Jean Sylvain BAILLY, auteur cité dans le Littré

BAILLY (1736-1793)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BAILLY a été choisie.

astronome et premier maire de Paris

202 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de l'astronomie ancienne, Paris, 1775 39 citations
Histoire de l'astronomie moderne, Paris, 1785, 3 vol. 106 citations
Lettres sur l'Atlantide, 1779, édition citée par POUGENS 26 citations

Quelques citations de Jean Sylvain BAILLY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 202 citations dans le Littré.

  1. Les Anglais diront le micromètre de Gascoigne, les Français le micromètre d'Auzout ; mais, pour l'Europe, pour la science, Auzout sera le véritable inventeur.
    ib. p. 270 (micromètre)
  2. Si l'on prend des hauteurs égales du soleil avant et après midi, ou d'un astre quelconque avant ou après son passage au méridien, la ligne méridienne partage également, soit pour le temps, soit pour l'espace, l'intervalle entre ces deux hauteurs égales.
    Hist. de l'astr. mod. VII, 5 (méridien, ienne [2])
  3. Le Nord, qui, suivant Jornandès, fut nommé la pépinière du genre humain.
    Atlantide, lett. 19 (pépinière)
  4. On observe que les corps tombent plus lentement sous l'équateur ; Newton en conclut que la terre a la figure d'un sphéroïde aplati par ses pôles.
    ib. t. II, p. 528 (terre)
  5. En examinant les différentes souches du genre humain.
    Hist. astr. anc. p. 7 (souche)
  6. Hipparque vérifia ce qu'Eudoxe avait avancé, savoir que les nœuds sont mobiles et répondent successivement à différents points de l'écliptique.
    Hist. astron. mod. t. I, p. 94 (nœud)
  7. Je vois bien que vous tendez vers le nord, que vous allez m'y conduire sans que je m'en aperçoive.
    Atlantide, p. 412 (tendre [2])
  8. La tradition, qui, avant l'invention de l'écriture dépositaire de l'histoire des peuples, a tout confondu et tout défiguré.
    Hist. d'astr. anc. p. 15 (tradition)
  9. M. de la Grange vient de démontrer… que l'attraction réciproque des planètes et la non-sphéricité de leurs globes ne peuvent produire aucune altération ni dans les moyens mouvements, ni dans leurs révolutions.
    Hist. astr. mod. t. III, p. 233 (sphéricité)
  10. De son temps [de Képler], les révolutions des satellites [de Jupiter] n'étaient pas assez connues ; ce fut Peiresc qui le premier fit connaître à peu près ces révolutions.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 159 (satellite)
  11. Le plus difficile fut d'orienter ce nouvel instrument, c'est-à-dire de bien placer le cercle de cuivre vertical dans le plan du méridien céleste.
    Hist. de l'astr. anc. p. 41 (orienter)
  12. Il [Kepler] partageait l'univers en trois régions principales : la première est celle qu'occupe le corps du soleil… la seconde s'étend depuis le soleil jusqu'à Saturne … enfin la troisième commence à Saturne, et passe au delà des fixes.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 115 (univers)
  13. La constance du mouvement des astres, qui subsiste depuis des millions d'années sans altération, a persuadé à Newton que ces grands corps nagent dans le vide.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 609 (vide)
  14. Le présent est le fils du passé, il lui ressemble.
    Atlantide, p. 330 (présent, ente [1])
  15. On n'a pas fait attention que, dans certains exemplaires de Pline, le millénaire a été omis à l'endroit où il parle d'Épigène, de Bérose et de Critodème.
    Hist. astr. anc. Éclairc. p. 371 (millénaire)
  16. L'astronome observe à son mural, au solstice d'été, la plus grande hauteur du soleil.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 290, dans POUGENS (mural, ale)
  17. Comme, au Pérou, les montagnes des Cordilières séparent deux saisons de la nature, et portent leurs sommets neigeux dans l'atmosphère, ayant l'été ou le printemps d'un côté, et l'hiver de l'autre.
    Atlantide, p. 221, dans POUGENS (neigeux, euse)
  18. On conçoit que les eaux doivent sans cesse se volatiliser, retomber en déluge, se précipiter en torrents, sillonner la surface, se creuser des lits, en changer…
    Hist. astr. mod. t. II, p. 729 (volatiliser)
  19. Le premier ouvrage par lequel Jean Hevelius s'annonça fut la sélénographie ou description de la face de la lune et de ses taches.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 217 (sélénographie)
  20. M. Dollond, savant opticien anglais, homme de génie, s'empara de ses formules [d'Euler], y appliqua les lois de la réfraction, telles que Newton les avait données.
    Hist. de l'astr. t. III, p. 116 (opticien)