« délecter », définition dans le dictionnaire Littré

délecter

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

délecter

(dé-lè-kté) v. a.
  • 1Faire pleinement savourer un plaisir. Ils cherchent ce qui les flatte et ce qui les délecte, [Bossuet, Par. de Dieu, 1]
  • 2Se délecter, v. réfl. Prendre beaucoup de plaisir à quelque chose. De peur qu'ils ne se délectent dans le péché, [Bossuet, Pensées, 9] Heureux ceux qui, retirés humblement dans la maison du Seigneur, se délectent dans la nudité de leurs petites cellules ! [Bossuet, Concupisc. 9] L'éléphant se délecte au son des instruments, [Buffon, Morceaux choisis, p. 171] Je restai le lendemain toute la matinée chez moi ; je ne m'y ennuyai pas ; je m'y délectai dans le plaisir de me trouver tout à coup un maître de maison, [Marivaux, Paysan parv. t. III, 5e part. p. 71, dans POUGENS]

HISTORIQUE

XIIIe s. Il r'avoit aillors papegaus, Et mains oisiaus qui par ces gaus Et par ces bois où ils habitent En lor biau chanter se delitent, [la Rose, 664] Por ce i mist nature delit, Por ce vuet que l'en s'i delit, [ib. 4432] Là verras une grant partie Des secrés de philosophie, Où moult te voldras deliter, Et si porras moult profiter, [ib. 7209]

XIVe s. Soy deletter est propre as choses qui ont aine, [Oresme, Eth. 19]

XVe s. La flour en may et son odeur delecte Aux odorans, non pas jour et demi ; En un moment vient li vens qui la guette, Cheoir la fait ou la couppe par mi, [Deschamps, Profiter de la jeunesse.]

XVIe s. Et voulontiers me delecte à lire les beaux dialogues de Platon, [Rabelais, Pant. II, 8] De bled en herbe vous faictes belle saulse verte, laquelle vous delecte le goust, [Rabelais, ib. III, 2] Un theologien ne doit pas appliquer son estude à delecter les oreilles en jasant, [Calvin, Instit. 105] Il ne faut douter que les bien-instruits ne s'y delectent beaucoup plus, [Lanoue, 518] Je me delecte de le faire, [Lanoue, 554] Il ne s'ensuit pas necessairement, si l'ouvrage delecte, que tousjours l'ouvrier en soit à louer, [Amyot, Péricl. 1] Et de croire qu'il y ait des dieux ou demi-dieux qui se delectent de meurtre et d'effusion de sang humain, à l'adventure est-ce une folie, [Amyot, Pélop. 38] C'est le plaisir où il se delectoit, [Marot, III, 307] Je ne m'enquiers point Qui vous delecte, ou qui vous point, Mais de ce qui doit delecter, [Marot, IV, 158]

ÉTYMOLOGIE

Provenç. delectar, delieitar, delechar, espagn. delectar, deleitar ; ital. dilettare ; du latin delectare, fréquentatif de delicere (voy. DÉLICES).