Eustache DESCHAMPS, auteur cité dans le Littré

DESCHAMPS (1346?-1407?)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme DESCHAMPS a été choisie.

1099 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Poésies manuscrites, mss. fr. anc. fonds, n° 7219. Bibl. nat. 665 citations
Poésies morales et historiques publiées pour la première fois par E. A. Crapelet, Paris, 1832, in-8 381 citations

Quelques citations de Eustache DESCHAMPS

Voici un tirage aléatoire parmi ses 1099 citations dans le Littré.

  1. Es grans cours fault souvent faire le sourt, Qu'on ne voit rien, et qu'on ne scet parler, Autrui blandir…
    De la manière d'estre à la cour (blandices)
  2. À Saint-Denis un chafault et parterre, Joustes très grans, où l'or luit et habonde.
    Poésies mss. f° 298 (parterre)
  3. Chascuns promet, mais que vaut telz convenz, Quant sur mentir le principe est entez ? Telz prometteurs sont de ceus decepvenz, Qui de voir dire n'ont plus les dens dentez.
    Poésies mss. f° 222, dans LACURNE (denté, ée)
  4. Or comparons proprement L'ome à l'eaue, et vitement Se verra vil plus que gomme.
    Poés. mss. f° 82 (gomme)
  5. Qu'est devenu le temps où je cuidai, Quant je me vi en l'aage de vint ans…
    Erreurs de la jeunesse. (âge)
  6. Heritaige certain ne vray demaine [vrai domaine] N'y puet [ne peut dans le temps] nulz homs acquerir ne garder ; Heure, moment, jours, mois, an ne sepmaine, Qui soit vray sien, qu'on ne luy puist oster.
    Poésies mss. f° 105 (mois)
  7. Li josne enfant deviennent rufien, Joueurs de dez, gourmans et plein d'yvresse.
    Poés. mss. f° 307 (rufien)
  8. Mal fait mangier à l'appetit d'autrui.
    Poésies mss. f° 358 (manger [1])
  9. Y est Colart de Tangues desplumez [sans cheveux].
    Poésis mss. f° 224, dans LACURNE (déplumer)
  10. Marie toy donc et me croy, Qu'à mener vie solitaire A l'en plus de mal et de haire [affliction, peine], Mil fois plus que mariés n'ont.
    Poésies mss. f° 360 (haire)
  11. De Cisteaux qui est ordre grise [ordre portant le gris ou plutôt le blanc].
    Poésies mss. f° 559 (gris, ise)
  12. Uns saiges homs considerans en soy Quel chose estoit à prince necessaire.
    Ce qui est nécessaire aux rois. (considérer)
  13. Mais d'orties et ronces y a tant, Cauppetrapes et lierre qui pourpraint, Qu'à l'essarber sa chevance gasta.
    Ball. Le jardinier. (chausse-trape)
  14. Confusion te suit et deshoneur ; Ty fait [tes actions] à tes diz repliquent.
    Poésies mss. f° 229 (répliquer)
  15. Haiche à martel.
    Poésies mss. 1° 350 (hache [1])
  16. Comme il soit que quatre elemens Soient avec quatre saisons, Aussi quatre complexions Sont en un corps encorporées.
    Poésies mss. f° 434, dans LACURNE (complexion)
  17. En acquitant aucune debte Aux bons chevaliers de la terre Pour la frontiere et pour la guerre.
    Poésies mss. f° 523 (frontière)
  18. [Vous] Qui ainsy m'alez rabrouant.
    Poésies mss. f° 378 (rabrouer)
  19. Et tant vers Dieu s'umilierent, Que leurs cuers à lui relierent, Et pour leur grant contricion Leur remist la subvercion.
    Poésies mss. f° 107 (subversion)
  20. Assailli m'a vieillesse soufraiteuse.
    Femmes et enfants. (souffreteux, euse)