Eustache DESCHAMPS, auteur cité dans le Littré

DESCHAMPS (1346?-1407?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCHAMPS a été choisie.

1099 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Poésies manuscrites, mss. fr. anc. fonds, n° 7219. Bibl. nat. 665 citations
Poésies morales et historiques publiées pour la première fois par E. A. Crapelet, Paris, 1832, in-8 381 citations

Quelques citations de Eustache DESCHAMPS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1099 citations dans le Littré.

  1. Que le temporel n'actemptast Au clergié, ne de fait ouvrast Contre luy par nul subtrefuge.
    Poés. mss. f° 466 (subterfuge)
  2. Vivre du sien et qu'on puist demourer En paix de cueur…
    Manière d'estre à la cour. (paix)
  3. Onques ne vi plus grant ordure Que de mangier en ces plateaux De fustaille, où chascuns, com veaux, A sa barbe et sa main brouillie.
    Poésies mss. f° 360 (futaille)
  4. Je vous montreray la figure Du contre-point et la mesure Des semibreves accorder, De feindre la voix, de monter, Et deschanter à rebours.
    Poésies mss. f° 311, dans LACURNE (contre-point [1])
  5. Marne l'ensaint ; les haulz bois profitables Du noble parc puet l'en veoir branler.
    Le bois de Vincennes. (enceindre)
  6. Si fault de faim perir les innocens, Dont les grans loups font chascun jour ventrée, Qui amassent à milliers et à cens Les faulx tresors…
    Poésies mss. f° 26 (ventrée)
  7. Ma lettre escrivi et scellay, Et à mon ami l'enveai, Qui la lut, et, trois jours après, Petit loing ou petit plus près [un peu plus ou un peu moins], Me rescrivi en tel maniere.
    Poés. mss. f° 495 (loin)
  8. [Paris] C'est la cité sur toutes couronnée, Fonteine et puis de sens et de clergie.
    Sur les beautés de Paris (fontaine)
  9. Or a bonne pane de gris, De menu vair et de cuissettes.
    Poésies mss. f° 514, dans LACURNE (cuissette)
  10. Mais qu'uns hons soit bien vestus et forrés… On ly dira : sires, passez avant, Pour son habit. et c'est ce qui me tue.
    Poésies mss. f° 261 (sire)
  11. Car quant vieulx est, chascun lui fait la nique ; Chacun le veut arguer et reprendre.
    Son éducation. (nique)
  12. Princes qui ont peuples à gouverner [St Louis] Ne se doivent pas trop humbles monstrer à leurs subgiez.
    Comm. les roys et les princes. (sujet, ette [1])
  13. Et si desplait à tous communement Tel chief fourré d'estrange chanvenas.
    Atours des dames. (canevas)
  14. À conseiller sont ces Galois expers, Mais ne scevent leurs consaulx exploiter.
    Conseils des François. (expert, perte)
  15. Il n'est delit, joie, feste, soulas, Joustes, tournois, deduit, esbatement, De quoy chascuns ne soit à la foiz las, Combien que tout plaise au commencement.
    Plaisirs de l'estude. (las, lasse [1])
  16. Car qui poure [pauvre] est et vuiz [vide, exempt] de villenie, Devant tous puet bien sa teste lever.
    Fais ce que dois. (lever [1])
  17. L'abit de chiefs [des têtes des femmes] en estrange maniere Fait un auvent com ceulx qui font verriere, Qui leur cuevre leurs visaiges devant Piet et demi, et semble à leur visiere Qu'elles ayent le chief d'un cahuant.
    Poésies mss. f° 328 (visière)
  18. Or faut pour la guerre civile Advocat clerc qui soit habile Pour le droit des gens demonstrer Aux juges en chascune ville.
    Poés. mss. f° 79 (guerre)
  19. Chascun qui puet prant, hape et pique, Pour avoir grant estat et aise ; C'est un perilleux viatique : Tout se pert, le monde et l'eglise.
    Poésies mss. f° 337 (viatique)
  20. Ô tu [Paris] cité de justice aournée, Qui onques jour n'ouvras de tirannie, Fille de Dieu et par Dieu gouvernée, Mere de foy, mairastre d'eresie, Le vrai escot de la theologie.
    Poésies mss. f° 37 (marâtre)