Eustache DESCHAMPS, auteur cité dans le Littré

DESCHAMPS (1346?-1407?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCHAMPS a été choisie.

1099 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Poésies manuscrites, mss. fr. anc. fonds, n° 7219. Bibl. nat. 665 citations
Poésies morales et historiques publiées pour la première fois par E. A. Crapelet, Paris, 1832, in-8 381 citations

Quelques citations de Eustache DESCHAMPS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1099 citations dans le Littré.

  1. Lors dira : Bien suy à vilté Tenue comme une servente ; Je n'oseroye mectre en vente Une seule asnie de blé.
    Miroir du mariage. (ânée)
  2. Faisons raison et justice à dix doigts [de tout notre pouvoir].
    ib. f° 104 (doigt)
  3. Je ne suy pas du lieu venue Que pour fole soye tenue ; En mon linaige n'a [n'y a] putain ; Prenez les vostres par la main Et celles de vostre linaige.
    Poés. mss. f° 517 (main)
  4. Aucune fois la concurrence Des signes et les mocions Avec les opposicions.
    Poésies mss. f° 450, dans LACURNE (concurrence)
  5. Les chevaulx frais vont mieux à droit compas.
    Poésies mss. f° 234, LACURNE (compas)
  6. Pour ce du cuer humblement luy supply, Que mon amour ne soit point sans partie [sans retour].
    ib. f° 166 (partie [1])
  7. Assailli m'a vieillesse soufraiteuse.
    Femmes et enfants. (souffreteux, euse)
  8. Le sens acquis profite plus, Quant au naturel est unis.
    Poés. mss. f° 242 (sens [1])
  9. À apetit d'aucuns fault estre duit Et que francs cuers au felon s'umilie.
    Douleur advenant à ceux.... (appétit)
  10. Dyanira… Quant la venimeuse chemise Luy bailla [à Hercule]…
    Poésies mss. f° 507 (venimeux, euse)
  11. Les antaynes… Proe qui fend les undes… Committre [comites] y sunt, qui font maint sifflement.
    Poés. mss. f° 215 (sifflement)
  12. Tel doit estre regent, Lent de pugnir, aux bons non faire ennui, Et aux mauvais rendre droit jugement.
    Vertu nécess. au pr. (régent, ente)
  13. Un chascun d'eulx [les trois ordres] son droit estat maintiengne, Car l'exceder est monstre et droicte enseigne De pis avoir pour le peuple et l'eglise.
    Souffrance du peuple (montre)
  14. Balade que on ne doit mettre es eglises nulz images entailliez fors le crucifis et la vierge, pour doubte d'ydolatrier.
    ib. f° 453 (idolâtrer)
  15. Es grans cours fault souvent faire le sourt, Qu'om ne voitrien et qu'om ne scet parler.
    De la maniere d'estre à la cour. (sourd, sourde)
  16. L'escaille [croûte] dudit pain ostée.
    Poésies mss. dans LACURNE (écaille)
  17. Tuit estrangier l'ament et ameront [Paris] ; Car pour deduit, et pour estre jolis, Jamais cité tele ne trouveront ; Rien ne se puet comparer à Paris.
    Sur les beautés de Paris. (étranger, ère [1])
  18. D'entour lui [il] doit tous menteurs rebouter.
    Vertus nécess. au prince. (entour)
  19. Mais je m'en debat pour noyant [en vain], Qu'autre chose ne s'en fera, Jusqu'à tant qu'un pappe sera Que Dieux a preservé saint homme Qui son trosne mettra à Romme.
    Poésies mss. f° 525 (préserver)
  20. Et douce main pour remuer Le pacient et le ruer Doucement en lit ou en couche.
    Poésies mss. f° 420, dans LACURNE (couche)