Jean Sylvain BAILLY, auteur cité dans le Littré

BAILLY (1736-1793)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BAILLY a été choisie.

astronome et premier maire de Paris

202 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de l'astronomie ancienne, Paris, 1775 39 citations
Histoire de l'astronomie moderne, Paris, 1785, 3 vol. 106 citations
Lettres sur l'Atlantide, 1779, édition citée par POUGENS 26 citations

Quelques citations de Jean Sylvain BAILLY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 202 citations dans le Littré.

  1. Le soleil, qui est à lui seul plus considérable, plus volumineux que tous les êtres ensemble, est douze cent mille fois plus gros que le globe que nous habitons, et où nous croyons être quelque chose.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 304 (soleil)
  2. Hipparque et Ptolémée ont compté dans le ciel 1022 étoiles visibles à la vue simple, c'est-à-dire de la sixième grandeur et au-dessus.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 687 (visible)
  3. Les systèmes sont utiles ; nous disons plus, ils sont nécessaires ; les vérités qui ne sont pas classées sont mal connues.
    Hist. astr. mod. t. I, p. 335 (système)
  4. Le présent est le fils du passé, il lui ressemble.
    Atlantide, p. 330 (présent, ente [1])
  5. Comme, au Pérou, les montagnes des Cordilières séparent deux saisons de la nature, et portent leurs sommets neigeux dans l'atmosphère, ayant l'été ou le printemps d'un côté, et l'hiver de l'autre.
    Atlantide, p. 221, dans POUGENS (neigeux, euse)
  6. Au milieu de la nébulosité de la chevelure, qui est le caractère distinctif des comètes, Jean-Baptiste Cysatus remarqua un espace plus lumineux et d'une clarté plus dense et plus serrée ; c'est proprement le disque et le corps de la comète ; il l'appela le noyau.
    Hist. astron. mod. t. II, p. 121 (noyau)
  7. Roemer osa conclure que le retardement des éclipses [des satellites de Jupiter] est le temps que la lumière emploie à traverser cet orbe [de la terre] ; et, comme le retardement, lorsqu'il est le plus grand, lui parut d'environ onze minutes, il annonça aux savants que la lumière… parcourait le diamètre de l'orbe de la terre en onze minutes.
    Hist. astron. mod. t. II, p. 417 (retardement)
  8. Dominique Cassini trouva par observation que la réfraction était à l'horizon de 32 minutes 20 secondes, et, à dix degrés de hauteur, de 5 minutes 28 secondes.
    ib. t. II, p. 361 (réfraction)
  9. Hevelius, pour immortaliser ce héros de la patrie [Sobieski], forma, entre Antinoüs et le Serpentaire, une constellation qu'il nomma l'âme de Sobieski.
    Hist astr. mod. t. II, p. 455 (serpentaire [2])
  10. L'optique n'est née dans la Grèce qu'au temps de Platon et d'Aristote, qui en jetèrent les fondements.
    Hist. astr. anc. p. 446 (optique [2])
  11. J'ose vous presser, monsieur, de croire au refroidissement de la terre, comme vous avez cru à l'attraction de Newton.
    Atlantide, p. 440 (refroidissement)
  12. Les tables rodolphines, qui furent pour Kepler l'objet de tant de travaux et l'occasion de tant de découvertes, parurent en 1627.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 125 (table)
  13. L'Académie des sciences de Paris demanda en 1762 si les planètes se meuvent dans un milieu dont la résistance produise un effet sensible sur leurs mouvements.
    Hist. de l'astr. mod. t. III, p. 237 (milieu)
  14. Descartes a mérité de l'astronomie pour avoir découvert la force centrifuge.
    Hist. de l'astron. mod. IV, § 20 (mériter)
  15. Les tables appelées, de son nom, tables alphonsines, parurent le jour même qu'il monta sur le trône…
    Hist. astr. mod. t. I, p. 299 (table)
  16. Le Nord, qui, suivant Jornandès, fut nommé la pépinière du genre humain.
    Atlantide, lett. 19 (pépinière)
  17. On sent que ces époques ne peuvent être estimées qu'à quelques siècles près.
    Hist. astr. anc. p. 86 (près)
  18. Huyghens… pensa que, pour compter les vibrations, il suffisait d'adapter au pendule un rouage qui portât des aiguilles et qui marquât sur un cadran le nombre des vibrations accomplies.
    ib. t. II, p. 249 (pendule [1])
  19. On découvrit que les points de la plus grande élévation des astres se trouvaient dans un cercle perpendiculaire à l'horizon, passant par le zénith et par le pôle du monde.
    Hist. astr. anc. p. 38 (zénith)
  20. Quand on eut reconnu que la lune et les autres planètes ne sortaient jamais d'une zone assez étroite que les Grecs ont nommée le zodiaque.
    Hist. astr. anc. p. 475 (zone)