Eustache DESCHAMPS, auteur cité dans le Littré

DESCHAMPS (1346?-1407?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCHAMPS a été choisie.

1099 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Poésies manuscrites, mss. fr. anc. fonds, n° 7219. Bibl. nat. 665 citations
Poésies morales et historiques publiées pour la première fois par E. A. Crapelet, Paris, 1832, in-8 381 citations

Quelques citations de Eustache DESCHAMPS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1099 citations dans le Littré.

  1. Et ce qu'elles ont, habandonner En commun sanz propreté.
    Poésies mss. f° 408 (propriété)
  2. Temps sans cremeur [crainte], temps de perdicion, Aage tricheur, tout va desloiaument.
    Du temps présent. (perdition)
  3. [Juriste] Qui a très po [peu] pratique et heritaige.
    ib. f° 366 (pratique [1])
  4. Femmes trouvay enmi ma voye, Dont l'une filloit sa coulongne, Et l'autre qui estoit yvrongne.
    Poésies mss. f° 110 (ivrogne)
  5. Seoir, veillier, avoir aux dez recours, Rebanqueter, c'est la vie des cours.
    Vie dissipée. (recours)
  6. Chansons, lettres et rondelez.
    Poésies mss. f° 499 (rondelet [2])
  7. Leur lit, leur habitation Estoit soubz arbres ; les rainsel [rameaux] Furent leur toit et couversel.
    Poésies mss. f° 387, dans LACURNE (couverseau)
  8. Quant madame et ma deesse…
    Poésies ms. f° 100, dans LACURNE (déesse)
  9. Et puis querez joustes et les bouhours, Gieux de palme…
    Vie dissipée. (paume [2])
  10. Justice est là fort, dure et pugnissable Aux malfaicteurs qui veulent offenser.
    Poésies mss. f° 358 (punissable)
  11. Maleureus suis par toute lettre, Voire, par Dieu, roy des mescheans [ceux qui ont mauvaise chance].
    ib. f° 382 (roi [1])
  12. Chascun parle de divers jeux jouer, De cliner l'œil, de porter male honte, Et de la briche aux compaignons donner, Et de souffler le charbon…
    ib. f° 215 (souffler)
  13. …Tous boutent dedens [le plat] Leurs mains jusqu'aux pinces des doys.
    Poés. mss. f° 354 (pince)
  14. Trop à doubter sont notre malefice, Ce que la char est trop habandonnée à touz deliz sans avoir frain ne lice.
    Poésies mss. f° 299 (lice [1])
  15. Assailli m'a vieillesse soufraiteuse.
    Femmes et enfants. (souffreteux, euse)
  16. Et douce main pour remuer Le pacient et le ruer Doucement en lit ou en couche.
    Poésies mss. f° 420, dans LACURNE (couche)
  17. Mais en lieu de mon bailliaige Me fist l'en tresorier sauvaige Qui fors huit jours ne me dura, Revoquez fu ; avisez là Comment et à qui vous servez.
    Poésies mss. f° 339 (révoquer)
  18. Quand madame et ma deesse Et mon paradis mondain…
    ib. f° 100 (paradis)
  19. Quant ta femme, qui plaint et pleure, Quant tu te gis au lit mortel, En ta maison, en ton hostel, Et se complaint de son douaire [gémit de se voir veuve].
    Poésies mss. f° 501, dans LACURNE (douaire)
  20. Mais nous tirerons au festu, Et cilz qui le plus grant ara, Le gieu pour jouer eslira.
    Poésies mss. f° 374, dans LACURNE (fétu)