Jean Sylvain BAILLY, auteur cité dans le Littré

BAILLY (1736-1793)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BAILLY a été choisie.

astronome et premier maire de Paris

202 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de l'astronomie ancienne, Paris, 1775 39 citations
Histoire de l'astronomie moderne, Paris, 1785, 3 vol. 106 citations
Lettres sur l'Atlantide, 1779, édition citée par POUGENS 26 citations

Quelques citations de Jean Sylvain BAILLY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 202 citations dans le Littré.

  1. La lumière, comme les corps élastiques, en tombant sur ces surfaces, se réfléchit sous un angle égal à celui de sa chute.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 451 (réfléchir)
  2. C'est un beau spectacle que celui des nuits de Jupiter, où l'on peut voir à la fois quatre lunes sur un même horizon ; mais ce spectacle n'est rien en comparaison de celui des nuits de Saturne…
    Hist. astr. mod. t. II, p. 399 (nuit)
  3. Sans les olympiades, la chronologie grecque aurait été dans la plus grande confusion.
    Hist. astron. anc. p. 193 (olympiade)
  4. Une science est issue du pays où les mots techniques dont elle se sert ont pris naissance.
    Atlantide, p. 393 (technique)
  5. On juge de la solidité d'un corps par la difficulté qu'on éprouve à désunir ses parties.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 535 (solidité)
  6. Près du Liban était Héliopolis, nommée depuis Baalbeck, fameuse encore par ses ruines subsistantes.
    Atlantide, p. 123 (ruine)
  7. Quoique l'homme civilisé ait l'industrie de s'entourer de la saison qu'il veut, la saison de la nature est toujours la plus puissante.
    Atlantide, p. 252 (saison)
  8. Au lieu de vingt-six sphères que demandait le système d'Eudoxe, Calippe en établit trente-trois.
    Hist. astron. anc. p. 241 (sphère)
  9. Tout est paradoxe ou roman pour un homme sédentaire ; la vérité n'est que pour ceux qui la cherchent ; il faut voir la nature, qu'on ne peut deviner.
    Atlantide, p. 435 (sédentaire)
  10. Dans un siècle où l'on cherchait, où l'on commençait à voir, Descartes vit mal la nature, parce qu'il voulut la voir seul, parce qu'il voulut la voir tout entière.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 201 (voir)
  11. On conclut du détail de cette observation [d'Archimède] que les pinnules n'étaient pas inventées ; si Archimède les eût connues, il n'eût pas eu besoin de la correction délicate qu'il fit à son observation.
    Hist. astr. mod. t. I, p. 22 (pinnule)
  12. Les tables appelées, de son nom, tables alphonsines, parurent le jour même qu'il monta sur le trône…
    Hist. astr. mod. t. I, p. 299 (table)
  13. Dominique Cassini fixa les révolutions de ces satellites, la durée de leurs éclipses, la grandeur de leurs cercles, la position de leurs nœuds.
    ib. t. III, p. 66 (satellite)
  14. Les signes sont des espaces égaux, chacun de trente degrés, formant ensemble les 360 degrés du cercle de l'écliptique.
    Hist. astr. mod. t. III, p. 279 (signe)
  15. Selon Anaxagore, la Voie lactée était la réflexion des rayons du soleil.
    Hist. astr. p. 204 (voie)
  16. Il [Pythagore] apprit à l'Italie que les deux étoiles du matin et du soir, Hesper et Lucifer, n'étaient qu'un seul et même astre, la planète de Vénus.
    Hist. astr. anc. p. 210 (vénus)
  17. Il [Jean Bayer] publia une uranométrie ou description des constellations, accompagnée de cartes ; il y marque les étoiles de chaque constellation par une lettre grecque.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 149 (uranométrie)
  18. L'optique n'est née dans la Grèce qu'au temps de Platon et d'Aristote, qui en jetèrent les fondements.
    Hist. astr. anc. p. 446 (optique [2])
  19. Les tables rodolphines, qui furent pour Kepler l'objet de tant de travaux et l'occasion de tant de découvertes, parurent en 1627.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 125 (table)
  20. La grandeur du globe de la terre produit une parallaxe, la grandeur de l'orbe que nous parcourons en produit une autre nommée la parallaxe de l'orbe annuel.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 302 (parallaxe)