Eustache DESCHAMPS, auteur cité dans le Littré

DESCHAMPS (1346?-1407?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCHAMPS a été choisie.

1101 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Poésies manuscrites, mss. fr. anc. fonds, n° 7219. Bibl. nat. 667 citations
Poésies morales et historiques publiées pour la première fois par E. A. Crapelet, Paris, 1832, in-8 381 citations

Quelques citations de Eustache DESCHAMPS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1101 citations dans le Littré.

  1. Je voy envis rire et jouer, J'ay grant plaisir à grumeler.
    Poésies mss. f° 344 (grommeler)
  2. Advisez-vous, toutes gens de pratique, Marchans d'argent, exigeurs de finance.
    Poésies mss. f° 331 (pratique [1])
  3. Nul fors son mari [elle] ne congneut ; D'inchasteté voulenté n'eut.
    Poésies mss. f° 565 (inchasteté)
  4. Trop à doubter sont notre malefice, Ce que la char est trop habandonnée à touz deliz sans avoir frain ne lice.
    Poésies mss. f° 299 (lice [1])
  5. Fors et appers, convoiteux de vouloir Tout assovir et plus que mon povoir.
    Erreurs de la jeunesse. (assouvir)
  6. Qui à nul bien de present ne s'applique, Fors à avoir condition de chien.
    Poésies mss. f° 244, dans LACURNE (chien, chienne)
  7. Las ! où est honneur et vaillance ? Eslevez sont les insciens [ignorants] En maint païs et en maint regne.
    Poésies mss. f° 446 (inscient, ente)
  8. Elles [les femmes] desirent les citez, Les doulx mos à eulx [elles] usitez, Festes, marchiez et le theatre.
    ib. f° 528 (mot)
  9. Quant [une femme] bien promet, c'est trop grant faulcetez De rendre mal, et d'estre remuable [à qui on ne peut se fier].
    Poés. mss. f° 162 (remuable)
  10. Princes, mieux vault encor tart que jamais En son grant mal prendre un mitigatif.
    Poésies mss. f° 23 (mitigatif, ive)
  11. Je fu l'autrier [dernièrement] trop mal venuz, Quant j'alay pour voir Calais ; J'entray dedans comme cornus [comme un sot] Sans congié [permission] ; lors vint deux anglois…
    Poésies mss. f° 230 (cornu, ue)
  12. Et qui pis est, il advenrra Que celle femme ja n'ara Hoir ne enfant de son espoux, Qui cuide que cilz sien soit toux [tel], Et il n'est que fils putatis, Li maris peres vocatis.
    Poésies mss. f° 568 (putatif, ive)
  13. Femme n'est qui plus m'ait chier, Pour ce que mon corps est vain ; Bien sçay quant il doit negier Ou plouvoir, tout de certain.
    Poés. mss. f° 221 (neiger)
  14. Prince, mon corps par boire se refet ; Dès le matin et jusques au cliquet [coup] De la mie nuit me fait vins reconfort.
    Poésies mss. f° 240, dans LACURNE (cliquet)
  15. À apetit d'aucuns fault estre duit Et que francs cuers au felon s'umilie.
    Douleur advenant à ceux.... (appétit)
  16. Brusselle, adieu, où les bains sont jolys, Les estuves, les fillettes plaisans ; Adieu beauté, leesse et tous deliz.
    Poésies mss. f° 173 (fillette)
  17. À ceux convient cent fois le jour plaidier, Et en plaidant prennent un incident Pour la paye longuement delayer [retarder].
    Poésies mss. f° 215 (incident [1])
  18. Quatre pechiés plains de toute laidure, Que Dieu het trop et qui les a en cure… Le tiers pechié [est] vie contre nature, Dont Dieux fondit les cinq cités jadis.
    Poésies mss. f° 440 (fondre)
  19. Et puis querez joustes et les bouhours, Gieux de palme…
    Vie dissipée. (paume [2])
  20. Là ne voit on sens, raison ne mesure, C'est de dancier au son des chalemiaux ; Car un soufleur qui commence à soufler En une piau cornant la turlulure, Fait entour lui mainte gent assembler.
    Poésies mss. p. 240 (souffleur, euse)