Jacques AMYOT, auteur cité dans le Littré

AMYOT (1513-1593)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme AMYOT a été choisie.

écrivain et traducteur de Plutarque

6264 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Œuvres morales et meslees, de Plutarque, Traduictes de Grec en François 1587 414 citations
Vies des hommes illustres, traduite de Plutarque 1559 5539 citations

Quelques citations de Jacques AMYOT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 6264 citations dans le Littré.

  1. Le mestier d'habiller à soupper et de faire la cuisine.
    Lyc. et Numa comp. 4 (habiller)
  2. Il estoit ardent, remuant, advisé, et de bon sens.
    Thém. 2 (remuant, ante)
  3. Du temps des guerres civiles, le feu et l'autel furent ensemble tous consommez.
    Numa, 17 (consommer)
  4. [Ils ne trouvent pas bon] de condouloir et compatir, ny mesme fleschir avec eulx [les malheureux].
    De la tranq. d'âme, 12 (condouloir (se))
  5. Il y sejourna jusqu'à ce que les affaires les plus embrouillez et plus roublez y fussent un peu appaisez.
    Pomp. 30 (embrouiller)
  6. Les brigands, pendant qu'il passoit par les lieux où ilz se tenoient, se cachoient de peur.
    ib. 7 (tenir)
  7. Il voulut aussi avoir l'Iliade d'Homere de la correction d'Aristote, que l'on appelle la correcte, comme ayant passé soubs la verge.
    Alex. 10 (correct, ecte)
  8. Ceste ordonnance n'egala pas tous les citoyens en facultez et en biens, comme Lycurgus avoit fait les Lacedemoniens.
    Solon, 26 (égaler)
  9. Ce nom luy fut donné par les autres enfans ses compagnons pour la debilité de sa personne.
    Démosth. 6 (débilité [1])
  10. Il fut à la fin rembarré d'un coup d'estoc qui luy donna droit dedans la bouche par telle violence, que la poincte de l'espée luy vint à ressortir par derriere au chinon du col.
    Cés. 59 (estoc)
  11. Ses loix furent escriptes sur des aixieux ou rouleaux de bois.
    Solon, 52 (essieu)
  12. Et de peur que ses freres en montant ne feissent bruit, elle la [l'échelle] couvrit et fourra de laine, premier que de la devaller.
    Pélop. 65 (fourrer)
  13. Il s'estudia de le rendre homme de bien, quoiqu'il le veist fort depravé et fort incorrigible.
    Phocion, 9 (incorrigible)
  14. Sa langue lui estoit un util, dont il se sçavoit très bien aider à faire de belles et grandes choses.
    Arist. et Caton comp. 4 (aider)
  15. Il s'esmerveilloit comme ilz louoient si haultement ce qui…
    Péric. 73 (hautement)
  16. Homme du tout fait à la devotion et selon le cueur de Pompeius.
    Caton d'Ut. 45 (cœur)
  17. De jeunes garsons portoient de beaux vases d'or et d'argent, pour faire les aspergemens et effusions qui se font ès sacrifices.
    P. Aem. 56 (effusion)
  18. Ses amis allerent enhortant et suscitant le peuple assistant de croire à ce qu'il avoit dit.
    Solon, 11 (susciter)
  19. Ilz conspirerent de trahir la chose publique aux barbares.
    Arist. 32 (trahir)
  20. Ce fut Numa qui premier borna le territoire de Rome, ce que Romulus n'avoit jamais voulu faire.
    Numa, 29 (borner)