Eustache DESCHAMPS, auteur cité dans le Littré

DESCHAMPS (1346?-1407?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCHAMPS a été choisie.

1100 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Poésies manuscrites, mss. fr. anc. fonds, n° 7219. Bibl. nat. 666 citations
Poésies morales et historiques publiées pour la première fois par E. A. Crapelet, Paris, 1832, in-8 381 citations

Quelques citations de Eustache DESCHAMPS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1100 citations dans le Littré.

  1. [Les maçons ne peuvent] Faire ouvraige qui ne soit vain, S'esquierre n'ont ou ligne en main Et fourme, selon leur ouvraige.
    Poésies mss. f° 382 (forme)
  2. Encor vault mieux tart que jamais Soy repentir de ses meffais.
    Poés. mss. f° 541 (tard)
  3. Ceulx qui avoient et ont accoustumé de faire en ceste musique naturelle serventois de nostre dame, chançons royaux, pastourelles, ballades et rondeaulx, portoient chascun ce que fait avoit devant le prince du puy, et le recordoit par cuer ; et ce recort estoit appellé en disant après qu'ils avoient chanté leur chancon devant le prince.
    Poésies mss. f° 395 (prince)
  4. J'ay mon mari qui se rigole De moi et s'en va jardinant Avecques mainte femme fole Chascun jour ou le plus souvent.
    poésies, f° 334 (jardiner)
  5. Crevices que on cuit en vin.
    No table enseignement. (écrevisse)
  6. Atournez-vous, mes dames, autrement, Sanz emprunter tant de haribouras, Ne de querir cheveux estrangement ; Vostre affubler est comme un grant cabas.
    Poésies mss. f° 325, dans LACURNE (cabas)
  7. Les chevaulx ont lors tout bien à plenté, Et le logeis de mal en bien se mue.
    Saison de guerre. (logis)
  8. Par saint Fiacre, ce sont bons frans à cheval, armés pour la guerre.
    Poésies mss. f° 374, dans LACURNE (franc [2])
  9. Ou [au] moien tems [de ma vie] oy [j'eus] la prerogative, Je sceu les lois et les decrez entendre, Et soutilment arguer par logique, Et justement tous vrais jugements rendre.
    Son éduc. (prérogative)
  10. … Vieille contagieuse, Voulez-vous donc gouverner la contrée En beguinant, faire la precieuse Pour empescher toute vie amoureuse ?
    Poésies mss. f° 334 (précieux, euse)
  11. Fiction moralisée.
  12. Ne nulz ne vit plus belle heronniere Qu'à St Aubain ne d'oiseaux de riviere.
    Poésies mss. f° 134 (héronnière)
  13. L'autre dit : ce n'est [une femme mal élevée], qu'une monstre Et ainsi que buche vestue.
    Miroir de mariage, p. 63 (vêtir)
  14. Se jeunes est et a jeune partie [femme].
    ib. f° 363 (partie [1])
  15. Estez nourrist et croist selon raison Vignes et blez et tous biens de nature.
    Adieu jeunesse. (croître)
  16. Quelz lettres sont les voieulx, et queles les liquides et les consonans.
    Poésies mss. f° 396, dans LACURNE (consonnant, ante)
  17. Et en après voy l'autre cas, Qui leur est dur et impropice.
    Poésies mss. f° 552 (impropice)
  18. Les interessés serviteurs Sont leurs hoirs et executeurs [des vieilles gens], Et les demainent durement.
    Mir. de mar. p. 4 (intéresser)
  19. Ferez en eulx, soyez vistes et vers : François perdent leur temps à conseiller.
    Conseils des François. (vite)
  20. Prince, monstrez à ces jeunes enfans Que leurs cuidiers ne les soit decevans ; Car tost verront de vieillesce la bonde, Et mort qui fiert les petiz et les grans.
    Les err. de la jeunesse (bonde)