre, car il faut passer parmi celle à l'hoste, Louis XI, Nouv. XVIII. Dont Troylus eut telle douleur au secret de son cueur que à peine sçavoit tenir maniere [contenance], Perceforest, t. III, f° 158. Et y viendra ma commere telle et mon cousin tel, qui à l'aventure ne lui est rien, mais c'est la maniere de le dire, Les 15 joyes de mariage, p. 79.

XVIe s. Il sçavoit plus de cent magnifiques manieres pour le dependre [son bien], Lanoue, 467. Par maniere de dire, Lanoue, 468. Telle maniere de gens convoitent et appetent d'attirer à eux les povres peuples, Calvin, Instit. 994. L'histoire a bien aussi sa maniere de chastier les meschans par la note d'infamie perpetuelle, dont elle marque leur memoire, Amyot, Préf. V, 30. En maniere [de manière] qu'aulcuns en prinrent argument que…, Montaigne, I, 7. De maniere qu'il n'y a rien que nous trouvions…, Montaigne, I, 48. Quand une personne ayant enfant se marie à une autre personne qui a aussi enfant, les quels demeurent avec eux en compagnie, et ils apportent aucune chose en la compagnie de pere ou demere, la compagnie se fait en quatre parts, si que chacune maniere d'enfant emporte un quart, et le pere et la mere chacun un quart, Coust. génér. t. I, p. 206.

ÉTYMOLOGIE

Bourguig. meneyre ; provenç. maneira, manieira, maniera ; espagn. manera ; portug. maneira ; ital. maniera. D'après M. Ch. de Rémusat, manière vient du latin scolastique maneria, maneries, qui ne paraît pas antérieur au XIIe siècle, auquel Abélard donnait le sens de genre, et que Jean de Salisbury, le trouvant nouveau, pense provenir du latin manere, demeurer : l'état qui demeure. Au contraire, Diez le tire du latin manus, main, par l'intermédiaire d'un anc. adj. français manier, provenç. manier, espagn. manero, ital. maniero, signifiant : qui est à la main. C'est la véritable étymologie. On lit dans Fl. et Blanchefl. V. 2579 : …Quant il vint en la chambre maniere [qui était à la main] ; et dans RUTEBEUF, 218 : Quar nuls gens n'est mès maniere De l'autrui porfit porchacier, Se son preu n'i cuide chacier.