Jean Sylvain BAILLY, auteur cité dans le Littré

BAILLY (1736-1793)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme BAILLY a été choisie.

astronome et premier maire de Paris

202 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Histoire de l'astronomie ancienne, Paris, 1775 39 citations
Histoire de l'astronomie moderne, Paris, 1785, 3 vol. 106 citations
Lettres sur l'Atlantide, 1779, édition citée par POUGENS 26 citations

Quelques citations de Jean Sylvain BAILLY

Voici un tirage aléatoire parmi ses 202 citations dans le Littré.

  1. Lorsque ces rayons primitifs [les sept rayons du spectre] sont unis, le rayon total n'imprime aux objets qu'une couleur blanche, c'est le caractère propre de la lumière, dont le noir n'est que la privation.
    Hist. astron. mod. t. II, p. 563, dans POUGENS (noir, oire)
  2. Roemer osa conclure que le retardement des éclipses [des satellites de Jupiter] est le temps que la lumière emploie à traverser cet orbe [de la terre] ; et, comme le retardement, lorsqu'il est le plus grand, lui parut d'environ onze minutes, il annonça aux savants que la lumière… parcourait le diamètre de l'orbe de la terre en onze minutes.
    Hist. astron. mod. t. II, p. 417 (retardement)
  3. Il semble qu'il y ait une pente qui entraîne les hommes vers l'équateur, c'est l'effet nécessaire de l'attrait de la chaleur et des richesses ; c'est la pente du besoin et de l'intérêt.
    Atlantide, lett. 22 (pente)
  4. Hauksbee avait montré qu'un air condensé au double, pesant une fois plus, donnait une réfraction double.
    ib. t. III, p. 92 (réfraction)
  5. Il [Huyghens] emprunta l'idée des palettes du balancier, lesquelles, en s'engrenant alternativement dans les dents d'une roue, servent à retarder la descente du poids moteur des horloges qu'Huvghens avait sous les yeux ; il appliqua ces palettes à l'extrémité supérieure du pendule, il les fit engrener de même dans les dents d'une roue.
    Astronom. moderne, t. II, p. 259 (palette [1])
  6. Le néant absolu n'est pas plus aisé à concevoir que l'infini.
    Hist. astron. mod. t. III, p. 236, dans POUGENS (néant)
  7. Ces mouvements de précessions et de nutations ne sont pas particuliers à la terre ; ils appartiennent à tous les globes qui s'écartent de la figure sphérique et sont renflés dans quelques-unes de leurs parties.
    ib. t. III, p. 165 (précession)
  8. Comme, au Pérou, les montagnes des Cordilières séparent deux saisons de la nature, et portent leurs sommets neigeux dans l'atmosphère, ayant l'été ou le printemps d'un côté, et l'hiver de l'autre.
    Atlantide, p. 221, dans POUGENS (neigeux, euse)
  9. Ce renflement [de la terre sous l'équateur], plus attiré que le reste par les corps voisins, reçoit des mouvements particuliers qu'il communique à la masse du globe.
    Hist. astr. mod. t. III, p. 165 (renflement)
  10. Demavend fut autrefois une ville de l'ancienne Médie ; elle est par 370 de latitude.
    Atlantide, Lett. 18 (par [1])
  11. Depuis les sables inhabités de l'Inde jusqu'aux glaces de l'Ourse.
    Atlantide, p. 116 (sable [1])
  12. Les Grecs ont mis une urne dans les mains du Verseau.
    Hist. astr. anc. p. 497 (urne)
  13. Sous sa main [de l'homme], la nature ne produit plus qu'utilement ; la face de la terre se dépeuple d'herbes parasites.
    Atlantide, Lett. 14 (parasite)
  14. Les dissolutions, les précipitations, les coagulations présentent partout des phénomènes analogues.
    Hist. astr. mod. t. II, p. 489 (précipitation)
  15. Dominique Cassini trouva par observation que la réfraction était à l'horizon de 32 minutes 20 secondes, et, à dix degrés de hauteur, de 5 minutes 28 secondes.
    ib. t. II, p. 361 (réfraction)
  16. Nicolas Copernic, le restaurateur de l'astromie physique et l'auteur du vrai système du monde, naquit à Thorn, ville de la Prusse royale, le 19 février 1473.
    Hist. astr. mod. t. I, p. 337 (système)
  17. La réputation de Kepler le fit appeler pour enseigner à Gratz en Styrie ; et son ouvrage des proportions des orbes célestes, qu'il envoya à Tycho, lui valut le suffrage de ce grand astronome.
    Hist. de l'astron. mod. t. II, p. 10 (orbe [1])
  18. On attribue à Rhéticus l'usage des sécantes dans le calcul astronomique ; celui des tangentes avait déjà été introduit par Regiomontanus.
    Hist. astr. mod. t. I, p. 365 (sécante)
  19. Un silence profond a régné dans l'antiquité sur les causes qui lancent ou retiennent les corps célestes dans leurs orbites.
    Hist. astron. anc. p. 9 (orbite)
  20. Un puits très profond était entièrement éclairé ; ce qui marquait évidemment que Syenne était sous le tropique, et qu'au temps où le soleil y arrive, il était à plomb sur la tête des habitants de cette ville.
    Hist. astr. mod. t. I, p. 38 (plomb)