Jean Sylvain BAILLY, auteur cité dans le Littré

BAILLY (1736-1793)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BAILLY a été choisie.

astronome et premier maire de Paris

202 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de l'astronomie ancienne, Paris, 1775 39 citations
Histoire de l'astronomie moderne, Paris, 1785, 3 vol. 106 citations
Lettres sur l'Atlantide, 1779, édition citée par POUGENS 26 citations

Quelques citations de Jean Sylvain BAILLY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 202 citations dans le Littré.

  1. Ce n'est pas sans raison que les anciens disaient la milice céleste ; jamais armée ne s'est moins écartée de ses rangs et n'a marché avec plus de discipline.
    Hist. astron. mod. t. I, p. 347 (milice)
  2. Les premiers hommes ont donné une vie et une âme à tout ce qui avait du mouvement.
    Hist. astr. anc. p. 187, dans POUGENS (mouvement)
  3. Lorsqu'on voit d'un côté que les soleils ne sont que des incendies… et que de l'autre on aperçoit dans les planètes des symptômes de la liquidité et de la chaleur plus grande, il semble permis d'en tirer cette conclusion importante que les planètes ne sont réellement que des soleils éteints.
    Hist. astron. mod. t. II, p. 731 (planète)
  4. C'est un beau spectacle que celui des nuits de Jupiter, où l'on peut voir à la fois quatre lunes sur un même horizon ; mais ce spectacle n'est rien en comparaison de celui des nuits de Saturne…
    Hist. astr. mod. t. II, p. 399 (nuit)
  5. La pesanteur des corps est moindre à l'équateur qu'elle n'est à Paris et vers le pôle dans les contrées septentrionales où nous avons pénétré.
    ib. t. III, p. 25 (pesanteur)
  6. Un progrès de l'art d'observer, c'est le soin de vérifier l'instrument.
    Hist. astron. mod. t. I, p. 401 (observer)
  7. Képler n'a pénétré les lois des révolutions, Dominique Cassini n'a fondé une nouvelle et vaste astronomie, Descartes n'a créé une puissante géométrie, que pour fournir les instruments et les matériaux du grand édifice que devait élever Newton.
    Hist. astr. mod. t. III, p. 326 (révolution)
  8. La néoménie ou la fête qui se célébrait chez presque tous les peuples au temps de la nouvelle lune, est une preuve qu'ils étaient attentifs à saisir son retour.
    Hist. astron. anc. p. 33 (néoménie)
  9. L'Académie des sciences de Paris demanda en 1762 si les planètes se meuvent dans un milieu dont la résistance produise un effet sensible sur leurs mouvements.
    Hist. de l'astr. mod. t. III, p. 237 (milieu)
  10. Cassini avait l'esprit d'analogie ; il eut bientôt remarqué que non-seulement cette lumière qu'il nomme zodiacale était toujours enfermée dans le zodiaque, mais encore qu'elle était inclinée à l'écliptique, comme l'équateur solaire.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 413 (zodiacal, ale)
  11. Le soleil, qui est à lui seul plus considérable, plus volumineux que tous les êtres ensemble, est douze cent mille fois plus gros que le globe que nous habitons, et où nous croyons être quelque chose.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 304 (soleil)
  12. M. de Thury, fils de Jacques Cassini, et troisième du nom, imagina de mesurer…
    Hist. astr. mod. t. III, p. 6, dans POUGENS (nom)
  13. Les Anglais diront le micromètre de Gascoigne, les Français le micromètre d'Auzout ; mais, pour l'Europe, pour la science, Auzout sera le véritable inventeur.
    ib. p. 270 (micromètre)
  14. Ptolémée confirma la découverte qu'Hipparque avait faite du mouvement des étoiles en longitude, ou plutôt de la rétrogradation des points équinoxiaux ; il paraît que ce fut lui qui évalua ce mouvement à raison d'un degré en cent ans.
    Hist. astr. mod. t. I, p. 198, dans POUGENS (mouvement)
  15. Le baron Neper, Écossais, montra des routes plus faciles [par l'invention des logarithmes]… son moyen est bien simple, c'est l'union d'une progression arithmétique avec une progression géométrique.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 108 (progression)
  16. Dominique Cassini considéra Vénus ; il y vit des taches ; mais ces taches étaient très faibles, d'une étendue considérable, avec des contours mal terminés.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 321 (tache)
  17. Une autre entreprise plus extraordinaire, plus délicate et plus difficile que la détermination de l'obliquité de l'écliptique, fut celle de la mesure de la terre ; elle a immortalisé Ératosthène.
    ib. t. I, p. 35 (terre)
  18. Le premier résultat que l'on peut admettre comme vérité, c'est que la terre a été originairement fluide ; ses parties, animées par la pesanteur et liées par la cohésion, n'auraient pas obéi à la petite force centrifuge, si elles n'avaient été molles ou plutôt liquides et capables de glisser facilement ou de couler les unes sur les autres.
    Hist. astr. mod. t. III, p. 42 (terre)
  19. En examinant les différentes souches du genre humain.
    Hist. astr. anc. p. 7 (souche)
  20. Il [Jean Bayer] publia une uranométrie ou description des constellations, accompagnée de cartes ; il y marque les étoiles de chaque constellation par une lettre grecque.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 149 (uranométrie)