Jacques AMYOT, auteur cité dans le Littré

AMYOT (1513-1593)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme AMYOT a été choisie.

écrivain et traducteur de Plutarque

6263 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres morales et meslees, de Plutarque, Traduictes de Grec en François 1587 414 citations
Vies des hommes illustres, traduite de Plutarque 1559 5538 citations

Quelques citations de Jacques AMYOT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 6263 citations dans le Littré.

  1. Il luy fut donné deux autres villes, l'une pour son vestir, l'autre pour son coucher.
    Thém. 53 (coucher [2])
  2. Differentement.
  3. Il luy tua deux mille cinq cens bons hommes, et en feit six cens prisonniers.
    P. Aem. 13 (homme)
  4. Une riviere qui avoit l'eau froide et claire, mais elle estoit sallée et venimeuse à boire.
    Anton. 61 (venimeux, euse)
  5. Cela le rendit grandement, et non sans apparente raison, suspect d'avoir esté luxurieux.
    Arist. et Caton comp. 12 (apparent, ente)
  6. Si luy monstra incontinent le besoing la grande faute qu'il avoit faitte de laisser derriere son artillerie.
    Anton. 47 (artillerie)
  7. Quant à vous autres Grecs, on dit que vous n'avez rien si cher ny en si grande recommandation, que la liberté et l'égalité…
  8. Ilz n'ozerent jamais se mettre aux champs pour les aller secourir : tant estoient leurs cueurs espris de deffiance, et mal affectionnez à la guerre.
  9. Il s'en alla en diligence la part où il gisoit, et le trouva qu'il poulsoit encore [respirait], et n'avoit pas perdu toute cognoissance.
    Eumènes, 14 (pousser)
  10. Les peintres broyent des couleurs plaisantes et recreatives.
    Com. discern. le flatt. 19 (récréatif, ive)
  11. Il leur defendit aussi de soy esgratigner ny meurtrir à force de se battre ès enterremens des morts.
    Solon, 41 (meurtrir)
  12. Craignant que s'il attentoit de remuer et tourner sans dessus dessoubz tout le gouvernement de la ville…
  13. Les uns se sauverent de vistesse… ilz [les Romains] envoyerent ceulx qui s'estoient sauvez à fouir, en la Sicile.
    Marcell. 18 (sauver)
  14. Ilz leur engraverent sur le front des chevesches, pource que la chevesche est la marque de la monnoie d'Athenes.
    Pér. 51 (chevêche)
  15. Diocles a le premier mis ce compte en avant, au moins quant aux principaux points.
    Rom. 3 (moins)
  16. Ilz se cachoient durant le jour, puis sur la nuit s'en alloient espier les chemins, et y tuoient le premier qu'ils rencontroient des ylotes.
    Lyc. 58 (épier [2])
  17. Quant au faict, en soy, il le trouvoit mauvais, et le blasmoit au possible.
    Agésil. 42 (possible)
  18. Il les avoit priés d'empescher que Timoleon ne peust descendre et prendre terre en la Sicile, à fin que, quand ce secours là en seroit exclus, ils peussent à leur aise departir entre eulx toute la Sicile.
    Timol. 12 (exclure)
  19. Ilz en devindrent si glorieux qu'ilz ne vouloient point et desdaignoient qu'on les meslast avec les autres soudards qui s'estoient laissé battre par plusieurs fois.
    Alc. 59 (dédaigner)
  20. Soudainement après le combat on les veit à Rome sur la place, avec leurs chevaux tous trempez de sueur.
    Cor. 4 (tremper)